Test Blu-ray / La Loi du nord, réalisé par Jacques Feyder

LA LOI DU NORD réalisé par Jacques Feyder, disponible en Blu-ray le 1er mai 2022 chez Studiocanal.

Acteurs : Michèle Morgan, Pierre Richard-Willm, Charles Vanel, Arlette Marchal, Jacques Terrane, Max Michel, Youcca Troubetzkov, Fabien Loris…

Scénario : Jacques Feyder & Alexandre Arnoux, d’après le roman de Maurice Constantin-Weyer, Telle qu’elle était en son vivant

Photographie : Roger Hubert

Musique : Louis Beydts

Durée : 1h42

Date de sortie initiale : 1939

LE FILM

Un soir, dans un cabaret new-yorkais, Robert Shaw, le roi de l’acier, abat l’amant de sa femme. Lors du procès, il plaide la démence et se retrouve interné. Sa secrétaire, Jacqueline Bert, une française, lui rend souvent visite et lui dit de se tenir prêt. Son évasion accomplie, Bob gagne le Canada avec Jacqueline. Celle-ci rencontre bientôt un aventurier français, Louis Dumontier, qu’elle présente à Bob. Ensemble, ils prennent la piste du Grand Nord.

L’Atlantide (1921), Visages d’enfants (1925), Le Grand jeu (1934), La Kermesse héroïque (1935, Prix international de la mise en scène à la Mostra de Venise), Le Chevalier sans armure Knight Without Armour (1937) ont tous comme dénominateur commun le réalisateur belge Jacques Feyder (1885-1948), de son vrai nom Jacques Frédérix. Privilégiant les décors naturels, à l’instar de l’Afrique pour L’Atlantide (à l’époque le film le plus cher du cinéma français) ou du Haut-Valais pour Visages d’enfants, le cinéaste est reconnu dans le monde entier pour sa virtuosité, au même titre que ses confrères Abel Gance et D. W. Griffith. A l’origine, La Piste du nord, premier titre d’exploitation, avait été sélectionné pour représenter la France au tout premier Festival de Cannes qui devait se dérouler du 1er au 20 septembre 1939, mais qui est finalement annulé en raison de l’arrivée en Pologne des troupes allemandes. L’avant-dernier long-métrage de Jacques Feyder sortira en mars 1942, dans une version tronquée, puis sera rebaptisé La Loi du nord, quand le film sera à nouveau exploité en 1945 dans son montage intégral. Ce passionnant polar teinté d’aventure, essentiellement tourné entre la Norvège et la Suède, suit la fuite en avant d’un homme ayant assassiné son rival et de sa secrétaire au dévouement sans bornes, dans le froid de la Belle Province. Inclassable, on passe ainsi de la romance au thriller, en passant par le drame, le survival et le film noir, La Loi du nord est une immense (re)découverte, qui mérite toute l’attention des cinéphiles.

Robert Shaw, surnommé «le roi de l’acier», possède en Jacqueline Bert une secrétaire dévouée et fidèle. En revanche, sa femme le trompe avec un certain Ellis Lowton. Un soir, dans un cabaret, il abat son rival. Patterson, son avocat, et le Dr Mills le font passer pour irresponsable et lui permettent ainsi d’échapper à la condamnation à mort. Il est interné à l’asile de Bedlam, où Jacqueline lui rend de fréquentes visites. Elle va bientôt lui permettre de s’évader. Tous les deux se rendent incognito vers le nord du Canada. Recherchés par le caporal Dalrymple, il reçoivent l’aide d’un trappeur, Dumontier. Pris dans une tempête de neige, les trois hommes s’unissent, et se retrouvent épris de la jeune femme. Ensemble, ils affrontent le froid et les privations.

Quand La Loi du nord sort enfin sur les écrans, Michèle Morgan est devenue une star mondiale et tourne pour Lewis Milestone (My Life with Caroline), Julien Duvivier (Untel père et fils), Robert Stevenson (Jeanne de Paris), Edwin L. Marin (Rencontre à Londres), Michael Curtiz (Passage pour Marseille) et Carol Reed (Première désillusion). Le sommet n’est pourtant pas encore arrivé pour la comédienne, même si celle-ci crève une fois de plus l’écran ici. Sa beauté froide et troublante s’accorde parfaitement au récit de La Loi du nord, dans lequel le personnage de Jacqueline restera foncièrement énigmatique. Cette aura de mystère percera d’ailleurs la carapace des trois personnages masculins, fabuleusement incarnés par Pierre Richard-Willm (La Fiancée des ténèbres, Entente cordiale, Un carnet de bal), Charles Vanel (Sept morts sur ordonnance, Les Diaboliques, Le Salaire de la peur, Symphonie pour un massacre) et Jacques Terrane. Si les deux premiers demeurent des acteurs mythiques, le troisième, petit-fils de Georges Feydeau, livre son unique prestation pour le cinéma, puisqu’il meurt en 1941 en Syrie à l’âge prématuré de 25 ans, abattu dans le dos tandis qu’il rejoignait les lignes françaises libres à moto. Charismatique, colosse aux pieds d’argile, Jacques Terrane livrait alors une formidable interprétation face à ses plus illustres compagnons.

On suit donc avec beaucoup intérêt les aventures de notre étrange quatuor, à travers leurs péripéties concoctées par Jacques Feyder, Alexandre Arnoux (Premier de cordée de Louis Daquin, Le Drame de Shanghai de Georg Wilhelm Pabst, Le Tunnel de Curtis Bernhardt) et le légendaire – même s’il n’est pas crédité – Charles Spaak (Charmants garçons, L’Étrange Monsieur Victor, Cartouche), d’après le roman Telle qu’elle était en son vivant, écrit par Maurice Constantin-Weyer, publié en 1936. Jacques Feyder plonge ses protagonistes dans des paysages glacés (merveilleusement photographiés par Roger Hubert, Le Grand Chef, La Femme et le Pantin, Les Amants du Tage), loin de tout et de tout le monde, où ils devront affronter leurs désirs et contrôler leurs pulsions, tout en essayant de survivre en affrontant la nature hostile. Très grand film.

LE BLU-RAY

Inédit en DVD dans nos contrées, La Loi du nord débarque directement en Haute-Définition chez Studiocanal. Très belle jaquette, glissée dans un boîtier classique de couleur bleue, dont le visuel est centrée uniquement sur le visage sublime de Michèle Morgan. Le menu principal est fixe et muet.

Aucun supplément.

L’Image et le son

Dans la continuité du plan de restauration de son catalogue, Studiocanal propose de (re)découvrir des classiques du cinéma français dans de très belles éditions Blu-ray restaurées. Le film de Jacques Feyder apparaît en édition HD restaurée. Comme ses récentes sorties en Haute Définition, ce Blu-ray en met souvent plein les yeux avec une définition qui laisse pantois. Le nouveau master au format 1080p/AVC ne cherche jamais à atténuer les partis pris esthétiques originaux. La copie se révèle souvent étincelante et pointilleuse en terme de piqué (les scènes en extérieur), de gestion de contrastes (noirs denses, blancs lumineux), de détails ciselés et de relief. La propreté de la copie est sidérante, la stabilité est de mise, la photo retrouve une nouvelle jeunesse doublée d’un superbe écrin, et le grain d’origine a heureusement été conservé. Les fondus enchaînés sont vraiment les seuls moments où la définition décroche quelque peu, mais cela ne dure que quelques secondes. L’ensemble reste fluide et réellement plaisant. Il serait difficile de faire mieux sans que cela dénature les volontés artistiques.

L’éditeur est aux petits soins avec La Loi du nord puisque la piste mono bénéficie d’un encodage en DTS HD-Master Audio. Si quelques saturations et chuintements demeurent inévitables, l’écoute se révèle fluide, équilibrée, limpide. Aucun craquement intempestif ne vient perturber l’oreille des spectateurs, les ambiances sont précises. Si certains échanges manquent de punch et se révèlent moins précis, les dialogues sont dans l’ensemble clairs, dynamiques, même sans souffle parasite. Les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles.

Crédits images : © Studiocanal / TF1 Studio / M.F. Osso-Fontaine / Walter Limot / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.