Test Blu-ray / King, réalisé par David Moreau

KING réalisé par David Moreau, disponible en DVD et Blu-ray le 22 juin 2022 chez Pathé.

Acteurs : Gérard Darmon, Lou Lambrecht, Léo Lorléac’h, Thibault de Montalembert, Clémentine Baert, Artus, Marius Blivet, Laurent Bateau…

Scénario : David Moreau, Zoé Bruneau, Sophie Glaas & Maria Pourchet, d’après une histoire originale de Jean-Baptiste Andrea & Gael Malry

Photographie : Antoine Sanier

Musique : Guillaume Roussel

Durée : 1h39

Année de sortie : 2022

LE FILM

King, un lionceau destiné à un trafic, s’échappe de l’aéroport et se réfugie dans la maison d’Inès, 12 ans et Alex, 15. Le frère et la sœur ont alors l’idée folle de le ramener chez lui, en Afrique. Mais la traque des douaniers ne leur facilite pas la vie. Lorsque Max, leur grand-père fantasque qu’ils n’ont vu que deux fois dans leur vie, se joint à l’aventure, tout devient possible..

Découvert avec ses films d’horreur Ils et The Eye coréalisés avec Xavier Palud, le cinéaste David Moreau a ensuite connu en 2013 un beau succès avec 20 ans d’écart, pétillante comédie-romantique avec Pierre Niney et Virginie Efira. Avec Seuls, il revenait au film de genre en suivant le schéma tracé par les américains et leurs franchises destinées aux adolescents, Hunger Games, Divergente ou Le Labyrinthe. Tout était réuni pour que Seuls rencontre un large public. Malheureusement, le réalisateur a dû faire avec le peu d’argent mis à sa disposition en raison de la frilosité des producteurs français. King devait signer son retour au cinéma, mais David Moreau n’aura pas le temps de terminer le film, à cause d’une plainte déposée à son égard par une technicienne. Débouté du tournage, David Moreau sera finalement remplacé par le chef opérateur Antoine Sanier. Toutefois, à l’écran cela ne se ressent pas et King demeure un joli film pour les enfants et leur(s) accompagnant(s). L’ombre de Steven Spielberg plane sur cette histoire (ainsi que sur la forme) du début à la fin et l’on en vient même à se dire qu’il s’agit purement et simplement d’un remake d’E.T., l’extra-terrestre, tant les similitudes y sont particulièrement troublantes. Remplacez l’alien par un lionceau et vous avez pour ainsi dire la même chose. King parvient à captiver l’attention de la jeune audience, avec de bons et charismatiques comédiens, la tendresse bourrue de Gérard Darmon (très bon à donner la réplique à ses partenaires en herbe) et un lionceau attendrissant, souvent créé en images de synthèse et dont le résultat est bluffant. De beaux sentiments, un rythme soigné, une photo très classe, de l’aventure, le spectacle est garanti.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / King, réalisé par David Moreau »

Test Blu-ray / Il était une fois : Queue de béton & L’Aubergine est bien farcie, réalisé par Michel Baudricourt

QUEUE DE BÉTON / L’AUBERGINE EST BIEN FARCIE réalisés par Michel Baudricourt (Michel Caputo), disponibles en Blu-ray chez Pulse Vidéo & Vinegar Syndrome.

Acteurs : Richard Allan, Marie-Claude Viollet, Liliane Allan, Karine Gambier, Cathy Dupré, Mika Barthel, Hélène Shirley, Jack Gatteau, Dominique Aveline …

Scénario : Michel Caputo

Durée : 1h13 / 1h24

Année de sortie : 1979 / 1981

LES FILMS

Double programme avec deux films avec Richard Allan, Queue de béton (1979) et L’Aubergine est bien farcie (1981) de Michel Baudricourt.

Si vous êtes un lecteur fidèle, vous savez que j’ai déjà parlé du sieur Richard Lemieuvre, aka Richard Allan ou Queue de béton pour les intimes, au cours d’un article consacré à La Femme-objet de Claude Mulot, que vous n’avez sûrement pas manqué si j’en crois les chiffres impressionnants engendrés par la chronique. Sur IMDB, l’icône de l’âge d’or du cinéma pornographique hexagonal Richard Allan (né en 1942) est crédité au générique de près de 250 longs-métrages, même si l’intéressé dit qu’il en aurait tourné deux fois plus. Quelques titres ? Puisque ça vous fait plaisir…French érection, L’Essayeuse, Couple débutant cherche couple initié, La Marquise von Porno, La partouze du diable, Vicieuses et insatisfaites, Croisière érotique pour couples complaisants, Je mouille aussi par-derrière, Du foutre plein le cul, Retourne-moi, c’est meilleur et bien d’autres ré-jouissances du même acabit(e). Les nostalgiques du poil et du cul (dixit Mozinor dans La Brigade des culottes) pourront se ruer en rut sur un double programme désormais disponible en Blu-ray chez Pulse Vidéo, en collaboration avec Vinegar Syndrome, à savoir Queue de béton, film sorti en 1979, sur lequel le comédien allait trouver le pseudonyme qui le suivra le reste de sa (très) longue carrière (et même encore aujourd’hui) et L’Aubergine est bien farcie, exploité en 1981, tous les deux mis en scène par Michel Caputo, sous le pseudonyme de Michel Baudricourt et produits par Jean-François Davy.

LA PAGE SUIVANTE EST INTERDITE AUX MOINS DE 18 ANS

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Il était une fois : Queue de béton & L’Aubergine est bien farcie, réalisé par Michel Baudricourt »

Test Blu-ray / The Requin, réalisé par Le-Van Kiet

THE REQUIN réalisé par Le-Van Kiet, disponible en DVD et Blu-ray le 25 mai 2022 chez AB Vidéo.

Acteurs : Alicia Silverstone, James Tupper, Deirdre O’Connell, Danny Chung, Jennifer Mudge, Kha Mai…

Scénario : Le-Van Kiet

Photographie : Matt S. Bell

Musique : Jean-Paul Wall

Durée : 1h29

Date de sortie initiale : 2022

LE FILM

Un couple en escapade romantique au Vietnam se retrouve bloqué en mer après qu’une énorme tempête tropicale ait balayé leur villa en bord de mer. Le mari étant mutilé et mourant, la femme doit lutter seule contre les éléments, tandis que de grands requins blancs leur tournent autour…

Oh Alicia Silverstone ! Ben oui quoi, qu’est-ce qu’elle était devenue depuis Batman & Robin de Joel Schumacher ? C’est que ce magnifique nanar souffle cette année ses 25 bougies déjà et que nous n’avions pour ainsi dire plus entendu parler de celle qui avait osé enfiler le costume de Batgirl. La critique s’était d’ailleurs bien acharnée sur la comédienne, la traitant de petite boulotte porcine. C’était la bonne époque pour elle, puisqu’elle venait d’enchaîner Le Nouveau Monde d’Alain Corneau, véritable trésor caché de la filmographie du cinéaste français, Clueless d’Amy Heckerling et Excess Baggage de Marco Brambilla. Très en vue à Hollywood, Alicia Silverstone est naturellement appelée pour le blockbuster fluo de feu l’ami Joel, qui bien qu’anéanti par la presse du monde entier, parviendra tout de même à rentabiliser confortablement son budget. Mais après ? On peut noter un amusant Première sortie Blast from the Past de Hugh Wilson avec Brendan Fraser, lui aussi au top de sa carrière…et c’est là que ça devient obscur. En fouinant, on se rend compte que l’actrice a tourné pour Kenneth Branagh (Peines d’amour perdues Love’s Labour’s Lost), campé la méchante dans Scooby-Doo 2 de Raja Gosnell, fait un caméo dans Tonnerre sous les tropiques Tropic Thunder de Ben Stiller, qu’elle est apparue dans le très remarqué Mise à mort du cerf sacré The Killing of a Sacred Deer de Yórgos Lánthimos, ainsi que dans Book Club de Bill Holderman, où elle joue la fille de Diane Keaton…en dehors de cela, rien de vraiment enthousiasmant…et ce n’est pas The Requin, titre angl…euh frança…non plus, ah bah oui il s’agit bien du titre original (!) – même si le film aurait été rebaptisé From Below au Royaume-Uni – qui va la remettre sur le devant de la scène. Car The Requin (ou Le Shark si vous préférez) est une série Z, une belle, une grosse, un énorme nanar qui compile les morceaux de bravoure et repousse les limites de la connerie en totale décontraction. On était pourtant prêt à laisser une chance à Alicia Silverstone, mais sa « prestation » se résume essentiellement à un hallucinant concours de grimaces. C’est donc sacrément jubilatoire et conseillé aux amateurs de mauvais films sympathiques. Le label Saban Films.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / The Requin, réalisé par Le-Van Kiet »

Test Blu-ray / 99 femmes, réalisé par Jess Franco

99 femmes (Der heiße Tod) réalisé par Jess Franco, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 17 mai 2022 chez Artus Films.

Acteurs : Maria Schell, Herbert Lom, Mercedes McCambridge, Luciana Paluzzi, Maria Rohm, Rosalba Neri, Elisa Montés, Valentina Godoy…

Scénario : Jess Franco, Carlo Fadda, Milo G. Cuccia, Peter Welbeck & Javier Péres Grober

Photographie : Manuel Merino

Musique : Bruno Nicolai

Durée : 1h29

Date de sortie initiale : 1969

LE FILM

Des jeunes femmes sont envoyées au pénitencier Castillo de la muerte, au milieu du Pacifique, dirigé de main de fer par la directrice Diaz, qui n’hésite pas à abuser sexuellement des prisonnières. Marie, le numéro 99, est sa proie favorite. Mais devant la série de morts inexpliquées au sein de l’île, le gouvernement diligente une enquête. La jeune inspectrice Léonie est chargée de faire un rapport.

1969 est certes l’année érotique comme le chantaient Serge Gainsbourg et Jane Birkin, mais aussi celle où Jess Franco livrait quelques-uns de ses meilleurs crus comme Sumuru, la cité sans hommes, Le Trône de feu The Bloody Judge, tandis que certains pays pouvaient déjà découvrir Justine ou les Infortunes de la vertu. Un autre opus tourné à cette période sort également du lot, Les Brûlantes ou L’Amour dans les prisons de femmes (agrémenté d’inserts pornographiques en France), 99 Mujeres ou tout simplement 99 femmes pour l’exploitation vidéo-DVD du film, son premier long-métrage catégorisé Women In Prison. Le réalisateur espagnol y reviendra souvent, avec Des femmes pour le bloc 9 Frauen für Zellenblock 9 ou bien encore Quartier de femmes Los amantes de la isla del diablo. Pour ses débuts dans ce sous-genre du cinéma Bis, Jess Franco s’en sort formidablement et l’on suit avec autant de plaisir déviant qu’un réel intérêt cinéphile ces prisonnières qui subissent des sévices dégradants et qui décident à un moment donné de se rebeller, dans l’espoir de se sortir de leurs conditions. Évidemment, 99 femmes repose sur un casting essentiellement féminin composé de magnifiques créatures, Maria Schell (Le Trône de feu, Le Diable par la queue, Nuits blanches, Gervaise, La Ruée vers l’ouest), Maria Rohm (Venus in Furs, Justine ou les infortunes de la vertu, Les Inassouvies, L’Appel de la forêt), Elisa Montes (Django, ne prie pas, Texas Adios), Luciana Paluzzi (Opération Tonnerre, Le Vice et la vertu) et surtout Rosalba Neri. Cette dernière, comme elle l’avait précédemment fait dans Pas de roses pour O.S.S. 117 d’André Hunebelle, Furie au Missouri d’Alfonso Brescia, Opération Re Mida (Lucky l’intrépide) de Jess Franco, Hercule contre les vampires de Mario Bava, et le fera encore par la suite dans Les Vierges de la pleine lune de Luigi Batzella et A la recherche du plaisir de Silvio Amadio, crève l’écran de sa beauté animale et Jess Franco l’a bien compris en la mettant en valeur à chaque apparition. On ne s’en lasse pas.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / 99 femmes, réalisé par Jess Franco »

Test Blu-ray / Nashville Lady, réalisé par Michael Apted

NASHVILLE LADY (Coal Miner’s Daughter) réalisé Michael Apted, disponible en DVD et Blu-ray le 5 juillet 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Sissy Spacek, Tommy Lee Jones, Levon Helm, Phyllis Boyens, William Sanderson, Beverly D’Angelo, Bob Hannah, Ernest Tubb…

Scénario : Tom Rickman, d’après l’autobiographie de Loretta Lynn, écrite avec George Vecsey

Photographie : Ralf D. Bode

Durée : 2h

Date de sortie initiale : 1980

LE FILM

Née dans une famille de mineurs, au cœur d’un village du Kentucky, Loretta se marie à 13 ans avec Doolittle Lynn. Décelant chez elle un véritable talent de chanteuse, il lui offre une guitare et l’encourage à se produire sur scène. Elle deviendra l’une des plus grandes vedettes de la Country Music.

En France, nous sommes loin d’imaginer le succès de Loretta Lynn, de son vrai nom Noretta Webb, star de la musique country, interprète, autrice et compositrice, née en 1932 à Butcher Hollow dans le Kentucky. Aux États-Unis, tout le monde connaît sa biographie et pour cause, puisque les studios Hollywoodiens n’ont pas attendu sa disparition (ce serait toujours le cas sinon, puisqu’elle vient de fêter ses 90 ans cette année) pour s’emparer de son incroyable histoire et pour retracer son itinéraire à travers un biopic. C’est donc Universal qui met en route Nashville Lady, aka Coal Miner’s Daughter en version originale, titre repris d’une des plus célèbres chansons de Loretta Lynn. Sorti en mars 1980 sur le sol de l’Oncle Sam, Nashville Lady rapporte 67 millions de dollars, soit l’équivalent de près de 240 millions aujourd’hui. Un triomphe, un raz-de-marée, qui aura valu à sa comédienne Sissi Spacek l’Oscar de la meilleure actrice, le Golden Globe et le BAFTA. Chose amusante, c’est Loretta Lynn elle-même qui aura jeté son dévolu sur la légendaire interprète de Carrie pour jouer son rôle au cinéma, en découvrant son visage sur quelques photographies de comédiennes pressenties. Comédie-dramatique hagiographique classiquement, mais efficacement mise en scène par le britannique Michael Apted, Nashville Lady vaut essentiellement, voire entièrement pour la prestation hors normes de Sissy Spacek et de son partenaire Tommy Lee Jones, dont l’alchimie emporte tout sur son passage.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Nashville Lady, réalisé par Michael Apted »

Test Blu-ray / L’Honneur d’un capitaine, réalisé par Pierre Schoendoerffer

L’HONNEUR D’UN CAPITAINE réalisé par Pierre Schoendoerffer, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Jacques Perrin, Nicole Garcia, Georges Wilson, Charles Denner, Claude Jade, Robert Etcheverry, Georges Marchal, Jean Vigny…

Scénario : Jean-François Chauvel, Pierre Schoendoerffer & Daniel Yonnet

Photographie : Bernard Lutic

Musique : Philippe Sarde

Durée : 2h

Date de sortie initiale : 1982

LE FILM

Paris 1982. 20 ans sont déjà passés depuis la fin de la guerre d’Algérie. Au cours d’une émission télévisée consacrée au conflit, un professeur de la Sorbonne accuse Martin Caron, un officier tué lors des derniers combats, d’avoir été un tortionnaire et un criminel. Sa veuve décide de laver l’honneur de son mari…

1977, Pierre Schoendoerffer (1928-2012) réalise Le Crabe-Tambour, qui attire 1,2 million de spectateurs dans les salles, se voit récompenser par six nominations aux César l’année suivante et en obtient trois, ceux du Meilleur acteur pour Jean Rochefort, du Meilleur acteur dans un second rôle pour Jacques Dufilho et de la Meilleure photographie pour Raoul Coutard. Cinq ans plus tard, L’Honneur d’un capitaine ne connaîtra pas le même engouement avec seulement 418.000 entrées, dépassé alors par le triomphe inattendu du documentaire L’Amérique interdite de Romano Vanderbes et de Class 1984 de Mark L. Lester. Rétrospectivement, le septième long-métrage du cinéaste (en tenant compte de La Passe du diable, coréalisé avec Jacques Dupont, et en écartant ses documentaires) apparaît comme étant le plus sobre dans son dispositif, puisqu’il s’agit d’un film de procès, se déroulant essentiellement dans un tribunal, avec différents apartés centrés sur les agissements du capitaine, élégamment campé par feu Jacques Perrin. Ce dernier est monté en grade, puisqu’après avoir joué un sous-lieutenant dans La 317e Section (1965) et un lieutenant dans Le Crabe-Tambour (1977), le voici promu capitaine. Comme d’habitude, Pierre Schoendoerffer n’y va pas de main morte et fonce tête baissée en abordant un sujet encore tabou, en l’occurrence la guerre d’Algérie, en exposant constamment les arguments des deux partis adverses. Dommage que la mise en scène s’avère paresseuse, surtout durant les très longs passages de procès, qui pâtissent également d’un gros manque de rythme, car le propos reste évidemment passionnant et l’interprétation brillante.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / L’Honneur d’un capitaine, réalisé par Pierre Schoendoerffer »

Test Blu-ray / La Mort de Belle, réalisé par Edouard Molinaro

LA MORT DE BELLE réalisé par Edouard Molinaro, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Jean Desailly, Alexandra Stewart, Monique Mélinand, Yvette Etiévant, Jacques Monod, Marc Cassot, Jacques Pierre, Yves Robert…

Scénario : Jean Anouilh, d’après le roman de Georges Simenon

Photographie : Jean-Louis Picavet

Musique : Georges Delerue

Durée : 1h31

Date de sortie initiale : 1961

LE FILM

Dans son pavillon de la banlieue de Genève, Stéphane Blanchon, professeur de français au Collège international de Genève, passe sa soirée seul, d’abord en corrigeant ses copies, puis en bricolant autour d’un tour à bois. Sa femme Christine partie en ville pour un bridge entre amis, l’appelle pour le convaincre de venir la rejoindre, il refuse. La jeune Belle, une américaine, fille d’une amie de Christine, qui vit chez eux pendant ses études, est ramenée par un petit ami qui la laisse devant la maison. Elle vient souhaiter une bonne nuit à Stéphane qui ne l’entend pas à cause du moteur du tour. Le lendemain, il part à l’école comme d’habitude. A peine arrivé au collège, il est appelé par son épouse : Belle a été retrouvée morte, étranglée dans sa chambre.

Du cinéaste Edouardo Camille Molinaro alias Edouard Molinaro (1928-2013), nous connaissons surtout ses immenses succès populaires, Oscar (plus de six millions d’entrées), La Cage aux folles (5,4 millions), Hibernatus (3,4 millions), L’Emmerdeur (3,3 millions), La Cage aux folles 2 (3 millions), Mon oncle Benjamin (2,7 millions) ou bien encore Une ravissante idiote (2,2 millions). Au cours de sa longue carrière, le réalisateur aura attiré près de 50 millions de spectateurs dans les salles françaises. Pourtant, Edouard Molinaro n’a jamais caché que les films qui lui étaient le plus cher et le plus personnel étaient ceux tapis dans l’ombre. Dès ses débuts, celui-ci aura emporté l’adhésion des spectateurs avec ses films policiers, Le Dos au mur (1958), Des femmes disparaissent (1959) et Un témoin dans la ville (1959), y compris avec sa première comédie Une fille pour l’été (1960), qui ont tous dépassé la barre du million d’entrées. Après cette parenthèse humoristique, le metteur en scène revenait au polar avec La Mort de Belle, adapté du roman du même nom de Georges Simenon, publié en 1952. Trésor dissimulé dans la prolifique et éclectique filmographie d’Edouard Molinaro, ce thriller psychologique est avant tout le bouleversant portrait d’un homme « pur », magnifiquement interprété par Jean Desailly, qui devient le principal suspect dans une affaire de meurtre, dans laquelle une jeune américaine de 18 ans a été retrouvée étranglée dans la chambre qu’elle louait près de Genève. Fascinante et éprouvante dissection de la machine judiciaire, capable de broyer n’importe qui sur son passage, La Mort de Belle est un chef d’oeuvre insoupçonné qui fera le bonheur des cinéphiles.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Mort de Belle, réalisé par Edouard Molinaro »

Test Blu-ray / La Loi du nord, réalisé par Jacques Feyder

LA LOI DU NORD réalisé par Jacques Feyder, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Michèle Morgan, Pierre Richard-Willm, Charles Vanel, Arlette Marchal, Jacques Terrane, Max Michel, Youcca Troubetzkov, Fabien Loris…

Scénario : Jacques Feyder & Alexandre Arnoux, d’après le roman de Maurice Constantin-Weyer, Telle qu’elle était en son vivant

Photographie : Roger Hubert

Musique : Louis Beydts

Durée : 1h42

Date de sortie initiale : 1939

LE FILM

Un soir, dans un cabaret new-yorkais, Robert Shaw, le roi de l’acier, abat l’amant de sa femme. Lors du procès, il plaide la démence et se retrouve interné. Sa secrétaire, Jacqueline Bert, une française, lui rend souvent visite et lui dit de se tenir prêt. Son évasion accomplie, Bob gagne le Canada avec Jacqueline. Celle-ci rencontre bientôt un aventurier français, Louis Dumontier, qu’elle présente à Bob. Ensemble, ils prennent la piste du Grand Nord.

L’Atlantide (1921), Visages d’enfants (1925), Le Grand jeu (1934), La Kermesse héroïque (1935, Prix international de la mise en scène à la Mostra de Venise), Le Chevalier sans armure Knight Without Armour (1937) ont tous comme dénominateur commun le réalisateur belge Jacques Feyder (1885-1948), de son vrai nom Jacques Frédérix. Privilégiant les décors naturels, à l’instar de l’Afrique pour L’Atlantide (à l’époque le film le plus cher du cinéma français) ou du Haut-Valais pour Visages d’enfants, le cinéaste est reconnu dans le monde entier pour sa virtuosité, au même titre que ses confrères Abel Gance et D. W. Griffith. A l’origine, La Piste du nord, premier titre d’exploitation, avait été sélectionné pour représenter la France au tout premier Festival de Cannes qui devait se dérouler du 1er au 20 septembre 1939, mais qui est finalement annulé en raison de l’arrivée en Pologne des troupes allemandes. L’avant-dernier long-métrage de Jacques Feyder sortira en mars 1942, dans une version tronquée, puis sera rebaptisé La Loi du nord, quand le film sera à nouveau exploité en 1945 dans son montage intégral. Ce passionnant polar teinté d’aventure, essentiellement tourné entre la Norvège et la Suède, suit la fuite en avant d’un homme ayant assassiné son rival et de sa secrétaire au dévouement sans bornes, dans le froid de la Belle Province. Inclassable, on passe ainsi de la romance au thriller, en passant par le drame, le survival et le film noir, La Loi du nord est une immense (re)découverte, qui mérite toute l’attention des cinéphiles.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Loi du nord, réalisé par Jacques Feyder »

Test Blu-ray / Vacances portugaises, réalisé par Pierre Kast

VACANCES PORTUGAISES réalisé par Pierre Kast, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Françoise Arnoul, Michel Auclair, Jean-Pierre Aumont, Jean-Marc Bory, Françoise Brion, Catherine Deneuve, Jacques Doniol-Valcroze, Daniel Gélin…

Scénario : Pierre Kast, Alain Aptekman, Jacques Doniol-Valcroze & Robert Scipion

Photographie : Raoul Coutard

Musique : Georges Delerue

Durée : 1h39

Date de sortie initiale : 1963

LE FILM

Six couples amis se réunissent pour passer le week-end ensemble dans une grande et belle propriété de campagne près de Lisbonne. Les problèmes sentimentaux des uns et des autres deviennent rapidement le sujet central de leur séjour. Certains couples se défont, d’autres se découvrent sous un nouveau jour.

C’est un film dont nous ne soupçonnions même pas l’existence et ce qui frappe d’entrée de jeu en le découvrant c’est bien sûr son impressionnant casting, composé entre autres de Françoise Arnoul, Catherine Deneuve, Michel Auclair, Jean-Pierre Aumont, Daniel Gélin. D’autres sont sans doute moins connus comme Françoise Prévost (La Saignée de Claude Mulot, Les Russes ne boiront pas de Coca Cola ! de Luigi Comencini), Bernhard Wicki (La Nuit de Michelangelo Antonioni, Despair de Rainer Werner Fassbinder), Barbara Laage (Domicile conjugal de François Truffaut, Paris Blues de Martin Ritt), Michèle Girardon (La Proie pour l’ombre d’Alexandre Astruc, Hatari ! de Howard Hawks), Françoise Brion (Alexandre le bienheureux d’Yves Robert, La Traque de Serge Leroy, Nelly et Monsieur Arnaud de Claude Sautet) et Jean-Marc Bory (Le Dossier noir d’André Cayatte, Les Amants de Louis Malle, Maléfices de Henri Decoin). Du beau monde, c’est le cas de le dire, pour ce qu’on pourrait qualifier de film choral, qui mêle et entremêlent les personnages, dans une unité de lieu et de temps, au-delà des frontières françaises, où les sentiments semblent plus libres de s’exprimer. Sorti en octobre 1963, Vacances portugaises ou Les Égarements, est réalisé par Pierre Kast (1920-1984). Ancien militant communiste, mais avant tout passionné de cinéma, il parvient à devenir l’assistant du légendaire Henri Langlois à la Cinémathèque français dans les années 1940, puis écrit pour Les Cahiers du cinéma, avant de se lancer aussi dans le septième art. Il seconde ainsi Jean Grémillon (Pattes blanches, L’Étrange madame X) et René Clément (Le Château de verre, Jeux interdits) et Jean Renoir (French Cancan), puis commence à emballer quelques courts-métrages et documentaires. L’aventure du long-métrage démarre pour lui en 1957 avec Amour de poche, écrit par la célèbre France Roche, dans lequel il dirige Jean Marais, Jean-Claude Brialy et Geneviève Page. Vacances portugaises est son cinquième opus. Il en signe les dialogues et le coécrit avec Robert Scipion (Les Saintes chéries, Arsène Lupin, L’île aux trente cercueils), Alain Aptekman et surtout Jacques Doniol-Valcroze, l’un des fondateurs des Cahiers du cinéma, mais aussi acteur occasionnel vu dans Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais, Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles de Chantal Akerman et également réalisateur (Le Viol, L’Homme au cerveau greffé). On pourrait penser que Vacances portugaises est le témoignage d’un cinéma révolu, ce qui n’est pas le cas. Car le film de Pierre Kast pose les bases d’un genre à part entière en France, aussi bien sur le fond que sur la forme, qui sont encore adoptés de nos jours, sans doute trop, et qui apparaît toujours dans le paysage cinématographique hexagonal. Certains éléments ont bien entendu pris quelques (voire pas mal) de rides, mais le charme subsiste malgré tout, grâce notamment à la fraîcheur de son casting quatre étoiles. Si tout n’est pas non plus passionnant, il serait franchement dommage de passer à côté de cette comédie dramatico-sentimentale, sur laquelle plane un spleen enivrant, qui fait encore son effet soixante ans après.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Vacances portugaises, réalisé par Pierre Kast »

Test Blu-ray / L’Oeil du malin, réalisé par Claude Chabrol

L’OEIL DU MALIN réalisé par Claude Chabrol, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Jacques Charrier, Stéphane Audran, Walther Reyer, Daniel Boulanger, Erika Tweer, Michael Münzer, Claude Romet…

Scénario : Claude Chabrol, Paul Gégauff & Martial Matthieu

Photographie : Jean Rabier

Musique : Paul Jansen

Durée : 1h20

Date de sortie initiale : 1962

LE FILM

Envoyé en Bavière pour réaliser un reportage, le journaliste Albin Mercier s’ennuie ferme. Il fait la connaissance d’Andreas Hartmann, un écrivain, et d’Hélène, son épouse. L’apparente harmonie de ce couple fascine Albin, qui n’excelle guère que dans la médiocrité. Repoussé par Hélène, il commence à la suivre, dévoré par la jalousie et la rancoeur, alors qu’elle arpente Munich. C’est ainsi qu’il découvre qu’elle trompe son mari. Pour obtenir ses faveurs, Albin n’hésite pas à la faire chanter…

L’Oeil du malin est l’un des premiers longs-métrages de Claude Chabrol (1930-2010), plus exactement son sixième, si l’on ne tient pas compte du film à sketches Les Sept Pêchés capitaux, coréalisé entre autres avec Jean-Luc Godard, Philippe de Broca, Jacques Demy et Édouard Molinaro. La même année que ce dernier, Chacha commençait véritablement à prendre son envol avec L’Oeil du malin, en peaufinant encore et toujours son style et en approfondissant ses thèmes de prédilection. Impressionnant de froideur, cette (auto)analyse clinique d’un cas pathologique offre à Jacques Charrier, l’un de ses meilleurs rôles, peut-être le plus intéressant d’ailleurs, avec celui qu’il campait dans Les Tricheurs de Marcel Carné trois ans plus tôt. Chose amusante, par son dispositif L’Oeil du malin rappelle beaucoup Plein soleil (1960) de René Clément (et dont le scénariste Paul Gégauff est aussi celui de L’Oeil du malin) dans lequel Jacques Charrier devait jouer, mais qu’il avait finalement décliné en raison de la grossesse de sa compagne Brigitte Bardot. Même si l’opus de Claude Chabrol n’atteint pas la sécheresse, la virtuosité, ni la puissance du chef d’oeuvre de René Clément, L’Oeil du malin n’en demeure pas moins magistral, captivant à plus d’un titre, remarquablement mis en scène (parfois à la limite du documentaire au cours d’une filature se déroulant durant l’Oktoberfest de Munich) et interprété, où explose le charme dévastateur de Stéphane Audran.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / L’Oeil du malin, réalisé par Claude Chabrol »