Test Blu-ray / Coup de chance, réalisé par Woody Allen

COUP DE CHANCE réalisé par Woody Allen, disponible en DVD & Blu-ray le 27 janvier 2024 chez Metropolitan Vidéo.

Acteurs : Lou de Laâge, Valérie Lemercier, Melvil Poupaud, Niels Schneider, Grégory Gadebois, Guillaume de Tonquédec, Elsa Zylberstein, Anne Loiret, Sara Martins, Arnaud Viard…

Scénario : Woody Allen

Photographie : Vittorio Storaro

Durée : 1h33

Date de sortie initiale : 2023

LE FILM

Fanny et Jean ont tout du couple idéal : épanouis dans leur vie professionnelle, ils habitent un magnifique appartement dans les beaux quartiers de Paris et semblent amoureux comme au premier jour. Mais lorsque Fanny croise, par hasard, Alain, ancien camarade de lycée, elle est aussitôt chavirée. Ils se revoient très vite et se rapprochent de plus en plus…

Bon…Comment dire…Nous n’étions pas nombreux à défendre le testamentaire Rifkin’s Festival (les polémiques prenant désormais le pas sur le reste) et nous en faisions partie. En revanche, comment aller au secours de Coup de chance, cinquantième opus de Woody Allen, intégralement tourné en France (comme pouvait l’être aussi Minuit à Paris), dans la langue de Molière, avec des acteurs bien de chez nous ? La curiosité était forcément de mise, mais force est de constater que l’univers du réalisateur américain n’est nullement transposable dans nos contrées. Rien, absolument rien ne fonctionne dans Coup de chance, « thriller » avec lequel Woody Allen essaye de nous refaire le coup de Match Point vingt ans après, mais sans plus aucune inspiration. Même la photographie du chef opérateur italien Vittorio Storaro (Le Orme, Dick Tracy, Apocalypse Now) qui collabore pour la sixième fois avec le cinéaste (y compris pour le merveilleux Wonder Wheel et la série Crisis in Six Scenes), laisse furieusement sceptique quant à sa laideur et son manque d’aspérité, l’utilisation de la caméra numérique Sony Venice 16-bit n’aidant probablement pas à insuffler une âme à cette entreprise. C’est la première fois, et peut-être la dernière puisque Woody Allen aurait confirmé qu’il s’agissait là de son ultime long-métrage, mais Coup de chance est un quasi-nanar, le pire film de son auteur, qui fait penser à du mauvais Mocky ou pire du Lelouch (c’est dire…), un long-métrage signé par un vieux gâteux qui aurait voulu prendre une caméra, histoire de ne pas aller faire un Triomino avec les autres pensionnaires de la maison de retraite. Aller monsieur Allen, vous nous avez gratifié d’immenses chefs d’oeuvres aussi éternels qu’intemporels, mais il est temps d’aller vous astiquer la clarinette maintenant et de vous reposer enfin.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Coup de chance, réalisé par Woody Allen »

Test Blu-ray / Main basse sur la ville, réalisé par Francesco Rosi

MAIN BASSE SUR LA VILLE (Le Mani sulla città) réalisé par Francesco Rosi, disponible en Édition Blu-ray + DVD + DVD bonus + livre – Boîtier Mediabook le 7 février 2024 chez Rimini Editions.

Acteurs : Rod Steiger, Salvo Randone, Guido Alberti, Marcello Cannavale, Dante Di Pinto, Alberto Conocchia, Carlo Fermariello, Terenzio Cordova…

Scénario : Francesco Rosi, Raffaele La Capria, Enzo Provenzale & Enzo Forcella

Photographie : Gianni Di Venanzo

Musique : Piero Piccioni

Durée : 1h41

Année de sortie : 1963

LE FILM

Poussée par l’entrepreneur Nottola, la municipalité de Naples transforme des terrains agricoles en terrains constructibles pour lancer un gigantesque programme immobilier. Le chantier entraîne la paralysie d’un enfant et de vives polémiques au sein du conseil municipal, alors que de nouvelles élections se préparent. L’enquête sur l’accident s’enlise, mais les stratégies électorales s’affinent, et certains membres de la majorité au pouvoir s’inquiètent de voir Nottola sur leur liste.

« J’ai toujours cru en la fonction du cinéma en tant que dénonciateur et témoin de la réalité. Main basse sur la ville est ce que j’appellerai un film théorème. » Francesco Rosi

Francesco Rosi, certainement l’un des cinéastes les plus engagés du cinéma italien, est né à Naples en 1922. Pour beaucoup et malgré une filmographie conséquente, Main basse sur la ville – Le Mani sulla città demeure son chef d’oeuvre, dans lequel sa critique (on peut même parler de radiographie) virulente des corps du pouvoir et de leurs malversations est la plus frontale. Entre fiction et documentaire, Main basse sur la ville poursuit sa revendication du genre du film d’enquête, initié l’année précédente avec Salvatore Giuliano en 1962. Le film s’inspire d’un fait réel survenu dans sa ville natale : l’écroulement d’un immeuble de Naples (en fait, le nom de la ville n’est jamais cité, mais tout le monde le sait) entraînant la mise en cause des industriels en charge du chantier. Cette séquence est d’ailleurs retranscrite à l’écran de manière très impressionnante, plongeant le spectateur dans une réalité sociale brute et immédiate qui renvoie ouvertement au néo-réalisme italien, Francesco Rosi ayant rappelons-le démarré sa carrière comme assistant (puis scénariste) de Luchino Visconti. Constat sévère de la spéculation immobilière et de ses mécanismes retors, Le Mani sulla città dévoile comment avec le soutien de la municipalité, un entrepreneur, incarné par l’ogre Rod Steiger, alors loin de l’inspecteur de la division des mineurs qu’il venait d’interpréter dans Lutte sans merci de Philip Leacock et juste avant d’enchaîner avec l’exceptionnel Prêteur sur gages de Sidney Lumet, s’empare de terrains vagues afin de les transformer en édifices modernes. Un business lucratif qui ne profite pas aux petites gens qui sont relogés dans des immeubles insalubres. La ville de Naples vit alors au cœur d’un véritable scandale immobilier, opposant la droite à la gauche qui craint que les prochaines élections ne viennent enliser le problème. Comme on dit en Italie donc, Capolavoro !

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Main basse sur la ville, réalisé par Francesco Rosi »

Test DVD / Le Grand chariot, réalisé par Philippe Garrel

LE GRAND CHARIOT réalisé par Philippe Garrel, disponible en DVD le 16 janvier 2024 chez Ad Vitam.

Acteurs : Louis Garrel, Damien Mongin, Esther Garrel, Léna Garrel, Francine Bergé, Aurélien Recoing, Mathilde Weil, Asma Messaoudene…

Scénario : Jean-Claude Carrière, Caroline Deruas-Garrel, Philippe Garrel & Arlette Langmann

Photographie : Renato Berta

Musique : Jean-Louis Aubert

Durée : 1h33

Date de sortie initiale : 2023

LE FILM

Depuis toujours, Louis et ses deux soeurs, Martha et Lena, assistent leur père, qui dirige le Grand Chariot, un théâtre de marionnettes dont leur grand-mère a fabriqué toutes les poupées. Lorsque le père meurt au cours d’une représentation, les membres restants de la famille se demandent quoi faire.

Entre la présentation du Grand chariot à la Berlinale en février 2023 et sa sortie dans les salles françaises à la rentrée septembre, Philippe Garrel a été mis en cause par cinq comédiennes, au sein d’une enquête de Mediapart, l’accusant de gestes déplacés, de leur avoir proposé des faveurs sexuelles en échange d’un rôle et de tentatives de baisers (de secours) non consentis. Bon, ça c’était pour installer le contexte houleux dans lequel est arrivé son dernier long-métrage dans les cinémas, ce qui a évidemment pris le pas sur le reste. Nous ne dirons pas dommage, mais en l’état, Le Grand chariot est une œuvre crépusculaire, marquée par une dimension méta dans la mesure où le cinéaste dirige ses trois enfants, Louis, Esther et Léna, tous réunis pour la première fois devant la caméra de leur père. Le Grand chariot évoque la filiation, la transmission et l’héritage (thèmes déjà présents dans Le Sel des larmes) dans une famille d’artiste, ce qui reste, ce qui doit être (ou pas) perpétué après la mort du père, du pilier et le fondateur de la troupe dans laquelle tous évoluent. Après plus d’une trentaine de longs-métrages et de téléfilms à son actif, Philippe Garrel démontre qu’il en a encore sous le capot, qu’il n’a jamais renié ses thèmes de prédilection, ses partis-pris (le film a été tourné en pellicule), faisant de lui un anachronisme dans le panorama cinématographique français. En dépit de quelques bémols (nous y reviendrons), Le Grand chariot est une jolie réussite, qui n’atteint certes pas la virtuosité bouleversante de L’Amant d’un jour, mais s’avère plus convaincant que Le Sel des larmes.

Continuer la lecture de « Test DVD / Le Grand chariot, réalisé par Philippe Garrel »

Test Blu-ray / Le Prince et le Pauvre, réalisé par Richard Fleischer

LE PRINCE ET LE PAUVRE (Crossed Swords – The Prince and the Pauper), réalisé par Richard Fleischer, disponible en combo Blu-ray/DVD le 31 janvier 2024 chez Studiocanal.

Acteurs : Oliver Reed, Raquel Welch, Mark Lester, Ernest Borgnine, George C. Scott, Rex Harrison, David Hemmings, Harry Andrews…

Scénario : Berta Domínguez D., Pierre Spengler & George MacDonald Fraser, d’après le roman de Mark Twain

Photographie : Jack Cardiff

Musique : Maurice Jarre

Durée : 1h53

Date de sortie initiale : 1977

LE FILM

Un jeune voleur, pour échapper à la police, escalade un mur et se retrouve face à face avec le prince Edward, dont il est le parfait sosie. Pour une nuit, les deux garçons vont échanger leur vie. Mais il est aussi difficile pour le prince de se retrouver dans la rue que pour le pauvre d’être au palais !

Quand il réalise Le Prince et le PauvreThe Prince and the Pauper (ou bien encore Crossed Swords aux États-Unis) en 1977, Richard Fleischer a déjà trente ans de cinéma derrière-lui et amorce la toute dernière partie de sa carrière. Deux ans après le terrible échec critique de l’extraordinaire Mandingo, le cinéaste, qui était alors toujours en quête de reconnaissance et qui misait sur ce film qu’il attendait comme étant celui qu’il avait voulu faire toute sa vie, dépose les armes et retourne à son « simple » statut de metteur en scène, à défaut d’être considéré comme un auteur. Il enchaîne avec un biopic consacré à Sarah Bernhardt, The Incredible Sarah, interprété par Glenda Jackson, puis il est appelé par les producteurs Pierre Spengler et Ilya Salkind, qui avaient financé l’étonnant Kill de Romain Gary et qui prévoyaient de monter un budget conséquent pour Superman, pour prendre les manettes du Prince et le Pauvre. Ilya Salkind et son père Alexander avaient connu deux triomphes dans le monde entier avec Les Trois Mousquetaires et On l’appelait Milady, divertissements quasi-anachroniques, qui avaient pourtant explosé le box-office aussi bien en Europe que sur le sol américain. La tentation était trop grande de surfer sur ce genre inattendu et cette adaptation du roman de Mark Twain, écrite par le même scénariste George MacDonald Fraser, tombait à point nommé. S’il ne fait pas et ne fera jamais partie des films les plus célèbres de Richard Fleischer, Le Prince et le Pauvre n’en reste pas moins un spectacle mené à cent à l’heure, porté par un casting exceptionnel (en dehors de Mark Lester certes, nous y reviendrons) et marqué par des scènes d’action solidement emballées par un artiste et artisan, qui s’il avait dû mettre ses ambitions de côté, n’a jamais renié son travail et s’est toujours acquitté élégamment de la tâche qui lui était confiée.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Prince et le Pauvre, réalisé par Richard Fleischer »

Test Blu-ray / La Nuit de la comète, réalisé par Thom Eberhardt

LA NUIT DE LA COMÈTE (Night of the Comet) réalisé par Thom Eberhardt, disponible en Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret le 29 février 2024 chez Rimini Editions

Acteurs : Robert Beltran, Catherine Mary Stewart, Kelli Maroney, Sharon Farrell, Mary Woronov, Geoffrey Lewis, Peter Fox, John Achorn…

Scénario : Thom Eberhardt

Photographie : Arthur Albert

Musique : David Campbell

Durée : 1h31

Année de sortie : 1984

LE FILM

À la suite du passage d’une comète, l’Humanité est en grande partie décimée. Regina et sa jeune soeur Samantha font partie des rares survivants. Elles trouvent refuge dans le studio d’une radio locale, qui continue d’émettre. Elles y rencontrent un autre survivant, Hector. Dans un monde désormais sans règles, les deux soeurs décident d’aller refaire leur garde-robe dans les centres commerciaux. Mais certains survivants, en partie irradiés, ont été transformés en zombies.

Voilà un pitch on ne peut plus alléchant ! Et en plus, le film tient ses promesses ! La Nuit de la comèteNight of the Comet n’a pas eu les honneurs d’une sortie dans les salles françaises et ce malgré son grand succès rencontré aux U.S.A. avec près de 15 millions de dollars de recette, pour une mise de départ de 750.000$ et un coût promotionnel de trois millions. La même année que Les Griffes de la nuit, C.H.U.D., Les Démons du maïs, Dreamscape, Charlie, Vendredi 13 : Chapitre final, Ghoulies, Gremlins, Razorback, Philadelphia Experiment, Terminator, Les Aventures de Buckaroo Banzaï à travers la 8e dimension et Douce nuit, sanglante nuit, La Nuit de la comète devait connaître un bel engouement de la part de la critique et du public. Quarante ans après, cet opus SF demeure foncièrement sympathique, ultra-divertissant, excellemment mis en scène par Thom Eberhardt (né en 1947), qui venait tout juste de signer son premier long-métrage, L’Unique survivanteSole Survivor, qui témoignait déjà de son appétence pour le cinéma de genre. Avec Night of the Comet, et ce même si les producteurs Wayne Crawford et Andrew Lane (qui venaient de connaître un hit avec Valley Girl) allaient lui imposer d’ajouter quelques zombies à son récit, Thom Eberhardt fait preuve de beaucoup d’imagination sur le fond comme sur la forme, en rendant un vibrant hommage à la science-fiction vintage qui l’avait bercé dans sa jeunesse. Le charme opère encore et toujours (les coupes choucroute, les couleurs fluorescentes, les néons bariolés, les jeux d’arcade, tout y passe), c’est drôle, attachant et l’on passe un formidable moment.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / La Nuit de la comète, réalisé par Thom Eberhardt »

Test DVD / Les Déguns 2, réalisé par Cyrille Droux & Claude Zidi Jr.

LES DÉGUNS 2 réalisé par Cyrille Droux & Claude Zidi Jr. , disponible en DVD depuis le 6 décembre 2023 chez Apollo Films.

Acteurs : Karim Jebli, Nordine Salhi, Sofiane Zermani, Soprano, Soolking, Zaho, Samir Djoghlal, Emkal…

Scénario : Cyrille Droux & Claude Zidi Jr.

Photographie : Stephen Meance

Musique : Alain Governatori & Nass Brans

Durée : 1h25

Date de sortie initiale : 2023

LE FILM

Après leurs déboires et leurs aventures du premier opus, Nordine Salhi et Karim Jeb alias Karim et Nono reviennent plus en forme et plus déterminés que jamais et continuent leur quête de succès par tous les moyens. Après un premier échec cuisant dans l’univers de la télé-réalité, les deux acolytes décident de se lancer dans le rap. Dans sa recherche du succès musical, Karim, alias Nécrophile, aidé de son manager Nono, ne cesse d’accumuler des tentatives ratées. Une opportunité vers la célébrité est saisie, mais tout ne se passe pas comme prévu, et les mésaventures vont s’enchaîner pour les deux protagonistes.

Bon…nous n’apprendrons rien à personne, ou presque, en disant que Les Déguns est incontestablement l’un des pires films de tous les temps. Pourtant, le film porté par l’improbable tandem Karim Jebli et Nordine Salhi – avec les apparitions de Cyril Hanouna, Benjamin Castaldi, Élie Semoun, Chantal Ladesou…, un vrai Expendébiles – aura tout de même attiré près d’un demi-million de spectateurs dans les salles. Oui, c’est à ne pas croire. Preuve s’il en est du niveau de culture et de l’humour de la génération Z (ooooh le vilain réac, boooouh!!!) à qui ce truc « co-réalisé » par Cyrille Droux et Claude Zidi Jr. était essentiellement destiné. Devant le succès rencontré par cette bouse infâme, la tentation était sûrement trop grande de profiter de cet engouement et pour mettre en route une suite, on préfère parler ici de séquelle (dans le sens complication plus ou moins tardive et durable d’une maladie, d’un traumatisme). Mais il aura fallu donc « attendre » cinq ans pour revoir les bouffons sans charisme dans de nouvelles aventures. Toujours adapté de leur web-série éponyme (quatre saisons…), Les Déguns 2, que Claude Zidi Jr. a tourné après son excellent Ténor, est on va dire plus « regardable » que le premier opus, mais indéniablement consternant, interminable, inconcevable. Celles et ceux qui iront jusqu’au bout de ces deux longs-métrages devraient être exonérés d’impôts à vie, avant d’aller faire un bilan de santé avec le toucher rectal en sus, histoire de vous rappeler avec quelle partie de l’anatomie a été écrit, mis en scène et interprété cet objet filmique et pitoyable. Comme le disait un vieux sage à barbe, « Fuyez pauvres fous ! ».

Continuer la lecture de « Test DVD / Les Déguns 2, réalisé par Cyrille Droux & Claude Zidi Jr. »

Test Blu-ray / Le Grand couteau, réalisé par Robert Aldrich

LE GRAND COUTEAU (The Big Knife) réalisé par Robert Aldrich, disponible en Combo Blu-ray + DVD + Livret – Édition limitée le 17 janvier 2024 chez Rimini Editions.

Acteurs : Jack Palance, Ida Lupino, Wendell Corey, Jean Hagen, Rod Steiger, Shelley Winters, Ilka Chase, Everett Sloane…

Scénario : James Poe, d’après le pièce de Clifford Odets

Photographie : Ernest Laszlo

Musique : Frank De Vol

Durée : 1h49

Année de sortie : 1955

LE FILM

Charlie Castle, vedette d’Hollywood, a promis à sa femme de ne pas se lier à son producteur Stanley Hoff par un autre contrat. Mais le malheureux, pour ne pas voir exploiter certains faits délicats de sa vie privée, est obligé de revenir sur sa décision. Quand il tente de faire machine arrière, il est trop tard : tous ceux qui ont intérêt à lui nuire sont là, et sa femme, qu’il veut reconquérir, parle de le quitter…

Ce sont des débuts pour le moins fracassants. Imaginez, en l’espace de deux ans, Robert Aldrich (1918-1983) sort sur les écrans Alerte à Singapour World for Ransom, Bronco Apache Apache, Vera Cruz, En quatrième vitesse Kiss Me Deadly et Le Grand Couteau The Big Knife. Alors qu’il vient de fonder sa société de production, Associates and Aldrich, grâce au triomphe d’En quatrième vitesse, le réalisateur jette son dévolu sur une pièce de théâtre à succès, The Big Knife de Clifford Odets, qu’il souhaitait adapter depuis longtemps. Robert Aldrich a désormais les mains libres pour concrétiser ce projet. Le Grand couteau demeure avec Boulevard du Crépuscule une charge explosive contre Hollywood. Même si, soyons honnêtes, The Big Knife n’arrive pas à la hauteur du chef d’oeuvre de Billy Wilder et n’échappe pas à une certaine théâtralité (nous y reviendrons), le film de Robert Aldrich ne manque pas de virulence envers l’industrie hollywoodienne, mais se montre beaucoup trop bavard, s’étire en longueur et finit même par ennuyer parfois le spectateur. Toutefois, l’intérêt est souvent relancé par des séquences d’une ahurissante cruauté verbale, soutenue par la photo tranchante d’Ernest Laszlo avec qui le cinéaste collabora sept fois dans sa carrière. Le Grand couteau est passé à la postérité grâce à Jack Palance, habituel salaud au cinéma trouvant ici un rôle inattendu de victime à fleur de peau tout en violence contenue, un géant d’1m93 pliant sous le poids d’un chantage malsain, qui n’a pu oublier ses rêves alors brisés, un comédien devenu lâche et dépendant face au système qui le broie littéralement. The Big Knife est une œuvre peu aimable avec ses êtres vicieux et crapuleux, que l’on redécouvre néanmoins à chaque visionnage. Une nouvelle preuve du génie du cinéaste.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Le Grand couteau, réalisé par Robert Aldrich »

Test Blu-ray / Acide, réalisé par Just Philippot

ACIDE réalisé par Just Philippot, disponible en DVD & Blu-ray le 24 janvier 2024chez Pathé.

Acteurs : Guillaume Canet, Laetitia Dosch, Patience Munchenbach, Marie Jung, Martin Verset, Suliane Brahim, Clément Bresson, Pascal Parmentier…

Scénario : Just Philippot & Yacine Badday

Photographie : Pierre Dejon

Musique : Robin Doudert

Durée : 1h39

Date de sortie initiale : 2023

LE FILM

Selma, quinze ans, grandit entre ses deux parents séparés, Michal et Élise. Des nuages de pluies acides et dévastatrices s’abattent sur la France. Dans un monde qui va bientôt sombrer, cette famille fracturée va devoir s’unir pour affronter cette catastrophe climatique et tenter d’y échapper.

Remarqué en 2021 avec La Nuée, son premier long-métrage, Just Philippot s’était mis la critique dans la poche, ainsi que le public adepte de films fantastiques. Après avoir remporté le Prix spécial du jury au Festival international du film de Catalogne à Sitges, ainsi que celui de la critique et du public au Festival international du film fantastique de Gérardmer, le réalisateur était attendu au tournant pour son deuxième film. Et celui-ci ne déçoit pas avec Acide, qui découle de son court-métrage du même nom, mis en scène en 2018, projet déjà initié avant même le début du tournage de La Nuée et qu’il coécrit avec Yacine Badday, scénariste de Sous le ciel d’Alice de Chloé Mazio. Si Just Philippot ne reprend pas les mêmes personnages du court-métrage, il en conserve tout du moins le même concept centré sur les pluies acides et prend le pari d’allier à la fois le thriller d’anticipation avec le drame familial intimiste. Une très belle réussite que ce vrai film de genre, qui plonge une famille dysfonctionnelle dans une catastrophe naturelle, où les personnages doivent mettre de côté leurs frustrations et leurs rancoeurs, dans le but commun de survivre. Un double challenge que ce mélange des tons, qui doit aussi parvenir à rendre intéressants des protagonistes complexes, qui ne sont pas à première vue attachants, qui ne le deviendront pas forcément par la suite, mais auxquels on parvient tout de même à s’identifier. Après un énorme échec dans les salles (240.000 entrées c’est vraiment trop peu), Acide saura sûrement trouver une seconde vie dans les années à venir. C’est ce qu’on lui souhaite.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Acide, réalisé par Just Philippot »

Test Blu-ray / Opération V2, réalisé par Boris Sagal

OPÉRATION V2 (Mosquito Squadron) réalisé par Boris Sagal, disponible en DVD & Blu-ray le 27 janvier 2024 chez Rimini Editions.

Acteurs : David McCallum, Suzanne Neve, Charles Gray, David Buck, David Dundas, Dinsdale Landen, Nicky Henson, Bryan Marshall…

Scénario : Donald S. Sanford & Joyce Perry

Photographie : Paul Beeson

Musique : Frank Cordell

Durée : 1h31

Année de sortie : 1969

LE FILM

Durant la Seconde Guerre Mondiale, les forces alliées apprennent que l’armée allemande a mis au point une nouvelle arme, encore plus dévastatrice que les précédentes : la fusée V2, conçue dans un centre d’essais ultra-secret. Un chef d’escadron de la Royal Air Force reçoit une mission : former en dix jours une équipe capable de détruire les bombes cachées dans un tunnel hyper protégé.

C’est un petit film de guerre sorti la même année que Le Pont de Remagen The Bridge at Remagen de John Guillermin et La Bataille d’Angleterre Battle of Britain de Guy Hamilton. Opération V2 Mosquito Squadron n’a sans doute pas le même prestige et la renommée des films cités précédemment, mais possède un atout de taille pour qu’on s’y intéresse en la personne de David McCallum, comédien (et musicien) américano-britannique, disparu il y a quelques mois à l’âge de 90 ans, qui tient ici le haut de l’affiche. Alors qu’il venait de mettre un terme à la série qui l’a rendu célèbre dans le monde entier, Des agents très spéciaux The Man from U.N.C.L.E., dans laquelle il campait Illya Kouriakine, un agent secret d’origine russe, l’acteur tentait de se reconvertir au cinéma. Il retrouve ainsi le réalisateur Boris Sagal, avec lequel il venait de tourner Espions en hélicoptère The Helicopter Spies, une des missions du tandem Solo/Kouriakine exploitées sur le grand écran. Opération V2 est une production modeste, supposée raconter une énième « mission suicide qui a changé le cours de la Seconde Guerre mondiale », qui repose avant tout sur un casting efficace. Si l’ensemble fait penser à un téléfilm ou à un épisode de série télévisée, Mosquito Squadron n’est pas déplaisant, mais demeure complètement anecdotique.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Opération V2, réalisé par Boris Sagal »

Test Blu-ray / Visions, réalisé par Yann Gozlan

VISIONS réalisé par Yann Gozlan, disponible en DVD & Blu-ray le 24 janvier 2024 chez M6 Vidéo.

Acteurs : Diane Kruger, Mathieu Kassovitz, Marta Nieto, Amira Casar, Grégory Fitoussi, Élodie Navarre, Romain Fleury, Yun Lai…

Scénario : Yann Gozlan, Michel Fessler, Aurélie Valat, Jean-Baptiste Delafon & Audrey Diwan

Photographie : Antoine Sanier

Musique : Philippe Rombi

Durée : 2h03

Date de sortie initiale : 2023

LE FILM

Estelle Vasseur est commandante de bord long courrier, au professionnalisme hors pair, elle mène une existence parfaitement réglée aux côtés de Guillaume, son mari aimant et protecteur. Tout semble aller pour le mieux même si les vols et les jet lag à répétition commencent à perturber le rythme biologique de la jeune femme, et particulièrement son sommeil. Un jour, par hasard, dans un couloir de l’aéroport de Nice, elle recroise la route d’Ana, photographe avec qui elle a eu une aventure passionnée vingt ans plus tôt. Estelle est alors loin d’imaginer que ces retrouvailles vont l’entraîner dans une spirale cauchemardesque et faire basculer sa vie dans l’irrationnel.

Bien que présent depuis plus de dix ans dans le panorama du cinéma français, le réalisateur Yann Gozlan (né en 1977) aura dû attendre 2021 pour toucher le grand public avec le succès de Boîte noire (1,2 millions d’entrées), multi-récompensé et auréolé de cinq nominations aux César. Qu’ils soient réussis (Captifs, Burn Out, Boîte noire) ou pas (Un homme idéal), ses films ont toujours démontré un savoir-faire indéniable, un style qui n’a eu de cesse de s’aiguiser et une ambition finalement rare dans nos contrées. Difficile de passer après un triomphe et Yann Gozlan n’aura pas attendu longtemps, puisque Visions devait débarquer sur les écrans deux ans quasiment jour pour jour après la sortie de Boîte noire. Ce thriller érotico-fantastico-psychologique allait décontenancer le public. Avec un budget avoisinant les 9 millions d’euros, Visions ne parviendra même pas à franchir la barre des 200.000 spectateurs. Un échec important et pourtant le cinquième long-métrage du metteur en scène apparaît comme étant le plus recherché sur le plan visuel. Avec sa magnifique photographie stylisée signée Antoine Sanier (King, Hors normes, Leatherface, Santa & Cie), Visions est l’un des plus beaux films hexagonaux de l’année 2023. Sans doute trop gourmand et désireux de montrer cette fois encore qu’il en a sérieusement sous le capot, Yann Gozlan aurait toutefois mérité de tailler dans son scénario, d’assécher son intrigue qui s’étend sur plus de deux heures, ce qui peut paraître long pour le spectateur quand celui-ci est perdu dans un labyrinthe mental, d’autant plus que certains éléments demeureront mystérieux. Mais Visions est une véritable expérience sensorielle et immersive, composée de motifs récurrents dans l’oeuvre de son auteur, au point que certains font étonnamment écho à Boîte noire, comme si les deux opus dialoguaient parfois. Il s’agit bel et bien d’un film d’auteur, qui n’a de cesse d’explorer des thèmes obsessionnels et qui prouve une nouvelle fois toute la virtuosité d’un artiste arrivé à sa pleine maturité et qui possède enfin les moyens de s’exprimer. Si Visions ne fera jamais l’unanimité, heureusement d’ailleurs, on ne pourra pas nier cette folie furieuse de faire du vrai, du bon, du grand cinéma.

Continuer la lecture de « Test Blu-ray / Visions, réalisé par Yann Gozlan »