Test Blu-ray / Dans les replis de la chair, réalisé par Sergio Bergonzelli

DANS LES REPLIS DE LA CHAIR (Nelle pieghe della carne) réalisé par Sergio Bergonzelli, disponible en DVD et Blu-ray chez Frenezy.

Acteurs : Eleonora Rossi Drago, Pier Angeli, Fernando Sancho, Alfredo Mayo, Emilio Gutiérrez Caba, María Rosa Sclauzero, Giancarlo Sist, Gaetano Imbró, Luciano Catenacci, Bruno Ciangola…

Scénario : Sergio Bergonzelli & Fabio de Agostini

Photographie : Mario Pacheco

Musique : Jesús Villa Rojo

Durée : 1h32 (version intégrale)

Date de sortie initiale : 1970

LE FILM

Lucile est gouvernante dans une grande villa. Elle y vit avec son neveu et la fille de l’ancien propriétaire, disparu en mer 13 ans auparavant dans des circonstances jamais vraiment élucidées. Quiconque essaie de s’immiscer dans ce cercle familial en paie les lourdes conséquences.

Le gros plan d’une tête coupée reposant sur le sol après avoir été arrachée au reste du corps d’un homme, ouvre le film, l’ancrant dès les premières secondes dans le genre de l’horreur. Mais attention : l’horreur cérébrale, semble annoncer Sergio Bergonzelli dans le carton inaugural affichant rien moins qu’une citation (prétendument) empruntée à Sigmund Freud. Ce qui a été, restera – gravé dans le cerveau et dans les replis de la chair, nous explique-t-il. Voilà qui en dit long sur les aspirations du cinéaste, qui parsèmera son long-métrage d’autres références plus ou moins pertinentes au mathématicien et philosophe Pascal, ou encore aux écrivains Raymond Radiguet et T.S. Eliot. D’un point de vue strictement cinématographique, c’est surtout à Alfred Hitchcock qu’il se réfère. Dans l’entretien avec l’historien du cinéma Rosario Tronnolone disponible en bonus (lire ci-dessous), on apprend sans surprise que Sergio Bergonzelli ambitionnait d’être considéré comme un grand artiste et non comme un « simple » artisan, ce qui explique ce déferlement de citations prestigieuses. C’est au fond, ce qui rend si précieux ce film étrangement claudiquant qu’est Dans les replis de la chair. Car Bergonzelli n’a pas les moyens de ses prétentions (ni financiers, ni artistiques), mais l’ardeur et la sincérité manifeste qu’il y insuffle forcent une certaine tendresse doublée d’un amusement de chaque instant à traquer la réplique ridicule, l’incohérence de trop, l’approximation de jeu, la fausse note dans le cadrage.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Dans les replis de la chair, réalisé par Sergio Bergonzelli »

Test Blu-ray / Le Duo de la mort – Femina Ridens, réalisé par Piero Schivazappa

LE DUO DE LA MORT (Femina Ridens) réalisé par Piero Schivazappa, disponible en DVD et Blu-ray chez Frenezy.

Acteurs : Philippe Leroy, Dagmar Lassander, Lorenza Guerrieri, Varo Soleri, Maria Cumani Quasimodo, Mirella Pamphili…

Scénario : Piero Schivazappa

Photographie : Sante Achilli

Musique : Stelvio Cipriani

Durée : 1h30 (version intégrale)

Date de sortie initiale : 1969

LE FILM

Le docteur Sayer (Philippe Leroy), directeur d’une association philanthropique, fait la connaissance de Maria (Dagmar Lassander), journaliste qui souhaite lui consacrer un article. Sayer propose à la jeune femme de venir à son domicile. A son arrivée, il la drogue et la séquestre. Car Maria est la nouvelle proie d’un sociopathe dont le grand projet secret est de rétablir la domination de l’homme sur la femme, un peu trop malmenée à son goût par la vague de liberté post-68.

En 1969, le giallo italien est encore un genre naissant, dont Mario Bava a posé les fondations formelles et thématiques avec Six Femmes pour l’assassin cinq ans plus tôt. Femina Ridens, de Piero Schivazappa, semble cocher assez de cases pour figurer parmi ses représentants : l’assassin à la psyché défaillante, sa victime torturée et terrifiée, la violence graphique, la mise en scène hyper stylisée, les gros plans fétichistes, les couleurs parfois surréalistes… Or, sitôt Dagmar Lassander entre les griffes de Philippe Leroy, il apparaît assez clairement que Schivazappaquestionne le giallo plus qu’il ne s’en réclame. Ainsi, au moment d’ « exposer » sa proie après l’avoir droguée, le docteur Sayer modifie l’éclairage de la pièce en apposant une gélatine rouge sur la lampe, faisant ainsi baigner le tout dans une ambiance lumineuse familière des amateurs de gialli et des derniers films en date de Mario Bava (et de ceux à venir de Dario Argento). Un peu plus tard, Sayer projette à Maria des images de ses précédentes victimes, brutalisées devant son objectif dans des postures au sadisme presque élégant, pour mieux la terroriser. Ce faisant, le cinéaste fait de son personnage masculin une sorte d’alter ego malade et nous place, nous, dans la situation de Maria, certes victime de Sayer, mais aussi spectatrice de ses actes. Premier vertige d’un film qui en réserve beaucoup d’autres. Car s’il détourne le maniérisme du giallo, Schivazappa en retourne aussi les thèmes de prédilection.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Duo de la mort – Femina Ridens, réalisé par Piero Schivazappa »

Test Blu-ray / Texas Adios, réalisé par Ferdinando Baldi

TEXAS ADIOS (Texas, addio) réalisé par Ferdinando Baldi, disponible en DVD et Blu-ray chez Frenezy.

Acteurs : Franco Nero, Alberto Dell’Acqua, Elisa Montés, José Guardiola, Livio Lorenzon, Hugo Blanco, Luigi Pistilli…

Scénario : Ferdinando Baldi & Franco Rossetti

Photographie : Enzo Barboni

Musique : Antón García Abril

Durée : 1h32

Date de sortie initiale : 1966

LE FILM

Voulant se venger de Delgado qui a tué leur père, Burt Sullivan et son frère Jim quittent le Texas pour parcourir le Mexique. Les deux hommes retrouvent Delgado qui est devenu un riche et puissant propriétaire foncier. Mais la découverte d’un secret familial calme soudainement leur désir de vengeance…

Faut-il dire Texas Adios ou Texas, addio ? Les deux sont valables, cela dépend si vous désirez vous la jouer cinéphile pointilleux ou non. Toujours est-il que Texas Adios a très largement contribué à la renommée, puis au mythe de Franco Nero dans le paysage cinématographique transalpin et plus spécialement dans le western dit « spaghetti ». Le comédien n’attendra pas longtemps après ses débuts sur le grand écran pour devenir une star. Quatre ans après son premier long-métrage (La Peau à vif Pelle viva de Giuseppe Fina) et diverses apparitions chez Antonio Margheriti (Les Criminels de la galaxie I Criminali della galassia, La Guerre des planètes I Diafanoidi vengono da Marte), Django de Sergio Corbucci débarque et remplit les salles du monde entier, propulsant Franco Nero au top des acteurs les plus reconnus et convoités. Les deux westerns qu’il tourne à la suite – et qui sortiront aussi en 1966 à quelques semaines d’intervalle – assiéront sa réputation, Le Temps du massacre Tempo di massacro de Lucio Fulci et Texas Adios de Ferdinando Baldi. Ce dernier, peut-être moins connu que les autres, est pourtant une immense réussite du genre, que le comédien principal qualifiera lui-même comme étant « le plus américain des westerns italiens ». Et comme on dit de l’autre côté des Alpes, c’est un capolovoro, autrement dit un chef d’oeuvre.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Texas Adios, réalisé par Ferdinando Baldi »

Test Blu-ray / La Victime désignée, réalisé par Maurizio Lucidi

LA VICTIME DÉSIGNÉE (La Vittima designata) réalisé par Maurizio Lucidi, disponible en DVD et Blu-ray chez Frenezy.

Acteurs : Tomás Milián, Pierre Clémenti, Katia Christine, Luigi Casellato, Marisa Bartoli, Ottavio Alessi, Alessandra Cardini, Christina Müller, Enzo Tarascio, Carla Mancini, Bruno Boschetti…

Scénario : Augusto Caminito, Fulvio Gicca, Maurizio Lucidi, Fabio Carpi, Luigi Malerba, Aldo Lado & Antonio Troiso

Photographie : Aldo Tonti

Musique : Luis Bacalov & New Trolls

Durée : 1h40

Date de sortie initiale : 1971

LE FILM

Publicitaire à la tête d’une entreprise lucrative, Stefano Argenti serait un homme heureux si sa femme, Louisa, dépressive et possessive, ne l’empêchait de réaliser une excellente opération en vendant sa société contre une forte somme d’argent. Cette dernière est en effet enregistrée au seul nom de Louisa. Stefano se console dans les bras de sa maîtresse, la modèle Fabienne. En escapade amoureuse à Venise, le couple d’amants rencontre un étrange dandy, le comte Matteo Tiepolo, qui devient rapidement un ami très proche et intime de Stefano. Un jour, Matteo lui propose un marché : il tue Luisa si celui-ci assassine son frère, une brute qui le tyrannise. Effrayé, Stefano refuse son offre. Mais Matteo révèle à Luisa que son mari la trompe mais qu’il détourne également l’argent de son entreprise. Après une dispute avec Stefano, Luisa est retrouvée morte. Matteo, qui l’a tuée, demande à Stefano de bien vouloir remplir sa part du marché, à savoir tuer son frère…

Voilà un giallo, ou plus précisément un thriller psychologique dont nous n’avions jamais entendu parler ! Nous devons cette résurrection à un nouvel éditeur vidéo indépendant, qui vient de s’installer sur la scène française, Frenezy. Pour l’une de ses deux premières sorties, l’éditeur a misé sur La Victime désignée La Vittima designata, réalisé par un certain Maurizio Lucidi durant l’hiver 1970-71. Et autant le dire immédiatement, c’est une belle baffe. Très largement inspiré par L’Inconnu du Nord-Express Strangers on a Train d’Alfred Hitchcock, sorti vingt ans auparavant, lui-même tiré en partie du premier roman policier de Patricia Highsmith, La Victime désignée compte pas moins de sept scénaristes, parmi lesquels se distinguent forcément le mythique Aldo Lado (Je suis vivant !, La Bête tue de sang froid), Augusto Caminito (Qui a tué le chat ? de Luigi Comencini, qui produira The King of New York d’Abel Ferrara), Antonio Troiso (Le Couteau de glace d’Umberto Lenzi, Les Sorcières du bord du lac de Tonino Cervi), ainsi que Fulvio Gicca Palli (Confession d’un commissaire de police au procureur de la République de Damiano Damiani). Cette impressionnante somme de talents débouche sur une histoire passionnante et anxiogène, qui tient en haleine du début à la fin et plonge les spectateurs dans une atmosphère poisseuse et pessimiste, renforcée par une magistrale utilisation des décors naturels, de Milan à Venise, en passant par le Lac de Côme. Et puis La Victime désignée réunit aussi deux immenses comédiens, qui venaient alors de se croiser l’année précédente sur Les Cannibales I Cannibali de Liliana Cavani, Tomás Quintín Rodríguez alias Tomás Milián (qui pousse également la chansonnette dans le générique de fin) et Pierre Clémenti, qui livrent deux prestations extrêmement troublantes, magnétiques et exceptionnelles. N’attendez plus et jetez-vous sur ce joyau « jaune ».

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Victime désignée, réalisé par Maurizio Lucidi »