Test DVD / L’Homme qui tua la peur, réalisé par Martin Ritt

L’HOMME QUI TUA LA PEUR (Edge of the City) réalisé par Martin Ritt, disponible en DVD depuis le 9 janvier 2020 chez LCJ Editions & Productions.

Acteurs : John Cassavetes, Sidney Poitier, Jack Warden, Kathleen Maguire, Ruby Dee, Val Avery, Robert F. Simon, Ruth White…

Scénario : Robert Alan Aurthur

Photographie : Joseph C. Brun

Musique : Leonard Rosenman

Durée : 1h22

Date de sortie initiale : 1957

LE FILM

Axel North, un déserteur devenu vagabond, se fait embaucher sous une fausse identité comme docker dans le port de New York. Pour conserver son travail, il lui faut reverser une partie de son salaire à Charly Malik, un contremaître corrompu. Intrigué par le courage d’un collègue noir, Tommy Tyler, Axel se lie peu à peu avec lui au point de rompre ouvertement avec Malik. Tommy devine que son nouvel ami est hanté par un passé difficile et l’accueille chez lui. Axel y fait la connaissance d’une jeune femme, Ellen, dont il s’éprend. Un matin, une violente dispute éclate entre Malik et Tommy : un crochet de docker à la main, les deux hommes sont prêts à se battre à mort…

Edge of the City ou L’Homme qui tua la peur en version française, est le premier long-métrage réalisé par Martin Ritt (1914-1990), celui qui nous donnera Les Feux de l’été The Long, Hot Summer (1958), Paris Blues (1961), L’Espion qui venait du froid The Spy Who Came in from the Cold (1965), Norma Rae (1979) et bien d’autres. Pour son coup d’essai, il installe son récit dans sa ville natale, New York, dont il connaît les moindres recoins par coeur, y compris les quais sur lesquels se déroulent essentiellement l’action, l’Empire State Building et autres gratte-ciel apparaissant en toile de fond. Depuis toujours très actif pour dénoncer les injustices sociales et politiques, il s’engage très vite auprès de groupes de théâtre afin de défendre les droits des afro-américains, n’hésitant pas à camper l’un des rares personnages blancs dans la pièce Porgy and Bess, saluée pour la modernité de son approche de la culture noire. Martin Ritt monte ensuite des pièces dites de gauche radicale (bien qu’il n’adhérera jamais au Parti communiste US) et parcourt la terre de l’Oncle Sam, ce qui lui vaudra plus tard d’être pointé du doigt par le tristement célèbre sénateur Joseph McCarthy. Durant la guerre, il s’engage dans l’US Air Force, tout en démarrant une carrière d’acteur au cinéma (Winged Victory de George Cukor). Il reprend le théâtre, comme comédien, mais aussi comme metteur en scène, puis entre dans le monde de la télévision au début des années 1950, où il s’occupe principalement de produire et de réaliser quelques adaptations de pièces. Mais ses idées politiques (qu’il ne reniera jamais tout au long de sa vie) le rattrapent. Soupçonné de sympathiser avec l’ennemi rouge situé de l’autre côté du Rideau de fer, il est interdit de télévision, black-listé et revient sur les planches, où il enseigne la légendaire méthode Stanislavski auprès des aspirants comédiens, dont un certain James Dean. En 1957, il a donc l’opportunité de passer derrière la caméra de nouveau, mais pour le cinéma cette fois, avec L’Homme qui tua la peur, transposition d’une pièce de Robert Alan Aurthur (futur scénariste d’All That Jazz de Bob Fosse, de L’Homme aux colts d’or d’Edward Dmytryk et de Grand Prix de John Frankenheimer), déjà adaptée pour la petite lucarne en 1955 (par Robert Mulligan et déjà avec Sidney Poitier). L’histoire prend place dans le milieu des syndicats de dockers de la Grosse Pomme, où un jeune homme d’une vingtaine d’années affronte un collègue animé par la haine de la peau noire. La nouvelle recrue sera accueillie par un docker afro-américain, qui l’aidera à faire sa place, à vivre décemment, jusqu’à devenir son ami. Ce qui sera évidemment mal perçu. Edge of the City ne connaîtra qu’un succès d’estime à sa sortie, mais sera néanmoins très vite reconsidéré par la suite une fois l’explosion de John Cassavetes deux ans plus tard avec son premier film Shadows et celle de Sydney Poitier, qui sera nommé pour l’Oscar du meilleur acteur en 1958 pour La Chaîne The Defiant Ones de Stanley Kramer. Rétrospectivement, la hargne, les thèmes, l’élégance et l’humanisme de Martin Ritt sont déjà à l’oeuvre dans L’Homme qui tua la peur et mérite toute l’attention du cinéphile.

Continuer la lecture de « Test DVD / L’Homme qui tua la peur, réalisé par Martin Ritt »

Test DVD / Killing Field, réalisé par James Cullen Bressack

KILLING FIELD (Survive the Game) réalisé par James Cullen Bressack, disponible en DVD le 3 août 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Chad Michael Murray, Bruce Willis, Swen Temmel, Michael Sirow, Kate Katzman, Zack Ward, Donna D’Errico, Canyon Prince, Sarah Roemer, Sean Kanan…

Scénario : Ross Peacock

Photographie : Bryan Koss

Musique : Tim Jones

Durée : 1h33

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

Un homme voit sa tranquillité bouleversée par l’arrivée d’un flic et de dangereux criminels.

Voilà voilà, c’est le pitch de Killing Field, aka Surviving the Game dans certaines contrées, énième DTV interchangeable de Bruce Willis et accessoirement l’une de ses ultimes prestations. Reprenons où nous en étions après Out of Death. Alors qu’il avait dit qu’on ne l’y reprendrait plus, l’ami Bruce allait quitter Porto Rico, quand une équipe de tournage l’alpague, tandis que celui-ci commençait à préparer son déménagement à Betton dans la métropole de Rennes en Ille-et-Vilaine (vous pouvez vérifier, c’est authentique). S’excusant auprès des Déménageurs Bretons avec lesquels il était au téléphone, Bruce demande déjà au réalisateur James Cullen Bressack de se calmer, puis de lui en dire un peu plus sur ce qu’il désire lui faire faire durant l’heure qui lui reste avant son vol. « C’est pas compliqué, vous serez assis à l’arrière d’une bagnole entre deux sbires à la mine patibulaire, vous vous tiendrez le bas du ventre où votre personnage a reçu une balle. Vous direz des trucs du genre « Fuck you ! » ou « Pauvres cons ! » vous voyez, en plissant suffisamment les yeux, votre visage et même, soyons fous, tout votre crâne histoire de montrer que vous êtes toujours bad-ass malgré votre bastos dans le bide » « Ouais, je l’ai déjà fait pas mal de fois ces dernières années, ça devrait le faire. Autre chose ? » « S’il nous reste une demi-heure vous serez ligoté sur une chaise où vous regarderez vos tortionnaires que vous insulterez à nouveau, « Abrutis ! », « Faquins ! », que sais-je encore ? Vous avez carte blanche. Ah oui, il faudra aussi un plan de vous avec un flingue quand vous rentrerez dans une grange et un autre pour la fin du film où vous ferez semblant d’avoir participé à l’action. Mais ça c’est juste si vous avez le temps et si vous n’aviez pas envisagé de passer au duty-free ! ». « Bon, ok, je prends un million. Il faut que je pense à ma retraite et les palets bretons aussi ont subi l’inflation… » « Ok alors, on tourne ! ». Vous l’aurez compris, ou pas, Bruce Willis ne fait que de la figuration dans Killing Field, opus d’action sans aucune imagination, dont la véritable tête d’affiche est Chad Michael Murray, connu pour son rôle de Lucas Scott dans la série télévisée Les Frères Scott et l’excellent House of Wax La Maison de cire de Jaume Collet-Serra, qui s’en sort « pas trop mal », mais qui n’a malheureusement rien à défendre. Toutefois, Killing Field reste un film rigolo dans le sens où rien ne fonctionne et s’avère donc irrésistible à de nombreuses reprises, surtout lors des affrontements divers et variés, extrêmement mal filmés et au montage moisi. Réservé uniquement aux amateurs.

Continuer la lecture de « Test DVD / Killing Field, réalisé par James Cullen Bressack »

Test DVD / Malasaña 32, réalisé par Albert Pintó

MALASAÑA Albert Pintóréalisé par Albert Pintó, disponible en DVD le 6 juillet 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Begoña Vargas, Iván Marcos, Bea Segura, Sergio Castellanos, José Luis de Madariaga, Iván Renedo, Concha Velasco, Javier Botet…

Scénario : Ramón Campos, Gema R. Neira, David Orea & Salvador S. Molina

Photographie : Daniel Sosa Segura

Musique : Frank Montasell & Lucas Peire

Durée : 1h40

Date de sortie initiale : 2020

LE FILM

Madrid, 1976. La famille Olmedo s’installe dans le quartier de Malasaña. Ils sont enthousiastes à l’idée de s’installer dans la capitale, à une époque de profonde transformation pour l’Espagne. Mais il y a quelque chose que la famille ne sait pas encore : dans l’appartement qu’ils ont acheté, ils ne sont pas seuls… Une présence mystérieuse veut les faire sortir de leur nouvelle habitation et va transformer leur nouvelle vie en un cauchemar des plus effrayants.

Ce n’est un secret pour personne, les espagnols et le cinéma d’épouvante c’est une grande histoire d’amour et énumérer les noms ainsi que les titres les plus emblématiques du genre serait une perte de temps. Mais comme pour toutes choses, les recettes deviennent redondantes, la tambouille fade en bouche, le goût de reviens-y se tasse et finit par lasser. C’est le cas avec Malasaña 32, le second long-métrage d’Albert Pintó, coréalisé avec Caye Casas, remarqué en 2017 avec Matar a Dios, récompensé dans plusieurs festivals du monde entier, dont celui très prisé de Sitges, qui l’a auréolé du Prix du meilleur film. Avec Malasaña 32, Albert Pintó signe son premier boulot en solo, prêt à démontrer ce qu’il a sous le capot pour ce deuxième coup d’essai. Malheureusement, s’il n’y a rien à redire concernant la rigueur de la mise en scène, l’excellence du casting et la beauté de la photographie, tout s’accompagne d’une sensation de déjà-vu (y compris le sous-texte politique en basant son histoire après la dictature franquiste), comme si tout le film était constitué du best-of de chefs d’oeuvre ou classiques (Poltergeist, Conjuring…), qui ont déjà été maintes et maintes fois copiés et jamais égalés. Néanmoins, on ne s’ennuie pas devant Malasaña 32, sans doute comme nous le disions parce que c’est bien fait, que l’histoire – inspirée de faits réels, ne riez pas – est bien racontée (ce qui n’est pas à la portée du premier cinéaste venu), qu’on a beau connaître la musique par coeur, mais qu’on se laisse volontiers porter jusqu’à la fin sans ennui.

Continuer la lecture de « Test DVD / Malasaña 32, réalisé par Albert Pintó »

Test DVD / Out of Death, réalisé par Mike Burns

OUT OF DEATH réalisé par Mike Burns, disponible en DVD le 7 septembre 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Jaime King, Bruce Willis, Lala Kent, Kelly Greyson, Michael Sirow, Megan Leonard, Tyler Jon Olson, Oliver Trevena…

Scénario : Bill Lawrence

Photographie : Peter Holland

Musique : Jacob Bunton & Mike Burns

Durée : 1h32

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

Au cours d’une randonnée, une jeune femme, Shannon, assiste au meurtre d’un dealer assassiné par une policière. Après l’avoir photographiée en train de l’abattre, le témoin s’enfuit dans la forêt tandis que la flic corrompue la traque avec son coéquipier. Toutefois, Shannon trouve refuge auprès d’un ancien officier de l’ordre, Jack Harris, qui la sauve de leurs griffes avant que sa nièce ne soit prise en otage par leur boss à la tête du commissariat, compromis dans des affaires louches…

Comme le sieur Bruce Willis a désormais pris sa retraite anticipée pour cause d’aphasie, un trouble de la communication qui le conduisait à réduire ses répliques, qu’il ne parvenait plus à apprendre, nous découvrons petit à petit ses derniers « méfaits » dans le monde de la VOD et du DTV. Ainsi, après Cosmic sin, Anti-Life, Trauma Center, Représaille, First Kill, Acts of violence et 10 Minutes Gone, l’ami Bruce tournait Out of Death, l’un de ses trois ou quatre films de 2020 et ce malgré le confinement. Il se rattrapera jusqu’à la fameuse annonce de l’arrêt de sa carrière en emballant au moins une quinzaine de longs-métrages qui fleuriront bientôt ce qui reste de votre rayon culture. En l’état, ou peut-être sommes nous devenus plus indulgents, Out of Death, que vous pourrez trouver sous le titre Hors de la mort (parfois, une traduction littérale ne suffit pas), n’est franchement pas le pire film de Bruce de ces dernières années (coucou Apex !). Certes, nous sommes conscients de la « qualité » du bousin, mais celui-ci parvient à divertir grâce à ses nombreux défauts et même Bruce Willis semble un poil plus concerné lors de ses apparitions en pointillés, du genre on le montre dans la toute première scène, puis un panneau indique « quelques heures plus tôt » pour le ramener une demi-heure après. Avec une note de 0 % sur Rotten Tomatoes basée sur onze critiques à ce jour, cela vous donne un premier aperçu de cette chasse à l’homme (à la femme plutôt) qui vous attend, durant laquelle il n’est évidemment pas interdit de rire !

Continuer la lecture de « Test DVD / Out of Death, réalisé par Mike Burns »

Test DVD / Y’a pas le feu, réalisé par Richard Balducci

Y’A PAS LE FEU réalisé par Richard Balducci, disponible en DVD depuis le 21 août 2016 chez LCJ Editions & Productions.

Acteurs : Hubert Deschamps, Henri Génès, Mouss, Philippe Klébert, Pascal Mandoula, Manault Didier, Basile…

Scénario : Richard Balducci & Dominique Sambourg

Photographie : Laurent Dailland

Musique : Gérard Blanchard & Gérar Lévy

Durée : 1h18

Date de sortie initiale : 1985

LE FILM

Dans le Midi de la France. Un pyromane sévissant dans un village, Monsieur le Maire cherche à enrôler des jeunes gens pour lutter contre le feu. Les volontaires se font rares, jusqu’à l’intervention d’une superbe blonde. Autour d’elle la brigade se constitue et les péripéties peuvent commencer.

Après N’oublie pas ton père au vestiaire, On l’appelle Catastrophe et Prends ta Rolls…et va pointer !, nous continuons d’explorer le Richard Balducci Cinematic Universe avec le méconnu Y’a pas le feu, sorti sur les écrans franchouillards le 5 juin 1985. Alors que Terminator de James Cameron explosait le box-office un peu partout et que Francis Huster s’époumonait dans Parking de Jacques Demy (Pourquoi moooooooooiiiiiii ??!!), une comédie tentait de se frayer un chemin jusqu’aux spectateurs qui avaient envie de se mettre autre chose devant les yeux que Mask de Peter Bogdanovich, Birdy d’Alan Parker, La Rose pourpre du Caire de Woody Allen ou Witness de Peter Weir ! C’est vrai quoi, pourquoi aller au cinéma pour réfléchir un peu ??? Heureusement, Richard Balducci était encore présent pour représenter la qualité à la française. D’ailleurs, comme si cela ne suffisait pas, ce n’est pas un, mais DEUX films que l’intéressé vomira dans les salles cette année-là, Y’a pas le feu donc, et le plus connu Le Facteur de Saint-Tropez, avec Paul Préboist, Michel Galabru et Marion Game, dont certains avaient peut-être imaginé qu’il ferait de l’ombre à Pale Rider, le cavalier solitaire de Clint Eastwood, Parole de flic de José Pinheiro ou Legend de Ridley Scott. Mais pour en revenir à Y’a pas le feu, disons qu’il s’agit sans doute du pire de la crasse du graillon de la comédie bien de chez nous. Avant de raccrocher les gants en 1986 avec Banana’s boulevard (le film avec Les Forbans !), l’ami Balducci s’inspirait ouvertement des Bidasses de Claude Zidi, qui avait déjà dix piges (et Dieu sait que l’humour peut changer en une décennie), mais aussi et surtout de Police Academy de Hugh Wilson qui avait cassé la baraque l’année précédente. Mais il est pas con Ricci, pour éviter d’être accusé de plagiat, celui-ci et son coscénariste Dominique Sambourg (producteur du Fou du roi avec Michel Leeb et du Couteau sous la gorge de Claude Mulot) ont remplacé les flics par des pompiers. Le reste, bah c’est comme qui dirait une transposition des films susmentionnés, mais passés au gros rouge qui tâche. C’est affligeant, mais vraiment, et l’on peut y trouver un certain plaisir totalement régressif. Consternant, mais « c’est pour ça qu’c’est bon ! ».

Continuer la lecture de « Test DVD / Y’a pas le feu, réalisé par Richard Balducci »

Test DVD / Ecce Homo Homolka, réalisé par Jaroslav Papousek

ECCE HOMO HOMOLKA réalisé par Jaroslav Papousek, disponible en DVD le 24 août 2022 chez Malavida Films.

Acteurs : Josef Sebánek, Marie Motlová, Frantisek Husák, Helena Ruzicková, Petr Forman, Matej Forman, Yvonne Kodonová, Miroslav Jelínek…

Scénario : Jaroslav Papousek

Photographie : Jozef Ort-Snep

Musique : Karel Mares

Durée : 1h20

Date de sortie initiale: 1970

LE FILM

Un chauffeur de taxi tchèque emmène les siens en week-end à la campagne. Mais au fil du voyage, tous les membres de la famille – sa femme, sa belle-fille, son fils et ses deux petits-enfants – semblent chacun être uniquement rattrapé par ses problèmes personnels.

On connaissait Ecce Bombo (1978), second long-métrage de Nanni Moretti, mais pas ce Ecce Homo Homolka (1970), dont certains cinéphiles français pourraient avoir entendu parler sous le titre La Famille Homolka. « Ecce Homo », signifiant « Voici l’homme », indique que ce film sera une radiographie d’une famille tchèque, à l’aube des années 1970, un constat implacable d’un pays tout juste marqué par le Printemps de Prague survenu deux ans auparavant, qui s’achèvera brutalement sept mois plus tard par l’invasion de la Tchécoslovaquie par le pacte de Varsovie en août 1968, annihilant l’ensemble des réformes de libéralisation politique engagé par Alexander Dubček, alors premier secrétaire du Parti communiste tchécoslovaque, et renforçant de ce fait l’autorité du Parti communiste tchécoslovaque. Des centaines de blessés et une centaine de morts après, nous arrivons à Prague, pour se confronter à une famille « comme les autres », les Homolka. Le deuxième film réalisé par Jaroslav Papousek (1929-1995), après Le Plus bel âge Nejkrásnejsí vek sorti l’année précédente, jusqu’alors scénariste attiré de Miloš Forman (L’As de pique, Les Amours d’une blonde et Au feu, les pompiers !) et d’Ivan Passer (Éclairage intime) s’apparente à une adaptation cinématographique d’un Jeu des 7 familles tchèques, avec le grand-père (qui lit le journal et boit de la bière chaude) et la grand-mère (qui s’occupe de tout et de tous), mariés depuis 35 ans, leur fils (qui voudrait retrouver l’innocence de ses jeunes années, tout en précisant qu’il n’a jamais trouvé ses parents « normaux »), leur bru (qui a pris du poids et qui espérait devenir danseuse) et leurs petits-fils (incarnés par les jumeaux de Miloš Forman), observés avec l’oeil d’un entomologiste lors d’un pique-nique à la campagne ou dans leur environnement naturel, un appartement pragois, où tout le monde se débat pour (sur)vivre ou pour en faire le moins possible, comme si le but était d’hiberner, tout en conservant un maximum de liberté. Ecce Homo Homolka sera un tel phénomène qu’il connaîtra deux suites, Hogo fogo Homolka (1971) et Homolka a tobolka (1972), toutes les deux écrites et mises en scène par Jaroslav Papousek. N’hésitez pas et partez à la rencontre de cette smala bien allumée.

Continuer la lecture de « Test DVD / Ecce Homo Homolka, réalisé par Jaroslav Papousek »

Test DVD / Happy End, réalisé par Oldrich Lipský

HAPPY END (Stastny konec) réalisé par Oldrich Lipský, disponible en DVD le 24 août 2022 chez Malavida Films.

Acteurs : Vladimír Mensík, Jaroslava Obermaierová, Josef Abrhám, Bohus Záhorský, Stella Zázvorková, Jaroslav Stercl, Helena Ruzicková, Josef Hlinomaz…

Scénario : Oldrich Lipský & Milos Macourek

Photographie : Vladimír Novotný

Musique : Vlastimil Hála

Durée : 1h09

Date de sortie initiale: 1967

LE FILM

Sapeur-pompier et sauveteur à ses heures perdues, Bedrich Frydrych manie à merveille son couteau de boucher. Il découvre que sa femme, Julie, a une liaison avec un drôle d’oiseau, un certain Ptácek. Bien décidé à y couper court, Bedrich se retrouve condamné pour un double homicide, mais au pied de la guillotine, il décide que sa mort sera une nouvelle naissance… Rembobinez !?

Amis cinéphiles, arrêtez tout, séance tenante ! Car nous tenons ici un chef d’oeuvre dingue, un joyau, un tour de force comme il en arrive finalement rarement au cinéma. Happy EndStastny konec est une comédie noire sortie en 1967, réalisée par Oldrich Lipský (1924-1986), acteur et metteur en scène de pièces satiriques, qui a pour particularité d’être raconté…à rebours ! Autrement dit, les personnages marchent à reculons, un décapité – notre personnage principal et narrateur – (re)trouve sa tête et naît ce jour-là, quand il a une quarantaine d’années et entreprend de dépeindre l’histoire de sa vie en commençant au moment où la guillotine a fait son office. En fait, Happy End démarre plus précisément par le générique de fin, il faut bien être rigoureux d’emblée, ou en dernier lieu c’est selon. Puis, une voix, celle du phénoménal Vladimír Mensík (habitué des seconds rôles, qui accède enfin en tête d’affiche), que les plus pointus auront peut-être vu dans Un jour, un chat Az prijde kocour (1963) de Vojtech Jasny ou dans Les Amours d’une blonde Lásky jedné plavovlásky (1965) de Miloš Forman, indique calmement « les histoires d’amour sont toujours les mêmes, elles comment bien et finissent mal…mon histoire est complètement différente ! ». Et en effet, nous n’avons pour ainsi dire jamais vu ça, y compris chez le ronflant (euphémisme) Christopher Nolan avec Memento (Zzz) et Tenet (Zzz Zzzz Zzz…) ou chez Gaspar Noé (Irréversible), ou bien encore dans Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais (1967) et donc dans son remake inavoué Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2004) de Michel Gondry, sans oublier le superbe 5×2 (2004) de François Ozon et le somnifère de David Fincher, L’Étrange Histoire de Benjamin Button The Curious Case of Benjamin Button (2008), auxquels on ne peut forcément s’empêcher de penser. Mais Oldrich Lipský, que l’on pourrait rapprocher de Dino Risi, va plus loin, beaucoup plus loin que tous ces cinéastes réunis, car si les déplacements, les événements vont « en arrière », l’action se déroule bel et bien au présent. Ou quand le non-sens a du sens, puisque le génie du film provient du fait que l’intrigue se tient et que tout est fluide, même quand les répliques sont aussi déclamées (intelligiblement) en remontant le temps. Bien sûr, les premières secondes peuvent décontenancer, durée nécessaire pour que le cerveau, incroyablement trituré et mis à contribution (soyons honnêtes, cela devient rare), se mette dans les rails des partis-pris narratifs. Une fois calé, votre bonheur n’en sera que plus grand et ce de façon ininterrompue pendant 1h10. Excessivement drôle et constamment inventif, maîtrisé de Z à A, Happy End est un cadeau, un trésor pour les amoureux du septième art. Une chose est sûre, vous ne l’oublierez jamais.

Continuer la lecture de « Test DVD / Happy End, réalisé par Oldrich Lipský »

Test DVD / Black Friday, réalisé par Casey Tebo

BLACK FRIDAY réalisé par Casey Tebo, disponible en DVD et Blu-ray le 9 juin 2022 chez Program Store.

Acteurs : Devon Sawa, Ivana Baquero, Ryan Lee, Stephen Peck, Michael Jai White, Bruce Campbell, Louie Kurtzman, Celeste Oliva…

Scénario : Andy Greskoviak

Photographie : David Kruta

Musique : Patrick Stump

Durée : 1h21

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

Le soir de Thanksgiving, un groupe d’employés d’un magasin de jouets ouvre boutique à minuit pour le jour le plus prolifique de l’année. Au même moment, une météorite s’écrase sur terre avec à son bord un parasite extraterrestre, Jonathan, Ken et leurs collègues vont se retrouver avec plus de problèmes que prévu quand leurs clients infectés se transforment en créatures tueuses assoiffées de sang…

Mouarf…À de nombreuses reprises, il est évident que vous vous direz « J’ai déjà vu ça des centaines de fois… » ou « Je ne m’attendais à rien et je suis quand même déçu » devant ce Black Friday, qui n’en demeure pas moins sympathique. Ce qui attire en premier lieu, c’est bel et bien la présence de Bruce Campbell, devenu rare sur le grand écran (on ne l’y avait pas vu depuis 2015 en fait), qui a su conserver son aura grâce au succès des trois saisons de la série Ash vs. Evil Dead. Également producteur du film qui nous intéresse aujourd’hui, il interprète ici le responsable d’une boutique de jouets (à la fin d’Evil Dead 3 Army of Darkness, celui-ci travaillait d’ailleurs dans un magasin de grande distribution) qui ouvre ses portes à minuit pour l’inévitable opération commerciale, alors que tout le monde est en train de déguster la dinde de Thanksgiving. Mais c’était sans compter sur l’arrivée inattendue d’une étrange créature venue de l’espace rappelant le Blob, bien décidé à se nourrir des clients frappadingues, qui vont lui permettre de s’étendre toujours plus. Le problème, c’est que chaque victime devient extrêmement contagieuse, mais heureusement, la résistance s’organise au sein du magasin. Les prochaines heures risquent d’être difficiles, surtout qu’avant la venue de cet alien gélatineux, les consommateurs paraissaient déjà contaminés par la fièvre acheteuse. Black Friday ne va jamais plus loin que son postulat de départ, faire un parallèle entre les acquéreurs compulsifs et les zombies prêts à sauter sur la moindre occasion…cela rappelle furieusement Zombie Dawn of the Dead de George A. Romero (1978), dans lequel les personnages se réfugiaient dans un centre commercial, qu’ils barricadaient afin de se protéger des zombies et bénéficier des ressources qu’il contenait. Black Friday n’arrive pas à la cheville de cette référence, pamphlet politique et charge contre la société de consommation par excellence, et n’est qu’un divertissement quelconque, entre Zombieland et Shaun of the Dead, sans véritablement de budget ni d’idées neuves, cependant bien agité et comprenant quelques effets gores bien sentis. Mais bon, c’est pas non pluuuuuus…

Continuer la lecture de « Test DVD / Black Friday, réalisé par Casey Tebo »

Test DVD / Permis de construire, réalisé par Éric Fraticelli

PERMIS DE CONSTRUIRE réalisé par Éric Fraticelli, disponible en DVD le 13 juillet 2022 chez Warner Bros.

Acteurs : Didier Bourdon, Anne Consigny, Eric Fraticelli, Véronique Volta, Simon Abkarian, Michel Ferracci, Samuel Torres Bianconi, Didier Ferrari, Philippe Corti, Laurent Gamelon, Frédérique Bel…

Scénario : Éric Fraticelli & Didier Bourdon

Photographie : Lubomir Bakchev

Musique : Jean-Pierre Marcellesi & Nicolas Zimako

Durée : 1h29

Date de sortie initiale : 2022

LE FILM

Dentiste à Paris, Romain vient de perdre son père qu’il n’a pas vu depuis des années. A sa grande surprise, ce dernier lui a laissé un terrain en héritage, ainsi qu’une dernière volonté : y faire construire la maison où il aurait aimé finir ses jours. Seul problème: ce terrain se situe en Corse.

Bon, on ne va pas s’étendre comme d’habitude, cette critique-chronique sera comme qui dirait une récréation estivale, comme l’est d’ailleurs le film qui nous intéressera (ou pas) aujourd’hui, Permis de construire. Il s’agit du premier long-métrage réalisé par Éric Fraticelli, humoriste et comédien corse né en 1969. Alors étudiant en philosophie, l’appel des planches est finalement plus fort que celui de l’estrade du professeur qu’il se destinait à devenir. Il s’associe avec son pote de lycée Jacques Leporati, avec lequel il forme le duo Tzek et Pido. Après s’être produits sur quelques petites scènes corses et de Marignane, le succès arrive et les conduit à la capitale, au mythique Palais des Glaces, puis à l’Olympia, où ils assurent la première partie de…Patrick Fiori. Le tandem durera dix ans, puis Éric Fraticelli fait ses débuts au cinéma dans L’Enquête corse, qui cartonne en 2004. La même année, il participe au Silence d’Orso Miret et à Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet. Désormais, il n’arrêtera pas de tourner, chez Jean-Paul Rouve dans Sans arme, ni haine, ni violence (2007), chez Pascale Pouzadoux dans De l’autre côté du lit (2008)…Suivront Vive la France (2013) de Michaël Youn, La French (2014) de Cédric Jimenez, Marseille (2016) de Kad Merad et Taxi 5 de Franck Gastambide…En 2009, il joue déjà avec Didier Bourdon dans Bambou, réalisé par ce dernier. Plus de dix ans après, les deux hommes écrivent et tiennent le haut de l’affiche de Permis de construire, qui aurait pu être aussi intitulé Bienvenue chez les corses. Car impossible de ne pas penser au film de Dany Boon, tant on y retrouve les mêmes ingrédients, les personnages que tout oppose et qui vont évidemment devenir amis, le décalage culturel, etc…La recette est connue, le cahier des charges élimé jusqu’à la moelle…mais ça passe, car les acteurs sont chouettes, les paysages superbes et Éric Fraticelli n’omet pas l’émotion. Ne vous attendez surtout pas à la comédie française de l’année, mais au moins celle-ci vous fera rire, ce qui n’est pas forcément le cas avec les autres…

Continuer la lecture de « Test DVD / Permis de construire, réalisé par Éric Fraticelli »

Test DVD / L’Homme de la cave, réalisé par Philippe Le Guay

L’HOMME DE LA CAVE réalisé par Philippe Le Guay, disponible en DVD le 15 février 2022 chez Ad Vitam.

Acteurs : François Cluzet, Jérémie Renier, Bérénice Bejo, Jonathan Zaccaï, Victoria Eber, Denise Chalem, Patrick Descamps, Ambroise James Di Maggio…

Scénario : Philippe Le Guay, Gilles Taurand & Marc Weitzmann

Photographie : Guillaume Deffontaines

Musique : Bruno Coulais

Durée : 1h50

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

À Paris, Simon et Hélène décident de vendre une cave dans l’immeuble où ils habitent. Un homme, au passé trouble, l’achète et s’y installe sans prévenir. Peu à peu, sa présence va bouleverser la vie du couple.

Nous avions laissé François Cluzet dans le plus simple appareil à la fin de Normandie Nue de Philippe Le Guay. Trois ans plus tard, le comédien retrouve le réalisateur pour L’Homme de la cave, film diamétralement opposé au précédent, sur le fond comme sur la forme, puisqu’il s’agit ici d’un drame psychologique qui lorgne sur le thriller, le tout inspiré par une histoire vraie survenue à des amis du cinéaste il y a vingt ans. Troublant et glaçant, ce dixième long-métrage contraste avec les comédies qui ont fait le succès de Philippe Le Guay, Le Coût de la vie (2003), Les Femmes du 6e étage (2011) et Alceste à bicyclette (2013), mais se rapproche de la noirceur du formidable et « ken loachien » Trois Huit (2001), que le metteur en scène avait délaissé depuis. Le récit se focalise sur un couple marié – Hélène est catholique, Simon juif – et parents d’une adolescente, qui, ayant besoin d’argent pour financer quelques travaux, vendent leur cave dont ils n’ont plus l’utilité. C’est là que débarque un homme qui se précipite pour l’acquérir en payant rubis sur l’ongle. Un accord de vente est signé avec ce M. Fonzic. Comme Simon est du genre à faire confiance, il donne les clés à l’acquéreur avant la rédaction de l’acte notarial. Quand il réalise que non seulement l’homme habite dans la cave, mais que cet ex-professeur d’histoire a été radié de l’Éducation nationale pour propos négationnistes, il est trop tard : la bête immonde s’est installée dans sa vie et n’a pas l’intention d’être délogée…François Cluzet est réellement flippant dans la peau de ce monstre du quotidien, qui devient pour ainsi dire le croque-mitaine de la famille Sandberg, interprétée par Bérénice Bejo, Jérémie Rénier et Victoria Eber, belle révélation et vue dernièrement dans la série de science-fiction Parallèles sur Disney+. Sous tension du début à la fin, L’Homme de la cave instaure un malaise qui va crescendo, qui prend le spectateur aux tripes et se penche intelligemment sur le négationnisme, comme l’avait déjà fait avant lui Le Procès du siècle Denial de Mick Jackson, avec une petite touche de Fenêtre sur Pacifique Pacific Heights de John Schlesinger.

Continuer la lecture de « Test DVD / L’Homme de la cave, réalisé par Philippe Le Guay »