Test Blu-ray / La Bataille de la vallée du diable, réalisé par Ralph Nelson

LA BATAILLE DE LA VALLÉE DU DIABLE (Duel at Diablo) réalisé par Ralph Nelson, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 1er juillet 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : James Garner, Sidney Poitier, Bill Travers, Bibi Andersson, Dennis Weaver, William Redfield, John Hubbard, Ralph Nelson.…

Scénario : Marvin Albert & Michael Grilikhes

Photographie : Charles F. Wheeler

Musique : Neal Hefti

Durée : 1h45

Date de sortie initiale: 1966

LE FILM

Le garde-frontière Jess Remsberg a pour mission de conduire un détachement à travers un territoire hostile jusqu’à Fort Conchos. Mais son courage et sa dévotion cache une autre motivation : à destination, se cache l’homme qu’il suspecte du meurtre de sa femme. Tandis que Rosenberg découvre la véritable identité du meurtrier, le convoi est sauvagement attaqué par des apaches…

Ralph Nelson (1916-1987) demeure connu pour Le Lys des champs Lilies of the Field (1963), nommé pour l’Oscar du meilleur film, récompensé à trois reprises au Festival de Berlin. Quand on creuse un peu sa filmographie, on se rend compte que deux sujets reviennent fréquemment, le racisme et la violence, qui sont souvent imbriqués et dont la représentation reste particulièrement frontale et percutante pour les années 1960. Durant cette décennie, le réalisateur signera tour à tour La Dernière Bagarre Soldier in the Rain avec Steve McQueen et Jackie Gleason, Le Crash mystérieux Fate Is the Hunter avec Gleen Ford, Grand méchant loup appelle Father Goose avec Cary Grant et Leslie Caron (sur un scénario de Peter Stone, Les Pirates du métro de Joseph Sargent), Les Tueurs de San Francisco Once a Thief avec rien de moins qu’Alain Delon, Ann-Margret, Ven Heflin et Jack Palance, sans oublier son adaptation du roman Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. Charly, qui vaudra l’Oscar du meilleur acteur à Cliff Robertson. Avant d’explorer encore plus loin dans ses thèmes de prédilection avec Tick… Tick… Tick et la violence explosa et surtout Soldat bleu Soldier Blue, dans lequel il revenait sur le déroulé des guerres indiennes, Ralph Nelson y allait déjà à fond les manettes avec La Bataille de la vallée du diable Duel at Diablo, l’un de ses trois westerns, dans lequel il dirige à nouveau Sidney Poitier, qui avait lui aussi reçu l’Oscar du meilleur acteur (une première pour un afro-américain) pour Le Lys des champs (ainsi que le BAFTA, le Golden Globe), associé à l’écran avec l’imposant James Garner et la suédoise Bibi Andersson, qui se permettait une récréation hollywoodienne entre Toutes ses femmes et Persona d’Ingmar Bergman. Petit western ambitieux, La Bataille de la vallée du diable n’est pas exempt de défauts, loin s’en faut, mais il contient suffisamment de bons éléments (on a rarement ressenti autant la soif, les brûlures et l’impact des flèches dans un film) et surtout d’excellents acteurs qui en font un bon divertissement.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Bataille de la vallée du diable, réalisé par Ralph Nelson »

Test Blu-ray / Le Salaire de la violence, réalisé par Phil Karlson

LE SALAIRE DE LA VIOLENCE (Gunman’s Walk) réalisé par Phil Karlson, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 1er juillet 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Van Heflin, Tab Hunter, Kathryn Grant, James Darren, Mickey Shaughnessy, Robert F. Simon, Edward Platt, Ray Teal.…

Scénario : Frank S. Nugent, d’après une histoire originale de Ric Hardman

Photographie : Charles Lawton Jr.

Musique : George Duning

Durée : 1h37

Date de sortie initiale: 1958

LE FILM

Lee Hackett, rancher brutal, à la limite de la violence, a deux fils qu’il essaie d’éduquer à son image. Il a pleinement réussi avec l’aîné d’entre eux, puisque ce dernier est accusé de meurtre. En revanche, le plus jeune prend le contre-pied de son père, allant jusqu’à être attiré par la sœur de la victime. Pour Lee, les temps commencent à changer et les deux frères vont devoir s’opposer.

Nous avons déjà dit tout le bien que l’on pensait de Phil Karlson à travers nos chroniques d’On ne joue pas avec le crime 5 Against the House (1955) et du Quatrième homme Kansas City Confidential (1952), bon pas celle de Ben (1972), la suite de Willard (Daniel Mann, 1971), on vous l’accorde. Mais il s’agit aussi de l’auteur de L’Assaut des jeunes loups Hornet’s Nest (1970) avec Rock Hudson et Sylva Koscina, Un direct au coeur Kid Galahad (1962) avec Elvis Presley, Les Frères Rico The Brothers Rico (1957) avec Richard Conte et adapté de Georges Simenon, L’Inexorable enquête – Scandal Sheet (1952) avec Broderick Crawford…on pourrait continuer comme ça longtemps, tant la filmographie de Phil Karlson (1908-1985) regorge de pépites. Très prolifique et éclectique, allant jusqu’à tourner 20 films dans les années 1940, le réalisateur connaît réellement son heure de gloire la décennie suivante, avec une prédilection pour le film noir. Si les sixties sont sans doute moins marquantes, cela ne l’empêche pas de diriger encore les plus grands acteurs, Richard Widmark, Fredric March, Ben Gazzara, Robert Mitchum, et même Dean Martin dans deux de ses quatre aventures de l’agent Matt Helm. Phil Karlson est partout, explore tous les genres, y compris le western, qu’il abordera à une dizaine de reprises, du Gagnant du Kentucky Black Gold (1947) à La Poursuite des tuniques bleues A Time for Killing (1967) avec Glenn Ford, en passant par L’Étalon sauvage Thunderhoof (1948), La Ruée sanglante They Rode West (1954)…Celui qui nous intéresse aujourd’hui s’intitule Le Salaire de la violence Gunman’s Walk et sera l’avant-dernière incursion du cinéaste dans le Grand Ouest Américain. Et assurément l’une de ses meilleures, voire sa plus grande. Western – dit psychologique – inoubliable, Le Salaire de la violence est un opus bouleversant, shakespearien en diable, voire biblique diront certains avec cette relecture d’Abel et Caïn, furieusement pessimiste, d’une impressionnante sécheresse, désespéré, qui fait penser à La Fureur de vivre Rebel Without a Cause de Nicholas Ray sorti trois ans auparavant. On termine la projection en larmes et on défie quiconque de résister à l’intense et extraordinaire prestation de Van Heflin.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Salaire de la violence, réalisé par Phil Karlson »

Test Blu-ray / 7 secondes en enfer, réalisé par John Sturges

7 SECONDES EN ENFER (Hour of the Gun) réalisé par John Sturges, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 1er juillet 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : James Garner, Jason Robards, Robert Ryan, Albert Salmi, Charles Aidman, Steve Ihnat, Michael Tolan, William Windom.…

Scénario : Edward Anhalt

Photographie : Lucien Ballard

Musique : Jerry Goldsmith

Durée : 1h41

Date de sortie initiale: 1967

LE FILM

Tombstone, 1881. Le marshal Wyatt Earp et son allié, le joueur de poker Doc Holliday, sortent victorieux du règlement de compte à O.K. Corral. Une victoire qui, au premier, laisse un goût amer, son frère ayant été tué par l’un des membres du clan tenu d’une main de fer par Ike Clanton. Ivre de vengeance, le marshal entreprend aussitôt une expédition punitive, accompagné d’un Doc Holliday aussi désabusé que gravement malade…

Il y a eu Randolph Scott dans L’Aigle des frontières Frontier Marshal (1939) d’Allan Dwan, Henry Fonda dans La Poursuite infernale My darling Clementine (1946) de John Ford, Will Geer dans Winchester 73 (1950) d’Anthony Mann et surtout Burt Lancaster dans Règlements de comptes à O.K. Corral Gunfight at O.K. Corral (1957) de John Sturges (1910-1992). Ils ont tous campé Wyatt Earp au cinéma, au même titre plus tard que Kevin Costner, Kurt Russell, mais on en oublie volontairement, car la liste ne saurait être exhaustive. Outre John Ford, qui reprendra le personnage dans Les Cheyennes Cheyenne Autumn (1964) sous les traits de James Stewart, mais dans une apparition secondaire, le réalisateur revient à Wyatt Earp dans 7 secondes en enfer Hour of the gun, dix ans après Règlements de comptes à O.K. Corral, en reprenant le récit là où il s’était arrêté, autrement dit après l’affrontement de Wyatt Earp, accompagné de ses hommes (dont Doc Holliday) face au clan Clanton. Mais le western a changé en une décennie, John Sturges l’a bien compris et il entreprend 7 secondes en enfer avec pour intention de respecter les faits tels qu’ils se sont déroulés, en privilégiant la psychologie aux gunfights à outrance, en se focalisant sur la personnalité trouble et foncièrement ambiguë de Wyatt Earp, loin d’être glorifié ici et apparaissant même comme un type sur le point de basculer dans la folie, profitant de sa condition de marshal pour couvrir ses activités illégales et pour assouvir une vengeance personnelle. Le légendaire metteur en scène de Fort Bravo Escape from Fort Bravo (1953), Un homme est passé Bad Day at Black Rock (1954), des Sept Mercenaires The Magnificent Seven (1960) et de La Grande Évasion The Great Escape (1963) laisse de côté toute idée romantique ou romanesque du personnage (aucune romance ici, car aucune femme au générique), filme la violence de façon sèche et brutale et contre toute attente, 7 secondes en enfer prend l’allure d’un vrai film de gangsters et annonce même les films de mafieux où tous les coups sont permis entre les deux clans rivaux, qui ont ici comme particularité d’avoir la loi de leur côté. Histoire passionnante, réalisation carrée, interprétation de grande classe (James Garner en Wyatt Earp, Jason Robards en Doc Holliday, Robert Ryan en Ike Clanton) et score démentiel de Jerry Goldsmith, n’en jetez plus, c’est trop de bonheur !

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / 7 secondes en enfer, réalisé par John Sturges »

Test Blu-ray / Le Fleuve de la dernière chance, réalisé par Jerry Hopper

LE FLEUVE DE LA DERNIÈRE CHANCE (Smoke Signal) réalisé par Jerry Hopper, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 7 avril 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Dana Andrews, Piper Laurie, Rex Reason, William Talman, Milburn Stone, Douglas Spencer, Gordon Jones, William Schallert.…

Scénario : George F. Slavin & George W. George

Photographie : Clifford Stine

Musique : Henry Mancini

Durée : 1h28

Date de sortie initiale: 1955

LE FILM

Commandés par le capitaine Harper, des soldats américains fuient, par le fleuve, le fort assiégé par les Utes, très supérieurs en nombre et qui attendent le renfort des tribus sioux. Parmi les Blancs se trouvent Laura, fille du major Evans, mort au combat et un prisonnier, Halliday. Ce dernier est un ancien officier qui a vécu longtemps chez les Utes. Tandis qu’Evans était partisan de la guerre, Halliday voulait sceller la paix. Lors des engagements, il s’est trouvé du côté indien et a dès lors été considéré comme un traître, un meurtrier et un déserteur.

Jerry Hopper (1907-1988), voilà un réalisateur méconnu. Certains cinéphiles se souviennent peut-être du Triomphe de Buffalo BillPony Express (1953) avec Charlton Heston et Rhonda Fleming. La cinquantaine se profilant à l’horizon, le cinéaste met les bouchées doubles et parvient à livrer quatre films en 1955, Le Fleuve de la dernière chanceSmoke Signal, La Guerre privée du major BensonThe Private War of Major Benson, La Jungle des hommesThe Square Jungle avec Tony Curtis, et Son seul amour One Desire avec Rock Hudson. Avant de consacrer le reste de sa vie à la télévision à travers moult épisodes de séries télévisées diverses et variées (L’Homme à la carabine, Les Incorruptibles, La Grande Caravane, Perry Mason, Gunsmoke, La Famille Addams, Le Fugitif, Le Virginien…), Jerry Hopper renoue donc avec le western avec Le Fleuve de la dernière chance, formidable opus, excellemment mis en scène, qui certes pâtit de l’usage de transparences, mais qui fait oublier ce stratagème avec un récit riche en rebondissements, en gunfights, en action, des personnages à la psychologie bien fouillée et complexe, élégamment campés par Dana Andrews et la magnifique Piper Laurie.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Fleuve de la dernière chance, réalisé par Jerry Hopper »

Test Blu-ray / À l’assaut du Fort Clark, réalisé par George Sherman

À L’ASSAUT DU FORT CLARK (War Arrow) réalisé par George Sherman, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 7 avril 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Maureen O’Hara, Jeff Chandler, John McIntire, Suzan Ball, Noah Beery Jr., Charles Drake, Henry Brandon, Dennis Weaver.…

Scénario : John Michael Hayes

Photographie : William H. Daniels

Musique : William Lava & Herman Stein

Durée : 1h18

Date de sortie initiale: 1953

LE FILM

La tribu indienne des Kiowas lance régulièrement des raids contre les colons installés dans l’Oklahoma. Le major Howell Brady est envoyé au Fort Clark, où il propose d’éradiquer le fléau qu’elle constitue en leur opposant d’autres indiens, les Séminoles. Redoutant que ceux-ci, de farouches guerriers désormais réduits à la misère, ne se retournent contre l’armée américaine, son supérieur refuse. Pourtant, bientôt, il n’aura plus le choix…

Habituellement, les films de George Sherman (1908-1991) parviennent à emporter l’adhésion grâce au savoir-faire du prolifique et éclectique réalisateur (130 films et épisodes de séries télévisées emballés en quarante ans), à l’instar du superbe Le Shérif d’El Solito The Hard man (1957) avec Guy Madison. Spécialisé dans le western, cet habile artisan, capable de livrer dix films par an dans les années 1940, lève un peu le pied la décennie suivante, à raison de quatre films en moyenne chaque année. En 1953 sortent Lone Hand avec Joel McCrea, Le Prince de Bagdad The Veils of Bagdad, film d’aventures « exotiques » avec Victor Mature et Mari Blanchard, tandis qu’À l’assaut du Fort Clark War Arrow sort sur les écrans pour les fêtes de Noël. C’est ce dernier qui nous intéressera (ou non) aujourd’hui. Pour en revenir à ce que nous disions précédemment, À l’assaut du Fort Clark n’est clairement pas un bon film de George Sherman. Avec son scénario anémique de John Michael Hayes (Nevada Smith de Henry Hathaway, La Rumeur de William Wyler, La Main au collet et Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock), sa photo lambda signée William H. Daniels (F comme Flint, La Chatte sur un toit brûlantThe Cat on a Hot Tin Roof de Richard Brooks), son montage parfois approximatif, ses costumes assez pauvres, ses décors naturels passe-partout capturés dans l’Arizona et la paresse de la réalisation, rien ou presque ne sort War Arrow du tout-venant. Si le film vaut la peine d’être vu au moins une fois, c’est encore en raison de la présence de Jeff Chandler (1918-1962), dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises (Le Salaire du diable de Jack Arnold, Violence au Kansas de Melvin Frank). Celui qui aura été dirigé par Samuel Fuller (Les Maraudeurs attaquent), Douglas Sirk (Le Signe du Païen, Taza, fils de Cochise), Budd Boetticher (Les Conducteurs du diable), Delmer Daves (La Flèche brisée), Joseph Pevney (La Muraille d’or, La Maison sur la plage, La Rançon de la peur) et Robert Wise (Les Rebelles de Fort Thorn), qui disparaîtra à l’âge prématuré de 42 ans, des suites d’une septicémie foudroyante à la suite d’une intervention chirurgicale, s’impose sans mal une fois de plus ici. Mais il faut bien avouer qu’il n’a pas grand-chose à défendre, tout comme sa partenaire d’ailleurs, la sublime Maureen O’Hara, avec laquelle l’histoire d’amour ne prend jamais vraiment. Bref, À l’assaut du Fort Clark reste à voir si vous êtes ce qu’on appelle vulgairement un complétiste, autrement vous pouvez aisément passer votre chemin…

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / À l’assaut du Fort Clark, réalisé par George Sherman »

Test Blu-ray / Texas Adios, réalisé par Ferdinando Baldi

TEXAS ADIOS (Texas, addio) réalisé par Ferdinando Baldi, disponible en DVD et Blu-ray chez Frenezy.

Acteurs : Franco Nero, Alberto Dell’Acqua, Elisa Montés, José Guardiola, Livio Lorenzon, Hugo Blanco, Luigi Pistilli…

Scénario : Ferdinando Baldi & Franco Rossetti

Photographie : Enzo Barboni

Musique : Antón García Abril

Durée : 1h32

Date de sortie initiale : 1966

LE FILM

Voulant se venger de Delgado qui a tué leur père, Burt Sullivan et son frère Jim quittent le Texas pour parcourir le Mexique. Les deux hommes retrouvent Delgado qui est devenu un riche et puissant propriétaire foncier. Mais la découverte d’un secret familial calme soudainement leur désir de vengeance…

Faut-il dire Texas Adios ou Texas, addio ? Les deux sont valables, cela dépend si vous désirez vous la jouer cinéphile pointilleux ou non. Toujours est-il que Texas Adios a très largement contribué à la renommée, puis au mythe de Franco Nero dans le paysage cinématographique transalpin et plus spécialement dans le western dit « spaghetti ». Le comédien n’attendra pas longtemps après ses débuts sur le grand écran pour devenir une star. Quatre ans après son premier long-métrage (La Peau à vif Pelle viva de Giuseppe Fina) et diverses apparitions chez Antonio Margheriti (Les Criminels de la galaxie I Criminali della galassia, La Guerre des planètes I Diafanoidi vengono da Marte), Django de Sergio Corbucci débarque et remplit les salles du monde entier, propulsant Franco Nero au top des acteurs les plus reconnus et convoités. Les deux westerns qu’il tourne à la suite – et qui sortiront aussi en 1966 à quelques semaines d’intervalle – assiéront sa réputation, Le Temps du massacre Tempo di massacro de Lucio Fulci et Texas Adios de Ferdinando Baldi. Ce dernier, peut-être moins connu que les autres, est pourtant une immense réussite du genre, que le comédien principal qualifiera lui-même comme étant « le plus américain des westerns italiens ». Et comme on dit de l’autre côté des Alpes, c’est un capolovoro, autrement dit un chef d’oeuvre.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Texas Adios, réalisé par Ferdinando Baldi »

Test Blu-ray / Les Chasseurs de scalps, réalisé par Sydney Pollack

LES CHASSEURS DE SCALPS (The Scalphunters) réalisé par Sydney Pollack, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 7 avril 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Burt Lancaster, Shelley Winters, Telly Savalas, Ossie Davis, Dabney Coleman, Paul Picerni, Dan Vadis, Armando Silvestre…

Scénario : William W. Norton

Photographie : Duke Callaghan & Richard Moore

Musique : Elmer Bernstein

Durée : 1h43

Date de sortie initiale : 1968

LE FILM

En 1850, dans les Montagnes Rocheuses. Un trappeur, Joe Bass, rencontre des Indiens Kiowas, qui lui proposent d’échanger ses fourrures contre un esclave noir. Joe est obligé d’accepter. Plus tard, il retrouve les Indiens scalpés. Il décide de retrouver ses chasseurs, payés par l’Etat, afin de reprendre ses fourrures.

Sydney Pollack (1934-2008) doit comme qui dirait les débuts de sa carrière à Burt Lancaster (1913-1994), ce dernier ayant remarqué le talent qui couvait chez ce jeune aspirant metteur en scène sur le tournage du Temps du châtiment de John Frankeinheimer (1961) où il officiait comme stagiaire, l’avait encouragé et fait sa promo auprès de quelques gens importants des studios. C’est tout d’abord à la télévision qu’il va faire ses classes, en mettant en boite moult épisodes de séries diverses et variées (Bob Hope Presents the Chrysler Theatre, Haute tension, Ben Casey, The Law and Mr. Jones, Shotgun Slade), avant de signer son premier long-métrage en 1965, 30 minutes de sursis The Slender Thread, avec Sidney Poitier, Anne Bancroft et Telly Savalas. Il enchaîne très vite sur Propriété interdite This Property Is Condemned, d’après une pièce de Tennessee Williams et un scénario de Francis Ford Coppola, sur lequel il dirige Robert Redford, Natalie Wood et Charles Bronson. 1968, Sydney Pollack dirige enfin Burt Lancaster dans un western quelque peu tardif, Les Chasseurs de scalps The Scalphunters, d’après une histoire de William W. Norton, futur auteur du formidable The Hunting Party Les Charognards (1971) de Don Medford et de White Lightning Les Bootleggers de Joseph Sargent (1973). Alors qu’On l’appelle Trinita – Lo chiamavano Trinità… n’était même pas encore sorti, le troisième long-métrage du réalisateur flirtait déjà avec le western parodique, sans se vautrer complètement dans la comédie (au contraire de Cat Ballou d’Elliot Silverstein sorti trois ans plus tôt), mais comporte tout de même beaucoup d’humour et même quelques séquences quasi-burlesques, qui contrastent avec la violence sèche des affrontements. Chasse à l’homme, survival, road-trip, comédie, buddy-movie, Les Chasseurs de scalps est bel et bien et avant tout un vrai et excellent western.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Les Chasseurs de scalps, réalisé par Sydney Pollack »

Test Blu-ray / Le Salaire du Diable, réalisé par Jack Arnold

LE SALAIRE DU DIABLE (Man In the Shadow) réalisé Jack Arnold, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 15 février 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Jeff Chandler, Orson Welles, Colleen Miller, Ben Alexander, Barbara Lawrence, John Larch, James Gleason, Royal Dano…

Scénario : Gene L. Coon

Photographie : Arthur E. Arling

Musique : Hans J. Salter & Herman Stein

Durée : 1h17

Date de sortie initiale : 1957

LE FILM

Ben Sadler est le shérif d’une petite ville, cernée de terres appartenant au puissant Virgil Renchler, propriétaire d’un ranch florissant où travaillent de très nombreux clandestins mexicains. Un soir, le contremaître du ranch tue l’un des employés. Renchler va tout mettre en oeuvre pour empêcher le shérif de mener l’enquête.

Spécialiste des séries B, John Arnold Waks alias Jack Arnold (1916-1992) n’en est pas moins un immense réalisateur. Bien que disposant de budgets très modestes, le cinéaste a toujours su transcender son postulat de départ minimaliste…pour aller vers le gigantisme. Prolifique, Jack Arnold prend son envol dans les années 1950 où il enchaîne les films qui sont depuis devenus de grands classiques : Le Météore de la nuit (1953), L’Etrange Créature du lac noir (1954), La Revanche de la créature (1955), Tarantula (1955), L’Homme qui rétrécit (1957) d’après l’oeuvre de Richard Matheson, sans oublier La Souris qui rugissait (1959). Au total, près d’une vingtaine de longs-métrages tournés à la suite, toujours marqués par le professionnalisme et le talent de son auteur, combinant à la fois les effets spéciaux alors à la pointe de la technologie, des personnages ordinaires et attachants, plongés malgré eux dans une histoire extraordinaire. Le film qui nous intéresse aujourd’hui est Le Salaire du diable, tout de suite mis en scène par Jack Arnold après L’Homme qui rétrécit et se révèle être une passerelle dressée entre le western et le film noir. Le cinéaste avait d’ailleurs déjà abordé les deux genres, avec Tornade sur la ville The Man from Bitter Ridge et Crépuscule sanglant Red Sundown d’un côté (il y reviendra avec le formidable Une balle signée X No Name on the Bullet, un des meilleurs films avec Audie Murphy), et Le Crime de la semaine The Glass Web de l’autre. Avec Le Salaire du diable Man In The Shadow, Jack Arnold revient à une épure après son merveilleux film fantastique. Il en résulte un polar rural bluffant de maîtrise, sec et brutal, qui annonce les romans de James Lee Burke, dans lequel le génial Jeff Chandler crève l’écran une fois de plus en shérif droit et intègre, prêt à se mettre la ville à dos pour que justice soit faite. Un immanquable pour les cinéphiles.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Salaire du Diable, réalisé par Jack Arnold »

Test Blu-ray / Fort Massacre, réalisé par Joseph M. Newman

FORT MASSACRE réalisé par Joseph M. Newman, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 6 janvier 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Joel McCrea, Forrest Tucker, John Russell, Susan Cabot, George N. Neise, Anthony Caruso, Robert Osterloh, Denver Pyle.…

Scénario : Martin Goldsmith

Photographie : Carl E. Guthrie

Musique : Marlin Skiles

Durée : 1h20

Date de sortie initiale: 1958

LE FILM

La mission du Sergent Vinson est de ramener au fort les survivants d’une colonne de cavalerie qui fut attaquée et décimée par les Indiens. Vinson perd le sens de ses responsabilités et cherche avant tout à satisfaire une vengeance personnelle.

Spécialiste du western de série B, Joseph M. Newman (1909-2006) s’est très souvent démarqué de ses confrères par le caractère insolite de ses œuvres, dont le réalisme étonnant est tout droit hérité de son passé dans le domaine du documentaire. S’il n’est pas, et ne sera jamais, le plus célèbre des réalisateurs, il aura donné au cinéma américain quelques beaux et jolis fleurons de l’entertainment au sens noble à l’instar des Bannis de la Sierra (1952), Dans les bas-fonds de Chicago (1954), Les Survivants de l’infini (1955) et Tonnerre apache (1961) avec une nette prédilection pour le film noir, puis les aventures se déroulant dans le grand Ouest, avant de se tourner vers la science-fiction puisqu’il signera quelques épisodes de La Quatrième dimension dans les années 1960. A l’instar du Shérif aux mains rouges The Gunfight at Dodge City (1959), pour lequel Joseph M. Newman retrouvera le comédien Joel McCrea, ou La Dernière flèche Pony Soldier (1952), dans lequel Tyrone Power abordait la dernière partie de sa carrière, avant de disparaître à l’âge prématuré de 44 ans en 1958, Fort Massacre se suit avec un immense plaisir. Le metteur en scène signe probablement l’un de ses chefs d’oeuvre, qui n’a eu de cesse d’être redécouvert et réhabilité par la critique et les cinéphiles. Carré, sec, particulièrement violent et oppressant, Fort Massacre est un western pur et dur qui plaira aux éternels aficionados du genre.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Fort Massacre, réalisé par Joseph M. Newman »

Test Blu-ray / Le Cri de guerre des Apaches, réalisé par Jodie Copelan

LE CRI DE GUERRE DES APACHES (Ambush at Cimarron Pass) réalisé Jodie Copelan, disponible en DVD et Blu-ray le 19 janvier 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Scott Brady, Margia Dean, Clint Eastwood, Irving Bacon, Frank Gerstle, Ray Boyle, Baynes Barron, William Vaughn…

Scénario : Richard G. Taylor & John K. Butler, d’après une histoire de Robert A. Reeds & Robert W. Woods

Photographie : John M. Nickolaus Jr.

Musique : Paul Sawtell & Bert Shefter

Durée : 1h10

Date de sortie initiale : 1958

LE FILM

À la fin de la Guerre de Sécession, le major Matt Blake et ses hommes doivent conduire un prisonnier à Fort Waverly. En route, ils sont attaqués par une bande d’anciens soldats confédérés. Parmi eux, Keith Williams, qui a perdu sa famille durant le conflit. Tous vont devoir s’entraider pour affronter les Apaches qui contrôlent la région.

C’est un petit western tourné en à peine une dizaine de jours, avec peu de moyens, noyé dans la masse en 1958, la même année que Duel dans la Sierra de George Sherman, L’Homme de l’Ouest d’Anthony Mann, Les Bravados de Henry King, L’Or du Hollandais et Cowboy de Delmer Daves, Le Fier rebelle de Michael Curtiz, Les Grands espaces de William Wyler et L’Aventurier du Texas de Budd Boetticher. Rien n’aurait pu le distinguer du tout-venant, surtout face à certains monuments du genre. Il y a pourtant UN élément qui a permis à ce film réalisé par Jodie Copelan de devenir une curiosité à part entière, la présence au générique du jeune Clint Eastwood, alors âgé de 28 ans. Autant le dire d’emblée, nous n’avons évidemment d’yeux que pour ce grand gaillard d’1m93 et au regard perçant, qui crève l’écran à chaque apparition et qui parvient même à voler la vedette à la star Scott Brady. Si Le Cri de guerre des Apaches – connu aussi sous le titre La Marche à la mort – n’est pas déplaisant et conserve un vrai charme rétro, l’ensemble reste anecdotique, mais peut-on réellement qualifier ainsi ce long-métrage quand l’un des plus grands acteurs de l’histoire du cinéma y faisait ses débuts ? Toujours est-il que ce divertissement court et rapide (72 minutes, montre en main) remplit parfaitement son contrat et compile tout ce que le spectateur est en droit d’attendre d’un western. Alors, pourquoi se priver ?

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Cri de guerre des Apaches, réalisé par Jodie Copelan »