Test DVD / Le Départ, réalisé par Jerzy Skolimowski

LE DÉPART réalisé par Jerzy Skolimowski, disponible en DVD – Édition Collector depuis le 22 octobre 2020 chez Malavida Films.

Acteurs : Jean-Pierre Léaud, Catherine-Isabelle Duport, Jacqueline Bir, Paul Roland, Leon Dony, Lucien Charbonnier…

Scénario : Jerzy Skolimowski & Andrzej Kostenko

Photographie : Willy Kurant

Musique : Krzysztof Komeda

Durée : 1h25

Année de sortie : 1967

LE FILM

Marc a 19 ans. Garçon coiffeur, il aime les voitures et veut participer au départ d’un rallye qui va avoir lieu dans deux jours. Seulement, il n’a pas de voiture. Nous allons le suivre pendant 48 heures dans sa course effrénée à travers Bruxelles à la recherche d’un véhicule ou de l’argent pour se le procurer. Finalement le hasard lui amène une voiture à domicile. Pourtant le départ n’aura pas lieu.

Après avoir réalisé en Pologne Signe particulier : néant – Ryopis (1964), Walkower (1965) et La Barrière – Bariera (1966), une trilogie qui dresse le portrait d’un jeune homme colérique et inadapté, Jerzy Skolimowski commence une carrière à l’étranger. En 1967, il tourne Le Départ en Belgique en seulement 27 jours avec une équipe réduite.

Le Départ est un film qui s’inscrit parfaitement dans le mouvement de la Nouvelle Vague française. Le scénario, écrit en un peu plus d’un mois, est simple. C’est l’histoire d’un jeune homme qui tente toutes les stratégies afin d’acquérir une voiture pour participer à un rallye. La réalisation est plus importante que le scénario en lui-même, les plans montrent une certaine liberté du mouvement de la caméra, souvent tenue à l’épaule. Les lieux extérieurs sont très nombreux. Enfin, Jerzy Skolimowski a offert les premiers rôles à deux acteurs révélés par La Nouvelle Vague : Jean-Pierre Léaud et Catherine-Isabelle Duport.

Jean-Pierre Léaud a un jeu d’acteur unique dans le cinéma. D’ailleurs, il ne joue pas, il est tout simplement lui-même. Sa personnalité est si attachante qu’il est impossible de ne pas tomber sous le charme des personnages qu’il interprète. Dans certaines scènes où la musique free jazz de Krzysztof Komeda rend les dialogues inaudibles, le film plonge dans le burlesque. Jerzy Skolimowski fait de Jean-Pierre Léaud un acteur comique dans la lignée de Buster Keaton et de Charlie Chaplin, un registre dans lequel nous ne l’attendions pas et une facette de son talent que l’on n’a malheureusement plus jamais revue depuis. Retenons comme exemple la scène de la bagarre ou celle du grand miroir que les deux personnages principaux déplacent.

Le comédien est extraordinaire dans ce rôle de jeune homme survolté qui arrive difficilement à sortir de l’adolescence et qui ne prend pas la vie au sérieux. Son obsession de posséder une Porsche est une critique de la société de consommation. Ce but résulte de l’envie de changer de classe sociale, en tout cas en apparence. Cette lubie l’entraîne à faire d’innombrables bêtises. Face à Jean-Pierre Léaud, nous retrouvons Catherine-Isabelle Duport, personnage féminin beaucoup plus calme, qui apparaît dans une scène se déroulant dans un coffre de voiture. Cette séquence, où se mélangent un amour naissant et premières disputes, est sublime. Sa présence va aider le jeune homme à devenir adulte.

D’autres scènes sont intéressantes comme celles en voiture remarquablement filmées où tous les angles possibles sont montrés. Il y a également celle se déroulant dans un salon de l’automobile, avec aucun figurant, donnant une impression de documentaire. Parfois, le choix du montage est étonnant, nous pouvons voir Jean-Pierre Léaud qui ne parvient pas à se retenir de rire. Ces moments de spontanéité sont étrangement gardés au montage. Enfin, la musique de Krzysztof Komeda, qui accompagne une grande partie du long-métrage, est une merveille.

Le film a reçu en 1967 l’Ours d’or à la Berlinale. Depuis, Le Départ continue de traverser les décennies sans prendre une ride, par sa réalisation et son montage hors du commun, donnant un style épatant au film. Jerzy Skolimowski est aujourd’hui considéré, à juste titre, comme l’un des grands noms du Nouveau cinéma polonais des années 1960.

LE DVD

Le DVD du film Le Départ est de retour dans les bacs français, toujours sous l’égide de Malavida Films, mais cette fois dans une édition collector limitée à 1000 exemplaires. Le graphisme du slim Digipack, où l’on peut voir Jean-Pierre Léaud et Catherine-Isabelle Duport dessinés, est superbe. Le menu animé sur la bande originale du film, reprend les dessins du Digipack.

Les bonus comportent une passionnante interview du directeur de la photographie Willy Kurant (23′) datant de 2012, reprise de la première édition DVD. Considéré aujourd’hui comme un pionnier du cinéma-vérité, le chef opérateur raconte ses débuts à la télévision puis sa rencontre déterminante avec Agnès Varda et Jean-Luc Godard, deux cinéastes appartenant à la Nouvelle Vague. Il a travaillé avec les plus grands réalisateurs comme Orson Welles. Ensuite, il revient en détails sur sa collaboration avec Jerzy Skolimowski, explique comment les plans avec la Porsche ont été réalisés. Il nous donne sa vision du cadrage, du découpage et de l’image cinématographique, nous livre des anecdotes sur la fabrication du film, ainsi que sur sa collaboration avec Jean-Pierre Léaud. Willy Kurant aborde sa vision du scénario, du travail sur la musique et les conditions de tournage avec une équipe réduite et du matériel limité.

La bande-annonce du film réalisée en 2011 à l’occasion de la première sortie en DVD (2′) ainsi que celle d’origine non restaurée datant de 1967 (4′) sont au programme.

La scène du film avec la chanson « Le Départ » interprétée par Christiane Legrand est visible sous forme de clip, où l’on peut voir Jean-Pierre Léaud et Catherine-Isabelle Duport dans une voiture.

La séance d’enregistrement en studio du thème du film joué par le Polish Film Quartet (10′) est disponible.

Le court-métrage en VOSTFR 20 – 40 – 60 : 1er segment (29′) vient clôturer l’interactivité. Réalisé par Jerzy Skolimowski en 1968, Jean-Pierre Léaud y joue un chanteur dans un groupe de rock. Il tente de fuir des fans collants après un concert et rentre chez lui, un appartement délabré et y constate l’absence de sa femme.

Un livret de 20 pages accompagne le DVD, avec des photos du film et du tournage. Vous pourrez découvrir des propos d’Andrzej Kostenko, co-scénariste et assistant chef opérateur qui revient sur la genèse du film (propos recueillis en 2011), la critique de Thierry Jousse pour Les Cahiers du Cinéma (1998), une interview d’Andrzej Kostenko datant de 2011, le parcours détaillé et la filmographie du réalisateur Jerzy Skolimowski, un texte de Damien Bertrand sur le compositeur Krysztof Komeda (2012) et enfin une analyse du film par Saad Chakali pour Les Nouvelles du front.

L’image et le son

Le Départ a eu droit a une très belle restauration, où l’image a retrouvé sa superbe d’antan. Les poussières ont été effacées et le noir et blanc est magnifique. Les scènes un peu plus sombres, qui demandent parfois un plus grand travail, ont été soignées avec une meilleure luminosité. Le format d’époque 1.66 :1 a été respecté.

Lorsque l’on visionne dans les bonus la bande-annonce d’époque, on se rend compte que le son avait besoin d’être restauré. Cette édition permet de profiter pleinement du film dans des conditions confortables, avec notamment une belle place laissée à la musique, qui a un rôle important dans le long-métrage.

Crédits images : © Malavida Films / Belfilm 1967 / Critique du film et chronique du DVD réalisées par Jérémy Joly / Captures DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.