Test Blu-ray / Lady Frankenstein, réalisé par Mel Welles

LADY FRANKENSTEIN réalisé par Mel Welles, disponible en Combo Blu-ray + CD – Édition limitée chez Le Chat qui fume.

Acteurs : Joseph Cotten, Rosalba Neri, Paul Muller, Riccardo Pizzuti, Herbert Fux, Renate Kasché, Lorenzo Terzon, Ada Pometti…

Scénario : Mel Welles, Edward Di Lorenzo, Umberto Borsato, Aureliano Luppi & Egidio Gelso

Photographie : Riccardo Pallottini

Musique : Alessandro Alessandroni

Durée : 1h39

Date de sortie initiale : 1971

LE FILM

Dans un pays d’Europe centrale, au XIXème siècle, le baron Frankenstein, assisté par le Dr Charles Marshall, tente de créer l’homme parfait à partir de cadavres que lui procurent des profanateurs de sépultures. Le savant pense parvenir à ses fins lors d’une nuit d’orage, mais le cerveau utilisé pour la transplantation s’avère endommagé. Une fois animée, la créature tue Frankenstein et s’enfuit. Tania, la fille du baron, arrivée au château depuis peu, décide alors de poursuivre les travaux de son père, avec l’aide de Charles. Pendant ce temps, la créature massacre des villageois dans la campagne environnante.

Si la première adaptation au cinéma de l’oeuvre de Mary Shelley remonte à 1910, sous la direction de J. Searle Dawley, Frankenstein n’a eu de cesse d’être passé à la moulinette par le septième art. On lui trouve ainsi une fiancée dans Bride of Frankenstein (1935) de James Whale, un fils (Son of Frankenstein en 1939), une rencontre avec le loup-garou (Frankenstein Meets the Wolf Man, 1943), sans compter un Fantôme de Frankenstein (1942), La Maison de Frankenstein (1944), un affrontement avec Abbott & Costello (Deux Nigauds contre Frankenstein, 1948), un autre contre l’Homme invisible (1958), sans oublier le comeback de la créature sous les couleurs de la Hammer à la fin des années 1960. Avec tout cela, les producteurs et le public en oublieraient presque que Frankenstein n’est pas le nom du monstre, mais celui du docteur qui lui a donné la vie. Ce bon vieux Baron a lui aussi eu une vie privée, il a même eu une fille, Tania…et c’est là qu’intervient Lady Frankenstein, sorti en août 1973 sur les écrans français sous le titre racoleur Lady Frankenstein, cette obsédée sexuelle…À la barre de ce film d’épouvante gothique, un certain Mel Welles (1924-2005), tout d’abord comédien qui démarre sa carrière dans des rôles tellement mineurs qu’il n’est même pas crédité (La Légende de l’épée magique, Bataille sans merci, Le Grand couteau)…il est alors remarqué par Roger Corman, qui le prend dans son écurie. Son rôle le plus connu restera celui dans La Petite boutique des horreurs The Little Shop of Horrors (1960), réalisé par le nabab lui-même, avant que Mel Welles ne tente sa chance derrière la caméra la même année avec Code of Silence, polar qu’il coécrit et où il fait aussi une participation. Tout en continuant d’apparaître ici et là sur le petit comme sur le grand écran, Mel Welles réitère l’expérience à la mise en scène, signant un Eurospy intitulé Llaman de Jamaica, Mr. Ward (1968) avec Ray Danton, mais son opus le plus célèbre demeurera bel et bien Lady Frankenstein aka La Figlia di Frankenstein. Si on découvre un second réalisateur crédité à ses côtés, Aureliano Luppi, celui-ci n’aurait selon les sources jamais mis les pieds sur le plateau et son nom n’apparaît au générique uniquement pour « justifier » une coproduction avec l’Italie. La réussite de ce Lady Frankenstein est donc entièrement imputable à Mel Welles, qui livre un formidable film d’horreur, à la fois respectueux du matériel original, mais aussi singulier, dans le sens où il parvient à trouver un ton qui le démarque du tout-venant ou des autres transpositions. Le gros point fort du film est bien évidemment la présence dans le rôle-titre de la merveilleuse Rosalba Neri, belle et sexy à se damner, que l’on serait prêt à suivre jusqu’en enfer.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Lady Frankenstein, réalisé par Mel Welles »

Test DVD / L’Enterrée vive, réalisé par Jack Smight

L’ENTERRÉE VIVE (The Screaming Woman) réalisé par Jack Smight, disponible en DVD et combo Blu-ray + DVD le 12 avril 2022 chez Elephant Films.

Acteurs : Olivia de Havilland, Ed Nelson, Laraine Stephens, Joseph Cotten, Walter Pidgeon, Charles Knox Robinson, Alexandra Hay, Lonny Chapman…

Scénario : Merwin Gerard, d’après une histoire originale de Ray Bradbury

Photographie : Sam Leavitt

Musique : John Williams

Durée : 1h14

Date de sortie initiale: 1993

LE TÉLÉFILM

Laura Wynant sort d’un séjour en hôpital psychiatrique. Fragilisée, elle rentre cependant dans son grand domaine. Mais quand elle commence à entendre les cris d’une femme semblant enterrée vivante, ses proches voient l’opportunité parfaite de prouver qu’elle est folle et contrôler son argent…

Une fois n’est pas coutume, nous parlerons d’un téléfilm, L’Enterrée viveThe Screaming Woman de Jack Smight, production Universal qui a su marquer plusieurs générations de téléspectateurs. En effet, celui-ci possède divers atouts, et non des moindres, à commencer par la présence en haut de l’affiche (ou du programme TV c’est selon) d’une légende hollywoodienne, en la personne d’Olivia de Havilland. Au début des années 1970, la star a évidemment sa carrière derrière elle, ainsi que deux Oscars de la meilleure actrice (pour À chacun son destin et L’Héritière, plus le Golden Globe pour le second) et une Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine pour La Fosse aux serpents. Elle consacrera désormais essentiellement le reste de sa vie professionnelle à la petite lucarne (Racines 2, La Croisière s’amuse, Un meurtre est-il facile ?, The Royal Romance of Charles and Diana, Nord et Sud II) et ne reviendra que trois ou quatre fois au cinéma, y compris dans Les Naufragés du 747 Airport ‘77 de Jerry Jameson. Dans L’Enterrée vive, à 55 ans, la comédienne démontre qu’elle en avait encore sous le capot (d’ailleurs en y repensant, elle n’en était quasiment qu’à la moitié de son existence) et signe une remarquable prestation dans ce thriller paranoïaque fort sympathique, qui s’inspire d’une histoire de Ray Bradbury, à l’origine écrite pour la radio en 1948, puis publiée trois ans plus tard. 75 minutes qui passent en un éclair, durant lesquelles la tension est maintenue du début à la fin.

Continuer la lecture de « Test DVD / L’Enterrée vive, réalisé par Jack Smight »

Test Blu-ray / Le Survivant d’un monde parallèle, réalisé par David Hemmings

LE SURVIVANT D’UN MONDE PARALLÈLE (The Survivor) réalisé par David Hemmings, disponible en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret le 20 septembre 2021 chez Rimini Editions.

Acteurs : Robert Powell, Jenny Agutter, Joseph Cotten, Angela Punch McGregor, Peter Sumner, Lorna Lesley, Ralph Cotterill, Adrian Wright…

Scénario : David Ambrose, d’après le roman de James Herbert

Photographie : John Seale

Musique : Brian May

Durée : 1h39

Année de sortie : 1981

LE FILM

Unique survivant d’une catastrophe aérienne, dont il est sorti étrangement indemne, le commandant Keller décide de mener sa propre enquête sur les circonstances de l’accident. Hanté par les esprits des victimes du crash, devenu totalement amnésique, il aura besoin de l’aide d’une jeune femme pour élucider les nombreux mystères qui entourent le drame…

Le Survivant d’un monde parallèle The Survivor est ce qu’on pourrait qualifier de premier blockbuster australien. Cette production locale nantie d’un budget dépassant le million de dollars (un événement dans ce pays) surfait alors sur le succès colossal rencontré par Harlequin de Simon Wincer, récompensé dans les festivals du monde entier. Aux manettes, on retrouve le britannique David Hemmings (1941-2003), l’éternel Thomas du Blow-Up (1966) de Michelangelo Antonioni, déjà présent au générique d’Harlequin, qui signait ici son quatrième long-métrage en tant que réalisateur après Running Scared (1972), The 14 (1973) et Gigolo (1978). Pour la seconde fois, il dirige le comédien Robert Powell, tête d’affiche de son premier film, mais aussi son partenaire dans Harlequin, dans lequel il interprétait le rôle principal. Comme dans ce dernier, l’acteur est une fois de plus magnétique, brillant, élégant et formidable. S’il est évident que le film pâtit d’une écriture souvent maladroite et d’une fin tarabiscotée, Le Survivant d’un monde parallèle agit comme une séance d’hypnose, qui en dépit de ses défauts ne lâche jamais les spectateurs du début à la fin. Froidement reçu par la critique et le public, The Survivor a su par la suite marquer l’esprit des cinéphiles, y compris celui de certains cinéastes, à l’instar d’un certain M. Night Shyamalan qui y puisera indéniablement la source d’Incassable Unbreakable (2000), auquel on pense tout du long, mais aussi également de Sixième Sens Sixth Sens (1999). Raison de plus pour voir ou revoir Le Survivant d’un monde parallèle !

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Survivant d’un monde parallèle, réalisé par David Hemmings »

Test Blu-ray / El Perdido, réalisé par Robert Aldrich

EL PERDIDO (The Last Sunset) réalisé par Robert Aldrich, disponible en combo Blu-ray+DVD le 17 février 2020 chez Sidonis Calysta.

Acteurs : Rock Hudson, Kirk Douglas, Dorothy Malone, Joseph Cotten, Carol Lynley, Neville Brand…

Scénario : Dalton Trumbo d’après le roman de Howard Rigsby

Photographie : Ernest Laszlo

Musique : Ernest Gold

Durée : 1h50

Date de sortie initiale : 1961

LE FILM

Alors qu’elle engage son gigantesque troupeau vers le Texas, la famille Breckenridge reçoit la visite de Brendan O’Malley, un aventurier que le shérif Stribling poursuit pour le meurtre de son beau-frère. Si les deux hommes pactisent le temps de convoyer les bêtes, les embûches se multiplient sur le parcours, naturelles comme une tempête de sable, guerrières comme l’attaque d’indiens rebelles. La tension monte encore lorsque O’Malley séduit la jeune Missy Breckenridge…

Robert Aldrich sort de Trahison à AthènesThe Angry Hills (1959), « un film décevant, non parce qu’il n’est pas bon, mais parce qu’il aurait pu être bon » dixit le réalisateur. Ce dernier décide de revenir au western (et aux Etats-Unis), en acceptant de mettre en scène El Perdido, titre « français » de The Last Sunset, écrit par Dalton Trumbo, alors inscrit sur la tristement célèbre liste noire de Hollywood et exilé au Mexique. Juste avant d’être rayé de cette liste en 1960, le scénariste adapte donc un roman de Howard Rigsby. Seulement voilà, Kirk Douglas, tête d’affiche du film est également producteur exécutif d’El Perdido (via sa société Bryna Films) et les relations avec Robert Aldrich seront houleuses sur le plateau. Par ailleurs, le comédien reprendra le montage à son avantage en post-production, laissant un goût d’inachevé pour tout le monde. Pourtant, à l’écran et en dehors de quelques critiques professionnels, le résultat est on ne peut plus honorable et El Perdido demeure un excellent divertissement, dans lequel Kirk Douglas et Rock Hudson rivalisent de charisme et de talent.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / El Perdido, réalisé par Robert Aldrich »

Test Blu-ray / Chut…chut, chère Charlotte, réalisé par Robert Aldrich

CHUT, CHUT CHÈRE CHARLOTTE (Hush… Hush, Sweet Charlotte) réalisé par Robert Aldrich, disponible en Blu-ray le 25 septembre 2019 chez BQHL Editions

Acteurs : Bette Davis, Olivia de Havilland, Joseph Cotten, Agnes Moorehead, Cecil Kellaway, Victor Buono, Mary Astor…

Scénario : Henry Farrell, Lukas Heller

Photographie : Joseph Biroc

Musique : Frank De Vol

Durée : 2h13

Date de sortie initiale : 1964

LE FILM

Quelque part en Louisiane. Depuis bientôt quarante ans, Charlotte Hollis vit recluse dans l’immense maison dont elle a hérité de son père, théâtre omniprésent dans son esprit malade de l’assassinat sauvage de son amant à coups de hache. Soupçonnée par beaucoup d’être la meurtrière, toujours sur le fil du rasoir entre raison et folie, Charlotte s’oppose violemment à son expulsion de la propriété, sur laquelle un pont doit être construit.

1962, Robert Aldrich réalise Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?. Anciennes égéries des Studios Warner et éternelles rivales, Bette Davis et Joan Crawford se trouvent réunies pour la seule et unique fois devant la caméra. Réputées pour leurs tempéraments explosifs sur les plateaux, les deux comédiennes livrent pourtant une de leurs plus grandes performances dans ce film culte, résolument moderne, oscillant entre plusieurs genres au point de désorienter encore admirablement les spectateurs contemporains. Robert Aldrich dirige d’une main de maître ces deux reines de l’âge d’or hollywoodien, ces deux icônes, dont il égratigne l’ancienne beauté grâce à son directeur de la photographie Ernest Haller (Autant en emporte le vent), n’hésitant pas à avoir recours à de nombreux gros plans montrant des visages chiffonnés, blafards, creusés, des cheveux filasse, des cernes marquées, des sourcils épais, un maquillage à outrance, grotesque, terrifiant. Deux ans plus tard, après Sodome et Gomorrhe et Quatre du Texas, le cinéaste souhaite reformer le duo vedette de Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Chut…chut, chère Charlotte, réalisé par Robert Aldrich »