Test Blu-ray / King, réalisé par David Moreau

KING réalisé par David Moreau, disponible en DVD et Blu-ray le 22 juin 2022 chez Pathé.

Acteurs : Gérard Darmon, Lou Lambrecht, Léo Lorléac’h, Thibault de Montalembert, Clémentine Baert, Artus, Marius Blivet, Laurent Bateau…

Scénario : David Moreau, Zoé Bruneau, Sophie Glaas & Maria Pourchet, d’après une histoire originale de Jean-Baptiste Andrea & Gael Malry

Photographie : Antoine Sanier

Musique : Guillaume Roussel

Durée : 1h39

Année de sortie : 2022

LE FILM

King, un lionceau destiné à un trafic, s’échappe de l’aéroport et se réfugie dans la maison d’Inès, 12 ans et Alex, 15. Le frère et la sœur ont alors l’idée folle de le ramener chez lui, en Afrique. Mais la traque des douaniers ne leur facilite pas la vie. Lorsque Max, leur grand-père fantasque qu’ils n’ont vu que deux fois dans leur vie, se joint à l’aventure, tout devient possible..

Découvert avec ses films d’horreur Ils et The Eye coréalisés avec Xavier Palud, le cinéaste David Moreau a ensuite connu en 2013 un beau succès avec 20 ans d’écart, pétillante comédie-romantique avec Pierre Niney et Virginie Efira. Avec Seuls, il revenait au film de genre en suivant le schéma tracé par les américains et leurs franchises destinées aux adolescents, Hunger Games, Divergente ou Le Labyrinthe. Tout était réuni pour que Seuls rencontre un large public. Malheureusement, le réalisateur a dû faire avec le peu d’argent mis à sa disposition en raison de la frilosité des producteurs français. King devait signer son retour au cinéma, mais David Moreau n’aura pas le temps de terminer le film, à cause d’une plainte déposée à son égard par une technicienne. Débouté du tournage, David Moreau sera finalement remplacé par le chef opérateur Antoine Sanier. Toutefois, à l’écran cela ne se ressent pas et King demeure un joli film pour les enfants et leur(s) accompagnant(s). L’ombre de Steven Spielberg plane sur cette histoire (ainsi que sur la forme) du début à la fin et l’on en vient même à se dire qu’il s’agit purement et simplement d’un remake d’E.T., l’extra-terrestre, tant les similitudes y sont particulièrement troublantes. Remplacez l’alien par un lionceau et vous avez pour ainsi dire la même chose. King parvient à captiver l’attention de la jeune audience, avec de bons et charismatiques comédiens, la tendresse bourrue de Gérard Darmon (très bon à donner la réplique à ses partenaires en herbe) et un lionceau attendrissant, souvent créé en images de synthèse et dont le résultat est bluffant. De beaux sentiments, un rythme soigné, une photo très classe, de l’aventure, le spectacle est garanti.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / King, réalisé par David Moreau »

Test Blu-ray / La Loi du nord, réalisé par Jacques Feyder

LA LOI DU NORD réalisé par Jacques Feyder, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Michèle Morgan, Pierre Richard-Willm, Charles Vanel, Arlette Marchal, Jacques Terrane, Max Michel, Youcca Troubetzkov, Fabien Loris…

Scénario : Jacques Feyder & Alexandre Arnoux, d’après le roman de Maurice Constantin-Weyer, Telle qu’elle était en son vivant

Photographie : Roger Hubert

Musique : Louis Beydts

Durée : 1h42

Date de sortie initiale : 1939

LE FILM

Un soir, dans un cabaret new-yorkais, Robert Shaw, le roi de l’acier, abat l’amant de sa femme. Lors du procès, il plaide la démence et se retrouve interné. Sa secrétaire, Jacqueline Bert, une française, lui rend souvent visite et lui dit de se tenir prêt. Son évasion accomplie, Bob gagne le Canada avec Jacqueline. Celle-ci rencontre bientôt un aventurier français, Louis Dumontier, qu’elle présente à Bob. Ensemble, ils prennent la piste du Grand Nord.

L’Atlantide (1921), Visages d’enfants (1925), Le Grand jeu (1934), La Kermesse héroïque (1935, Prix international de la mise en scène à la Mostra de Venise), Le Chevalier sans armure Knight Without Armour (1937) ont tous comme dénominateur commun le réalisateur belge Jacques Feyder (1885-1948), de son vrai nom Jacques Frédérix. Privilégiant les décors naturels, à l’instar de l’Afrique pour L’Atlantide (à l’époque le film le plus cher du cinéma français) ou du Haut-Valais pour Visages d’enfants, le cinéaste est reconnu dans le monde entier pour sa virtuosité, au même titre que ses confrères Abel Gance et D. W. Griffith. A l’origine, La Piste du nord, premier titre d’exploitation, avait été sélectionné pour représenter la France au tout premier Festival de Cannes qui devait se dérouler du 1er au 20 septembre 1939, mais qui est finalement annulé en raison de l’arrivée en Pologne des troupes allemandes. L’avant-dernier long-métrage de Jacques Feyder sortira en mars 1942, dans une version tronquée, puis sera rebaptisé La Loi du nord, quand le film sera à nouveau exploité en 1945 dans son montage intégral. Ce passionnant polar teinté d’aventure, essentiellement tourné entre la Norvège et la Suède, suit la fuite en avant d’un homme ayant assassiné son rival et de sa secrétaire au dévouement sans bornes, dans le froid de la Belle Province. Inclassable, on passe ainsi de la romance au thriller, en passant par le drame, le survival et le film noir, La Loi du nord est une immense (re)découverte, qui mérite toute l’attention des cinéphiles.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Loi du nord, réalisé par Jacques Feyder »

Test Blu-ray / Justine ou les infortunes de la vertu, réalisé par Jess Franco

JUSTINE OU LES INFORTUNES DE LA VERTU (Marquis de Sade: Justine) réalisé par Jess Franco, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 17 mai 2022 chez Artus Films.

Acteurs : Klaus Kinski, Romina Power, Maria Rohm, Rosemary Dexter, Carmen de Lirio, Akim Tamiroff, Gustavo Re, Mercedes McCambridge, Jack Palance…

Scénario : Harry Alan Towers, Arpad DeRiso & Erich Kronte, d’après le roman du Marquis de Sade

Photographie : Manuel Merino

Musique : Bruno Nicolai

Durée : 1h59

Date de sortie initiale : 1969

LE FILM

Le marquis de Sade évoque des souvenirs. Il raconte l’histoire de deux soeurs, Juliette et Justine, chassées par leurs parents. Juliette, la sage, semble poursuivie par la malchance. Justine va de l’avant, sans scrupule, et rencontre ainsi des personnes fort intéressantes. Juliette se retrouve comme pensionnaire chez une certaine madame de Buisson, qui dirige une maison close. Justine refuse de tomber entre les mains de cette mère maquerelle et prend la fuite. C’est alors qu’elle croise le chemin de monsieur de Harpin, un vieillard ignoble, qui veut profiter de la détresse de la jeune femme pour servir ses propres desseins…

Ce qui est difficile dans la filmographie éclectique et prolifique de Jess Franco (plus de 200 films…), c’est de s’y retrouver avec les différents titres attribués à un seul long-métrage. Ainsi, Justine ou les infortunes de la vertu, est aussi connu sous l’appellation Marquis de Sade: Justine, Les Deux beautés, Justine de Sade, ou bien encore Justine and Juliet, et même Deadly Sanctuary. Nous en resterons à Justine ou les infortunes de la vertu, titre d’exploitation du film qui nous intéresse aujourd’hui, sorti sur les écrans hexagonaux en mars 1970 et un an plus tôt en Italie. L’ami Jess tourne à la suite Les Brûlantes 99 femmes, Sumuru, la cité sans hommes, Le Château de Fu Manchu. On ne saurait être plus diversifié. Sur un scénario de Harry Alan Towers (Black Venus de Claude Mulot, Le Cirque de la peur de John Llewellyn Moxey, et par ailleurs producteur), Arpad DeRiso (Le Lion de Saint Marc et Le Tigre des mers de Luigi Capuano) et Erich Kronte, le cinéaste adapte pour la première fois le Marquis de Sade (ici son ouvrage rédigé à la Bastille en 1787, publié de son vivant en 1791), auquel il reviendra à plusieurs reprises, en 1970 avec Les Inassouvies (librement inspiré de La Philosophie dans le boudoir), trois ans plus tard avec Eugénie de Sade (d’après Eugénie de Franval), puis avec Plaisir à trois en 1974. Une obsession qui irriguera moult opus du réalisateur par la suite. Mais pour l’heure, il bénéficie d’un budget solide pour Justine ou les infortunes de la vertu. S’il n’est clairement pas le meilleur Franco, le film parvient encore à être divertissant et souvent plaisant, surtout dans ses délires que l’on pourrait volontiers qualifier de nawak, à l’instar de la prestation de Jack Palance (la même année que Che! de Richard Fleischer), perdu dans ses pensées, complètement en roue libre, vraisemblablement en totale improvisation. Au-delà de ça, le casting est aussi très attractif, avec un Klaus Kinski illuminé (pléonasme) dans la peau du Marquis de Sade (toutes ses scènes ont été visiblement emballées en une seule journée), un petit coucou d’Howard Vernon, sans oublier de superbes comédiennes (Romina Power, Maria Rohm, Rosemary Dexter, Carmen de Lirio, Sylva Koscina, Rosalba Neri), toujours très bien mises en valeur par le metteur en scène. Un bon cru.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Justine ou les infortunes de la vertu, réalisé par Jess Franco »

Test Blu-ray / Le Vieux Khottabych, réalisé par Gennadiy Kazanskiy

LE VIEUX KHOTTABYCH (Starik Khottabych – Старик Хоттабыч) réalisé par Gennadiy Kazanskiy, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 7 juin 2022 chez Artus Films.

Acteurs : Nikolay Volkov, Aleksei Litvinov, Gennadi Khudyakov, Lev Kovalchuk, Valentina Romanova, Maya Blinova, Olga Cherkasova, Yefim Kopelyan…

Scénario : Lazar Lagin, d’après son roman

Photographie : Muzakir Shurukov

Musique : Nadezhda Simonyan

Durée : 1h24

Date de sortie initiale : 1957

LE FILM

Le petit Volka découvre une bouteille au fond de la rivière. En la débouchant, il laisse apparaître le génie Khottabych, âgé de plus de 2000 ans. Pour le remercier, ce dernier exauce tous les vœux du garçon. Mais il ne connaît pas encore les techniques du monde moderne et ses tours de magie amènent des catastrophes en série.

Tandis que Doctor Strange in the Multiverse of Madness et Top Gun: Maverick déferlent sur les écrans en essayant de ramener les spectateurs dans les salles obscures, il fut un temps où les blockbusters se résumaient à l’arrivée d’un génie de la lampe dans le quotidien d’un petit garçon. C’est le cas d’un film russe intitulé Le Vieux Khottabych, Starik Khottabych, ou bien encore Старик Хоттабыч (ça c’est juste histoire de nous la péter), réalisé par un certain Gennadiy Kazanskiy (1910-1983), qui s’emparait alors d’un roman très connu des petits et des grands de Lazar Lagin, Starik Hottabych, publié en 1938, puis révisé près de vingt ans après, dont l’adaptation est d’ailleurs signée de l’auteur de lui-même. Mélange de bons sentiments, d’humour pour toute la famille (un gag annonce même le légendaire « jour, nuit, jour, nuit » de Jacquouille la Fripouille), d’effets spéciaux charmants et surtout irrigué de bonnes valeurs morales (A bas le capitalisme ! Vive la culture physique !), Le Vieux Khottabych enchaîne les péripéties de notre jeune héros, qui sera bien occupé à rattraper les bêtises d’un génie âgé de 3732 ans (et 5 mois), quelque peu allumé (une sorte d’Aladin gâteux) et bien sûr complètement paumé dans le monde contemporain, qui découvre les us et coutumes d’un pays qu’il ne connaît pas, après avoir passé près de 2000 années enfermé dans sa lampe. Un spectacle fantastique kitsch, plaisant, coloré, poétique et bourré d’aventures.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Vieux Khottabych, réalisé par Gennadiy Kazanskiy »

Test Blu-ray / Le Trône de feu, réalisé par Jess Franco

LE TRÔNE DE FEU (Il Trono di fuoco / The Bloody Judge) réalisé par Jess Franco, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 17 mai 2022 chez Artus Films.

Acteurs : Christopher Lee, Maria Schell, Leo Genn, Hans Hass Jr., Maria Rohm, Margaret Lee, Peter Martell, Howard Vernon, Milo Quesada…

Scénario : Michael Haller, Anthony Scott Veitch, Jess Franco & Enrico Colombo, d’après une histoire originale de Peter Welbeck

Photographie : Manuel Merino

Musique : Bruno Nicolai

Durée : 1h38

Date de sortie initiale : 1970

LE FILM

À la fin du XVIIe siècle, l’Europe se livre à une véritable chasse aux sorcières. En Angleterre, un juge sadique et un peu trop zélé arrête bon nombre de femmes innocentes qu’il fait accuser « d’adoratrice du diable », les rend responsables d’actes de sorcellerie sans preuves évidentes et les brûlent publiquement. Marie vient de perdre sa sœur dans ces atroces conditions : elle est bien décidée à venger sa mémoire.

Nous avons très largement abordé la vie et la carrière de Jesús Franco Manera aka Jess Franco (1930-2013) à travers nos chroniques des Nuits brûlantes de Linda, Shining Sex, Deux espionnes avec un petit slip à fleurs, Opération Re Mida (Lucky l’intrépide), La Fille de Dracula, Les Possédées du diable et Le Journal intime d’une nymphomane. Alors autant attaquer immédiatement, en allant voir tout de suite où le film qui nous intéresse aujourd’hui, en l’occurrence Le Trône de feuThe Bloody Judge, se situe dans la filmographie conséquente et éclectique de l’ami Jess. Cet opus est tourné en 1969, année des Brûlantes ou L’Amour dans les prisons de femmes (aussi connu sous le titre 99 femmes) et de Sumuru, la cité sans hommes, tandis que certains pays peuvent déjà découvrir Justine ou les Infortunes de la vertu ou Les Deux beautés (Marquis de Sade’s Justine) avec Klaus Kinski. Jess Franco est partout dans les salles du monde entier, certains de ses longs-métrages sortent avec un, deux voire trois ans de décalage selon le territoire, la censure sévit ici ou au contraire certaines scènes pornographiques sont ajoutées au montage pour faire plaisir aux spectateurs. Le cinéaste ne sait plus où donner de la tête et où pointer sa caméra, mais tant qu’il tourne, il ne saurait être plus heureux. Bien sûr, dans cette anthologie foisonnante, le cinéphile/age trouvera forcément à boire et à manger. Le Trône de feu peut aisément être placé dans le haut du panier. L’Inquisition a inspiré le cinéma. On peut citer en vrac Capitaine de Castille (1947) de Henry King avec Tyrone Power et Cesar Romero, La Passion de Jeanne d’Arc (1928) et Jour de colère Vredens Dag (1943) de Carl Theodor Dreyer, Les Sorcières de Salem (1957) de Raymond Rouleau, Le Grand Inquisiteur (1968) de Michael Reeves et, plus proche de nous, Les Fantômes de Goya de Milos Forman. Un sujet qui inspire visiblement le réalisateur, qui signe probablement l’un de ses meilleurs films, à la fois sur le fond comme sur la forme, et qui bénéficie surtout d’un solide atout dans sa musette, en la personne de l’illustre Christopher Lee, qu’il avait déjà dirigé (Le Sang de Fu Manchu The Blood of Fu Manchu, Le Château de Fu Manchu The Castle of Fu Manchu) et qu’il retrouvera encore plus tard (Les Nuits de Dracula, Les Inassouvies Philosophy in the Boudoir, Dark Mission : Les Fleurs du mal…).

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Trône de feu, réalisé par Jess Franco »

Test Blu-ray / Le Fleuve de la dernière chance, réalisé par Jerry Hopper

LE FLEUVE DE LA DERNIÈRE CHANCE (Smoke Signal) réalisé par Jerry Hopper, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 7 avril 2022 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Dana Andrews, Piper Laurie, Rex Reason, William Talman, Milburn Stone, Douglas Spencer, Gordon Jones, William Schallert.…

Scénario : George F. Slavin & George W. George

Photographie : Clifford Stine

Musique : Henry Mancini

Durée : 1h28

Date de sortie initiale: 1955

LE FILM

Commandés par le capitaine Harper, des soldats américains fuient, par le fleuve, le fort assiégé par les Utes, très supérieurs en nombre et qui attendent le renfort des tribus sioux. Parmi les Blancs se trouvent Laura, fille du major Evans, mort au combat et un prisonnier, Halliday. Ce dernier est un ancien officier qui a vécu longtemps chez les Utes. Tandis qu’Evans était partisan de la guerre, Halliday voulait sceller la paix. Lors des engagements, il s’est trouvé du côté indien et a dès lors été considéré comme un traître, un meurtrier et un déserteur.

Jerry Hopper (1907-1988), voilà un réalisateur méconnu. Certains cinéphiles se souviennent peut-être du Triomphe de Buffalo BillPony Express (1953) avec Charlton Heston et Rhonda Fleming. La cinquantaine se profilant à l’horizon, le cinéaste met les bouchées doubles et parvient à livrer quatre films en 1955, Le Fleuve de la dernière chanceSmoke Signal, La Guerre privée du major BensonThe Private War of Major Benson, La Jungle des hommesThe Square Jungle avec Tony Curtis, et Son seul amour One Desire avec Rock Hudson. Avant de consacrer le reste de sa vie à la télévision à travers moult épisodes de séries télévisées diverses et variées (L’Homme à la carabine, Les Incorruptibles, La Grande Caravane, Perry Mason, Gunsmoke, La Famille Addams, Le Fugitif, Le Virginien…), Jerry Hopper renoue donc avec le western avec Le Fleuve de la dernière chance, formidable opus, excellemment mis en scène, qui certes pâtit de l’usage de transparences, mais qui fait oublier ce stratagème avec un récit riche en rebondissements, en gunfights, en action, des personnages à la psychologie bien fouillée et complexe, élégamment campés par Dana Andrews et la magnifique Piper Laurie.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Fleuve de la dernière chance, réalisé par Jerry Hopper »

Test Blu-ray / Hors-la-loi, réalisé par Robin Davis

HORS-LA-LOI réalisé par Robin Davis, disponible en Blu-ray le 1er février 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Clovis Cornillac, Wadeck Stanczak, Nathalie Spilmont, Isabelle Pasco, Pascal Librizzi, Jean-Claude Tran, Joël Ferraty, Philippe Chambon…

Scénario : Patrick Laurent, Dominique Robelet & Robin Davis

Photographie : Jacques Steyn

Musique : Philippe Sarde

Durée : 1h47

Date de sortie initiale : 1985

LE FILM

Un groupe d’adolescents s’évade d’un centre de redressement. Bien malgré eux, ils déclenchent une tuerie dans un petit bal campagnard. Ils sont désormais, à double titre, recherchés par les forces de police. Les jeunes en fuite connaissent rapidement des dissensions au sein même de leur groupe…

C’est un choc. Méconnu, peu diffusé à la télévision, Hors-la-loi est un coup de poing dans la tronche comme il en arrive rarement dans le cinéma français. Après le triomphe de J’ai épousé une ombre, Robin Davis obtient carte blanche de la part de son producteur Alain Sarde. Alors que le réalisateur avait jusqu’à présent travaillé avec de très grandes vedettes et même des stars, comme Bernard Blier, Alida Valli Jacques Dufilho dans Ce cher Victor, Claude Brasseur, Claude Rich et Marlène Jobert dans La Guerre des polices, Alain Delon, Philippe Léotard et Catherine Deneuve dans Le Choc, Nathalie Baye, Francis Huster, Madeleine Robinson et Richard Bohringer dans J’ai épousé une ombre, Hors-la-loi repose entièrement (ou presque, à l’exception de l’apparition remarquable de Madeleine Robinson) sur un casting de jeunes inconnus. Parmi ceux-ci, un certain « Clovis », il est ainsi crédité au générique, tient le haut de l’affiche. Il s’agit bien sûr de Clovis Cornillac, seize ans au moment du tournage, qui crève l’écran ici dans le rôle de Roland, celui qui devient malgré-lui le leader de ces adolescents en fuite. A ses côtés, Isabelle Pasco, 18 ans, la future star du film mal aimé de Jean-Jacques Beineix, Roselyne et les lions (1989) et qui n’était apparue que dans Ave Maria de Jacques Richard l’année précédente, imprime elle aussi la pellicule de sa beauté diaphane. Tout le reste de la distribution est d’ailleurs exceptionnel et pas un seul comédien n’est laissé en retrait. Hors-la-loi est comme qui dirait le chaînon manquant entre La Traque (1975) de Serge Leroy, Sa Majesté des mouches de William Golding et…Les Goonies de Richard Donner ! Car en effet, le film de Robin Davis est autant un film d’aventure, qu’un western, un road movie, un film de genre aussi puisque Hors-la-loi reste marqué par quelques séquences très difficiles, percutantes, à l’instar de celle où le groupe est littéralement mis à poil par des fermiers illuminés, bien décidés à les remettre sur le droit chemin. Hors-la-loi est un film qui transpire par tous les pores d’un amour incommensurable pour le cinéma, où planent l’ombre de John Huston, Elia Kazan et John Boorman. Voici le chef d’oeuvre de Robin Davis.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Hors-la-loi, réalisé par Robin Davis »

Test Blu-ray / Le Cid, réalisé par Anthony Mann

LE CID (El Cid) réalisé Anthony Mann, disponible en Combo Blu-ray + DVD – Édition Limitée le 16 février 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Charlton Heston, Sophia Loren, Raf Vallone, Geneviève Page, John Fraser, Gary Raymond, Hurd Hatfield, Massimo Serato…

Scénario : Philip Yordan, Fredric M. Frank & Ben Barzman

Photographie : Robert Krasker

Musique : Miklós Rózsa

Durée : 3h

Date de sortie initiale : 1961

LE FILM

L’Espagne est presque entièrement aux mains des Maures du sultan Ben Youssouf. Seuls les petits royaumes d’Aragon et de Léon résistent encore. Don Rodrigue, jeune chevalier castillan, multiplie les exploits, au point que ses ennemis eux-mêmes l’appellent le Cid, le seigneur. Pour avoir fait grâce à des princes arabes vaincus, Rodrigue est accusé de trahison par le père de sa bien-aimée, don Gormaz. Au cours du duel les opposant, Rodrigue blesse à mort don Gormaz, qui fait jurer à sa fille Chimène qu’elle le vengera. Partagée entre son amour pour Rodrigue et sa promesse, Chimène choisit de tenir parole…

En l’espace de dix ans, Charlton Heston aura interprété à l’écran le président Andrew Jackson (Le Général invincible d’Henry Levin), par ailleurs à deux reprises (Les Boucaniers d’Anthony Quinn), Buffalo Bill (Le Triomphe de Buffalo Bill de Jerry Hopper), l’explorateur William Clark (Horizons lointains de Rudolph Maté) et Moïse (Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille). Si l’on ajoute à tous ces rôles celui de Judah Ben-Hur, le comédien est devenu le spécialiste des personnages « bigger than life ». Charlton Heston est incontestablement l’une des plus grandes stars du cinéma et débarque dans les années 1960 avec Le Cid El Cid d’Anthony Mann, superproduction internationale dans laquelle il incarne Rodrigo Díaz de Vivar, dit El Cid Campeador ou simplement El Cid, chevalier mercenaire chrétien, héros de la Reconquista. Si ce dernier est évidemment peu connu en dehors des frontières espagnoles, l’occasion était trop belle pour le producteur Samuel Bronston (John Paul Jones, maître des mers de John Farrow, Le Roi des rois de Nicholas Ray), qui s’empare de ce mythe national pour mettre en route un spectacle cinématographique qui a pour vocation de concurrencer Hollywood, par l’intermédiaire de son studio installé en terre ibérique. Alors qu’il vient de réaliser les scènes du camp d’esclaves en Libye, Anthony Mann est viré du tournage de Spartacus par Kirk Douglas lui-même, producteur en plus de tenir le haut de l’affiche, qui lui reproche son manque de poigne. Samuel Bronston lui confie les rênes du Cid, de son budget conséquent et de son casting quatre étoiles, composé également de Sophia Loren, Raf Vallone, Geneviève Page et John Fraser. Considéré par maître Scorsese comme étant l’un des plus grands films épiques jamais réalisés, Le Cid est assurément l’un des longs-métrages les plus impressionnants que vous aurez l’opportunité de voir dans votre vie de cinéphile.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Cid, réalisé par Anthony Mann »

Test Blu-ray / Le Pirate des Caraïbes, réalisé par James Goldstone

LE PIRATE DES CARAÏBES (Swashbuckler) réalisé par James Goldstone, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 6 janvier 2022 chez Rimini Editions

Acteurs : Robert Shaw, James Earl Jones, Peter Boyle, Geneviève Bujold, Beau Bridges, Geoffrey Holder, Avery Schreiber, Tom Clancy, Anjelica Huston…

Scénario : Jeffrey Bloom

Photographie : Philip H. Lathrop

Musique : John Addison

Durée : 1h37

Date de sortie initiale : 1976

LE FILM

Mer des Caraïbes, 18ème siècle. Le boucanier Red Ned Lynch et Jane Barnet, une fougueuse jeune femme issue de la noblesse maniant très bien l’épée, joignent leur force pour protéger la Jamaïque du joug d’un cruel tyran…

Du réalisateur James Goldstone (1931-1999), on connaissait surtout l’excellent Virages Winning (1969) avec Paul Newman, drame sportif qui combinait à la fois la crise d’un couple nouvellement marié et l’effervescence du milieu de la course automobile, ainsi que Le Toboggan de la mort (1977), référence du film catastrophe et thriller atypique, puisque le récit se situait essentiellement dans une fête foraine. Sa filmographie recèle décidément des surprises, puisque nous découvrons aujourd’hui Le Pirate des Caraïbes Swashbukler, sorti en 1976, alors que la mode bifurquait tranquillement, mais sûrement vers le genre fantastique, avec notamment l’imminence de Star Wars. Ce film d’aventure complètement anachronique s’avère pourtant un remarquable divertissement, plein de fougue, de charme et de rebondissements, magistralement interprété par le britannique Robert Shaw, qui allait malheureusement disparaître deux ans plus tard à l’âge de 51 ans, des suites d’une attaque cardiaque. Entre Les Dents de la mer Jaws de Steven Spielberg et La Rose et la FlècheRobin and Marian de Richard Lester, dans lequel il arborera l’étoile du shérif de Nottingham, le comédien, monstre de charisme, crève l’écran en digne successeur du Corsaire rouge, autrefois interprété par Burt Lancaster dans le film du même nom de Robert Siodmak. Près de trente ans avant la saga Pirates of the Caribbean, initiée par Gore Verbinski en 2003, Le Pirate des Caraïbes offrait aux spectateurs un fabuleux voyage au temps des flibustiers au sourire carnassier ! Un vrai coup de coeur.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Pirate des Caraïbes, réalisé par James Goldstone »

Test Blu-ray / Faut pas jouer avec les vierges – Zenabel, réalisé par Ruggero Deodato

FAUT PAS JOUER AVEC LES VIERGES (Zenabel) réalisé par Ruggero Deodato, disponible en Blu-ray chez Le Chat qui fume.

Acteurs : Lucretia Love, John Ireland, Lionel Stander, Nicola Mauro Parenti, Fiorenzo Fiorentini, Elisa Mainardi, Luigi Leoni, Ignazio Leone…

Scénario : Gino Capone, Ruggero Deodato & Antonio Racioppi

Photographie : Roberto Reale

Musique : Bruno Nicolai

Durée : 1h28

Date de sortie initiale : 1969

LE FILM

Une jeune femme nommée Zenabel découvre que son père a été un riche Espagnol tué par l’impitoyable don Alonso qui lui a volé son titre de noblesse. Elle décide alors de réunir ses amis pour réclamer son titre et combattre l’imposteur.

Zenabel – Davanti a lei tremavano tutti gli uomini ou plus connu en France sous le titre Faut pas jouer avec les vierges, est le sixième long-métrage réalisé par Ruggero Deodato (né en 1939). Agé de 29 ans, le jeune homme affichait alors un palmarès impressionnant en tant qu’assistant-réalisateur auprès de Roberto Rossellini, Sergio Corbucci, Antonio Margheriti, Riccardo Freda et Mauro Bolognini. Un C.V. spectaculaire qui a permis à Ruggero Deodato de passer lui-même derrière la caméra pour Gungala, la panthère nue Gungala la pantera nuda, en remplacement de Romano Ferrara. Utilisant à cette époque le pseudo de Roger Rockfeller, Ruggero Deodato fait preuve d’un réel savoir-faire derrière la caméra pour Zenabel, comme il le fera pour ses six longs-métrages mis en scène en l’espace d’à peine deux ans, dont Phénoménal et le trésor de Toutânkhamon Fenomenal e il tesoro di Tutankamen. Si l’on devait résumer Zenabel en un mot, ce serait bordélique. Mais n’y voyez rien de péjoratif, bien au contraire, car l’oeuvre de Ruggero Deodato transpire d’amour pour le cinéma et le divertissement populaire. Si « tous les hommes tremblaient devant elle » comme l’indique le sous-titre original, les spectateurs se laisseront volontiers embarquer aux côtés de cette héroïne aux cheveux flamboyants, interprétée par Lucretia Love (L’Assassin a réservé 9 fauteuils de Giuseppe Bennati, Les Amazones font l’amour et la guerre d’Alfonson Brescia), bad-ass, sexy et qui en fait voir de toutes les couleurs à la gent masculine.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Faut pas jouer avec les vierges – Zenabel, réalisé par Ruggero Deodato »