Test Blu-ray / Les Cicatrices de Dracula, réalisé par Roy Ward Baker

LES CICATRICES DE DRACULA (Scars of Dracula) réalisé par Roy Ward Baker, uniquement disponible dans le coffret Hammer – Tome 2 – 1970-1976 Sex & Blood – Édition Limitée Numérotée – Blu-ray + DVD, depuis le 30 novembre 2020 chez Tamasa Diffusion.

Acteurs : Christopher Lee, Dennis Waterman, Jenny Hanley, Christopher Matthews, Patrick Troughton, Michael Ripper, Michael Gwynn, Wendy Hamilton…

Scénario : John Elder, d’après le roman de Bram Stocker

Photographie : Moray Grant

Musique : James Bernard

Durée : 1h31

Date de sortie initiale : 1970

LE FILM

Une petite fille est découverte morte avec deux marques de crocs sur le cou. Les fermiers de Kleinenberg reconnaissent l’auteur du crime: le sinistre comte Dracula. Ils décident d’agir immédiatement et marchent sur son château pour y mettre le feu. Mais tuer Dracula, prince des Ténèbres, n’est pas une tâche aisée. Bientôt, le comte reprend ses mauvais tours…

A la fin des années 50, la société Hammer Film Productions produit des longs-métrages mettant en tête d’affiche des monstres effrayants tel que Frankenstein. Un autre personnage fait également son apparition en 1958 : le comte Dracula avec un premier film intitulé Le Cauchemar de Dracula, réalisé par Terence Fischer et avec Christopher Lee dans le rôle-titre. Ce long-métrage est un succès et plusieurs films reprenant l’univers de ce vampire créé par Bram Stoker voient le jour. En 1970, Roy Ward Baker (The Anniversary, Dr Jekyll et Sister Hyde) est choisi par la Hammer pour réaliser le sixième film sur Dracula : Les Cicatrices de Dracula – Scars of Dracula. Christopher Lee y endosse pour la cinquième fois la cape du comte. Les années 70 sont une période difficile pour la Hammer qui mise sur un personnage mythique du cinéma et qui a participé à la renommée de leur société afin de renouer avec le succès.

Le comte Dracula est ramené à la vie grâce à une chauve-souris. Peu de temps après, une jeune femme est retrouvée morte avec une trace de morsure dans le cou. Il ne fait aucun doute pour les villageois que Dracula est l’auteur de ce crime. Ils décident alors d’incendier son château afin de le tuer. Mais à leur retour, toutes les femmes regroupées dans l’église ont été massacrées par des chauves-souris qui répondent aux ordres de Dracula. En ville, un jeune séducteur nommé Paul Carson tente de fuir la police après avoir été surpris en compagnie de la fille du bourgmestre. Sa cavale le conduit jusqu’au château de Dracula qui le retient prisonnier. Son frère ainsi que son amie partent à sa recherche.

A part les chauves-souris marionnettes qui manquent cruellement de réalisme, les effets visuels n’ont pas vieilli. Les maquillages du massacre dans l’église, avec des gros plans sur des visages griffés ou sur un œil crevé, sont très réussis. Il y a également ce précipice en bas du château réalisé grâce à une toile peinte, un procédé bluffant qui donne le vertige lors d’une scène d’escalade de la façade du château. La musique de James Bernard, compositeur emblématique de la Hammer (Le Chien des Baskerville, Le Baiser du vampire, Les Damnés), est parfaitement anxiogène.

Christopher Lee est extraordinaire dans le rôle du comte Dracula, il a une présence et un physique incroyables à l’écran, deux qualités parfaites pour incarner ce personnage. Malheureusement, contrairement aux précédents films, Dracula a de nombreuses répliques, ce qui retire beaucoup de mystère au personnage. Patrick Troughton, connu pour avoir été le premier acteur à incarner Robin des Bois à la télévision, est merveilleux dans le rôle du serviteur Klove. Notons aussi la présence de Wendy Hamilton dont l’évanouissement dans une scène rappelle la mort de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises. Son assassinat dans le film n’est pas plus convaincant avec un cadavre dont les paupières bougent.

Les scènes ont leur dose de gore ce qui ravira les amateurs de films d’horreur : le meurtre d’une femme vampire avec un poignard, la torture du serviteur Klove avec une épée chauffée par le feu ou encore l’attaque des chauves-souris. Ces scènes comportent parfois des allusions sexuelles indirectes qu’il faut déchiffrer. Il y a également une petite dose d’humour noir avec la scène où le serviteur de Dracula découvre un cadavre dans une chambre sans être étonné et s’occupe de faire disparaître le corps comme une tâche quotidienne.

Comme dans tous films de la Hammer des années 70, période où la censure est moins imposante, le spectateur a droit a une scène avec une actrice dénudée, qui se retrouve pendant quelques secondes les fesses à l’air. La raison est purement commerciale, ce détail n’a aucune importance primordiale pour l’intrigue tout comme le décolleté plongeant de l’actrice Jenny Hanley. Il est possible aussi que cela soit une simple diversion pour tenter de cacher le manque de budget consacré aux décors et à la photographie. Le château est en carton-pâte et les meubles à l’intérieur sont kitschs.

Le scénario n’apporte rien de nouveau à l’univers de Dracula, reprenant des éléments déjà exploités dans les films précédents. Malgré tout, la réalisation de Roy Ward Baker apporte des plans et mouvements de caméra intéressants. Les Cicatrices de Dracula n’est sans doute pas le meilleur film de cette saga cinématographique et se regarde surtout pour le plaisir de revoir Christopher Lee avec les incisives pointues.

LE BLU-RAY

Les DVD et Blu-ray du film Les Cicatrices de Dracula sont disponibles dans un coffret DVD-Blu-ray en édition limitée à 2000 exemplaires chez Tamasa, comprenant également Dr Jekyll et Sister Hyde (1971), Les Démons de l’esprit (1972), Une fille… pour le Diable (1976), Les Horreurs de Frankenstein (1970), La Momie sanglante (1971) et Sueur froide dans la nuit (1972). Les visuels sont soignés, avec le visage assoiffé de sang de Dracula. Le menu est fixe et musical.

Les bonus comportent une analyse du long-métrage titrée « Un film de rupture » (38′) par Nicolas Stanzick. Ce dernier replace le film dans son contexte en retraçant l’historique de la saga de Dracula produite par la Hammer. Il explique la raison pour laquelle ce film est en rupture avec les autres. Ensuite, il donne des informations sur comment Les Cicatrices de Dracula est né, dans des conditions purement commerciales et sans grande conviction alors que cela aurait pu être un film de renouveau. Nicolas Stanzick retrace la carrière du réalisateur Roy Ward Baker, ainsi que celle du scénariste Anthony Hinds. Il revient en détails sur la construction du scénario, les influences, la censure moins écrasante, la mise en scène, le casting, le budget serré, les décors, la musique et la réception du film à sa sortie. Malgré les défauts évidents, il met en avant les qualités grâce à des analyses passionnantes.

Dans « Rites de sang, dans les coulisses du film » (18′), nous retrouvons des spécialistes anglais sur le cinéma de la Hammer. Les propos sont en version originale et sous-titrés en français. Les intervenants reviennent sur le financement du film, le fait que Christopher Lee reprenne le rôle de Dracula malgré l’envie de changer de registre et sur sa performance d’acteur. Ils analysent le personnage de Dracula, le casting, le travail du réalisateur, le budget, les décors, les effets spéciaux, la musique, la réception et la censure face aux scènes gores. L’intervention de l’actrice Jenny Hanley, qui interprète de rôle de Sarah Framsen, est passionnante. Elle livre des anecdotes sur le tournage, la fabrication du film et ses différentes collaborations.

L’interactivité se clôt avec la bande-annonce (2′) en version originale.

L’image et le son

Pour la première fois disponible en Blu-ray en France, Les Cicatrices de Dracula a eu droit à une belle restauration. Les scènes d’intérieur sombres ou celles se déroulant dans le brouillard sont parfaitement visibles. Dans celles se passant en extérieur, dans la forêt, les couleurs sont vives et ressortent. Le format respecte l’image en étant en 1.66.

Le film est disponible en version française, avec un doublage agréable à écouter et servi par des grands noms dans le domaine : Jean Topart, Bernard Tiphaine, Claude Bertrand, Pierre Collet, Jean-Henri Chambois, Perrette Pradier ou encore Jacques Balutin. Le mixage avec la musique et les bruits d’ambiance est soigné. La piste en version originale est légèrement supérieure, avec les voix et la musique qui sont plus intenses. Des sous-titres en français sont disponibles mais malheureusement avec des petits caractères, rendant la lecture difficile.

Crédits images : © Tamasa Diffusion / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr / Critique du film et chronique du Blu-ray réalisées par Jérémy Joly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.