Test Blu-ray / Adieu Monsieur Haffmann, réalisé par Fred Cavayé

ADIEU MONSIEUR HAFFMANN réalisé par Fred Cavayé, disponible en DVD et Blu-ray le 18 mai 2022 chez Orange Studio.

Acteurs : Daniel Auteuil, Gilles Lellouche, Sara Giraudeau, Nikolai Kinski, Mathilde Bisson, Anne Coesens, Jérôme Cachon, Guillaume Marquet…

Scénario : Fred Cavayé & Sarah Kaminsky, d’après la pièce de théâtre de Jean-Philippe Daguerre

Photographie : Denis Rouden

Musique : Christophe Julien

Durée : 1h55

Date de sortie initiale : 2022

LE FILM

Paris 1941. François Mercier est un homme ordinaire qui n’aspire qu’à fonder une famille avec la femme qu’il aime, Blanche. Il est aussi l’employé d’un joaillier talentueux, M. Haffmann. Mais face à l’occupation allemande, les deux hommes n’auront d’autre choix que de conclure un accord dont les conséquences, au fil des mois, bouleverseront le destin de nos trois personnages.

Pour elle (2008) et À bout portant (2010) font partie des plus grandes réussites du polar populaire français de ces quinze dernières années. Fred Cavayé a su d’emblée imposer une marque de fabrique, en proposant deux thrillers allant à fond la caisse pendant 1h30, sans temps mort, comme une véritable course contre-la-montre, en prenant modèle sur les films de genre américains. Après une participation au film à sketches Les Infidèles, son troisième long métrage Mea Culpa, qui réunissait les têtes d’affiches de ses précédents films, Vincent Lindon et Gilles Lellouche, a été une immense déception, tant critique que commerciale et s’est soldée par un échec retentissant. Fred Cavayé avait besoin de se refaire et a donc accepté Radin !, une oeuvre de commande. Chose faite, puisque Radin ! reste une des meilleures comédies avec Dany Boon, décidément toujours au top dans un film qu’il ne dirige pas, un très bon divertissement, qui avait attiré 3 millions de spectateurs au cinéma en 2016. Par la suite, le réalisateur signera un nouveau succès avec Le Jeu, remake de Perfetti sconosciuti de Paolo Genovese, comédie qui avait cartonné dans les salles italiennes et dont l’adaptation française allait connaître le même engouement. Remis sur les rails, Fred Cavayé revient une fois de plus en force avec Adieu Monsieur Haffmann, libre transposition de la pièce de théâtre du même nom de Jean-Philippe Daguerre, lauréate de quatre Molières en 2018, trois prix d’interprétation et le prix du meilleur spectacle du Théâtre Privé. Coécrit par le cinéaste et Sarah Kaminsky (Raid dingue, La Ch’tite famille, Break), ce drame psychologique en huis clos prend à la gorge du début à la fin, en traitant de façon originale de la collaboration des français sous l’Occupation. Magistralement interprété par le trio Daniel Auteuil, Gilles Lellouche, Sara Giraudeau, Adieu Monsieur Haffmann a rassemblé plus de 700.000 spectateurs à sa sortie dans les salles en janvier 2022.

En 1941, monsieur Haffmann, joaillier, et son employé, François Mercier, passent un pacte alors que le pays est ravagé par le conflit. Ce dernier récupère la boutique le temps de la guerre, pour lui rendre sitôt celle-ci terminée. N’ayant pu s’enfuir, le patron doit finalement se cacher dans le sous-sol de sa boutique afin d’échapper à l’occupant allemand. Mais, après avoir pris goût à l’argent qu’il gagne pendant la courte absence d’Haffmann, François refuse contre toute attente de lui céder sa place à la tête de la bijouterie. Devant les yeux ébahis de sa femme, il l’enferme et inverse les rôles, en faisant son employé…

A la sortie de Radin !, nous disions « Engager Fred Cavayé pour une comédie, sa première en l’occurrence, est peut-être étonnant mais sûrement pas une mauvaise idée, car le cinéaste y démontre une nouvelle fois son savoir-faire, notamment un sens du rythme servi par un excellent montage ». On peut dire la même chose ici pour Adieu Monsieur Haffmann, filmé comme un thriller tendu, dont la pression s’exerce par petites touches, subtiles, sans effets appuyés, grâce à une mise en scène exceptionnelle et virtuose, qui renvoie parfois au film d’horreur quand Haffmann se retrouve prisonnier malgré-lui de sa propre cave, devenant une bête aux abois, que Mercier n’hésitera pas à exploiter pour ses affaires, allant même jusqu’à jeter son épouse dans ses bras pour qu’il lui fasse un enfant, ne pouvant y remédier de son côté.

Au-delà de son scénario en béton armé, Adieu Monsieur Haffmann est une incontestable prouesse technique, qui bénéficie de formidables décors de Philippe Chiffre (Burn Out de Yann Gozlan, Möbius d’Éric Rochant, Cloclo de Florent Emilio Siri), vus à la télévision lors du premier confinement (et qui donnaient un étonnant aperçu de Paris durant la Covid 19), d’une photographie élégante et soignée de Denis Rouden (Bronx d’Olivier Marchal, Les Vacances du Petit Nicolas de Laurent Tirard), d’un montage au cordeau de Mickael Dumontier (Gibraltar de Julien Leclercq, L’Affaire SK1 de Frédéric Tellier) et d’une partition lyrique de Christophe Julien (Délicieux d’Éric Besnard, Adieu les cons d’Albert Dupontel, Le Sens de la famille de Jean-Patrick Benes). Autant de talents réunis ne pouvaient donner naissance qu’à un très grand film.

Avec Adieu Monsieur Haffmann, Daniel Auteuil retrouve le haut de l’affiche deux ans après La Belle époque de Nicolas Bedos, qui lui avait valu sa 14è nomination pour le César du meilleur acteur et prouve qu’il n’a rien perdu de son charisme magnétique, qui éblouit même quand son personnage ne fait qu’observer par cette petite lucarne qui le retient pour ainsi dire à la vie. Gilles Lellouche confirme encore et toujours qu’avoir pris de la bouteille lui sied comme un gant. Le comédien, qui tourne ici pour la quatrième fois pour Fred Cavayé après À bout portant, Mea Culpa et le prologue des Infidèles, a non seulement pris en présence, mais s’impose désormais, surtout après Plonger de Mélanie Laurent, Pupille de Jeanne Herry et BAC Nord de Cédric Jimenez, dans le peloton de tête des meilleurs acteurs de l’Hexagone. Même chose pour la prestation de Sara Giraudeau, récompensée par le Prix d’interprétation au Festival du film de Sarlat, qui elle aussi n’a jamais cessé de prendre du galon depuis Petit Paysan d’Hubert Charuel (César de la meilleure actrice dans un second rôle), Les Envoûtés de Pascal Bonitzer et dernièrement dans Médecin de nuit d’Élie Wajeman. A noter également la présence de Nikolai Kinski, le fils de l’acteur allemand d’origine polonaise Klaus Kinski, que l’on avait déjà croisé en Karl Lagerfeld dans le Yves Saint Laurent de Jalil Lespert, impressionnant dans le rôle du glaçant commandant Jünger. Fred Cavayé aime les comédiens et cela se ressent à chaque plan.

Intense, bouleversant, romanesque, haletant, complexe et « monstrueusement » humain, Adieu Monsieur Haffmann est d’ores et déjà un must de l’année 2022 et l’un des plus brillants films de Fred Cavayé, réalisateur qu’on adore depuis ses débuts (son court-métrage J était un vrai petit chef d’oeuvre) et que nous sommes heureux de revoir au sommet de son art.

LE BLU-RAY

Auréolé d’un très beau score dans les salles, Adieu Monsieur Haffmann se voit récompenser par Orange Studio, avec une édition en DVD et en Blu-ray. Le menu principal est animé et musical.

C’est toujours un grand moment d’écouter les commentaires audio de Fred Cavayé. Nous l’avions déjà constaté sur les éditions de Pour elle et À bout portant, le réalisateur est enjoué et son énergie est systématiquement contagieuse. Dès les premières images, pendant les logos de production en fait, le cinéaste entame l’exercice avec brio, sans aucun blanc durant près de deux heures. Sans toutefois passer du coq à l’âne, Fred Cavayé évoque la pièce de théâtre à l’origine du film, la structure du scénario, les thèmes, ses intentions et ses partis-pris (« c’est un film de décors et d’ambiances […] les images doivent raconter plus que les dialogues »), la collaboration avec les comédiens, l’évolution des personnages, les conditions de tournage (marquées par le premier confinement), les choix au montage (la première mouture durait 2h30) ainsi que la collaboration avec le décorateur, le compositeur, le directeur de la photographie et tous les autres responsables des départements techniques. Un supplément passionnant à ne louper sous aucun prétexte si vous avez aimé Adieu Monsieur Haffmann et à écouter évidemment – comme nous le rappelle Fred Cavayé – une fois après avoir vu le film.

Une scène coupée (2’) issue de la demi-heure laissée sur le banc de montage, est parvenue jusqu’aux bonus. Il s’agit en fait d’une version allongée de l’arrivée de François et Blanche au cabaret.

Enfin, nous trouvons un tout petit, un minuscule making of d’1’20 (!), forcément frustrant, dans lequel on aperçoit (plus qu’on ne voit) des images de tournage, le tout ponctué par des propos de l’équipe, durant lesquels on entend Fred Cavayé s’exprimer sur l’envie de faire Adieu Monsieur Haffmann née de son désir de retourner au film à suspense et de traiter cette période très sombre de l’Occupation.

L’Image et le son

Orange Studio prend soin de l’édition Blu-ray du film de Fred Cavayé. Voici donc un très beau master HD. Respectueuse des volontés artistiques originales concoctées par Denis Rouden, à mille lieues de son travail pour Dany Boon pour La Ch’tite famille, la copie d’Adieu Monsieur Haffmann se révèle un petit bijou technique avec des teintes à la fois froides dans les extérieurs et plus chatoyantes dans la bijouterie, avec une prédominance de teintes marrons et grises. Le piqué, tout comme les contrastes, sont tranchants, avec toutefois de légers déséquilibres sur certains plans plus sombres où l’on perd en détails. Les gros plans sont sublimes.

L’éditeur a soigné le confort acoustique et livre un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 très riche. Les effets annexes sont systématiques dans toutes les séquences en extérieur, les voix solidement exsudées par la centrale. La spatialisation musicale est luxuriante. L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant, ainsi qu’une piste Stéréo.

Crédits images : © Orange Studio / Vendôme Production / Julien Panié / Pathé : Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.