Test Blu-ray / Brelan d’as, réalisé par Henri Verneuil

BRELAN D’AS réalisé par Henri Verneuil, disponible en édition Digibook – Blu-ray + DVD + Livret le 9 avril 2021 chez Coin de Mire Cinéma.

Acteurs : Michel Simon, Raymond Rouleau, Van Dreelen, Nathalie Nattier, René Genin, Arlette Merry, Pierre Sergeol, Inge Landgut, Jacqueline Porel, Alexandre Rignault, Christian Fourcade, Maurice Teynac…

Scénario : Jacques Companeez & André Tabet, d’après les oeuvres de Georges Simenon, Stanislas André Steeman & Peter Cheney

Photographie : André Germain

Musique : Henri Rys & Hans May

Durée : 1h52

Date de sortie initiale : 1952

LE FILM

Trois sketches, inspirés de trois auteurs de polars et mettant en scène le célèbre Wens, l’illustre commissaire Maigret, et le détective américain Lemmy Caution.

La Mort dans l’ascenseur : L’inspecteur Wens confond l’assassin de deux femmes en sapant son alibi.

Je suis un tendre : Lemmy Caution doit se mesurer avec de redoutables dames avant de mettre un gangster hors état de nuire.

Les Témoignages d’un enfant de chœur : Maigret sauve l’enfant de choeur qui, témoin d’un crime, courait un grand danger.

On pouvait tout d’abord penser ou même rêver à une sorte d’Expendables, réunissant alors les trois grandes figures mythiques des romans policiers en vogue dans les années 1950, à savoir le séduisant inspecteur Wens, le G’man Lemmy Caution et le célèbre commissaire Maigret, nés respectivement sous la plume de Stanislas-André Steeman, Peter Cheney et Georges Simenon, et interprétés ici par Raymond Rouleau, John Van Dreelen et Michel Simon. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas et même s’il y a effectivement un lien téléphonique entre Wens et Maigret, nous n’entendrons pas le deuxième répondre au premier et il s’agira du seul rattachement notable entre ces trois sketches. Ceux-ci sont tous réalisés par Henri Verneuil, qui signait son troisième long-métrage après La Table-aux-crevés (1951) et Le Fruit défendu (1952), les deux premières de ses huit triomphales collaborations avec Fernandel. Ces trois segments permettent au cinéaste de faire ses classes derrière la caméra. Solide technicien, il le sera d’ailleurs tout au long de sa prolifique carrière, Henri Verneuil s’en sort admirablement bien, surtout durant la partie consacrée à Maigret, merveilleusement interprété par Michel Simon à qui le rôle sied à ravir et que nous n’imaginions pas forcément dans la gabardine de ce personnage légendaire. Si le rythme est somme toute aléatoire, en particulier pour le second acte centré sur Lemmy Caution qui a tendance à s’étirer un peu inutilement (il s’agit d’ailleurs du plus long sketch des trois), Brelan d’as demeure emblématique des divertissements des années 1950, qui tentaient de faire oublier la guerre encore très présente dans les esprits, tout en rendant un bel hommage à cette littérature « sans prestige » fustigée par certains intellectuels, et qui pourtant embarquaient et faisaient rêver celles et ceux qui mettaient le nez dans ces livres à la mythique couverture noire.

En cette bonne année 1952, on peut se promener partout dans les rues, les cafés, les bus, le métro, on ne voit que des gens happés par les pages de leur roman de gare. Mais qui peut bien les fasciner autant pour qu’ils soient à ce point coupés de tout ce qui les entoure ? En y regardant de plus près, trois personnages de roman se disputent la partie : le détective Wens, l’agent du FBI Lemmy Caution et le commissaire Maigret. Tous les trois sont confrontés à des meurtres qu’il faut élucider.

L’excellente introduction déclamée par la voix de Jacques Morel plante le décor, autrement dit Paris, le début d’une « journée dure, maussade et impitoyable », où la circulation est dense, bruyante et suffocante. Au milieu de tout ce fatras, certains semblent déconnectés de la réalité, car plongés dans quelques aventures qui les transportent au Texas, à New York ou plus loin encore. Ces individus sont tellement absorbés par leur lecture, qu’ils voient le bus qu’ils devaient prendre leur filer sous le nez. C’était le bon temps diront les anciens, celui où la plupart n’avaient pas les yeux rouges et cernés en faisant défiler leur compte Facebook plantés au milieu de la chaussée comme des zombies. Ensuite, le générique se lance et présente de façon originale les trois personnages de Brelan d’as et les credits du film. Trois petites enquêtes s’enchaîneront alors, en Belgique avec Wens, à Hambourg avec Lemmy Caution et à Paris avec Jules Maigret. Henri Verneuil déroule tranquillement son récit avec la partie belge, celle de l’inspecteur Wenceslas Vorobeïtchik alias Wens, excellemment interprété par Raymond Bouleau, impeccable, ironique, tiré à quatre épingles, pince-sans-rire et au cerveau qui bouillonne malgré ses airs décontractés. Même si le rôle reste à jamais immortalisé par Pierre Fresnay dans Le Dernier des six (1941) de Georges Lacombe et dans L’assassin habite au 21 (1942) d’Henri-Georges Clouzot, son confrère se l’approprie facilement et fait du bon boulot. Cette histoire détonne en prenant comme personnage une femme transformiste, même si le réalisateur a recours à un subterfuge de montage et triche pour représenter à l’écran le numéro de sa protagoniste. Le final est bien senti, la reconstitution amusante et ce sketch est aussi rapide (37 minutes) que réussi.

En ce qui concerne Lemmy Caution, le personnage créé en 1936 par l’écrivain britannique Peter Cheyney allait connaître une redoutable popularité quelques mois après la sortie de Brelan d’as, sous les traits d’Eddie Constantine, dans La Môme vert-de-gris de Bernard Borderie. Le comédien américain l’interprétera dans une douzaine de films au cinéma (et deux fois à la télévision), y compris dans l’atypique Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution (1966) de Jean-Luc Godard. Dans Brelan d’as, le néerlandais John Van Dreelen (Le Temps d’aimer et le Temps de mourir, Une baraque à tout casser) se voit confier le rôle de l’agent du FBI et s’amuse visiblement dans la peau de ce grand coureur de jupons, bagarreur et charmeur, même s’il n’a pas la décontraction, le charisme et le sourire carnassier d’Eddie Constantine. Si Je suis un tendre démarre très bien, l’intrigue s’enlise petit à petit. Mais heureusement, Henri Verneuil en profite pour mettre en scène un hold-up à l’issue violente, magistralement cadrée, montée et photographiée par André Germain (Raphaël le tatoué, Faites sauter la banque !), tout comme la poursuite et la fusillade sur le port. Deux morceaux de bravoure qui relancent l’intérêt de ce segment central à l’issue un peu trop rapide cependant.

Enfin, après Pierre Renoir, Harry Baur et Albert Préjean, Michel Simon était le quatrième comédien à fumer la pipe de Maigret au cinéma. Georges Simenon lui-même aura déclaré toute sa vie qu’il s’agissait pour lui de la meilleure incarnation à l’écran de son personnage. Il y est en effet remarquable d’humanité et de sensibilité, surtout lorsqu’il donne la réplique au petit Christian Fourcade. Agé de dix ans au moment du tournage, celui qui restera célèbre auprès des cinéphiles pour avoir interprété Louis XIII dans Le Capitan (1960) d’André Hunebelle, impressionne par sa justesse dans le rôle du petit enfant de choeur qui devient malgré-lui le seul témoin d’un meurtre. De plus, Henri Verneuil respecte les termes techniques et les indicatifs utilisés par la police, incompréhensibles pour la plupart des spectateurs, mais donnant une crédibilité à l’histoire, notamment au cours de la poursuite finale, jusqu’à l’implacable final.

S’il n’atteint pas les sommets au box-office comme pour ses deux films précédents, Henri Verneuil continue sur sa lancée et parvient à attirer tout de même 1,7 million de spectateurs dans les salles en octobre 1952.

LE DIGIBOOK

Quatrième titre de la septième vague Coin de Mire Cinéma, Brelan d’as était jusqu’à présent introuvable en DVD et en Blu-ray dans nos contrées. Le film à sketches d’Henri Verneuil est donc le bienvenu chez Coin de Mire Cinéma et fait son apparition dans les bacs aux côtés de La Poudre d’escampette de Philippe de Broca, Les Granges brûlées de Jean Chapot, Souvenirs perdus et Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque et Les Grandes manœuvres de René Clair. Vive la Collection La Séance et ses éditions Digibook – Blu-ray + DVD + Livret ! Le menu principal est fixe et musical.

Comme pour tous les titres Coin de Mire Cinéma, L’édition de Brelan d’as prend la forme d’un Digibook (14,5cm x 19,5cm) suprêmement élégant. Le visuel est très recherché et indique à la fois le nom de l’éditeur, le titre du film en lettres d’or, le nom des acteurs principaux (ainsi que celui de leurs célèbres personnages), celui du réalisateur, la restauration (HD ou 4K selon les titres), ainsi que l’intitulé de la collection. L’intérieur du Digibook est constitué de deux disques, le DVD et Blu-ray, glissés dans un emplacement inrayable. Une marque est indiquée afin que l’acheteur puisse y coller son numéro d’exemplaire disposé sur le flyer volant du combo, par ailleurs reproduit dans le livret. Deux pochettes solides contiennent des reproductions de dix photos d’exploitation d’époque (sur papier glacé) et de l’affiche du film au format A4. Le livret de 24 pages de cette édition contient également la bio-filmographie de Henri Verneuil avec le film qui nous intéresse mis en surbrillance afin de le distinguer des autres titres, et la reproduction en fac similé des matériels publicitaires et promotionnels, dont l’affiche belge, un extrait de Pathé Magazine et d’une plaquette publicitaire.

Si vous décidez d’enclencher le film directement. L’éditeur propose de reconstituer une séance d’époque. Une fois cette option sélectionnée, les actualités Pathé du moment démarrent alors, suivies de la bande-annonce du film Fanfan la Tulipe, puis des publicités d’avant-programme, réunies grâce au travail de titan d’un autre grand collectionneur et organisateur de l’événement La Nuit des Publivores.

Au menu des actualités de la 41e semaine de l’année 1952 (10’30), gros plan sur une terrible tempête survenue au large des Cornouaillles, qui a conduit un dragueur de mines britannique à s’échouer sur la côte, à dix mètres des maisons. S’ensuivent quelques nouvelles sur une intervention de la Royal Air Force, les problèmes de logement pour les étudiants du Quartier Latin (qui sont parqués dans quelques chambres vétustes et insalubres, rien n’a changé quoi), un concours du plus beau barbu bavarois, la présentation au Petit Palais de la collection d’automne signée Pierre Clarence, tandis qu’au Grand Palais se déroule le Salon de l’automobile. Ces informations se terminent sur une page sportive avec le résumé de la rencontre France-Allemagne, match de football qui s’est soldé par une victoire tricolore de trois buts à zéro.

Les réclames publicitaires de l’année 1952 (8’) font la part belle aux bâtonnets Polair, aux sachets surprises Kréma (en vente dans cette salle !), au dentifrice Colgate et celui de la marque Nicota, “qui combat les effets nocifs de la nicotine sur les dents grâce à l’oxyrenzopyridine” (puisqu’on vous le dit), sans oublier la sempiternelle margarine Astra.

L’interactivité se clôt sur un lot de bandes-annonces.

L’Image et le son

Inédit en DVD et en HD, Brelan d’as bénéficie d’une restauration 4K réalisée à partir du négatif nitrate original par Studiocanal, en partenariat avec le CNC et Coin de Mire Cinéma, grâce aux bons soins du laboratoire VDM. Quelques poussières sont visibles dans les premiers plans, mais après le master s’avère immaculé. Les seuls bémols que nous avons noté proviennent des divers stock-shots, visibles surtout dans le deuxième segment, ainsi que sur les transparences de la première partie qui situent l’action à Bruxelles (Wens étant du Plat Pays), qui s’accompagnent de fourmillements (voir la scène du café), de légères rayures verticales et d’un grain argentique plus hasardeux. Néanmoins, ces pétouilles sont vite oubliées, car la copie est superbe et brille souvent de mille feux, à l’instar de l’ouverture dans les rues parisiennes, au N&B flamboyant, au relief impressionnant et au piqué pointu. Le sketch sur Lemmy Caution est plus sombre et les noirs y sont denses, les contrastes plus pointus.

Du point de vue acoustique, les voix s’avèrent un peu grinçantes, d’autres s’accompagnent de résonances, tandis qu’un léger souffle se fait entendre tout du long. Mais l’ensemble est propre et suffisamment clair. Les sous-titres français destinés aux spectateurs sourds et malentendants sont également disponibles.

Crédits images : © Studiocanal – Photos 1952 Roger Corbeau / Coin de Mire Cinéma / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.