Test Blu-ray / Massacre au dortoir, réalisé par Stephen Carpenter & Jeffrey Obrow

MASSACRE AU DORTOIR (The Dorm That Dripped Blood) réalisé par Stephen Carpenter & Jeffrey Obrow, disponible en DVD et combo Blu-ray + DVD le 12 avril 2022 chez Elephant Films.

Acteurs : Laurie Lapinski, Stephen Sachs, David Snow, Pamela Holland, Dennis Ely, Woody Roll, Daphne Zuniga, Jake Jones…

Scénario : Stephen Carpenter, Jeffrey Obrow & Stacey Giachino

Photographie : Stephen Carpenter

Musique : Christopher Young

Durée : 1h28

Date de sortie initiale: 1982

LE FILM

Une résidence universitaire va fermer ses portes afin d’être revendue. Après le départ de tous les étudiants, Joanne, Patty, Brian, Craig et Debbie restent seuls pour débarrasser le mobilier et tout nettoyer. Patty surprend un étudiant, John Hemmit, dans l’enceinte de l’établissement. Peu de temps après, des objets disparaissent et un certain malaise s’installe parmi le petit groupe, qui se sent espionné. Quand Debbie doit quitter la résidence et partir avec ses parents venus la chercher, ces derniers se font massacrer…

Attention nanar ! Ou plutôt, vive les mauvais films sympathiques ! Massacre au dortoirThe Dorm That Dripped Blood, aussi connu sous le titre La Maison de sang, en est un beau, un vrai, un grand, qui vous fera rire durant 1h25 et qui y va souvent à fond dans le nawak et le goût doûteux pour vous faire rire involontairement. On doit cet opus aux élèves de l’école de cinéma de l’University Cooperative Housing Association, présente sur le campus de l’UCLA (l’Université de Californie de Los Angeles), où le film a été quasiment intégralement tourné, avec les moyens du bord, en 16mm, gonflé plus tard en 35mm. Le problème, ou heureusement c’est selon, c’est que cela se voit, que rien ou presque ne fonctionne. On s’amuse vraiment du début à la fin en découvrant jusqu’où le récit peut aller dans non-sens et les « acteurs » dans non-jeu. Le pire, c’est que l’on s’attendait à un vrai slasher, le film sort d’ailleurs en 1982, juste après Vendredi 13 de Sean S. Cunningham, Le Tueur du vendredi et Meurtres en 3 dimensions de Steve Miner, les trois premiers de la saga Vendredi 13 donc, espérait probablement tirer son épingle du jeu et amasser un max de billets verts en surfant sur l’engouement des spectateurs pour les films d’épouvante. Mais par son budget anémique, ses comédiens en carton, son sang réalisé avec de l’encre Waterman (ou du ketchup Heinz pour le coup de la perceuse) et ses cadavres en papier mâché, Massacre au dortoir ne peut évidemment pas rivaliser avec ces références, mais s’avère une très bonne comédie.

Joanne et son petit ami Tim assistent à une fête universitaire se déroulant dans un bâtiment qui doit être nettoyé, avant sa rénovation imminente en appartements privés. Avec ses amis Brian, Patty, Craig et Debbie, elle reste pendant les vacances de Noël pour aider à faire le ménage. Tim part pour un séjour au ski le lendemain, tandis que Debbie révèle qu’elle ne peut pas rester, ses parents venant la chercher plus tard dans la journée. Ces derniers arrivent le soir et attendent leur fille. Le père s’impatiente et quitte la voiture pour aller chercher sa progéniture, quand il est soudainement attaqué et assassiné par un tueur dissimulé dans l’ombre avec une batte de baseball pourvue de pointes. La mère est ensuite étranglée dans la voiture. Debbie les trouve morts et s’évanouit sous le choc. Le tueur déplace alors son corps sur la chaussée et lui écrase la tête en reculant la voiture. Le lendemain, Patty voit un homme étrange (parce qu’il a les cheveux frisés sans doute) traîner près des bennes à ordures, John Hemmit, qui n’est pas censé être au dortoir.

Enfin bref, voilà le coeur de l’intrigue. Ne vous attendez surtout pas à de multiples rebondissements, mais plutôt à de bonnes tranches de rigolade, comme s’il s’agissait d’un prolongement du sketch des Inconnus, Les Dents de la Mouche n°4 (The Canins of the moutch), « Quand rien n’est pire de mourir de la peur de mourir de la mort… Quand la mort de mourir de la peur de mourir fait plus peur de périr de la mort de pourrir de la mort… », mais « en vrai », avec une petite touche du Red is Dead de La Cité de la peur. Car même s’il est indéniable que Massacre au dortoir ne manque pas d’humour, il y a aussi un premier degré rafraîchissant qui fait pencher la balance du bon côté du nanar. Beaucoup de séquences font office de remplissage entre deux « plus agitées », comme celle où les personnages se retrouvent dans les cuisines de l’établissement et se demandent pendant quelques minutes s’ils préfèrent manger leurs œufs au plat, brouillés ou à la coque. Quel suspense. Il y a aussi ce genre de scènes qui se résument à ces échanges « Vite, allons de ce côté ! », « Mais enfin il fait sombre ! », « Oui, mais peu importe ! » « Mais enfin, on ne va rien voir ! », « Tu as raison, allons nous-en ! ». Ah oui, nous n’échappons pas non plus à un plan boobs bien gratos.

A la barre de cette « entreprise », deux « metteurs en scène », Stephen Carpenter et Jeffrey Obrow, qui récidiveront d’ailleurs deux ans plus tard avec La Force The Power, puis en 1987 avec The Kindred. Si le premier fera ensuite essentiellement sa carrière comme scénariste (la série Grimm), le second continuera derrière la caméra, pour d’obscures séries B voire Z d’épouvante. On sent qu’ils ont voulu profiter de cette occasion pour montrer ce qu’ils avaient sous le capot, mais malheureusement, le résultat n’est sans doute pas à la hauteur de leurs espérances. En plus de cela, ils sont guère aidés par un casting dont l’absence de charisme et de talent fait notre bonheur de cinéphage sadique, pervers et gentiment moqueur. Dans cette distribution, Daphne Zuniga (Debbie dans le film) fera carrière et on la reverra par la suite dans La Mouche II de Chris Wallas, La Folle histoire de l’espace de Mel Brooks, les séries Les Frères Scott et Melrose Place. Finalement, en fouinant un peu, on découvre un nom plus connu, celui du créateur des effets spéciaux Matthew W. Mungle. Celui-ci obtiendra en effet l’Oscar des meilleurs maquillages pour Dracula de Francis Ford Coppola et a su se faire une vraie renommée dans le domaine.

Hormis sa toute fin assez inattendue et réjouissante, sans oublier une bande originale sympathique de Christopher Young (Sinister, Jusqu’en enfer, Ghost Rider, Intuitions), Massacre au dortoir vous donnera plus de crampes aux zygomatiques qu’à l’estomac. Ce n’est pas pour cela que l’on était venu au départ, mais nous ne sommes pas déçus au final et l’on passe un bon moment.

LE COMBO BLU-RAY + DVD

Massacre au dortoir, jusqu’alors inédit en France en édition Standard, débarque en DVD, ainsi qu’en Combo Blu-ray + DVD chez Eléphant Films. Les deux disques reposent ici dans un boîtier classique transparent, disposant d’une jaquette réversible, le tout glissé dans un surétui cartonné. Le menu principal est fixe et musical.

La romancière et critique de cinéma Caroline Vié s’est vue confier la présentation de Massacre au dortoir (12’). Comme pour ses critiques réalisées pour le quotidien 20 Minutes, la journaliste ne se mouille pas des masses et ne dira jamais le mot « nanar », semblant même parfois embêtée pour « mettre en valeur » le film qui nous intéresse aujourd’hui. Toutefois, au cours de cette intervention (avec spoilers), vous en apprendrez suffisamment sur la genèse de The Dorm That Dripped Blood, les conditions de tournage, le casting, les effets gores, les démêlés avec la censure, la musique, etc.

L’interactivité se clôt sur un lot de bandes-annonces dont celle de Massacre au dortoir « Vous n’apprendrez qu’une chose, comment mourir ! ».

L’Image et le son

Rien çà signaler sur la propreté de la copie ! Aucun fil en bord de cadre, pas ou alors très peu de rayures et de poussières, ce master HD tient toutes ses promesses. Le directeur de la photographie joue avec les couleurs froides et chaudes, les contrastes sont plutôt pauvres, la copie stable, le piqué en revanche est très aléatoire (diverses scènes paraissent même très floues), tout comme la texture argentique fine et organique, ou alors très appuyée sur les séquences les plus sombres. Signalons que Massacre au dortoir a été tourné en 16mm, puis gonflé par la suite en 35mm pour son exploitation dans les salles. Les drastiques conditions de tournage (peu de budget, trois semaines pour emballer le tout avec les moyens du bord et quelques objectifs empruntés un peu partout) se font ressentir à chaque plan, mais voici un écrin inattendu pour ce petit film devenu culte. Blu-ray au format 1080p.

Deux mixages au choix DTS HD Master Audio 2.0. La version française ou la version originale. Du point de vue dynamique, la VF l’emporte parfois avec un report plus élevé des dialogues et de la musique. Si la piste anglaise s’avère plus harmonieuse, naturelle et percutante, n’hésitez surtout pas à visionner Massacre au dortoir dans la langue de Molière, qui en rajoute beaucoup dans le côté nanar et c’est délicieux !

Crédits images : © Elephant Films / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.