Test DVD / Les Envoûtés, réalisé par Pascal Bonitzer

LES ENVOÛTÉS réalisé par Pascal Bonitzer, disponible en DVD le 5 août 2020 chez Blaq Out.

Acteurs : Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Maury, Anabel Lopez, Iliana Lolic, Josiane Balasko, Jérôme Kircher, José Luis Gomez, Laurent Pedebernard…

Scénario : Pascal Bonitzer, Agnès de Sacy d’après une nouvelle d’Henry James

Photographie : Julien Hirsch, Pierre Milon

Musique : Bruno Coulais

Durée : 1h37

Année de sortie : 2019

LE FILM

Pour le “récit du mois”, Coline, pigiste pour un magazine féminin, est envoyée au fin fond des Pyrénées interviewer Simon, un artiste un peu sauvage qui aurait vu lui apparaître le fantôme de sa mère à l’instant de la mort de celle-ci… Interview qu’elle est d’autant plus curieuse de faire que sa voisine la belle Azar prétend, elle, avoir vu le fantôme de son père ! Simon, au cours de la nuit de leur rencontre, tente de séduire Coline, qui lui résiste mais tombe amoureuse…

A chaque film, ou presque, réalisé par Pascal Bonitzer, il se crée comme une réaction chimique, une empathie immédiate pour les personnages souvent animés par une fureur de vivre dissimulée derrière un masque de mélancolie. Pour son huitième long-métrage en tant que réalisateur, le scénariste de Raoul Ruiz (La Vocation suspendue, Trois vies et une seule mort), d’André Téchiné (Les Soeurs Brontë, Ma saison préférée), de Jacques Rivette (L’Amour par terre, La Belle Noiseuse) et de Chantal Akerman (Golden Eighties) se frotte au genre fantastique à travers une histoire d’amour contrariée par une présence, celle de la mort, qui happe sans crier gare celles et ceux qui nous sont proches, mais dont l’aura demeure omniprésente. Epaulé par sa coscénariste Agnès De Sacy (Il est plus facile pour un chameau…, Je l’aimais), avec laquelle il avait déjà signé ses deux précédents films, Chercher Hortense (2012) et Tout de suite maintenant (2016), Pascal Bonitzer confirme encore et toujours l’originalité de son cinéma, sa solide direction d’acteurs, son sens pour les dialogues et la délicatesse de sa mise en scène.

Les adaptations françaises d’un roman ou d’une nouvelle d’Henry James (1843-1916) sont rares et se comptent sur les doigts de la main, La Chambre verte (1978) de François Truffaut, Les Ailes de la colombe (1981) de Benoît Jacquot et L’Élève (1996) d’Olivier Schatzky. Pour Les Envoûtés, Pascal Bonitzer s’empare de la nouvelle fantastique Les Amis des amis, également connue sous les titres L’Origine de la chose ou Comment tout arriva (The Way It Came). A l’instar des partis pris de l’écrivain, le réalisateur aborde une histoire de fantôme, sans pour autant avoir recours aux effets d’épouvante proprement dits ou destinés à faire peur gratuitement, mais en s’intéressant au trauma psychologique des personnages impliqués dans ces événements. Parallèlement, Les Envoûtés est aussi et avant tout une histoire d’amour entre deux solitaires et marginaux, dont la rencontre inattendue va bouleverser et remettre en question ce qu’ils pensaient sur l’existence et ce à quoi ils croyaient ou ne croyaient plus.

Dans Les Envoûtés, Nicolas Duvauchelle surprend encore une fois de plus. Tout juste âgé de 40 ans, l’acteur découvert en 1999 dans Le Petit Voleur d’Érick Zonca et qui n’a eu de cesse de traverser le cinéma français d’auteur (Claire Denis, Xavier Giannoli, Benoît Jacquot, Alain Resnais) a pris de la bouteille et la maturité lui va bien, surtout depuis Je ne suis pas un salaud d’Emmanuel Finkiel, son plus grand rôle à ce jour. Il est impeccable ici dans le rôle de Simon, artiste à fleur de peau, qui vit reclus dans son chalet, replié sur lui-même, que le destin met face à Coline, journaliste envoyée à la frontière franco-espagnole pour réaliser un article évènement sur un phénomène paranormal. Coline est incarnée par Sara Giraudeau, qui venait d’être récompensée par le César de meilleure actrice dans un second rôle pour Petit paysan d’Hubert Charuel, dont la sensibilité foudroie dans Les Envoûtés, avec un personnage fragile comme du cristal. La confrontation de ces deux êtres inadaptés est au coeur du récit, les sentiments et l’attraction étant continuellement bouleversés par la “présence” de ceux qu’ils ont connus et qui ont récemment disparu.

La réalisation de Pascal Bonitzer peut sans doute paraître discrète, mais l’observation de ses protagonistes est loin d’être passive et participe à l’atmosphère étrange de ce film quelque peu inclassable et sur lequel la superbe musique du grand Bruno Coulais semble s’étendre comme un drap d’éther. Le cinéaste prend le genre avec sérieux et se l’approprie pour finalement se pencher sur l’incommunicabilité des êtres humains, un de ses thèmes de prédilection. Une belle réussite.

LE DVD

Point d’édition HD pour Les Envoûtés, juste une minuscule édition standard chez Blaq Out. Le visuel reprend celui de l’affiche d’exploitation. Le menu principal est fixe et musical.

Aucun supplément.

L’Image et le son

Si cette édition est vide de chez vide, l’éditeur se rattrape avec un master tout à fait honorable, qui fait la part belle à la très élégante photographie des chefs opérateurs Julien Hirsch (La Sentinelle, Lady Chatterley, L’Homme qu’on aimait trop) et Pierre Milon (Gloria Mundi, L’Atelier, Les Neiges du Kilimandjaro). La colorimétrie est à la fois vive et chatoyante, les teintes chaudes et froides s’allient avec homogénéité, le piqué est acéré. Le cadre fourmille de détails, l’on se régale des séquences extérieures d’une belle clarté. Relief, précision, richesse des contrastes, un vrai sans-faute.

Belle immersion proposée par une piste Dolby Digital 5.1 qui offre un confort sonore dynamique et un bel écrin acoustique renforcé par la musique de Bruno Coulais. Les dialogues sont exsudés avec force par la centrale, la balance frontale est ardente et les ambiances en extérieur ne sont jamais oubliées, à l’instar du vent omniprésent. La piste stéréo est également impressionnante et propose un confort suffisant pour qui n’est pas équipé en 5.1. L’éditeur joint les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant, ainsi qu’une piste Audiodescription.

Crédits images : © Blaq Out / SBS Distribution / ESC Distribution / Captures DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.