Test Blu-ray / Le Miel du diable, réalisé par Lucio Fulci

LE MIEL DU DIABLE (Il Miele del diavolo) réalisé par Lucio Fulci, disponible en Combo Blu-ray + DVD le 5 octobre 2021 chez Artus Films.

Acteurs : Brett Halsey, Corinne Cléry, Blanca Marsillach, Stefano Madia, Paula Molina, Bernard Seray, Lucio Fulci, Eulàlia Ramo…

Scénario : Jaime Jesús Balcázar, Lucio Fulci, Ludovica Marineo, Sergio Partou, Vincenzo Salvianis Balcázar & Lucio Fulci

Photographie : Alejandro Ulloa

Musique : Claudio Natili

Durée : 1h19

Date de sortie initiale : 1986

LE FILM

Carole est une jeune femme séduisante. Elle est tombée amoureuse de Gaetano, un musicien de studio. Un jour, victime d’un accident de moto, Gaetano est hospitalisé et tombe dans les mains de l’incapable docteur Domenici. Mal soigné, Gaetano meurt. Folle de douleur, Carole kidnappe alors le chirurgien et l’enferme dans sa cave.

« Quand tu la verras, ton souffle s’engloutira. Quand tu mourras de désir de la posséder, elle rira. Quand elle foulera ton âme, ton sang bouillira. Mais tu succomberas de bonheur, parce qu’elle est le miel du diable. Et elle te tuera avec l’infinie douceur du feu ». Lucio Fulci, ou l’art de jouer de sexophone. Quand il réalise Le Miel du diable Il miele del diavolo, le réalisateur n’est pas au mieux de sa forme. Physiquement du moins, car les années 1980 demeurent marqué par Frayeurs Paura nella città dei morti viventi, Le Chat noir Il gatto nero, L’Au-delà …E tu vivrai nel terrore! L’aldilà, L’Éventreur de New York Lo Squartatore du New York, 2072, les mercenaires du futur I Guerrieri dell’anno 2072, pour ne citer que ceux-là. Sorti en 1986, Le Miel du diable apparaît entre Murder Rock – Murderock Uccide a passi di danza et Aenigma. Point d’effets gores ou d’horreur dans ce film, mais des créatures oui, qui répondent au nom de Blanca Marsillach et Corinne Cléry, qui envoûtent les spectateurs par leur présence érotique. S’il est parfois à un doigt (avant le whisky) de tomber dans le nanar, Lucio Fulci parvient à trouver cet équilibre difficile pour contenter à la fois les spectateurs avides de films coquins et ceux plus amateurs de Bis, puisque Le Miel du diable prend dans sa deuxième partie des allures de torture-porn. Mal considéré dans la filmographie du cinéaste, Il miele del diavolo est une œuvre singulière, qui interpelle par sa représentation frontale d’une sexualité débridée, qui établit en parallèle la radiographie d’une passion dévorante et de ses conséquences quand l’un des deux vient à disparaître.

Cecilia et Gaetano s’aiment d’un amour fou, charnel et pervers. Malgré cette passion destructrice pour laquelle elle accepte différentes humiliations, la jeune femme ne peut imaginer sa vie sans le beau saxophoniste. Mais suite à un stupide accident de moto, Gaetano meurt sur la table d’opération du docteur Dominici. Le chirurgien, dont le mariage avec Carole vole en éclat, est alors enlevé et séquestré par Cecilia qui le tient pour responsable de la mort de son bien-aimé. S’installe dès lors entre eux une relation aussi troublante que violente et désespérée…

Les parois de ma vie sont lisses
Je m’y accroche mais je glisse
Lentement vers ma destinée
Mourir d’aimer

Le Miel du diable démarre d’emblée sur un solo de saxophone qui entame la mélodie de Mourir d’aimer de Charles Aznavour, inspirée par l’histoire de Gabrielle Russier, qui avait donné naissance au film éponyme d’André Cayatte sorti en 1971. Mais rien à voir ici, si ce n’est que les paroles de la chanson font forcément écho avec le récit du film de Lucio Fulci, qui parle de l’amour absolu. Un sujet largement évoqué par Patrick Sébastien dans son chef d’oeuvre T’aime (2000), mais c’est une autre histoire (drôle). Dans Il miele del diavolo, le metteur en scène n’attend pas 107 ans pour montrer la passion qui lie Gaetano (Stefano Madia, vu dans Cher papa de Dino Risi, Oublier Palerme de Francesco Rosi) et Cecilia (Blanca Marsillach, aperçue dans La Chair et le sang de Paul Verhoeven). Dans les cinq premières minutes, Lucio Fulci montre la seconde atteindre l’orgasme au moyen du pavillon du saxophone du premier, qui trouve la note parfaite pour la faire…vibrer. Le ton est donné. Si Gaetano ne cesse de vouloir multiplier les expériences sexuelles, Cecilia désire plus, tente de lui faire comprendre, mais ne peut s’empêcher de tomber systématiquement dans ses bras. Gaetano lui demande de le masturber alors qu’ils sont lancés à plus de cent à l’heure sur une moto, puis plus tard la sodomise contre son gré.

Parallèlement, on nous présente un autre couple, celui formé par le docteur Guido Domenici (Brett Halsey, Cinq gâchettes d’or Oggi a me… domani a te! de Tonino Cervi) et son épouse Carol (Corinne Cléry, Le Roi de Paris de Dominique Maillet, La Proie de l’autostop de Pasquale Festa Campanile), qui bat sérieusement de l’aile. Le toubib délaisse complètement sa femme et passe son temps avec quelques prostituées, avec lesquelles il laisse libre cours à ses fantasmes (la scène de la masturbation avec le pinceau du vernis à ongles vaut son pesant) et oublie son évidente impuissance, avant de rentrer à la maison et de se plaindre de sa difficile journée passée au bloc opératoire. Jusqu’au jour où Carol (dont le personnage sera sacrifié dans la seconde partie), au courant des frasques de Guido après l’avoir suivi, demande le divorce. S’ils essayent de se « réconcilier » au lit, leurs ébats tournent court et la séparation est imminente. Les destins de ces personnages vont se croiser quand Gaetano est victime d’un accident. Dans le coma, est il est mis entre les mains de Guido, alors que celui-ci vient d’apprendre que tout est fini avec Carol. Perdu dans ses pensées, il laisse Gaetano mourir entre ses mains, sans intervenir. Cecilia, qui venait d’apprendre qu’elle était enceinte de Gaetano, sombre. On la découvre quelques temps plus tard, vivant encore dans le souvenir de Gaetano, écoutant en boucle son dernier enregistrement au saxophone. Progressivement, la dépression laisse place à une violente rancune. Elle commence à harceler le docteur Domenici en l’appelant à son cabinet, en ne disant qu’une seule phrase à chaque coup de fil, « Pourquoi tu l’as laissé mourir ? ». Puis, Cecilia décide d’enlever et de séquestrer Guido, dans le but de l’assassiner par la suite.

Puisque notre amour ne peut vivre
Mieux vaut en refermer le livre
Et plutôt que de le brûler
Mourir d’aimer

Lucio Fulci ne fait pas dans la demi-mesure et y va à fond, en montrant la nudité en gros plan, le corps offert de Cecilia à Gaetano, en cadrant la poitrine et le sexe de la jeune femme, le plus près possible. Amateurs d’élégance, allez voir ailleurs. Le Miel du diable sent le foutre et la cyprine, dans sa première partie du moins, avant d’empester le moisi, la sueur, le sang et même la bouffe pour chiens. Certaines séquences sont trop emphatiques, à l’instar de cette succession de plans sur Cecilia, le visage congestionné par les pleurs, qui ouvre la bouche à s’en décrocher la mâchoire, suffocant de larmes. On se dit que Lucio Fulci aurait dû alléger ces scènes, qui heureusement ne durent pas trop longtemps, puisque nous passons rapidement dans la partie torture-porn, qui confronte Cecilia et Guido. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu, puisque le docteur est plutôt friand de ce genre de jeux pervers et se laisse volontiers maltraité, attaché comme un clébard, le corps brûlé par la cire d’une bougie, quasi-noyé dans la mer, etc. Le rapport avec Cecilia, dont la passion avec Gaetano se résumait essentiellement à un amour physique, devient trouble. Celle-ci n’hésite pas à se dévêtir et à se laisser toucher par Guido, dont la déshumanisation est alors en cours et l’existence réduit aux instincts primaires. Cecilia parviendra-t-elle à aller jusqu’au bout de son projet ? D’autant plus que l’on apprend que le trauma lié à la perte de Gaetano lui a fait perdre son bébé, qu’elle ne pourra plus jamais en avoir.

Partir en redressant la tête
Sortir vainqueur d’une défaite
Renverser toutes les données
Mourir d’aimer

Mal aimé, Le Miel du diable, également connu sous le titre Plaisirs pervers, est pourtant un thriller érotique et dramatique qui en dit long sur la fièvre dévastatrice, sur l’impossibilité du deuil (amoureux et autre), sur le désir animal et la bestialité qui réside en chaque être humain. De multiples raisons qui font qu’Il miele del diavolo mérite d’être reconsidéré.

LE COMBO BLU-RAY + DVD

Artus Films a connu un immense succès courant mars 2021 avec son édition collector Blu-ray + DVD + Livre du Miel du diable. Tout le stock ayant été écoulé, on craignait de ne plus pouvoir mettre la main sur cet objet. Nous sommes rassurés puisqu’Il miele del diavolo revient dans les bacs et chez l’éditeur, dans une édition différente, sans livre, mais sous la forme d’un Digipack à deux volets, glissé dans un fourreau cartonné, magnifiquement illustré. Le menu principal est fixe et musical.

Quatre interviews au programme, reprises de l’édition américain sortie chez Severin Films. Les trois premières, en italien, arborent un gros rectangle noir qui dissimulent les sous-titres anglais, sur lequel ont été écrits les sous-titres français. Ce n’est pas le cas pour l’entretien avec Antonella Fulci (11’), en anglais. Cette dernière parle évidemment de son père, « qui sur un plateau était plus à la maison…qu’à la maison », revient sur ses changements d’humeur soudains (« limite bipolaires ») entre le moment où Lucio Fulci tournait et quand le film était terminé. « Il aimait diriger tout le monde, même dans notre famille » dit-elle. Antonella Fulci, script-girl de son état, dit trouver injuste que son père soit essentiellement connu pour ses films d’épouvante et gore, indiquant aussi que sa carrière était déjà finie quand ses œuvres ont commencé à être célébrées. Enfin, elle imagine à quel point Lucio Fulci aurait été heureux de parler de ses films sur internet, avec ses fans. Elle partage également divers souvenirs comme le fait que son père adorait regarder Les Blues Brothers (un de ses films préférés), avait une grande passion pour Proust, Freaks de Tod Browning et Detour d’Edgar G. Ulmer.

Place à Claudio Natili (9’30), compositeur de la musique du Miel du diable. Celui-ci revient sur ses débuts dans quelques musicarelli, son ancien groupe The Romans, ses premiers liens avec le cinéma, sa rencontre avec le producteur Vincenzo Salviani, avec lequel il a finalement plus collaboré qu’avec Lucio Fulci.

Le producteur prend justement la parole dans le segment suivant (12’). Sa rencontre avec Lucio Fulci, la situation difficile de ce dernier à l’époque du Miel du diable, la parfaite harmonie entre les deux hommes, le fait que le scénario original n’avait rien à voir avec le film tourné et d’autres sujets sont au centre de ce bonus. Vincenzo Salviani se lance quelques fleurs (« Je sais ce que veulent les spectateurs, je suis un homme d’instinct »), avant de revenir aussi sur le casting.

Quel plaisir de revoir la belle Corinne Cléry ! (12’). La comédienne, en italien dans le texte, ne parle pas vraiment du Miel du diable, un peu comme les autres interviewés, mais parle plutôt de son arrivée en Italie il y a cinquante ans, de ses débuts comme mannequin. Elle avoue qu’elle n’avait en aucun cas l’envie de devenir comédienne et refusait les propositions qu’on lui faisait, jusqu’à Histoire d’O de Just Jaeckin en 1975 qu’elle accepte un peu par hasard. La comédienne parle aussi un peu de Lucio Fulci, se souvient étrangement de sa gentillesse et garde de bons souvenirs de lui.

L’interactivité se clôt sur un Diaporama d’affiches et de photos d’exploitation et le générique français.

L’Image et le son

Superbe master HD restauré en 2K à partir du négatif original. La photographie très eighties avec ses images floutées et ses éclairages luminescents est savamment restituée. Les couleurs sont magnifiques, la définition exemplaire, le grain argentique préservé, parfois aléatoire, mais globalement bien géré, les détails éloquents. La propreté est évidemment au rendez-vous (quelques poussières demeurent, mais rien d’embêtant) , ainsi que la stabilité et la tenue des contrastes jamais prise en défaut. Un « petit film » du maître italien, aussi bichonné que ses grands classiques reconnus et qui renaît ici de ses cendres.

Les pistes italienne (à privilégier) et française sont présentées en Mono 2.0 et instaurent toutes deux un bon confort acoustique, sans souffle, propre, avec une très bonne délivrance des dialogues. La belle partition de Claudio Natili bénéficie d’une belle ouverture des canaux, le doublage français est correct et les effets annexes riches. Les sous-titres français ne sont pas imposés sur la version originale.

Crédits images : © Artus Films / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.