Test Blu-ray / Cosmic Sin, réalisé par Edward Blake

COSMIC SIN réalisé par Edward Blake, disponible en DVD et Blu-ray le 26 mai 2021 chez AB Vidéo.

Acteurs : Frank Grillo, Bruce Willis, Brandon Thomas Lee, Corey Large, C.J. Perry, Perrey Reeves, Lochlyn Munro, Costas Mandylor…

Scénario : Edward Drake & Corey Large

Photographie : Brandon Cox

Musique : Scott Glasgow

Durée : 1h28

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

En 2524, un groupe composé de soldats et de scientifiques doit affronter une espèce extraterrestre pouvant infecter le corps humain.

Reprenons là où nous en étions, autrement dit à la fin d’Anti-Life de John Suits…[…] Pendant ce temps-là, Bruce Willis tète sa flasque qu’il sort toutes les dix secondes pour se gargariser au bourbon, attend que ça se passe (une série B-Z, impeccable pour dormir), avant d’aller faire un tour sur le plateau voisin pour y tourner Cosmic Sin d’Edward Drake, un autre truc de science-fiction où il donne la réplique à Frank Grillo. Mais c’est une autre histoire, ou la même peut-être, avec les décors identiques sans doute (c’est le cas de l’affiche déjà), et on espère vous en reparler très bientôt……………C’est bon, on peut maintenant ! Et nous ne nous étions pas trompés, puisqu’il s’agit peu ou prou de la même chose, sauf que « Bouse » Willis est cette fois affublé d’une armure ultra-perfectionnée (nous sommes au 26e siècle), visiblement confectionnée à l’aide de boites de conserve écrasées, d’enjoliveurs crasseux et de couvercles de tupperwares. Tout cela pour quoi ? Bah pour rien, puisque vêtu ainsi comme Iron « Old » Man, le comédien ne fait rien d’autre que débiter ses quelques répliques ineptes (“Plus je vieillis, plus je veux regarder les étoiles avec quelqu’un…”), en ayant l’air très fatigué, au bout du rouleau. Alors que certains continuent de s’acharner sur Nicolas Cage, qui mine de rien aura signé de belles prestations au milieu de ses dernières inepties, Bruce Willis continue encore et encore de creuser, de s’enliser. Raison pour laquelle, après avoir atteint l’autre bout de la planète, il tente à nouveau sa chance dans l’espace. Toutes proportions gardées, Cosmic Sin « s’en tire » mieux qu’Anti-life car beaucoup plus rigolo, surtout durant sa première partie qui nous fait bien marrer à force d’être mauvaise (une bagarre de bar WTF, Bruce Willis qui se lève difficilement de sa chaise au bout de vingt minutes de film, un logo scientifique qui ressemble à celui du PSG), contrairement à la deuxième (une fois que les héros ont été lancés dans l’espace) qui devient sacrément ennuyeuse et répétitive, jusqu’au final totalement incompréhensible, raté, expédié. Entre le navet et le nanar nous n’hésitons pas une seconde et rien que pour rire un peu, nous vous conseillons ce Co(s)mic Sin, dans lequel « brille » également Frank Grillo (Jiu Jitsu, Représaille), qui lui aussi ajoute un trophée à son palmarès cinématographique.

Un groupe de guerriers et de scientifiques doit se battre pour protéger et sauver la race humaine menacée par une espèce extraterrestre hostile ayant la capacité d’infecter et de devenir les hôtes d’un corps humain.

Nous ne nous éterniserons pas sur Cosmic Sin, réalisé par Edward Drake. Tiens au fait, c’est qui ce type ? Bah le scénariste et le producteur d’Anti-life pardi ! D’ailleurs, les deux films sont tellement liés que certains pourront avec raison crier au scandale, ou plutôt au foutage de gueule. Si le nom du « metteur en scène » est différent, on y retrouve les mêmes éléments « d’intrigue », autrement dit une invasion alien qui se manifeste par des humains « parasités » par un corps étranger, qui leur donne ensuite l’aspect de zombies. N’oublions pas les soldats chichement protégés par leurs uniformes ou ici leurs armures recyclées, qui déambulent dans quelques entrepôts et hangars, comme si le film avait été tourné à Rungis entre minuit et quatre heures du matin, après que l’équipe de la « déco » ait disposé quelques néons bleus, verts, rouges, pour faire plus « futuriste ». Pendant ce temps, Bruce Willis disparaît toujours un bon quart d’heure entre deux scènes, probablement pour aller voir ce qui se passe sur le set d’Anti-life, et revient en ayant l’air de se demander s’il n’a pas confondu les deux films. Qu’on le rassure, il est fort probable qu’il en sera de même pour les spectateurs un peu (beaucoup) déviants qui auront enchaîné le film fauché de John Suits et celui anémique d’Edward Drake.

Si le comédien espérait avoir trouvé son Star Wars ici, c’est raté. Ce serait plutôt « Cette tare poisse », ou un StarmageddonGate de chez Wish. En tout cas, en dépit du résultat calamiteux de ces deux entreprises, cela n’a pas empêché Bruce Willis de retrouver Edward Drake pour trois autres films, déjà tournés par ailleurs, Apex, American Siege et Gasoline Alley. La pandémie aurait pu mettre fin à cet autre fléau, mais non. On en profite aussi pour vous signaler qu’au moment de la rédaction de cette chronique, Bruce Willis a terminé huit autres longs-métrages, dont un Midnight in the Switchgrass avec Megan Fox et Sistine Rose Stallone (la fille de Sly donc), en tourne quatre en même temps, y compris Paradise City de Chuck Russell, avec John Travolta et Stephen Dorff. Bref, quand certains se plaignent déjà de l’âge de la retraite à 64 ans en France, ceux-ci devraient penser à l’ami Bruce, qui continue de trimer à 66 balais. Certes, il n’a sûrement pas le même compte en banque que vous, mais il n’en a plus rien à foutre comme tout le monde et il ne s’en cache pas.

LE BLU-RAY

Chez Homepopcorn.fr, on aime bien suivre les nouvelles aventures de Bruce Willis. Ainsi, après L.A. Rush, Acts of Violence, First Kill, Représaille, 10 Minutes Gone, Trauma Center et Anti-life, voici Cosmic Sin, qui comme le premier de la liste intègre le catalogue d’AB Vidéo. Le visuel de la jaquette rappelle bougrement celui d’Anti-life. Le menu principal est animé et musical.

Seule la bande-annonce est proposée en guise de supplément. Vous vous attendiez à une interview de Bruce Willis ? Il aurait été capable de parler d’Anti-life à la place !

L’Image et le son

Le master HD (1080p) français de Cosmic Sin restitue les « volontés artistiques » du chef opérateur Brandon Cox (Evasion 2, First Kill, Usurpation, Arsenal, bref que des « références » de la série B et Z en DTV) autrement dit des couleurs à la fois chaudes et froides (des néons à profusion), des contrastes appuyés, ainsi qu’un relief constamment palpable. La compression AVC consolide l’ensemble, les détails sont appréciables sur le cadre large, notamment sur les visages des comédiens, le piqué est aiguisé, les noirs denses et la copie éclatante. Les nombreuses séquences sombres bénéficient également d’une belle définition.

Vous pouvez compter sur les mixages DTS-HD Master Audio 5.1 anglais et français pour vous plonger dans l’ambiance du film. La bande originale est la mieux lotie. Toutes les enceintes sont exploitées, les voix sont très imposantes sur la centrale et se lient à merveille avec la balance frontale, riche et dense, ainsi que les enceintes latérales qui distillent quelques effets percutants lors des scènes de fusillades. Le caisson de basses se mêle également à la partie. Notons que la version originale l’emporte sur la piste française (Bruce Willis est doublé par Stefan Godin), se révèle plus naturelle et homogène, y compris du point de vue de la spatialisation musicale. Les sous-titres français sont imposés sur la version originale et le changement de langue verrouillé à la volée. Deux pistes Stéréo sont également au menu, ainsi que les sous-titres destinés aux spectateurs sourds et malentendants.

Crédits images : © AB Vidéo / Cosmic Sin PSC / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.