Test Blu-ray / Ça : chapitre 2, réalisé par Andrés Muschietti

ÇA : chapitre 2 (It Chapter Two) réalisé par Andrés Muschietti, disponible en DVD, Blu-ray et 4K Ultra HD chez Warner Bros. le 15 janvier 2020

Avec : Jessica Chastain, James McAvoy, Bill Hader, Isaiah Mustafa, Jay Ryan, James Ransone, Andy Bean, Bill Skarsgård, Jaeden Martell, Wyatt Oleff, Jack Dylan Grazer, Finn Wolfhard, Sophia Lillis, Chosen Jacobs, Jeremy Ray Taylor, Teach Grant, Nicholas Hamilton, Javier Botet, Xavier Dolan…

Scénario : Gary Dauberman d’après le roman Ça de Stephen King

Photographie : Checco Varese

Musique : Benjamin Wallfisch

Durée : 2h43

Date de sortie initiale : 2019

LE FILM

27 ans après la victoire du Club des Ratés sur Grippe-Sou, le sinistre Clown est de retour pour semer la terreur dans les rues de Derry. Désormais adultes, les membres du Club ont tous quitté la petite ville pour faire leur vie. Cependant, lorsqu’on signale de nouvelles disparitions d’enfants, Mike, le seul du groupe à être demeuré sur place, demande aux autres de le rejoindre. Traumatisés par leur expérience du passé, ils doivent maîtriser leurs peurs les plus enfouies pour anéantir Grippe-Sou une bonne fois pour toutes. Mais il leur faudra d’abord affronter le Clown, devenu plus dangereux que jamais…

Tout d’abord, revenons en arrière. C’est une madeleine pour beaucoup de (télé)spectateurs, une mini-série culte qui compte des millions de fans à travers le monde et qui en gagne sans cesse de nouveaux, notamment en France où elle est très régulièrement diffusée sur la TNT après avoir été programmée pendant des années sur M6, sa première diffusion à la télé française remontant à octobre 1993 : Ça, plus connu en France sous le titre « Il » est revenu. Périodiquement, la ville de Derry dans le Maine est hantée par une terrible créature, un clown pervers capable de changer à loisir d’apparence afin de personnifier les peurs les plus intimes de ses victimes. Dans les années 1950, des événements tragiques se produisent à nouveau. S’attaquant uniquement aux enfants, qui disparaissent ou qui sont retrouvés morts dépecés, «Ça» est un jour vaincu par un groupe de sept jeunes amis de onze ans, six garçons et une fille, ayant fait la promesse de toujours poursuivre l’odieuse entité, qui a disparu dans les égouts abandonnés. Trente ans plus tard, alors que chacun mène une vie paisible aux quatre coins du pays, «Ça» réapparaît à nouveau à Derry. Conformément à leur promesse, le groupe des sept devra se reformer à l’âge de 40 ans pour affronter ses peurs d’enfants.

En 1990, cette adaptation est un événement. Certes, les plus passionnés du chef d’oeuvre absolu de Stephen King publié en 1986 trouveront toujours à redire sur sa transposition, le ton édulcoré pour toucher une plus large audience, les changements inévitables apportés pour le passage du livre à l’écran, mais Ça demeure une véritable référence et finalement le livre et la mini-série en deux parties se complètent parfaitement. D’ailleurs, ceux qui auront vu la mini-série avant de lire le roman, projetteront inévitablement le visage des comédiens au fil de mots du maître de l’horreur.

Le casting est remarquable, que ce soit les enfants ou les adultes, tous extrêmement attachants et solidement dirigés par Tommy Lee Wallace (Halloween 3 : Le Sang du sorcier, Vampire, vous avez dit vampire ? 2), qui par ailleurs soigne sa mise en scène et regorge d’inventions pour faire peur et divertir. L’alchimie entre les deux groupes est indéniable et participe à l’immersion du spectateur dans cette histoire fantastique, qui en a traumatisé plus d’un, au point d’en devenir coulrophobes, autrement dit phobique des clowns. Il faut dire que Tim Curry est particulièrement angoissant dans le rôle-titre et signe une de ses plus grandes performances après The Rocky Horror Picture Show de Jim Sharman et Legend de Ridley Scott. Si ses apparitions sont finalement limitées sur plus de trois heures, chacune demeure marquante et donne de nombreuses sueurs froides, tant aux personnages qu’aux spectateurs.

Si la télévision ne bénéficiait pas des mêmes budgets et de la même liberté créatrice qu’aujourd’hui, Ça« Il » est revenu fait partie de ces rares productions devenues des classiques dès leur première diffusion. Avec son aspect film-noir, notamment avec le personnage de Mike Hanlon qui mène son enquête et dont les mémoires sont dites en voix-off, combiné à une histoire fantastique, d’horreur, d’épouvante, dramatique, d’amour et d’amitié (les retrouvailles du Club des paumés 30 ans après sont très émouvantes), Ça traverse les décennies sans prendre de rides – à part au niveau des effets spéciaux, mais est-ce bien là le plus important ? – et reste précieux dans le coeur des spectateurs.

En juillet 2015, alors qu’il travaille sur une nouvelle transposition du roman de Stephen King, le réalisateur Cary Fukunaga (la première saison de True Detective) quitte finalement le projet suite à des divergences avec la production, qui trouve alors ses idées trop sombres, d’autant plus que le studio souhaitait faire un seul et unique long métrage et non deux comme le désirait le réalisateur. Dommage, d’autant plus le comédien Will Poulter (glaçant dans Detroit de Kathryn Bigelow), qui devait interpréter Pennywise, quitte également le navire. Néanmoins, la Warner Bros. fait finalement appel au cinéaste argentin Andrés Muschietti, révélé par Mamá, pour reprendre le flambeau. Moins torturée, moins sanglante et sexuelle que l’approche de son prédécesseur, Andrés Muschietti livre néanmoins une version très prenante du roman de Stephen King. A titre de comparaison, cette nouvelle mouture 2017 fait moins peur que le téléfilm original et effraie beaucoup moins que le livre. Néanmoins, marqué par des références aux productions Amblin (la première partie a d’ailleurs été déplacée dans les années 1980), Ça version 2017 peut compter sur un casting admirable, avec tout d’abord la nouvelle incarnation du Clown par Bill Skarsgård.

Fils de l’acteur Stellan Skarsgård et frère d’Alexander (True Blood, Melancholia, Tarzan), le jeune comédien de 27 ans s’avère remarquable et sa prestation ne cherche jamais à rivaliser ou à égaler celle inoubliable de Tim Curry. Il s’agit d’un autre Pennywise, plus monstrueux, et bien que ses apparitions restent dispersées sur 2h15, Bill Skarsgård crève l’écran. Cette première partie se focalise uniquement sur l’enfance des personnages, contrairement au téléfilm qui croisait les deux époques. Le chapitre 2se concentrera sur la partie adulte, avec quelques flashbacks sur les personnages enfants. Le nouveau club des ratés se compose d’exceptionnels comédiens, bourrés de talent et au charisme magnétique : Jaeden Lieberher – Bill Denbrough (Midnight Special), Finn Wolfhard – Richie Tozier (Mike Wheeler dans la série Stranger Things), Sophia Lillis – Beverly Marsh (immense révélation), Jack Dylan Grazer – Eddie Kaspbrak, Wyatt Oleff – Stan Uris, Jeremy Ray Taylor – Ben Hanscom et Chosen Jacobs – Mike Hanlon. Un casting haut de gamme et tous très prometteurs.

Pour celles et ceux qui attendaient une adaptation fidèle au roman, sachez que ce n’est pas le cas ici. Si la première séquence, celle qui oppose le petit Georgie au Clown dans le caniveau se révèle être plus sanglante, Ça 2017 surfe plutôt sur la nostalgie des divertissements des années 1980, dans ses partis pris et dans son atmosphère. Certes, cela peut paraître déconcertant, mais le film d’Andy Muschietti est un fabuleux et très attachant divertissement, excellemment mis en scène, photographié et interprété, drôle, poétique, mélancolique et qui contient son lot de séquences morbides à défaut d’être réellement effrayantes.

Alors…après 740 millions de dollars amassés dans le monde, dont 330 millions rien que sur le sol de l’Oncle Sam, Ça : chapitre 2 tient-il ses promesses ? Non. D’une part en raison de sa durée bien trop exagérée (2h45), son rythme lent qui peine à maintenir l’intérêt du spectateur, son absence de frissons en dehors de deux ou trois scènes (et pour la plupart reprises de la version téléfilm), et son casting adulte comprenant quelques têtes connues, qui peine à créer une empathie à la hauteur du premier épisode.

En 2016, lors de la traditionnelle fête foraine de Derry dans le Maine, Adrian Mellon (Xavier Dolan, qui s’en prend plein la tronche, certains apprécieront) et son petit ami Don Hagarty sont agressés par un groupe d’homophobes. Les agresseurs jettent Adrian par-dessus le pont, celui-ci est recueilli in extremis hors de l’eau par « Ça » qui vient de se réveiller et dévore le jeune homme sous les yeux impuissants de Don. Mike Hanlon apprend l’accident du pont via une radio de la police décrivant un corps démembré, et se rend sur la scène de crime. Une fois sur place, il découvre une inscription en lettres de sang sur l’armature en béton du pont où il y est écrit « Enfin de retour ! » (« Come home! »), comprenant ainsi que « Ça » est de retour. Il décide de faire appel aux autres membres du Club des Ratés (Bill Denbrough, Ben Hanscom, Beverly Marsh, Richie Tozier, Eddie Kaspbrak et Stanley Uris) afin qu’ils reviennent à Derry et qu’ils respectent la promesse faite 27 ans auparavant. La plupart sont perturbés par l’appel de Mike combiné au fait qu’ils aient du mal à se rappeler de leur enfance, mais acceptent tout de même de revenir. Cependant, Stanley se suicide après l’appel. Les Ratés se retrouvent dans un restaurant chinois local et commencent à retrouver la mémoire, mais prennent peur lors des premières visions d’horreur causées par « Ça ». Le groupe apprend ensuite le suicide de Stan par le biais d’un message dissimulé dans les morceaux de papier que contiennent leurs biscuits chinois. Richie et Eddie décident de partir pendant que Mike révèle à Bill qu’il a rencontré une tribu d’Amérindiens. Ces derniers lui ont montré les origines de « Ça », comment l’entité est arrivée sur Terre depuis l’espace, tout en lui expliquant le Rituel de Chüd pour le détruire une bonne fois pour toutes. Bill et Mike finissent par convaincre Richie et Eddie de rester pour finir ce qu’ils ont commencé.

La narration s’enlise dans quelques allers-retours entre le présent et le passé. Certains des enfants du premier volet ont grandi et cela fait tiquer, mais surtout leurs scènes n’ont ici strictement aucun intérêt. Le flash-back où Henry Bowers, qui a survécu a sa mort apparente dans le puits, est par exemple peu nécessaire, et le personnage ne possède pas l’aura, ni le côté dangereux ressentis dans le téléfilm de Tommy Lee Wallace. Nous sauverons tout de même la séquence où la petite fille, victime de moqueries de ses camarades de classe à cause de sa tâche de naissance sur sa joue droite, se retrouve face au Clown sous les gradins d’un terrain de baseball, où elle se fait manipuler, puis inévitablement dévorer. En revanche, tout ce qui concerne le Rituel de Chüd est interminable, d’autant plus que le groupe est obligé de se séparer, afin que chaque membre puisse retrouver un artefact de son passé. Ça : chapitre 2 prend alors la forme d’un film à sketches très inégal, long.

Si Jessica Chastain était le choix idéal pour incarner Beverly à l’âge adulte, sa notoriété nuit quelque peu à l’empathie pour le personnage et devient finalement symbolique du manque de spontanéité de ce deuxième épisode. Même chose pour James McAvoy, certes impeccable, mais dont le personnage devient quasiment insignifiant. Néanmoins, le choix de James Ransone pour interpréter Eddie version adulte, est l’un des gros points forts du film. Sa ressemblance physique avec le jeune (et génial) Jack Dylan Grazer est stupéfiante, ses mimiques sont identiques et le personnage demeure sans aucun doute le plus attachant du groupe. L’excellent (et peu connu dans nos contrées) Bill Hader campe également un très bon et complexe Richie Tozier. Quant à Bill Skarsgård, son interprétation de Ça est égale au premier film, même si cette fois le comédien voit son jeu dénaturé par l’usage quasi-systématique d’images de synthèse peu ragoûtantes. A ce titre, l’affrontement final avec l’araignée géante est aussi raté qu’affreux à visionner, et tombe complètement à plat.

Il y a donc à boire et à manger dans Ça : chapitre 2, qui prend l’aspect d’une bouillie en fait, bourrative, fade en bouche, qui comprend quelques bons ingrédients, mais malheureusement peu équilibrés et qui laisse un goût foncièrement amer durant la digestion.

LE BLU-RAY

Le Blu-ray de Ça : chapitre 2, disponible chez Warner Bros., est disposé dans un boîtier classique de couleur rouge sang. Le menu principal, fixe et musical, reprend le visuel de la jaquette centré sur le regard diabolique du Clown. Cette édition se compose de deux disques, le premier pour le film, le second pour les nombreux suppléments, sachant que Ça : chapitre 2 dure près de trois heures.

Comme il s’agit du deuxième épisode, l’éditeur a voulu procéder à un retour en arrière en proposant un making of de la première et de la seconde partie de Ça, pour ainsi montrer l’évolution du projet, mais aussi l’alchimie naissante du jeune casting, leur préparation et leur perfectionnement devant la caméra. D’une durée totale d’1h15 (35’30+39’30), ce long documentaire est largement illustré par les propos du réalisateur Andrés Muschietti et de sa sœur, la productrice Barbara Muschietti, mais aussi de l’ensemble du casting (des deux volets donc), le tout agrémenté de très nombreuses images des coulisses, des réunions de production, des screen-tests, des répétitions et du tournage. Aucune redondance, ou très peu, avec les suppléments déjà disponibles sur l’édition du premier film. Ces modules contenteront les nombreux fans, même si ces derniers restent encore quelque peu décontenancés par le chapitre 2. La partie consacrée au casting des personnages adultes, avec l’aide des jeunes comédiens, est à ne pas manquer.

Nous trouvons ensuite un segment consacré au comédien Bill Skarsgård (10’), qui revient sur la création du rôle de Pennywise, et comment le réalisateur Andrés Muschietti a dû l’aider (via la motion capture) pour se remettre dans la peau du personnage après une interruption de quelques mois entre les deux épisodes.

Le bonus suivant est quelque peu redondants avec le making of de la partie 2, puisque centré sur le recrutement des acteurs adultes (8’). Chaque jeune comédien a dû écrire une lettre à son “double adulte” afin de lui exposer le personnage, ses états d’âme, sa relation avec ses camarades, ses peurs.

Enfin, l’éditeur donne la parole à monsieur Stephen King (6’), qui intervenait déjà dans le module de la partie 2 et qui fait d’ailleurs une apparition dans Ça : chapitre 2. L’écrivain revient sur la genèse de son roman le plus populaire et sur le tournage de cette nouvelle mouture.

L’Image et le son

Sublime. Warner Bros. soigne son master HD qui se révèle exemplaire. Les contrastes sont d’une densité rarement démentie, y compris sur séquences sombres, avec une image sans cesse affûtée. La clarté demeure frappante, le piqué est acéré, les gros plans riches, les contrastes denses et la colorimétrie reste chatoyante. Les détails sont légion aux quatre coins du cadre large et la copie restitue les volontés artistiques du chef opérateur Checco Varese (El Aura, Replicas) qui succès ainsi à Chung-hoon Chung (Mademoiselle, Stoker, Old Boy). Ce Blu-ray offre de fabuleuses conditions pour revoir le film d’Andy Muschietti. L’apport HD sur ce titre est évidemment indispensable.

Dès la première séquence, l’ensemble des enceintes des pistes anglaise et française DTS-HD Master Audio 5.1 (ou Dolby Atmos-TrueHD en français et Dolby Atmos DD+ en anglais si votre installation vous le permet) est mis à contribution aux quatre coins cardinaux. Les ambiances fusent de tous les côtés, la musique de Benjamin Wallfisch (Blade Runner 2049, A Cure for Life) bénéficie d’un traitement de faveur avec une large ouverture, plongeant instantanément le spectateur dans l’ambiance. Les dialogues ne sont jamais pris en défaut et demeurent solidement plantés sur la centrale tandis que les effets ne cessent d’être balancés de gauche à droite, et des enceintes avant vers les arrières. N’oublions pas le caisson de basses, qui se mêle ardemment à ce spectacle acoustique aux effets fracassants.

Crédits images : © WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.