Test Blu-ray / Trilogie Majin : Majin, Le Retour de Majin, Le Combat final de Majin, réalisés par Kimiyoshi Yasuda, Kenji Misumi & Kazuo Mori

MAJIN, LE RETOUR DE MAJIN, LE COMBAT FINAL DE MAJIN (Daimajin, Daimajin ikaru, Daimajin gyakushū) réalisés par Kimiyoshi Yasuda, Kenji Misumi et Kazuo Mori, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume.

Acteurs : Miwa Takada, Yoshihiko Aoyama, Jun Fujimaki, Ryūtarō Gomi, Kōjirō Hongō, Shiho Fujimura, Tarō Marui, Takashi Kanda, Riki Hashimoto, Hideki Ninomiya, Shinji Hori, Masahide Iizuka…

Scénario : Tetsurō Yoshida

Photographie : Fujio Morita

Musique : Akira Ifukube

Durée : 1h24 / 1h19 / 1h27

Année de sortie : 1966

LA TRILOGIE

Les trois longs métrages de la série Daimajin (dans l’ordre : Majin, Le Retour de Majin, Le Combat final de Majin) furent tournés simultanément durant l’année 1966. Cette trilogie, affiliée aux genres Kaiju Eiga (films de monstres géants, dont Godzilla demeure le précurseur) et Jidai Geki (en rapport avec l’histoire du Japon médiéval, et notamment le chanbara – film de sabre), développe une thématique commune en fil conducteur. Ainsi, dans chacun de ces films, Daimajin, un géant de pierre, vient aider des villageois opprimés par un seigneur tyrannique. Sorte d’équivalence au Golem issu de la mythologie juive, Daimajin (traduction littérale : « Grand Démon ») est une divinité de pierre endormie, ne se réveillant que pour porter secours au peuple et châtier l’oppresseur. Et ce dernier, qu’il soit chambellan ou monarque, peut alors trembler, car la vengeance de Daimajin n’a aucune limite !

Ou quand la Daiei, société de production cinématographique japonaise fondée en janvier 1942, décide de mélanger les genres, le film historique et le film fantastique, tout en surfant sur le grand succès rencontré par Gamera, réalisé par Noriaki Yuasa et sorti en 1965. Ainsi naît Majin, de Kimiyoshi Yasuda (1911-1983), bien connu des cinéphiles pour avoir mis en scène six des vingt-six films de la série Zatoichi interprétée par Shintarō Katsu. Ici, point de monstre préhistorique ressemblant à une tortue, mais une statue de pierre avoisinant les dix mètres de haut ! En avril 1966, le triomphe de Majin est suivi de deux suites, en fait tournées en même temps, Le Retour de Majin de Kenji Misumi et Le Combat final de Majin de Kazuo Mori, qui sortent respectivement en août 1966 et en décembre 1966. Chaque opus de cette trilogie reprend peu ou prou la même trame (les trois films ont été écrits par Tetsurō Yoshida), mais transposée chaque fois dans une atmosphère différente. Aujourd’hui, revoir les trois épisodes à la suite s’apparente à un récit composé de trois chapitres qui se reflètent et se complètent tout en même temps. Produits par Masaichi Nagata (président de la Daiei), tournés dans de magnifiques décors, naturels ou reconstitués en studio, Majin, Le Retour de Majin et Le Combat final de Majin sont de véritables merveilles cinématographiques, pleines de magie, d’aventures, de combats au sabre, de belles valeurs et de bons sentiments.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Trilogie Majin : Majin, Le Retour de Majin, Le Combat final de Majin, réalisés par Kimiyoshi Yasuda, Kenji Misumi & Kazuo Mori »

Test Blu-ray / Le Couteau de glace, réalisé par Umberto Lenzi

LE COUTEAU DE GLACE (Il Coltello di ghiaccio) réalisé par Umberto Lenzi, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume.

Acteurs : Carroll Baker, Alan Scott, Evelyn Stewart, Eduardo Fajardo, Silvia Monelli, George Rigaud, Franco Fantasia, Dada Gallotti, Lorenzo Robledo, Mario Pardo…

Scénario : Umberto Lenzi, Luis G. de Blain

Photographie : José F. Aguayo

Musique : Marcello Giombini

Durée : 1h31

Année de sortie : 1972

LE FILM

Adolescente, Martha Caldwell a réchappé d’une catastrophe ferroviaire dans laquelle elle a vu mourir ses parents, traumatisme qui l’a rendue muette. Quinze ans ont passé quand Martha, qui vit désormais avec son oncle Ralph, féru d’occultisme, dans une propriété située à Montseny, dans les Pyrénées espagnoles, reçoit la visite de sa cousine Jenny Ascot, célèbre chanteuse résidant en Angleterre. Cette dernière est mortellement poignardée durant la nuit. La police mène son enquête, tandis que d’autres meurtres surviennent. Les soupçons se portent vers une secte sataniste, à moins qu’il ne s’agisse d’un tueur en série isolé. Dans un cas comme dans l’autre, Martha pourrait bien être la prochaine victime…

Umberto Lenzi (1931-2017) est l’exemple typique du réalisateur qui a su suivre la mode, les goûts et les préférences des spectateurs, en passant successivement du film de pirates (Mary la rousse, femme pirate, Les Pirates de la Malaisie) au péplum (Maciste contre Zorro, Hercule contre les mercenaires) dans les années 1960, puis du giallo (Le Tueur à l’orchidée, Spasmo) au poliziottesco (Brigade spéciale, La Rançon de la peur, Le Cynique, l’Infâme et le Violent) dans les années 1970, pour terminer sa carrière dans le genre épouvante (La Secte des cannibales, L’Avion de l’apocalypse). Un cinéaste prolifique, diplômé du Centro Sperimentale di Cinematografia, avec plus de 60 films à son actif réalisés en 35 ans de carrière. Le Couteau de glaceIl Coltello di ghiaccio (1972) apparaît tout juste au milieu de sa carrière. Pour la quatrième et dernière fois, Umberto Lenzi retrouve la comédienne Carroll Baker, qu’il avait déjà dirigé dans Une folle envie d’aimer Orgasmo (1969), Si douces, si perversesCosì dolce… così perversa (1969), avec Jean-Louis Trintignant et Paranoia (1970), trois gialli au succès international. Pour cette ultime collaboration, l’ex-star hollywoodienne vue chez George Stevens (Géant), Elia Kazan (Baby Doll), William Wyler (Les Grands espaces), Edward Dmytryk (Les Ambitieux), John Ford (Les Cheyennes) signe une remarquable prestation, tandis qu’Umberto Lenzi assure comme d’habitude derrière la caméra. En dehors d’un final quelque peu abracadabrant, Le Couteau de glace est non seulement un excellent fleuron du genre, mais traverse aussi les années sans prendre trop de rides. Le divertissement est toujours au rendez-vous.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Couteau de glace, réalisé par Umberto Lenzi »

Test Blu-ray / Waxwork, réalisé par Anthony Hickox

WAXWORK réalisé par Anthony Hickox, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs : Zach Galligan, Patrick Macnee, Joe Baker, David Warner, John Rhys-Davies, Jennifer Bassey, Deborah Foreman, Michelle Johnson, Dana Ashbrook, Miles O’Keeffe, Eric Brown…

Scénario : Anthony Hickox

Photographie : Gerry Lively

Musique : Roger Bellon

Durée : 1h37

Année de sortie : 1988

LE FILM

Un groupe d’adolescents est invité à visiter un curieux musée de cire qui expose de célèbres classiques de la littérature d’horreur. Au fur et à mesure ils vont se rendre compte que les sculptures de cire sont plus que de simples statues.

Premier long métrage du britannique Anthony Hickox (né en 1959), Waxwork est un vrai film culte. Comme l’indiquent les remerciements en fin de générique, le réalisateur vouait alors un culte aux œuvres de la Hammer, aux films de Dario Argento, George A. Romero, Joe Dante, John Landis, Steven Spielberg et de John Carpenter. Sorti en 1988, Waxwork est immédiatement devenu mythique auprès des spectateurs et un carton en VHS, à tel point que le film connaîtra une suite en 1992, Waxwork II : Perdus dans le tempsWaxwork II : Lost in Time. Mais pour l’heure, ce film fantastique emblématique des années 1980 reste un immense divertissement bourré d’imaginations, réalisé avec une passion contagieuse pour le cinéma et dont l’affrontement final contre les créatures ramenées à la vie demeure un des moments les plus foutraques et surtout les plus jouissifs du genre.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Waxwork, réalisé par Anthony Hickox »

Test Blu-ray / Halloween III : Le Sang du Sorcier, réalisé par Tommy Lee Wallace

HALLOWEEN III : LE SANG DU SORCIER (Halloween III: Season of the Witch) réalisé par Tommy Lee Wallace, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs : Tom Atkins, Stacey Nelkin, Dan O’Herlihy, Michael Currie, Ralph Strait, Jadeen Barbor, Brad Schacter, Garn Stephens, Nancy Kyes, Dick Warlock…

Scénario : John Carpenter, Tommy Lee Wallace, Nigel Kneale

Photographie : Dean Cundey

Musique : John Carpenter, Alan Howarth

Durée : 1h38

Année de sortie : 1982

LE FILM

Il se passe des choses bien étranges à Santa Mira, petite ville d’apparence tranquille. Suite à l’assassinat de l’un de ses patients, le Dr Daniel Challis vient y enquêter, accompagné d’Ellie Grimbridge, la fille du défunt, déterminée à retrouver les coupables. La présence d’un masque de Halloween près de l’homme assassiné conduit le duo jusqu’à l’usine de jouets dirigée par l’inquiétant Conal Cochran, protégé par une garde rapprochée d’androïdes…

« La nuit où personne ne rentre à la maison… ».

John Carpenter et Debra Hill en ont fini avec Michael Myers. Du moins c’est ce qu’ils pensaient à l’époque. Toujours est-il qu’après le succès commercial d’Halloween II, Universal Studios et John Carpenter ont dans l’idée de créer une franchise liée à la fête du 31 octobre, en imaginant un film d’épouvante qui sortirait chaque année à la même période. Le scénario est confié à Nigel Kneale, créateur du personnage Bernard Quatermass, que John Carpenter adule. Cependant, ce dernier n’est pas totalement convaincu par l’histoire qu’il juge lugubre, sombre, même si l’ensemble le fascine. Nigel Kneale refuse d’y retoucher, mais doit se résoudre à laisser John Carpenter faire ce dont il a envie. Il décide alors de retirer ses billes et demande même à ce que son nom soit ôté du générique. Pourtant, malgré les remaniements du grand manitou de la franchise, il subsistera bien 60 % de son travail original. Si Joe Dante est un temps envisagé derrière la caméra, ce sera finalement Tommy Lee Wallace, directeur artistique et monteur du premier Halloween, qui avait refusé la mise en scène du second, qui sera choisi pour réaliser l’opus qui s’intitulera Halloween III : Le Sang du Sorcier. Devant l’absence de Michael Myers, le film déconcertera le public à sa sortie en octobre 1982 aux Etats-Unis. Longtemps considéré comme étant le mouton noir, le vilain petit canard ou l’enfant illégitime, Halloween III : Le Sang du Sorcier a connu depuis un véritable regain d’intérêt, au point de devenir un vrai film culte et l’un des épisodes les plus aimés par les fans de la première heure.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Halloween III : Le Sang du Sorcier, réalisé par Tommy Lee Wallace »

Test Blu-ray / Halloween II, réalisé par Rick Rosenthal

HALLOWEEN II réalisé par Rick Rosenthal, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs : Jamie Lee Curtis, Donald Pleasence, Charles Cyphers, Jeffrey Kramer, Lance Guest, Pamela Susan Shoop, Hunter von Leer, Dick Warlock, Leo Rossi, Gloria Gifford, Dana Carvey…

Scénario : John Carpenter, Debra Hill

Photographie : Dean Cundey

Musique : John Carpenter, Alan Howarth

Durée : 1h32

Année de sortie : 1981

LE FILM

Michael Myers n’est pas mort ! Les six balles tirées par le Dr Loomis n’ont pas suffi à arrêter le tueur, qui poursuit son but : retrouver et supprimer Laurie Strode. Blessée et choquée, la jeune femme, transportée à l’hôpital de Haddonfield, est loin de se douter que Myers est encore à ses trousses, laissant toujours plus de cadavres dans son sillage, tandis que Samuel Loomis traque sans relâche son ancien patient…

« La nuit où il est revenu se poursuit… ».

Pouvait-on passer après John Carpenter ? La réponse est oui ! En voyant le succès monstre rencontré par Vendredi 13Friday the 13th de Sean S. Cunningham en 1980 et sa suite Vendredi 13 : Chapitre 2Friday the 13th Part 2 de Steve Miner, John Carpenter et Debra Hill se voient proposer une somme plus que correcte pour imaginer la suite de leur triomphe de l’année 1978. Si Moustapha Akkad est toujours crédité comme producteur, c’est le mythique Dino De Laurentiis, qui vient alors de racheter la franchise, qui apporte les pépètes, soit 2,5 millions de dollars. La naissance de cette suite est difficile, on pense même faire réaliser un film en 3D, ce qui pourrait être un bon argument de vente, d’autant plus que John Carpenter a purement et simplement décidé de ne pas la mettre en scène. L’idée est rapidement abandonnée, alors les scénaristes imaginent plutôt une séquelle directe, qui commencerait là où s’arrêtait le premier, autrement dit quand le Dr Loomis découvre la disparition du corps de Michael Myers, après lui avoir tiré dessus à plusieurs reprises. Un procédé repris entre autres par les deux premiers Rocky.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Halloween II, réalisé par Rick Rosenthal »

Test Blu-ray / Maniac, réalisé par William Lustig

MANIAC réalisé par William Lustig, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs :  Joe Spinell, Caroline Munro, Abigail Clayton, Kelly Piper, Rita Montone, Tom Savini, Hyla Marrow, James L. Brewster, Sharon Mitchell…

Scénario : Joe Spinell, C.A. Rosenberg d’après une histoire originale de Joe Spinell

Photographie : Robert Lindsay

Musique : Jay Chattaway

Durée : 1h28

Année de sortie : 1980

LE FILM

Un psychopathe sème la mort à New York en scalpant ses victimes pour recréer sa mère abusive décédée plusieurs années auparavant.

Maniac, c’est tout d’abord une affiche inoubliable qui a dû orner les murs des cinéphiles déviants et des amateurs de films d’horreur au début des années 1980. Une flaque de sang, un scalp tenu de la main gauche, du sang qui s’écoule des cheveux encore fraîchement « coupés », qui dégouline sur le pantalon (sous lequel on devine une érection) et les godasses de cette silhouette sans tête, capturée en dessous de la ceinture. La main droite agrippe un couteau, dont la pointe rouge indique que le crime vient d’être commis. Une affiche qui aura rendu hystérique les mouvements féministes, qui n’hésitaient pas à la recouvrir de peinture blanche, afin que le cinéma d’épouvante arrête d’utiliser la violence faite aux femmes comme objet de divertissement. Maniac, c’est aussi un visage absent de cette campagne de promotion. Celui du comédien Joseph J. Spagnuolo alias Joe Spinell (l’usurier Tony Gazzo dans Rocky), visage grêlé, silhouette massive, yeux chassieux. Et surtout exceptionnel acteur, qui officie en plus ici comme coscénariste (avec C.A. Rosenberg) et coproducteur. Sa fantastique interprétation dans Maniac demeure l’une des grandes références du genre, du cinéma d’horreur, qui remplissait alors les salles depuis Halloween, la nuit des masques de John Carpenter. Véritable électrochoc au cinéma, carton international en VHS, film culte, le premier véritable long métrage de William Lustig (né en 1955) est comme qui dirait le Citizen Kane du thriller paranoïaque d’épouvante des années 1980.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Maniac, réalisé par William Lustig »

Test Blu-ray / Le Retour des morts vivants 3, réalisé par Brian Yuzna

LE RETOUR DES MORTS VIVANTS 3 (Return of the Living Dead 3) réalisé par Brian Yuzna, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs :  Melinda Clarke, J. Trevor Edmond, Kent McCord, Basil Wallace, James T. Callahan, Sarah Douglas, Abigail Lenz, Jill Andre…

Scénario : John Penney

Photographie : Gerry Lively

Musique : Barry Goldberg

Durée : 1h37

Année de sortie : 1993

LE FILM

Curt Reynolds et Julie Walker mènent le parfait amour lorsqu’un accident de la route s’avère fatal pour la jeune femme. Curt emmène alors le corps de sa fiancée dans une base militaire dirigée par son père. Dans ce lieu hautement secret sont menées des expériences visant à ramener des cadavres à la vie au moyen d’un gaz nommé Trioxine. Si Curt parvient à réanimer sa bien-aimée, celle-ci se transforme peu à peu en zombie avide de chair humaine. Semant la terreur dans la ville, Julie trouve dans l’automutilation le moyen de canaliser ses pulsions cannibales…

En 1985, Le Retour des morts-vivantsThe Return of the Living Dead sort quelques semaines avant Le Jour des morts-vivantsDay of the Dead de George A. Romero. Réalisé par Dan O’Bannon, scénariste de Dark Star de John Carpenter (1974), d’Alien, le huitième passager de Ridley Scott (1979), de Tonnerre de feu de John Badham (1983) et plus tard de Lifeforce (1985) et de L’Invasion vient de Mars (1986) de Tobe Hooper, sans oublier Total Recall de Paul Verhoeven (1990) et Planète hurlante de Christian Duguay (1995), ce « Retour » mise avant tout sur l’humour, mais n’oublie pas d’effrayer (gentiment) les spectateurs qui sont venus avant tout pour se distraire, avoir peur et s’amuser. Mission accomplie puisque non seulement Le Retour des morts-vivants sera un bien plus grand succès que Le Jour des morts-vivants en rapportant le double de dollars au box-office, mais il est aussi devenu instantanément culte. Référence du film de genre mêlant humour et gore, qui n’aura de cesse d’inspirer moult cinéastes (Edgar Wright pour Shaun of the Dead, Bienvenue à Zombieland de Ruben Fleischer), graphique, cartoonesque et au final aussi expédié que pessimiste, Le Retour des morts-vivants a donc tout à fait sa place aux côtés des opus mythiques du genre. On ne peut pas en dire autant du Retour des morts-vivants 2 réalisé par Ken Wiederhorn (Appels au meurtre), au succès commercial très modéré et qui aura déconcerté moult spectateurs en raison de son humour potache. Changement de main et de ton pour Le Retour des morts-vivants 3 qui déboule sur les écrans en 1993 aux Etats-Unis.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Retour des morts vivants 3, réalisé par Brian Yuzna »

Test Blu-ray / Vigilante – Justice sans sommation, réalisé par William Lustig


VIGILANTE – JUSTICE SANS SOMMATION (Vigilante) réalisé par William Lustig, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs :  Robert Forster, Fred Williamson, Richard Bright, Rutanya Alda, Don Blakely, Joseph Carberry, Willie Colón, Joe Spinell, Carol Lynley, Woody Strode, Vincent Beck…

Scénario : Richard Vetere

Photographie : James Lemmo

Musique : Jay Chattaway

Durée : 1h29

Année de sortie : 1983

LE FILM

Après le meurtre de son fils et les violences faites à sa femme, un modeste électricien rejoint la milice de son quartier à laquelle il avait toujours refusé sa participation.

« Je ne sais pas pour vous les gens, mais moi j’en ai jusque-là ! »

William Lustig démarre sa carrière en réalisant quelques films pornographiques sous le nom de Billy Bag. Hot Honey (1977) et The Violation of Claudia (1978) ne resteront pas dans les mémoires, ou uniquement dans celles de ceux qui auront côtoyé les salles spécialisées dans quelques quartiers mal famés de New York. Maniac, son premier véritable long métrage devient un phénomène mondial. Son comédien, scénariste et producteur Joe Spinell devient une icône de l’épouvante et le film lance le cinéaste. Il faudra toutefois attendre 1983 pour que William Lustig livre son deuxième film. Ce sera Vigilante, plus connu en France sous le titre Vigilante, justice sans sommation, qui sera un gigantesque succès dans les vidéoclubs hexagonaux. L’action se déroule toujours à New York et le cinéaste s’intéresse cette fois à l’autodéfense apparue dans les rues devenues mal famées (plus de deux millions d’armes illégales sont en circulation), où les habitants avaient fini par s’entraider, ne pouvant plus compter sur les forces de l’ordre pour les défendre face à la criminalité toujours en hausse. Les new-yorkais avaient créé leur propre police de quartier, n’hésitant pas à avoir recours à quelques méthodes expéditives. Un sujet qui revenait de droit à William Lustig, qui signe ici un de ses meilleurs films, peut-être le plus grand de sa carrière.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Vigilante – Justice sans sommation, réalisé par William Lustig »

Test Blu-ray / Montclare: Rendez-vous de l’horreur – Next of Kin, réalisé par Tony Williams

MONTCLARE: RENDEZ-VOUS DE L’HORREUR (Next of Kin) réalisé par Tony Williams, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs :  Jacki Kerin, John Jarratt, Alex Scott, Gerda Nicolson, Charles McCallum, Robert Ratti, Vince Deltito, Tommy Dysart, Debra Lawrance…

Scénario : Tony Williams & Michael Heath

Photographie : Gary Hansen

Musique : Klaus Schulze

Durée : 1h29

Année de sortie : 1982

LE FILM

Non contente de décéder, la mère de Linda lègue à sa fille une maison de retraite d’allure vaguement victorienne. L’héritière débarque sur place, retrouve le journal intime de sa mère, tombe sur ces quelques lignes : « Il y a quelque chose de diabolique dans cette maison, quelque chose qui y vit et respire le même air que nous ». De fait, les morts mystérieuses commencent à s’y multiplier.

Plus connu en France sous le titre Next of Kin, cousins de sang, ou bien encore Montclare: Rendez-vous de l’horreur (pour sa sortie en VHS), Next of Kin est l’une des rares incursions au cinéma du réalisateur néo-zélandais Tony Williams. Venu du montage, également directeur de la photographie, il se lance dans la mise en scène au début des années 1970 avec la série Survey, avant de se spécialiser dans le domaine du documentaire (The Hum, Lost in the Garden of the World). Il signe son premier long métrage Solo en 1978, puis enchaîne avec Next of Kin, thriller mystérieux sous tension teinté d’horreur et de suspense, largement influencé par le cinéma européen. Si l’on se laisse emporter par son rythme languissant, alors Montclare: Rendez-vous de l’horreur est une belle expérience cinématographique emblématique de la Ozploitation, qui vaut notamment le détour pour l’impeccable interprétation de son actrice principale, Jacki Kerin.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Montclare: Rendez-vous de l’horreur – Next of Kin, réalisé par Tony Williams »

Test Blu-ray / Fair Game, réalisé par Mario Andreacchio

FAIR GAME réalisé par Mario Andreacchio, disponible en combo Blu-ray/DVD chez Le Chat qui fume

Acteurs :  Cassandra Delaney, Peter Ford, David Sandford, Garry Who, Don Barker, Carmel Young, Adrian Shirley, Tony Clay…

Scénario : Rob George

Photographie : Andrew Lesnie

Musique : Ashley Irwin

Durée : 1h26

Année de sortie : 1986

LE FILM

Jessica vit seule avec Ted dans un coin retiré du sud de l’Australie, où ils sont en charge d’une réserve naturelle. Dans ce cadre idyllique, son compagnon s’étant absenté pour une conférence, sa quiétude est compromise par l’arrivée d’un trio de chasseurs de kangourous. Lorsque les trois rustres croisent la route de la jeune femme, ils voient en elle un gibier de choix. S’engage alors un jeu du chat et de la souris entre les prédateurs et leur proie. Pour Jessica, le plus important va désormais se résumer à un mot : survivre !

C’est comme qui dirait une décharge d’adrénaline étalée sur 86 minutes. Un pied monumental que l’on prend du début à la fin, une expérience jouissive et un divertissement haut de gamme. Fair Game du réalisateur, scénariste, comédien, producteur et monteur australien Mario Andreacchio (né en 1955) est un modèle de série B. A ne pas confondre avec les autres films du même nom, celui de 1995 d’Andrew Sipes avec Cindy Crawford et William Baldwin, ou bien encore celui réalisé en 2010 par Doug Liman avec Naomi Watts et Sean Penn, le Fair Game qui nous intéresse ici est un chaînon manquant entre les Mad Max de Georges Miller et le cultissime Réveil dans la terreurWake in fright (ou bien encore Outback) de Ted Kotcheff (Rambo) qui avait secoué l’Australie en 1971. Autant dire que ce trip qui sent la sueur et la crasse vaut le détour, d’autant plus que l’actrice principale Cassandra Delaney s’avère bad-ass à souhait et sa ressemblance physique avec Linda Hamilton est souvent troublante.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Fair Game, réalisé par Mario Andreacchio »