Test Blu-ray / Le Bouffon du roi, réalisé par Melvin Frank & Norman Panama

LE BOUFFON DU ROI (The Court Jester) réalisé par Melvin Frank & Norman Panama, disponible en Blu-ray le 3 février 2021 chez Paramount Pictures.

Acteurs : Danny Kaye, Glynis Johns, Basil Rathbone, Angela Lansbury, Cecil Parker, Mildred Natwick, Robert Middleton, Michael Pate…

Scénario : Melvin Frank & Norman Panama

Photographie : Ray June

Musique : Walter Scharf & Vic Schoen

Durée : 1h41

Année de sortie : 1955

LE FILM

Au Moyen Age, Roderick, ignoble félon, a usurpé le trône d’Angleterre et règne en tyran sur le pays. Le véritable héritier, qui n’est encore qu’un bébé, porte sur les fesses la marque tatouée de son lignage. Une bande de rebelles veille sur le prince et attend son heure pour passer le pouvoir au légitime héritier de la couronne. Le vaillant «Renard noir», chef des nobles brigands, garantit de sa vie l’avenir de l’enfant. Un de ses fidèles parvient à se faire passer pour un bouffon italien à la cour de Roderick et se charge de glaner tous les renseignements utiles aux rebelles. Un complot se prépare pour démasquer le tyran et mettre fin à son règne…

En France, de nombreux cinéphiles semblent avoir Danny Kaye (1911-1987), comédien, danseur et chanteur américain, qui aura fait les beaux jours de l’âge d’or hollywoodien, à travers de grands spectacles, dont les plus célèbres demeurent La Vie secrète de Walter MittyThe Secret Life of Walter Mitty (1947) de Norman Z. McLeod, d’après la nouvelle de James Thurber, qui avait connu un très bon remake réalisé en 2013 par Ben Stiller, ainsi que le hit de sa filmographie, Noël blanc White Christmas (1954) de Michael Curtiz, où il fait face à Bing Crosby. Rétrospectivement, Danny Kaye a finalement peu tourné, un peu plus d’une quinzaine de films en 25 ans, mais la popularité, le talent et le charisme de cet homme-orchestre étaient gigantesques, dépassaient les frontières et avaient même donné envie à notre Pierre Richard national de devenir acteur. Si l’on peut citer en vrac Un fou s’en va-t-en guerre Up in Arms (1944) d’Elliott Nugent, Le Laitier de BrooklynThe Kid from Brooklyn (1946), Si bémol et Fa dièse A Song Is Born (1948) de Howard Hawks, Vive monsieur le maire The Inspector General (1949) d’Henry Koster, les deux collaborations de Danny Kaye avec le tandem Melvin Frank et Norman Panama se distinguent. Deux ans après Un grain de folieKnock on Wood (1954), le comédien et les réalisateurs (également scénaristes et producteurs) se retrouvent pour Le Bouffon du roi The Court Jester, parodie de film de cape et d’épée, non seulement très drôle encore aujourd’hui, mais fabuleusement mise en scène, photographiée et interprétée par des acteurs survoltés. Dans cette histoire de royaume volé, Danny Kaye trône en maître sur une formidable distribution composée de Glynis Johns, Basil Rathbone, Angela Lansbury et John Carradine. L’acteur principal se livre à un one-man show dantesque, sans jamais tirer la couverture à ses partenaires (aucun n’est laissé de côté), dans lequel il se déguise, chante, combat en armure, se fait hypnotiser, compte fleurette en se prenant pour Errol Flynn (beaucoup de références aux Aventures de Robin des Bois de Michael Curtiz et William Keighley), bondit de toit en toit, jongle avec les mots, tout cela en gardant le sourire et en faisant quelques sourires complices aux spectateurs. Près de soixante-dix ans après sa sortie, Le Bouffon du roi, film devenu rare, reste un modèle de comédie pastiche.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Bouffon du roi, réalisé par Melvin Frank & Norman Panama »

Test Blu-ray / Parties intimes, réalisé par Betty Thomas

PARTIES INTIMES (Private Parts) réalisé par Betty Thomas, disponible en Blu-ray le 20 janvier 2021 chez Paramount Pictures.

Acteurs : Howard Stern, Robin Quivers, Mary McCormack, Fred Norris, Paul Giamatti, Gary Dell’Abate, Jackie Martling, Carol Alt…

Scénario : Len Blum & Michael Kalesniko, d’après le livre d’Howard Stern

Photographie : Walt Lloyd

Musique : Van Dyke Parks

Durée : 1h49

Année de sortie : 1997

LE FILM

Evocation de la lutte et de la carrière d’Howard Stern, aphasique depuis l’âge de douze ans et qui à force de volonté est devenu une star de la radio et de la télévision aux Etats-Unis.

Qui en France, en 2021, se souvient encore de Howard Stern ? Né en 1954 à New York, l’animateur de radio américain, par ailleurs autoproclamé « Roi de tous les médias », avait su marquer les années 1980-90 avec son ton irrévérencieux à une heure de grande écoute, qui n’avait pas tardé à créer de multiples controverses, non seulement dans son pays, mais aussi au sein même de la station de radio qui l’employait. Parties intimesPrivate Parts est un peu la cerise sur le gâteau pour la star radiophonique, puisqu’il s’agit de l’adaptation cinématographique de son autobiographie (très romancée paraît-il), réalisée par Betty Thomas et interprétée par…Howard Stern lui-même dans son propre rôle. Soyons honnêtes, le film a peu voire aucun intérêt dans nos contrées, surtout aujourd’hui, à part pour celles et ceux qui auront grandi dans les années 1980-1990 et aperçu son émission filmée et diffusée sur MTV. Toujours est-il que si l’on oublie que l’histoire qui nous est racontée est « vraie », Parties intimes reste une comédie sympathique, qui ne vole pas haut certes, mais qui dresse le portrait d’un quasi-freak à la langue bien pendue, probablement mal dans sa peau, timide et renfermé, qui s’est créé un monstre provocateur pour pouvoir enfin sortir de sa coquille et se sentir aimé. C’est déjà pas si mal pour un petit film complètement disparu, du moins dans l’Hexagone (où il aura fait 23.000 entrées en mai 1997), qui avait connu un beau succès commercial chez l’Oncle Sam en rapportant 41 millions de dollars, soit deux fois son budget initial.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Parties intimes, réalisé par Betty Thomas »

Test Blu-ray / Un vampire à Brooklyn, réalisé par Wes Craven

UN VAMPIRE À BROOKLYN (A Vampire in Brooklyn) réalisé par Wes Craven, disponible en Blu-ray le 6 janvier 2021 chez Paramount Pictures.

Acteurs : Eddie Murphy, Angela Bassett, Allen Payne, Kadeem Hardison, Zakes Mokae, John Witherspoon, Joanna Cassidy, Simbi Kali…

Scénario : Charles Murphy, Michael Lucker, Chris Parker, Eddie Murphy, Vernon Lynch Jr.

Photographie : Mark Irwin

Musique : J. Peter Robinson

Durée : 1h42

Année de sortie : 1995

LE FILM

Le temps est venu pour Maximillian, vampire aristocrate exilé dans les Caraïbes, d’assurer sa descendance. Il se rend donc à New York à la recherche de la femme idéale. Il rencontre Rita Veder, qui travaille dans la police mais qui ignore totalement qu’elle est à moitié vampire. Pour la conquérir sans éveiller ses soupçons, Maximillian doit user de ruse et déployer tout son charme. Il s’adjoint également l’aide de Julius qu’il transforme en zombie pour la circonstance.

S’il a moins rapporté que le premier opus au box-office, Le Flic de Beverly Hills 2 conforte la place d’Eddie Murphy dans le top des acteurs les plus bankables et les plus appréciés par les spectateurs dans le monde. Un an plus tard, Un prince à New YorkComing to America est aussi un triomphe au box-office et l’acteur commence à multiplier les rôles grimés dans le même film, en interprétant ici pas moins de quatre personnages, se donnant même parfois la réplique. Étrangement, c’est juste après le film de John Landis que la machine va commencer à s’enrayer, par petites étapes, doucement, mais sûrement. Son premier coup d’essai derrière la caméra, par ailleurs le seul à ce jour, à savoir Les Nuits de Harlem Harlem Nights (1989) dans lequel il tient l’affiche avec Richard Pryor, ne rencontre pas le succès espéré (même si le film rentre largement dans ses frais), même chose pour 48 Heures de plus (1990), pour lequel il obtient un salaire record, qui ne parvient pas à retrouver la flamme du premier opus, mais qui rapporte tout de même 150 millions de dollars à l’international. 1992 accélère brutalement la chute d’Eddie Murphy avec deux opus sortis la même année, Boomerang de Reginald Hudlin et Monsieur le député The Distinguished Gentleman de Jonathan Lynn. Si le premier s’en sort honorablement, le second est réellement le premier revers pour le comédien. Sentant le vent tourner, Eddie Murphy décide de retrouver son personnage fétiche d’Axel Foley pour une troisième aventure du Flic de Beverly Hills, que réalisera John Landis, cinéaste qui lui a déjà porté chance. Mais cette fois, le film ne rentabilise sa mise sur le sol de l’Oncle Sam (42 millions de dollars pour 50 millions de budget). Un échec conséquent pour l’acteur, surtout pour le troisième épisode de la saga qui a fait de lui une star. Cherchant alors à se renouveler, il produit et écrit avec son frère Charlie l’histoire d’Un vampire à Brooklyn Vampire in Brooklyn, une comédie horrifique sur laquelle Eddie Murphy mise beaucoup, malgré un budget fortement revu à la baisse, 14 millions de dollars. A la barre, nous retrouvons Wes Craven, qui vient d’essayer de redorer le blason de Freddy Krueger dans (le largement surestimé) Freddy sort de la nuitWes Craven’s New Nightmare, lui aussi désireux de s’essayer à un nouveau genre et surtout attiré à l’idée de diriger une star internationale. Malheureusement, la sauce n’a pas pris et ne prendra d’ailleurs jamais. S’il est aujourd’hui considéré comme un petit classique, Un vampire à Brooklyn apparaissait déjà has-been en 1995 et ne s’est évidemment pas amélioré plus de 25 ans après sa sortie. La faute à un Eddie Murphy monolithique, qui pense qu’être affublé de longues dents effilées ou croulant sous des tonnes de prothèses fera de lui un vampire charismatique sera suffisant pour contenter à la fois ses fans de la première heure, heureux de le voir interpréter à nouveau plusieurs personnages – le vampire principal, un prédicateur alcoolique et un gangster italien blanc grossier – grâce au talent des maquilleurs, et les aficionados de films d’épouvante. Mais ce cocktail, même si secoué dans tous les sens, ne fonctionne pas et se révèle indigeste.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Un vampire à Brooklyn, réalisé par Wes Craven »

Test DVD / Opération Re Mida (Lucky l’intrépide), réalisé par Jess Franco

OPÉRATION RE MIDA – LUCKY L’INTRÉPIDE (Lucky, el intrépido) réalisé par Jess Franco, disponible en DVD le 2 février 2021 chez Artus Films.

Acteurs : Ray Danton, Barbara Bold, Dante Posani, Dieter Eppler, María Luisa Ponte, Rosalba Neri, Beba Loncar, Teresa Gimpera…

Scénario : José Luis Martínez Mollá, Julio Buchs, Remigio Del Grosso & Jess Franco

Photographie : Fulvio Testi

Musique : Bruno Nicolai

Durée : 1h26

Année de sortie : 1967

LE FILM

Une organisation criminelle dirigée par Goldglasses inonde le monde de faux billets. Alors qu’il se trouve à une soirée costumée, l’agent Lucky Mulligan est contacté par la société secrète Archange qui lui demande de mener l’enquête. Epaulé par la plantureuse Michèle, Lucky va remonter la piste et se rendre en Albanie pour neutraliser le réseau.

En visionnant cette incroyable série B qu’est Opération Re Mida (Lucky l’intrépide) – Lucky, el intrépido, on se rend compte à quel point Mike Myers n’a rien inventé pour sa trilogie Austin Powers et surtout que la parodie d’espionnage existait déjà dans les années 1960. S’il s’inspire ouvertement de la saga James Bond, dont le succès international battait son plein depuis cinq ans, Opération Re Mida (Lucky l’intrépide), sorti la même année qu’On ne vit que deux foisYou Only Live Twice, cinquième opus de la franchise 007 interprété par Sean Connery, ne peut évidemment pas rivaliser avec l’agent secret le plus célèbre au service de sa Majesté, et d’ailleurs ne prétend pas pouvoir lui arriver à la cheville, mais s’avère un divertissement tout aussi réussi. Quand il entame Lucky, el intrépido, l’ancien assistant d’Orson Welles sur Falstaff, Jesús Franco Manera dit Jess Franco (1930-2013) en est déjà à près d’une quinzaine de films réalisés en un peu plus de dix ans, passant sans complexe de la comédie (Tenemos 18 años, Certains l’aiment noire) au film d’horreur (L’Horrible docteur Orloff, son premier succès, Le Sadique Baron Von Klaus, Le Diabolique docteur Z, Les Maîtresses du Docteur Jekyll, Dans les griffes du maniaque), sans oublier le western (Le Jaguar). Toujours à l’affût des nouvelles modes et des goûts des spectateurs, ce bon vieux Jess décide de prendre le train en marche du courant cinématographique connu sous le nom de l’Euro Spy, où lers ersatz du personnage créé par Ian Fleming fleurissaient un peu partout à travers des coproductions entremêlant diverses nationalités, permettant ainsi aux personnages d’agents secrets venus des quatre coins du monde de se rendre dans plusieurs pays au fil de leurs enquêtes respectives. Ainsi, Jess Franco, qui avait déjà tâté du polar avec Agent 077, opération JamaïqueLa Muerte silba un blues (1964), entrait de plain-pied dans cette branche du cinéma Bis avec deux opus interprétés par Eddie Constantine, Cartes du tableCartas boca arriba (coécrit avec Jean-Claude Carrière) et Ça barde chez les mignonnesResidencia para espia, tous deux réalisés en 1966. Ou comment allier espionnage et humour, tout en jouant sur le côté carte postale et celui décontracté de son personnage principal. Après trois films mis en scène en 1966, Jess Franco enchaîne directement avec le film qui nous intéresse aujourd’hui, Opération Re Mida, immense spectacle, hilarant, mais aussi génialement mis en scène, mené sur un rythme effréné, sans aucun temps mort, bourré d’imagination et de rebondissements.

Continuer la lecture de « Test DVD / Opération Re Mida (Lucky l’intrépide), réalisé par Jess Franco »

Test DVD / Eva en août, réalisé par Jonás Trueba

EVA EN AOÛT (La Virgen de agosto) réalisé par Jonás Trueba, disponible en DVD le 20 janvier 2021 chez Arizona Distribution.

Acteurs : Itsaso Arana, Vito Sanz, Isabelle Stoffel, Joe Manjón, María Herrador, Luis Alberto Heras, Mikele Urroz, Naiara Carmona…

Scénario : Itsaso Arana & Jonás Trueba

Photographie : Santiago Racaj

Musique : Soleà Morente

Durée : 2h04

Année de sortie : 2020

LE FILM

Eva, 33 ans, décide de rester à Madrid pour le mois d’août, tandis que ses amis sont partis en vacances. Les jours s’écoulent dans une langueur madrilène festive et joyeuse et sont autant d’opportunités de rencontres pour la jeune femme.

Tous les ans au cinéma, apparaissent de nouveaux visages qui foudroient les sens. Une grâce, un érotisme latent, une douceur, un spleen qui donnent envie de traverser l’écran pour aller faire un bout de chemin avec un personnage. Dans Eva en août La Virgen de agosto, le cinquième long-métrage du réalisateur Jonás Trueba (né en 1981), Itsaso Arana s’impose instantanément. Sa peau diaphane, ses yeux de biche, ses lèvres couleur cerise, ses belles hanches noyées sous un jean taille haute. Une réaction chimique se crée d’emblée et le spectateur comprend que suivre ce personnage sera comme une parenthèse enchantée, où l’on prend Eva à un moment de son existence, et où on la laissera disparaître du cadre, sans tenter de la poursuivre, en lui souhaitant le meilleur. Et l’on ne se trompe pas. Inspiré par le cinéma d’Éric Rohmer, en particulier par le fabuleux Rayon vert, Eva en août est un magnifique portrait de femme qui arrive à un carrefour de sa vie, celui d’un premier bilan, où l’adolescence s’est bel et bien envolé pour laisser place à certains questionnements existentiels, comme le désir de maternité. Cette madrilène pur jus ne peut quitter Madrid (filmée comme un personnage à part entière) comme la plupart des habitants de la ville qui veulent échapper à la chaleur. Un carton en introduction indique que si Madrid se vide, ceux qui ne peuvent prendre la poudre d’escampette se mêlent aux touristes dans quelques bals populaires et pour participer aux trois fêtes du mois d’août, celles de San Cayetano, San Lorenzo et la Vierge de Paloma. Parmi ces fêtards, Eva, qui va bientôt avoir 33 ans, profite de l’été pour changer de quartier et s’installe pour le mois d’août dans l’appartement d’un ami, histoire de voir la ville sous un autre angle, peut-être pour la première fois. Nous suivrons donc Eva du premier au quinze août, à travers ses déambulations dans Madrid, au fil de ses rencontres, partageant avec elle les instants de légèreté, d’introspection, d’espoir et d’ennui, sans jamais la lâcher une seconde. Eva, c’est Itsaso Arana, également coscénariste avec Jonás Trueba, déjà à l’affiche de La Reconquista (2016) du même cinéaste, l’une des plus grandes révélations de l’année 2020. Une chose est sûre, on ne pourra pas oublier le personnage d’Eva après la projection et Eva en août est un film qui restera aussi bien dans la tête que dans le coeur.

Continuer la lecture de « Test DVD / Eva en août, réalisé par Jonás Trueba »

Test Blu-ray / Golden Child : L’Enfant sacré du Tibet, réalisé par Michael Ritchie

GOLDEN CHILD : L’ENFANT SACRÉ DU TIBET (The Golden Child) réalisé par Michael Ritchie, disponible en Blu-ray le 6 janvier 2021 chez Paramount Pictures.

Acteurs : Eddie Murphy, J.L. Reate, Charlotte Lewis, Charles Dance, Victor Wong, Randall “Tex” Cobb, James Hong, Shakti Chen…

Scénario : Dennis Feldman

Photographie : Donald E. Thorin

Musique : Michel Colombier

Durée : 1h34

Année de sortie : 1986

LE FILM

Détective privé de Los Angeles spécialisé dans le rapt et les disparitions d’enfants, Chandler Farrell est contacté par une secte tibétaine pour retrouver l’Enfant Sacré qui a été enlevé par les sbires sataniques de Sardo Mumpsa. Il a d’abord du mal à croire la jolie Kee Nang, mais il se laisse convaincre et, après avoir été initié par la mystérieuse Kala et l’honorable Docteur Hong, il se lance dans une lutte particulièrement dangereuse.

Quand il tourne Golden Child : L’Enfant sacré du TibetThe Golden Child, Eddie Murphy, âgé de 25 ans est devenu l’une des plus grandes stars de la planète suite aux cartons successifs de 48 heures48 Hrs. (1982) de Walter Hill, Un fauteuil pour deuxTrading Places (1983) de John Landis et surtout Le Flic de Beverly Hills Beverly Hills Cop (1984) de Martin Brest. Le comédien a donc l’embarras du choix et jette son dévolu sur un scénario de Dennis Feldman, remarqué avec Just One of the Guys (1985) de Lisa Gottlieb, futur scénariste de La MutanteSpecies (1995) de Roger Donaldson et du mal aimé (à juste titre ?) Virus (1999) de John Bruno, avec Jamie Lee Curtis et Donald Sutherland. Cette fantaisie fantastique bourrée d’humour, d’action et d’aventures est surtout prétexte pour Eddie Murphy d’asseoir son statut en enchaînant les vannes et les éclats de rire, tout en jouant les héros. Si le film a pris un sacré coup de vieux au niveau des effets spéciaux, cette comédie fantastique demeure une vraie madeleine pour de très nombreux spectateurs qui l’ont découvert au cinéma ou pour celles et ceux qui ont grandi avec au fil des multiples diffusions à la télévision. Non seulement Golden Child : L’Enfant sacré du Tibet reste sans nul doute l’un des films les plus funs d’Eddie Murphy, mais les français peuvent également se délecter du doublage sensationnel de Med Hondo, explosif, qui a largement contribué (une fois de plus) à ériger le film de Michael Ritchie au rang des films cultes, à tel point que même le thème principal signé Michel Colombier servira plus tard de musique pour le générique de Téléfoot. Une référence du divertissement emblématique des années 1980, même si l’on est en droit de préférer Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin Big Trouble in Little China de John Carpenter, par ailleurs sorti la même année, surfant sur des thèmes et des motifs semblables. Mais on peut aussi aimer les deux et c’est même conseillé.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Golden Child : L’Enfant sacré du Tibet, réalisé par Michael Ritchie »

Test Blu-ray / La Belle Américaine, réalisé par Robert Dhéry

LA BELLE AMÉRICAINE réalisé par Robert Dhéry, disponible en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret le 12 janvier 2021 chez LCJ Editions & Productions.

Acteurs : Louis de Funès, Robert Dhéry, Colette Brosset, Jean Richard, Jean Lefebvre, Michel Serrault, Jean-Marc Thibault, Roger Pierre, Jean Carmet…

Scénario : Pierre Tchernia, Robert Dhéry & Alfred Adam

Photographie : Ghislain Cloquet

Musique : Gérard Calvi

Durée : 1h40

Date de sortie initiale : 1961

LE FILM

En achetant pour une somme dérisoire une superbe voiture, un petit ouvrier a fait l’affaire de sa vie. Cette « belle américaine » va néanmoins lui causer de nombreux déboires.

La Belle Américaine est le quatrième long métrage de Robert Fourrey, alias Robert Dhéry (1921-2004) en tant que scénariste et réalisateur. Sorti en 1961, soit dix ans après Bertrand coeur de lion (que Dhéry avait mis en scène) et sept ans après Ah! les belles bacchantes… (réalisé par Jean Loubignac), cette fantaisie se hisse à la neuvième place du box-office cette année-là, dominée entre autres par les dix millions d’entrées des Canons de Navarone, les sept millions des Sept Mercenaires, les cinq millions d’Un Taxi pour Tobrouk ou les 4,3 millions de Don Camillon Monseigneur. 4,1 millions de spectateurs sont venus rire et applaudir ce qui demeure un des meilleurs films de la troupe des Branquignols (fondée en 1948), et encore plus à l’étranger puisque La Belle Américaine aura connu un triomphe international. Robert Dhéry a toujours mis ses amis en avant, sans jamais tirer la couverture. Acteur, metteur en scène, dramaturge et réalisateur, cet homme de théâtre accompagné de Colette Brosset, son épouse, aura fait le bonheur des français aux côtés de Louis de Funès, Jean Lefebvre, Jean Carmet, Jacqueline Maillan, Michel Serrault, Micheline Dax, Pierre Olaf, Jacques Legras, Robert Rollis et bien d’autres encore. On en retrouve d’ailleurs une bonne partie dans La Belle Américaine, dont Louis de Funès, déchaîné dans un double-rôle magnifique et qui annonce en grande pompe Le Gendarme de Saint-Tropez (1964), notamment quand ce dernier, contremaître d’une usine, se retrouve face à un chef comptable dépassé par les évènements incarné par Jean Lefebvre. Ou comment ne pas voir le maréchal des logis-chef Cruchot face à Fougasse. Soixante ans plus tard, La Belle Américaine a vieilli, mais doucement, sagement. Si sa structure que l’on pourrait comparer à celle des œuvres de Jacques Tati sera reprise par Robert Dhéry dans Allez France! en 1964 et dans Vos gueules les mouettes! en 1974, autrement dit une succession de vignettes qui tiennent sur un fil rouge, ou une réaction en chaîne, un effet papillon qui sera la marque de fabrique de son cinéaste, La Belle Américaine est un grand classique de la comédie hexagonale, que l’on a toujours beaucoup de plaisir à revoir.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Belle Américaine, réalisé par Robert Dhéry »

Test Blu-ray / Californie en flammes, réalisé par Lew Landers

CALIFORNIE EN FLAMMES (California Conquest) réalisé par Lew Landers, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 12 février 2021 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Cornel Wilde, Teresa Wright, Alfonso Bedoya, Lisa Ferraday, Eugene Iglesias, John Dehner, Ivan Lebedeff, Tito Renaldo…

Scénario : Robert E. Kent

Photographie : Ellis W. Carter

Durée : 1h19

Date de sortie initiale : 1952

LE FILM

Les Californiens, alors sous contrôle espagnol, repoussent une tentative des Russes pour s’emparer de leur territoire.

C’est un tout petit western. On pourrait même dire qu’il s’agit aussi d’un film de cape et d’épée en fait, un petit divertissement sans aucune prétention et destiné uniquement à convier les spectateurs à quelques aventures sympathiques pour leur faire oublier les difficultés du quotidien, tout en permettant à la Columbia de se faire au passage un maximum de billets verts. Soyons clairs, Californie en flammesCalifornia Conquest (1952) ne reste pas et ne demeurera jamais dans les mémoires après la projection, mais s’avère une curiosité amusante, dans le sens où l’Histoire est triturée à souhait, malaxée, digérée et réinterprétée dans un but dramatique qui préfère miser sur l’efficacité plutôt que sur la réflexion. De ce point de vue-là, Californie en flammes se révèle être une récréation qui passe très vite et durant laquelle le spectateur n’a pas le temps de s’ennuyer.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Californie en flammes, réalisé par Lew Landers »

Test Blu-ray / Pieds nus dans le parc, réalisé par Gene Saks

PIEDS NUS DANS LE PARC (Barefoot in the Park) réalisé par Gene Saks, disponible en Blu-ray le 6 janvier 2021 chez Paramount Pictures.

Acteurs : Robert Redford, Jane Fonda, Charles Boyer, Mildred Natwick, Herb Edelman, Mabel Albertson, Fritz Feld, James Stone, James F. Stone, Ted Hartley…

Scénario : Neil Simon d’après sa pièce de théâtre

Photographie : Joseph LaShelle

Musique : Neal Hefti

Durée : 1h46

Année de sortie : 1967

LE FILM

Deux jeunes mariés follement épris l’un de l’autre. Ils ont oublié le reste du monde. Hélas, la lune de miel terminée, les nouveaux époux ont des problèmes d’appartement sur lesquels ils ne sont pas tout à fait d’accord. Elle pense un peu trop à sa toilette pour être belle et plaire à son mari, lui, un peu trop à ses affaires pour gagner de l’argent et plaire à sa femme.

Produit et écrit par Neil Simon, d’après l’une de ses pièces de théâtre à succès, Pieds nus dans le parcBarefoot in the Park est le premier long-métrage du réalisateur Gene Saks (1921-2015), plus connu pour son second film, Drôle de coupleThe Odd Couple (1968) avec le légendaire tandem Jack Lemmon et Walter Matthau, également adapté d’une pièce de Neil Simon. Si Pieds nus dans le parc est passé à la postérité, c’est surtout en raison de son couple star, Jane Fonda et Robert Redford, alors au début de leurs carrières respectives, beaux comme des Dieux, merveilleusement complices, sexy et visiblement heureux de se donner la (tordante) réplique, quitte parfois à en faire trop, mais on leur pardonne volontiers. La mise en scène ne parvient jamais à se sortir du dispositif théâtral original, mais la réussite du film provient de l’excellence de l’interprétation, ses deux têtes d’affiche donc, mais aussi notre Charles Boyer national et Mildred Natwick, grande comédienne de second rôle souvent vue chez John Ford (Les Hommes de la mer, Le Fils du désert, La Charge héroïque, L’Homme tranquille), Joseph L. Mankiewicz (Un mariage à BostonThe Late George Apley), George Sherman (À l’abordageAgainst all flags) et Alfred Hitchcoick (Mais qui a tué Harry ?The Trouble with Harry) dont les personnages deviennent aussi important dans la deuxième partie du film que le couple principal. Barefoot in the Park n’a certes pas révolutionné le cinéma, mais a su conserver une fraîcheur et une liberté de ton plus de cinquante ans après sa sortie et demeure un classique de la comédie américaine.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Pieds nus dans le parc, réalisé par Gene Saks »

Test DVD / Poissonsexe, réalisé par Olivier Babinet

POISSONSEXE réalisé par Olivier Babinet, disponible en DVD le 6 janvier 2021 chez Rezo Films.

Acteurs : Gustave Kervern, India Hair, Ellen Dorrit Petersen, Okinawa Valérie Guerard, Alexis Manenti, Sofian Khammes, Jean-Benoît Ugeux, Edson Anibal…

Scénario :Olivier Babinet, David Elkaïm & Julie Peyr

Photographie : Timo Salminen

Musique : Jean-Benoît Dunckel

Durée : 1h25

Année de sortie : 2020

LE FILM

Alors que Miranda, la dernière baleine au monde, fait la une des journaux, Daniel, physicien obstiné, tente de redonner aux poissons l’envie de copuler. Célibataire désabusé, il est lui-même hanté par le désir d’être père et compte bien traiter ce problème scientifiquement. Le hic c’est qu’à Bellerose il y a seulement 3 femmes en âge de procréer, soit une chance sur 6232,33 de rencontrer la mère de ses futurs enfants. Pourtant un jour, en sauvant de la noyade un étrange poisson à pattes, Daniel va réapprendre à tomber amoureux.

Olivier Babinet, le coréalisateur – avec le photographe Fred Kihn – du très remarqué Robert Mitchum est mort (2010) et metteur en scène du documentaire non-moins acclamé Swagger (2016) est de retour avec un film quasi-inclassable, dont le titre est tout autant énigmatique, Poissonsexe, récompensé par la mention spéciale au Festival International du film indépendant de Bordeaux. Comédie-romantique teintée de dystopie, cette fable douce-amère franco-belge est véritablement à part dans le panorama cinématographique actuel, sort constamment des sentiers battus et ne craint pas d’avoir recours à la poésie pour dresser le portrait de personnages rongés par la solitude, qui dans un contexte social, politique et économique peu reluisant, vont néanmoins apprendre à se connaître mieux et créer un lien social. Poissonsexe est assurément l’un si ce n’est le film le plus original de 2020.

Continuer la lecture de « Test DVD / Poissonsexe, réalisé par Olivier Babinet »