Test Blu-ray / La Dernière Folie de Mel Brooks, réalisé par Mel Brooks

LA DERNIÈRE FOLIE DE MEL BROOKS (Silent Movie) réalisé par Mel Brooks, disponible en Blu-ray le 25 septembre 2019 chez BQHL Editions

Acteurs : Mel Brooks, Marty Feldman, Dom DeLuise, Sid Caesar, Harold Gould, Ron Carey, Bernadette Peters, Burt Reynolds, Paul Newman, Liza Minnelli, James Caan …

Scénario : Mel Brooks, Ron Clark, Rudy DeLuca, Barry Levinson

Photographie : Paul Lohmann

Musique : John Morris

Durée : 1h27

Date de sortie initiale : 1976

LE FILM

Mel Funn, un cinéaste hollywoodien sorti d’une cure de désintoxication, tente de convaincre les responsables d’un studio de cinéma de produire le premier film muet réalisé depuis quarante ans.

En lisant le résumé, cela n’a pas l’air grand-chose. Pourtant La Dernière Folie de Mel BrooksSilent Movie est un pur chef d’oeuvre de comédie, à la fois hilarante et grinçante, doublée d’une charge contre les studios hollywoodiens et d’un sublime hommage au cinéma, plus particulièrement au slapstick . Mel Brooks s’octroie le haut de l’affiche, qu’il partage avec ses complices Marty Feldman, deux ans après Frankenstein JuniorYoung Frankenstein (où le N&B faisait déjà l’effet d’une bombe au milieu des productions en couleurs), et Dom DeLuise, qui avait déjà collaboré avec le réalisateur sur Le Mystère des douze chaisesThe Twelve Chairs (1970) et Le Shérif est en prisonBlazing Saddles (1974). Un film muet de 85 minutes, écrit, mis en scène et interprété en 1976 ? Un pari fou, une idée risquée, un défi relevé haut la main par l’un des grands maîtres de la comédie américaine.

Réalisateur à succès, Mel Funn (comprenez « Mel le marrant ») voit sa carrière compromise par un irrésistible penchant pour l’alcool. Aidé par Marty Eggs et Dom Bell, ses deux amis fidèles, il décide de tenter un ultime retour à Hollywood. Dans ce but, il désire monter un projet novateur : tourner un film muet et burlesque interprété par quelques-unes des plus grandes vedettes du moment. Mais l’heure est venue de trouver des producteurs…

Quel plaisir ! Et quel tour de force également ! Dès la première séquence avec le gag visuel de la femme enceinte embarquée à l’arrière de la voiture de nos trois acolytes, le réalisateur accroche le spectateur. Non seulement, Mel Brooks réalise ici un film « à l’ancienne », c’est-à-dire en reprenant les codes du film muet d’antan, mais aussi et surtout un « vrai » long métrage, admirablement construit, mis en scène, rythmé, sans jamais tomber dans la parodie ou dans la facilité. Pas de « à la manière de », puisque nous sommes bel et bien dans un film de Mel Brooks, tant dans la forme que sur le fond, qui évite le pastiche, conserve son originalité et un ton propre à son auteur.

La Dernière Folie de Mel Brooks n’est pas seulement une suite ininterrompue de gags, c’est une comédie qui a des choses à dire sur l’état de l’industrie cinématographique hollywoodienne, qui se repose sur ses lauriers. Si celle-ci a bien du mal à se renouveler, c’est surtout en raison des producteurs frileux, effrayés à l’idée de se faire bouffer par un plus gros piranha, représenté ici par la compagnie Engulf & Devour, dont les membres (où l’on aperçoit Barry Levinson, coscénariste) prient le Dieu Dollars.

Mel Brooks n’a pas cette prétention de révolutionner quoi que ce soit, mais donne un coup de pied merveilleux dans la fourmilière. Il n’y a qu’à voir les merveilleuses guest-stars conviées à cette occasion. Imaginez un peu, Burt Reynolds, James Caan, Liza Minnelli, Anne Bancroft, Paul Newman et même Marcel Marceau dans leur propre rôle ! Si la séquence avec Liza Minnelli est peut-être la plus « faible » du lot, celle où le trio enfile une armure pour pouvoir approcher la comédienne, afin de la convaincre de participer au film muet qu’ils préparent, chaque star jouit de son morceau de bravoure. Burt Reynolds surpris sous la douche par quelques mains inconnues qui lui savonnent le poitrail velu, James Caan dans sa caravane branlante, Anne Bancroft (alors l’épouse de Mel Brooks) qui entame une danse endiablée et qui montre son talent pour les grimaces, Paul Newman lancé dans une course-poursuite en fauteuil roulant (immense séquence) et enfin l’apparition du mime Marceau qui bénéficie de l’unique réplique du film ! Des idées de génie parmi tant d’autres, enfilées comme des perles sur un collier, le tout sur un rythme de dingue. Mel Brooks s’en donne à coeur joie dans l’autoparodie, Marty Feldman, explosif, réalise quelques pirouettes impressionnantes et joue à fond la carte du libidineux, tandis que Dom DeLuise, adepte du soda et gourmand, se laisse volontiers entraîner par ses deux camarades dans les situations les plus invraisemblables. Tout cela au service de l’art !

35 ans avant The Artist, qui doit d’ailleurs beaucoup au film de Mel Brooks, 13 ans avant le méconnu Sidewalk Stories de Charles Lane, La Dernière Folie de Mel Brooks, titre français sympathique et singulier, mais pour lequel on préférera son titre original Silent Movie demeure l’un des plus grands films du cinéaste. On en ressort les zygomatiques épuisés, mais cela fait tellement de bien !

LE BLU-RAY

Anciennement disponible en DVD chez 20th Century Fox, La Dernière Folie de Mel Brooks était ensuite arrivée dans l’escarcelle de BQHL Editions en 2016. Le 25 septembre 2019, cette immense comédie bénéficie enfin de la Haute-définition chez le même éditeur. Le visuel reprend celui de l’affiche originale. Le menu principal est animé et musical.

Aucun supplément sur cette édition. D’ailleurs, nous ne trouvons pas non plus de chapitrage. Seul le lancement du film est disponible.

L’Image et le son

Merci à BQHL de nous permettre d’ajouter La Dernière Folie de Mel Brooks à notre collection de Blu-ray ! Pour son passage en HD, ce film se refait une petite beauté. Excellent travail de restauration puisque les scories et poussières ont été éliminées. L’ensemble est plutôt riche et stable, la gestion du grain équilibrée et les fourmillements limités. Le piqué demeure pointu. Les contrastes sont corrects. Certaines séquences tirent agréablement profit de cette élévation HD, notamment toutes celles tournées en extérieur. Les couleurs sont également pimpantes, à l’exception des scènes reprises en postproduction, où les contrastes décrochent et les détails s’amoindrissent.

Une piste unique 2.0, forcément « originale », puisqu’en dehors de la réplique du mime Marceau, La Dernière Folie de Mel Brooks est un film muet qui s’accompagne uniquement de musique. L’ensemble est d’une propreté absolue, aucun craquement, aucun souffle sur les rares séquences silencieuses. Tout y est dynamique et fluide. Les sous-titres français ne sont pas imposés.

Crédits images : © 20th Century Fox / BQHL Editions / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.