Test Blu-ray / Le Temps du châtiment, réalisé par John Frankenheimer

LE TEMPS DU CHÂTIMENT (The Young Savages) réalisé par John Frankenheimer, disponible en DVD et Blu-ray le 18 février 2020 chez Rimini Editions.

Acteurs : Burt Lancaster, Dina Merrill, Edward Andrews, Vivian Nathan, Shelley Winters, Larry Gates, Telly Savalas, Pilar Seurat…

Scénario : Edward Anhalt, J.P. Miller d’après un roman d’Evan Hunter

Photographie : Lionel Lindon

Musique : David Amram

Durée : 1h43

Année de sortie : 1961

LE FILM

Dans un quartier populaire d’une grande ville américaine, la guerre des gangs vient de faire une nouvelle victime : un jeune aveugle portoricain a été assassiné par trois adolescents d’origine italienne. L’opinion publique exige un châtiment exemplaire. Hank Bell, adjoint du procureur, mène l’enquête.

Le Temps du châtimentThe Young Savages (1961) est la première des cinq collaborations entre Burt Lancaster et le réalisateur John Frankenheimer (1930-2002). Cinq longs-métrages, tous tournés dans les années 1960. Suivront Le Prisonnier d’AlcatrazBirdman of Alcatraz (1962), Sept jours en maiSeven Days in May (1964), Le TrainThe Train (1964) et Les Parachustistes arriventThe Gypsy Moths (1969). Si l’entente entre les deux hommes a été particulièrement rude au début des prises de vues, Le Temps du châtiment a pourtant scellé l’une des associations les plus importantes de leurs carrières respectives. Le Temps du châtiment, second film pour le cinéma de John Frankenheimer, cinq ans après son premier coup d’essai Mon père, cet étrangerThe Young Stranger (1957), rend compte de l’aisance technique du cinéaste et de sa solide direction d’acteurs. Forcément, Burt Lancaster écrase la distribution par son charisme imposant et de son talent, mais comme à son habitude l’acteur ne tire jamais la couverture et laisse une belle place à ses partenaires, parmi lesquels Shelley Winters et Telly Savalas dans son premier rôle au cinéma. Au-delà de sa beauté plastique et de sa réalisation d’une folle modernité, Le Temps du châtiment interpelle toujours sur son étude de la délinquance juvénile. Un film coup de poing.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Temps du châtiment, réalisé par John Frankenheimer »

Test Blu-ray / Black journal, réalisé par Mauro Bolognini

BLACK JOURNAL (Gran bollito) réalisé par Mauro Bolognini, disponible en DVD et Blu-ray le 19 novembre 2019 chez Rimini Editions

Acteurs : Shelley Winters, Max von Sydow, Renato Pozzetto, Alberto Lionello, Laura Antonelli, Mario Scaccia, Franco Branciaroli, Milena Vukotic…

Scénario : Sergio Amidei, Nicola Badalucco

Photographie : Armando Nannuzzi

Musique : Enzo Jannacci

Durée : 1h52

Date de sortie initiale : 1977

LE FILM

Italie, 1938. Lea, une femme du Sud de l’Italie émigrée au Nord, voue un amour excessif à son fils unique, Michele. Elle offre toutes les apparences d’une femme affable, invitant ses voisines à prendre le thé, leur vendant un savon qu’elle fabrique elle-même et qui rend la peau très douce. Mais, derrière cette façade respectable se cache un terrible secret.

En 2019 et malgré plus de trente longs-métrages réalisés en quarante ans de carrière, Mauro Bolognini (1922-2001) ne possède pas la même aura, le même standing, la même reconnaissance que ses illustres confrères, Federico Fellini, Luchino Visconti, Dino Risi, Roberto Rossellini, Luigi Comencini et consorts. Après avoir entrepris des études d’architecture, Mauro Bolognini décide finalement de se lancer dans le cinéma et intègre le célèbre Centro sperimentale di cinematografia de Rome. Dès la fin des années 1940, il devient l’assistant de Luigi Zampa sur une demi-douzaine de films (Les Années difficiles, Les Coupables), ainsi que des français Yves Allégret (Nez de cuir) et Jean Delannoy (La Minute de vérité). En 1953, il signe son premier long métrage, Une fille formidableCi troviamo in galleria, dans lequel Sophia Loren, alors âgée de 19 ans, trouve l’un de ses premiers rôles. Le cinéaste fait ses classes dans cette comédie-musicale dynamique et charmante. Mauro Bolognini le reniera malgré tout par la suite. Au rythme d’un film par an, le réalisateur livre un nouveau long métrage. La rencontre avec Pier Paolo Pasolini sera déterminante. 1959, les deux hommes collaborent sur Les Garçons, inspiré du propre roman de l’écrivain. Ce véritable bijou où la virtuosité du réalisateur s’allie à merveille au superbe scénario de Pier Paolo Pasolini (pas encore réalisateur), annonce déjà les thèmes qui seront alors récurrents dans le cinéma de ce dernier : le récit d’un échec, le désespoir des jeunes gens, la femme réduit à un objet sexuel. Soutenu par une splendide photo, par la jeunesse énergique et la beauté du casting, Les Garçons est empreint d’une inéluctabilité et d’une rare mélancolie que l’on retrouvera encore plus exacerbées dans le chef d’oeuvre Le Bel Antonio, collaboration suivante du duo.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Black journal, réalisé par Mauro Bolognini »