Test Blu-ray / Les Traqués de l’an 2000, réalisé par Brian Trenchard-Smith

LES TRAQUÉS DE L’AN 2000 (Turkey Shoot) réalisé Brian Trenchard-Smith, disponible en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret le 26 mai 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Steve Railsback, Olivia Hussey, Michael Craig, Carmen Duncan, Noel Ferrier, Lynda Stoner, Roger Ward, Michael Petrovitch…

Scénario : Jon George & Neill D. Hicks, d’après une histoire originale de George Schenk, Robert Williams & David Lawrence

Photographie : John R. McLean

Musique : Brian May

Durée : 1h33

Date de sortie initiale : 1982

LE FILM

Une société totalitaire, dans un futur proche. Des citoyens considérés comme déviants sont capturés et enfermés dans un camp de réhabilitation. Brimades et tortures sont au rendez-vous mais le directeur du camp pousse le sadisme jusqu’à une chasse à l’homme des plus sanglantes.

Le 15 juin 1983, en France, débarquait sur nos écrans Turkey Shoot (bien plus pertinent que le titre français Les Traqués de l’an 2000), alors que Mad Max 2 : Le Défi était sorti deux ans auparavant. On est au coeur de la période la plus prolifique de l’Ozploitation et le film de Brian Trenchard-Smith (Le Gang des BMX, Leprechaun 3) mélange aventures dystopiques et récit horrifique. C’est une sorte de remake des Chasses du Comte ZaroffThe Most Dangerous Game (1932) rétrofuturiste, avec des réminiscences du Pont de la Rivière KwaïThe Bridge on the River Kwai (1957) et de Furyo (1983). En dépit des drastiques restrictions budgétaires de dernière minute, la mise en scène est sans grand éclat certes, mais bien troussée. Des restrictions d’argent et donc forcément de temps. Et dans cette urgence, on sent parfois une direction d’acteurs à l’arrache. Mais au-delà de son aspect ultra violent et parfois kitsch, Les Traqués de l’an 2000 se réapproprie les thématiques de l’abus de pouvoir, de la liberté et de l’asservissement de manière très efficace et avec un rythme toujours maintenu dans une satire politique un brin vieillotte sous certains aspects, mais anxiogène et terrifiante (d’ailleurs, le directeur du camp se nomme… Thatcher !). Mais la cerise sur le gâteau est très certainement ses nombreuses trouvailles visuelles et les ondes de comédie noire qui traversent le récit (comme la présence d’un catcheur-loup garou chopé dans une foire au freaks, la femme qui monte et charge un fusil les yeux bandés le plus vite possible) ou les touches gores que ne renieraient pas Lucio Fulci et Mario Bava.

La musique est signée Brian May… mais mais mais… pas le Brian May de Queen ! Il s’agit bien de son homonyme australien qui a signé la partoche de quelques uns des films emblématiques de l’Ozploitation : Patrick, Harlequin, Déviation mortelle, Mad Max, pour ne citer que ceux-là. Une BO aux sonorités électro, là aussi efficace.

Quarante ans après, Les Traqués de l’an 2000 demeure une bisserie vintage à (re)découvrir, grâce à la très belle édition, une fois de plus, de Rimini Editions.

Merci à mon ami Franck et Homepopcorn.fr pour ce cadeau et pour sa confiance !

LE COMBO BLU-RAY + DVD

Les Traqués de l’an 2000 est le 19ème titre à rejoindre la collection fantastique/horreur inaugurée par Rimini Editions en mai 2019, et dont vous pouvez d’ores et déjà retrouver toutes les chroniques sur notre site ! C’est facile, vous n’avez qu’à cliquer sur les liens correspondants, ce qui nous permet de faire un récap de cette anthologie : Meurtres sous contrôle, Le Bazaar de l’épouvante, Terreur sur la ville, L’Autoroute de l’enfer, Le Survivant d’un monde parallèle, Le Métro de la mort, Magic, Mother’s Day, Incubus, Hell Night, Trauma, Mutations, Le Bal de l’horreur, Happy Birthday To Me, Terror Train – Le Monstre du train, Harlequin, Les Griffes de la peur et Patrick. Comme d’habitude, l’objet prend la forme d’un Digipack à trois volets, glissé dans un fourreau cartonné du plus bel effet et au visuel on ne peut plus attractif. Le menu principal est animé et musical. Cette édition se compose du DVD et du Blu-ray du film, sans oublier un livret de 20 pages rédigé par Marc Toullec, bien illustré et qui donne moult informations sur la production, la sortie et la pérennité du film qui nous intéresse.

Le premier supplément de cette interactivité est un formidable entretien avec le réalisateur Brian Trenchard-Smith (9’30). Aucune langue de bois ici, le metteur en scène déclare d’emblée que ce film est loin d’avoir aidé sa carrière, avant d’expliquer pourquoi (deux semaines avant le début des prises de vue, le budget a été réduit de 700.000 dollars et le nombre de jours de tournage réduit de 44 à 30 jours). Puis, Brian Trenchard-Smith indique qu’au départ 500 figurants étaient prévus pour créer le monde qu’il avant en tête, mais qu’il a dû se contenter de 70 acteurs sur une journée, puis de seulement une vingtaine le reste du temps. « Une situation délicate, mais je me suis accroché pour réaliser un film spectaculaire rempli d’action et de suspense […] j’ai fait de mon mieux, pour un résultat passablement médiocre » dit-il, avant d’évoquer l’abandon des quinze premières pages du scénario. Enfin, il aborde le tournage des scènes dénudées, l’humour noir, la satire du genre spécifique des films d’exploitation et le grand succès des Traqués de l’an 2000 (surtout en Angleterre).

Même chose dans le bonus suivant, pas de langue de bois donc, puisque les comédiens Michael Craig (Charles Thatcher), Lynda Stoner (Rita Daniels) et Roger Ward (Ritter, le chef de la sécurité), enregistrés en 2003, s’expriment à leur tour sur les conditions drastiques de tournage des Traqués de l’an 2000 (23’). Si les acteurs sont un peu plus modérés, Lynda Stoner s’en donne à coeur joie sur « cette daube putride », en indiquant aux spectateurs « si vous voulez voir un des pires films australiens, foncez, achetez le DVD et prenez du pop-corn ! », avant de remercier les journalistes pour « cette séance de purification ». Au cours de ce module, les trois intervenants reviennent aussi sur les soucis rencontrés par Brian Trenchard-Smith avec la production, la suppression de la scène inaugurale prévue à l’origine, le travail avec le réalisateur, leurs partenaires à l’écran, leurs personnages respectifs, le grand succès du film en Angleterre…

Le dernier supplément date de 2015 et convoque Brian Trenchard-Smith (The Love Epidemic, La Rage de la casse, Le Gang des BMX, Leprechaun 3 et 4), le producteur Antony I. Ginnane (Le Survivant d’un monde parallèle, Harlequin, Patrick) et le directeur de la photographie Vincent Monton (Road Games (Déviation mortelle), Long Weekend). Durant 25 minutes, les trois grands noms du cinéma australien passent en revue leurs débuts respectifs, ainsi que leurs plus grands succès internationaux, ayant pu bénéficier de l’engouement des productions australiennes dans le monde entier. Ils mettent ainsi en relief la liberté, l’audace, l’absence de règles dont ils bénéficiaient en cette époque bénie et révolue, n’hésitant pas à déclarer qu’ils représentaient à eux trois « toute l’histoire du renouveau du cinéma australien ».

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce originale.

L’Image et le son

Rimini Editions repend le même master édité aux Etats-Unis en 2015 chez Severin Films. Une copie relativement bon état, mais qui reste marquée par diverses poussières, quelques décrochages chromatiques ou de luminosité (cela est notable sur les splitscreens et les stockshots), mais stable et dont l’apport HD est loin d’être négligeable. Le cadre large est peu avare en détails, la profondeur de champ acceptable, la clarté toujours appréciable, ainsi que la texture argentique. Blu-ray au format 1080p. Pour résumer, vous pouvez d’ores et déjà vous débarrasser de votre ancienne édition DVD Antartic !

Deux versions DTS-HD Master Audio 2.0 disponibles sur cette édition ! Quitte à choisir, sélectionnez la piste anglaise, plus dynamique, aérée, percutante que la version française. Cette dernière s’en tire néanmoins avec les honneurs, avec un spectre cependant plus réduit. Les sous-titres français ne sont pas imposés.

Crédits images : © Rimini Editions / Second FGH Consortium / Critique du film : Thomas Demaerel / Présentation de l’édition, interactivité, Son et Image + Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.