Test Blu-ray / Le Soleil des voyous, réalisé par Jean Delannoy

LE SOLEIL DES VOYOUS réalisé par Jean Delannoy, disponible en édition Digibook – Blu-ray + DVD + Livret le 4 décembre 2020 chez Coin de Mire Cinéma.

Acteurs : Jean Gabin, Robert Stack, Margaret Lee, Jean Topart, Suzanne Flon, Walter Giller, Lucienne Bogaert, Albert Michel…

Scénario : Alphonse Boudard & Jean Delannoy, d’après le roman de J.M. Flynn

Photographie : Walter Wottitz

Musique : Francis Lai

Durée : 1h37

Date de sortie initiale : 1967

LE FILM

Denis Ferrand est un homme tranquille et riche, propriétaire d’un café, d’un garage et d’une auberge luxueuse. Il jouit de la considération générale de la ville. Pourtant dans sa jeunesse, il était Denis « le fignoleur », un truand rusé et audacieux. Pour l’amour de Marie-Jeanne qu’il a épousée, il s’est rangé définitivement. En face de son bar, se trouve une banque. Toutes les fins de mois, lorsque Denis reste pour faire ses comptes, il peut voir le convoi qui vient chercher la paye du centre nucléaire de Farville. Alors Denis rêve… petit à petit il échafaude le coup qu’il aurait monté dans sa jeunesse…

L’une des collaborations les plus fructueuses et prolifiques de Jean Gabin reste celle entamée en 1952 avec le cinéaste Jean Delannoy (1908-2008). Six longs métrages en commun, six énormes succès populaires avec La Minute de vérité (1952), Chiens perdus sans collier (1955), Maigret tend un piège (1958), Maigret et l’Affaire Saint-Fiacre (1959), Le Baron de l’écluse (1960) et Le Soleil des voyous (1967), qui auront attiré plus de 18 millions de français dans les salles ! Ce dernier permet à Jean Gabin de se refaire une santé au box-office, après l’échec du Jardinier d’Argenteuil de Jean-Paul Le Chanois. Mais le « Vieux » n’a rien à craindre, puisque près de 35 millions de spectateurs se sont rués au cinéma pour voir ses films, rien que depuis le début des années 1960 ! Le Soleil des voyous est étrangement méconnu dans la carrière de Jean Gabin et pourtant le film possède plusieurs atouts non négligeables. Il y a surtout l’association inattendue du comédien avec l’américain Robert Stack, le légendaire Eliot Ness de la série télévisée Les Incorruptibles, rôle qui l’a rendu mondialement célèbre et qu’il campera dans près de 120 épisodes tournés entre 1959 et 1963. Le duo fonctionne très bien et reste la plus grande curiosité du Soleil des voyous, à ce jour l’unique adaptation d’un roman de J.M. Flynn, qui reste également un polar carré, propre, un film de casse au charme inaltérable.

Ancien truand retiré des « affaires », Denis Ferrand, dit « Le Fignoleur », coule des jours paisibles avec son épouse Marie-Jeanne dans une petite ville du nord de la France, où l’on ignore tout de son passé. Il y est propriétaire d’un bar, le Domino, géré par Betty, une de ses anciennes maîtresses, beaucoup plus jeune que lui. Il possède aussi une petite auberge, La Chaumière, et un garage automobile. Un jour, il découvre que l’un des serveurs se livre au trafic de drogue dans son auberge. Furieux, il met immédiatement un terme à l’affaire. Mais la bande qui contrôle le trafic ne l’entend pas de cette oreille. Elle organise une expédition punitive dans son auberge pour le mettre au pas. À sa grande surprise, l’un des hommes de main est Jim Beckley, un vieil ami américain, ancien soldat de fortune et aventurier, rencontré jadis à Saïgon. Les amis retrouvés mettent en déroute les autres truands. Comprenant que la bande ne laissera pas le félon tranquille, Denis décide de cacher l’Américain chez lui. Le lendemain, il révèle à l’ami retrouvé son secret : depuis des années, par goût et par nostalgie, il échafaude très minutieusement le cambriolage d’une agence bancaire située juste en face de son bar.

Comme nous le disions plus haut, le face-à-face Jean Gabin – Robert Stack vaut vraiment le coup d’oeil, avec d’un côté la force tranquille et le cerveau en ébullition, et de l’autre la force physique et brutale. Si le premier est droit dans ses bottes en truand repenti (mais pas tant que ça bien sûr), l’honnêteté est difficile et comme il le dit lui-même, il s’emmerde, il s’emmerde comme un rat mot en tant que commerçant respectable, qui résiste encore et toujours à la proposition pourtant intéressante d’être racheté par la pègre du coin. Heureusement, le destin remettra sur sa route Jim Beckley, qu’il a connu à Saïgon en 1950. Robert Stack a eu une carrière très intéressante au cinéma, même si celle-ci a souvent été éclipsée par Les Incorruptibles, puisque se distinguent dans sa filmographie To Be or Not to Be (1942) d’Ernst Lubitsch, Les Géants du ciel Fighter Squadron (1948) de Raoul Walsh, La Maison de bambouHouse of Bamboo (1955) de Samuel Fuller, Écrit sur du vent Written on the Wind (1956), pour lequel il reçoit une nomination à l’Oscar du meilleur second rôle, et La Ronde de l’aube The Tarnished angels (1957), tous deux mis en scène par Douglas Sirk. Le comédien amène avec lui un savoir-faire dans les bagarres (réglées ici par l’immense Claude Carliez) et ses divers affrontements dans Le Soleil des voyous apportent un souffle comme qui dirait exotique, surtout celui dans le garage où Jim n’hésite pas à avoir recours à la flamme d’un chalumeau (probablement une spécialité rapportée de la Plaine des Joncs) pour délier la langue d’un sbire.

Pendant ce temps, notre Gabin national échafaude son plan pour mettre la main sur la paye des camps américains bien gardée dans la petite banque située juste en face de son troquet. Avec tout cela on oublierait presque de parler des deux comédiennes principales du film. Quatre ans après Un singe en hiver, la grande Suzanne Flon est à nouveau mariée à Jean Gabin et le sera encore en 1969 dans Sous le signe du taureau. L’alchimie est évidente et leurs scènes sont parmi les plus réussies du Soleil des voyous. La « bombe » par qui les malheurs arrivent, est quant à elle interprétée par la britannique Margaret Lee, comédienne vue dans Le Cirque de la peur de John Llewellyn Moxey, mais surtout à plusieurs reprises chez Lucio Fulci, dans Gli imbroglioni (1963), I maniaci (1964) et I due pericoli pubblici (1964), qui marque les spectateurs avec son faux air d’Angie Dickinson et sa sexualité débridée.

Jean Delannoy a certes déjà fait mieux en matière de mise en scène, mais Le Soleil des voyous conserve cette patine et cette redoutable efficacité typiques du cinéma français des années 1960. On ne s’ennuie pas une seconde devant ce polar de province, qui déroule son récit avec professionnalisme, certains diront avec classicisme, il y a de ça, mais il n’y a rien de péjoratif non plus, d’autant plus que l’ensemble demeure élégant, marqué par de bons dialogues d’Alphonse Boudard et surtout toujours aussi divertissant.

LE DIGIBOOK

Nous continuons sur notre lancée ! Ainsi, après notre chronique consacrée à La Veuve Couderc et celle du Jardinier d’Argenteuil, Homepopcorn vous dit tout sur le Digibook DVD + Blu-ray + Livret du Soleil des voyous concocté par Coin de Mire. Les articles du même acabit concernant La Chartreuse de Parme (1948) de Christian-Jaque, Le Mouton à 5 pattes (1954) de Henri Verneuil et Le Chat (1971) de Pierre Granier-Deferre arriveront très prochainement. Le Soleil des voyous faisait partie de la collection Jean Gabin disponible chez Studiocanal, à travers une édition DVD depuis 2004. Le titre est désormais intégré au catalogue de Coin de Mire Cinéma, dans la collection « La Séance », dont le Digibook est édité à 3000 exemplaires.

Comme pour tous les titres Coin de Mire Cinéma, l’édition du Jardinier d’Argenteuil prend la forme d’un Digibook (14,5cm x 19,5cm), constitué de deux disques, le DVD et Blu-ray, glissés dans un emplacement inrayable. Une marque est indiquée afin que l’acheteur puisse y coller son numéro d’exemplaire disposé sur le flyer volant du combo, par ailleurs reproduit dans le livret. Deux pochettes solides contiennent des reproductions de dix photos d’exploitation d’époque (sur papier glacé) et de l’affiche du film au format A4. Le livret de cette édition contient également la bio-filmographie de Jean Delannoy avec le film qui nous intéresse mis en surbrillance afin de le distinguer des autres titres, la reproduction en fac similé des matériels publicitaires et promotionnels, ainsi que celles d’articles tirés de revues diverses. Le menu principal est fixe et musical.

Si vous décidez d’enclencher le film directement. L’éditeur propose de reconstituer une séance d’époque. Une fois cette option sélectionnée, les actualités Pathé du moment démarrent alors, suivies de la bande-annonce d’un film, puis des publicités d’avant-programme, réunies grâce au travail de titan d’un autre grand collectionneur et organisateur de l’événement La Nuit des Publivores.

Le journal des actualités (9’30) de la 22è semaine de l’année 1967 vous invitera au dernier salon du Bourget, où en présence du général de Gaulle, vous pourrez admirer un modèle grandeur nature de l’avion de ligne supersonique appelé Concorde, dont le premier vol commercial n’aura lieu que neuf ans plus tard ! Concernant la page sportive, l’équipe de Montauban devient championne de France de rugby en battant Bègles en finale 11 à 3. Dans le reste de l’actualité, ça chauffe au Moyen-Orient…

Votre film ne pas tarder à commencer, mais avant cela, quelques réclames publicitaires (7’) vous rappelleront que les Bounty sont en vente dans cette salle, ainsi que les esquimaux Gervais et les Krema Batna. En revanche, pour un bon verre de Dubonnet, il vous faudra attendre la fin de la séance, mais évitez après cela de reprendre le volant de votre nouvelle Citroën et tant pis si votre moitié vous avez confié le remboursement de son nouveau Dim à la Samaritaine !

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce.

L’Image et le son

Le Soleil des voyous a bénéficié d’une restauration HD à partir du négatif original, par Studiocanal, avec la participation du CNC. Comme souvent, le générique affiche une définition aléatoire avec notamment un piqué émoussé et des détails peu affirmés. Dès l’arrivée du convoi à la banque, cela s’arrange et les couleurs affichent soudain une nouvelle clarté, tirant légèrement sur le bleu. La photographie aux teintes hivernales de Walter Wottitz (Le Tonnerre de Dieu, L’Arme à gauche, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme) est habilement restituée avec un grain argentique élégant. La copie est propre, en dehors de quelques rayures verticales ou défauts de pellicules (comme sur notre capture sous celle du menu principal), le cadre large est flatteur pour les mirettes, et l’ensemble est stable.

Robert Stack parlait couramment le français. Contrairement à Margaret Lee (doublée par Michèle Bardollet), nous entendons bien sa véritable voix, même s’il semble que le comédien ait entièrement repris ses répliques en postsynchronisation. S’il y a quelques échanges qui paraissent du coup sensiblement décalés, l’écoute est suffisamment dynamique, sans souffle parasite et limpide. L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © Studiocanal – Fida Cinematografica / Coin de Mire Cinéma / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.