Test DVD / Ils aimaient la vie – Kanal, réalisé par Andrzej Wajda

ILS AIMAIENT LA VIE (Kanal) réalisé par Andrzej Wajda, disponible en DVD depuis le 22 octobre 2020 chez Malavida Films.

Acteurs : Teresa Izewska, Tadeusz Janczar, Wienczyslaw Glinski, Tadeusz Gwiazdowski, Stanislaw Mikulski, Emil Karewicz, Vladek Sheybal, Jan Englert…

Scénario : Jerzy Stefan Stawinski

Photographie : Jerzy Lipman

Musique : Jan Krenz

Durée : 1h33

Date de sortie initiale: 1957

LE FILM

1944, ultime résistance des polonais de Varsovie contre l’occupant. Acculés, épuisés, et encerclés par les allemands, un détachement de soldats est contraint de fuir par les égouts pour rejoindre le centre ville où les combats se poursuivent encore. Tous ont une histoire, tous ont peur de mourir, tous ont tellement envie de vivre…

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Andrzej Wajda (1926-2016) fait ses études à l’Académie des beaux-arts de Cracovie puis à l’École nationale de cinéma de Lodz. Après deux courts-métrages, il réalise en 1955 Une fille a parlé – Pokolenie. Ce long-métrage est un récit de la jeunesse de Varsovie pendant l’occupation. Avec ce film, Andrzej Wajda va à contre-courant du réalisme socialiste prôné par le parti communiste et donne naissance au mouvement cinématographique « L’École polonaise de cinéma ». Deux ans plus tard, toujours dans le même style, il réalise Ils aimaient la vieKanal. Ce film revient sur l’Insurrection de Varsovie, durant laquelle la résistance polonaise s’est soulevée contre l’armée allemande du 1er août au 2 octobre 1944.

Le film démarre de manière assez brutale. Le générique est composé d’images d’immeubles en feu qui s’effondrent après des déflagrations. Le paysage se résume à des ruines. Une voix-off nous donne des informations sur le contexte historique, l’insurrection de Varsovie et présente les personnages. Ce procédé nous donne l’impression d’être face à un documentaire, d’autant plus que les décors sont saisissants de réalisme. Les ruines, la fumée, des blessés et les bruits d’explosions apportent une sensation de réalité extraordinaire. Les scènes de guerre sont époustouflantes.

Nous suivons un groupe de résistants qui tentent de lutter contre l’armée allemande. Il est composé de personnes aux profils variés : des militaires, une femme, un artiste et même un adolescent. Mais tous, dans ce groupe un peu particulier, ont un point commun : l’envie de se battre pour la libération. Malheureusement, ils sont conscients qu’ils n’ont pas beaucoup de chance de survivre à cette lutte face aux allemands. Ces insurgés se réfugient dans une maison en attendant l’assaut final. Ils profitent de ces derniers instants dans les bras d’une femme, en compagnie d’une bouteille d’alcool ou alors en jouant du piano.

Encerclés et avec peu de munitions, ces résistants sont face à une mort certaine. Ils prennent donc la décision délicate de se replier avec un dernier espoir, celui de passer par les égouts afin de fuir et de laisser la ville dans les mains des allemands. Majoritairement, les films de guerre mettent en scène des hommes héroïques. Ici, les personnages féminins ont une place importante. Ces femmes ont un grand courage et leur soutien est précieux. L’une d’elles s’est engagée pour se battre aux côtés des hommes. Une autre guide les résistants vers le chemin des égouts qui les mèneront vers la liberté. Une scène est particulièrement émouvante, celle où l’on peut voir le désarroi des habitants face à la guerre. Par exemple, une femme en pleurs cherche sa fille disparue.

La seconde moitié du film se déroule dans les égouts, un lieu qui donnera des sueurs aux spectateurs claustrophobes. Il y règne une ambiance terrifiante. La panique, l’envie d’abandon et la folie prennent le dessus sur les résistants. Pour ne rien arranger, les allemands leur lancent des bombes de gaz. Kanal se transforme en véritable film d’horreur. L’eau dans laquelle les personnages pataugent est répugnante. La puanteur se ressent à travers l’écran.

Les personnages sont interprétés, en grande partie, par des acteurs inconnus. Un seul se démarque par son jeu impressionnant : Vladek Sheybal. Il joue le compositeur dont la présence dans cette lutte ne changera pas le destin de la guerre. Il est habillé d’un costume, tenue peu conforme au statut de soldat. Il joue du piano et lorsqu’il se retrouve dans les égouts, il est envahi par une folie inquiétante qui le pousse à abandonner le groupe. L’acteur Vladek Sheybal est surtout connu pour avoir joué le rôle de Kronsteen dans Bons baisers de Russie, deuxième aventure de James Bond sous les traits de Sean Connery.

Le tunnel mène à une conclusion bouleversante pour ces héros. Kanal est un film de guerre qui mérite d’être découvert pour son réalisme impressionnant. Tout comme Le Pianiste de Roman Polanski, il aborde un sujet peu exploité au cinéma, celui de l’insurrection polonaise. Kanal a remporté le Prix spécial du Jury au festival de Cannes en 1957 et Andrzej Wajda est devenu l’un des plus grands cinéastes polonais.

LE DVD

Le DVD du film Kanal est disponible chez Malavida dans une édition collector limitée à 1000 exemplaires. Le visuel de la jaquette est superbe, avec le dessin des deux personnages principaux dans les égouts. Le menu est animé, reprenant le dessin de la jaquette et musical, avec la bande originale du film.

Les bonus comportent une interview (25′) du réalisateur Andrzej Wajda, en VOSTFR, datant de 2004. Ce dernier revient sur les difficultés à réaliser ce film, pour des raisons politiques. Il raconte en détails ses problèmes avec la commission d’évaluation qui a failli enterrer le film. Il livre des anecdotes sur les décors et la collaboration avec les acteurs. Il dévoile sa vision négative du cinéma polonais d’avant-guerre et ses influences. Andrzej Wajda revient aussi sur l’accueil peu chaleureux du film par le public et par la critique, mais qui a reçu une ovation au Festival de Cannes. Il expose ses intentions en réalisant Kanal et sa vision de l’insurrection. L’interview est entrecoupée par l’intervention du scénariste Jerzy Stefan Stawinski qui explique qu’il s’est inspiré de son histoire vécue durant cette période pour l’écriture du film. Son témoignage est captivant.

Le deuxième supplément est un entretien (28′) avec le journaliste, écrivain et homme politique Jan Nowak Jerzioranski en VOSTFR datant de 2004. Interviewé par le réalisateur Andrzej Wajda, il livre un témoignage passionnant sur ce qu’il a vécu durant l’Insurrection. Soixante ans après les événements, il explique la décision de ce soulèvement, le déroulement des faits et enfin termine par une conclusion subjective de cette période avec son regard actuel.

Cette édition comporte également un livret de 20 pages où vous retrouverez un entretien avec le réalisateur Andrzej Wajda sur son parcours, une analyse de Kanal par Klaus Eder, un second entretien du réalisateur qui revient sur son œuvre et enfin une analyse du film par Philippe Parrain.

L’image et le son

Déjà édité en 2007 par Malavida, Kanal a eu droit à une nouvelle restauration, avec une image superbe. Les poussières ont été intégralement effacées donnant une nouvelle jeunesse au film. L’image est nette, le moindre détail est visible, comme un petit objet qui vole après une explosion. Le noir et blanc est sublime, le travail du directeur de la photographie peut être pleinement apprécié grâce aux conditions de visionnage offertes par cette édition. Le format du film en 4/3 a été respecté.

Le film est disponible en version originale. Aucune piste française n’est présente, le film n’ayant sans doute jamais été doublé dans notre langue. Le travail sur le son est appréciable, le mixage entre les voix et la musique est juste. Les bruits d’ambiance comme les explosions ou l’eau dans les égouts sont parfaitement audibles, permettant de plonger totalement dans l’ambiance du film. Les sous-titres en français sont imposés.

Crédits images : © Malavida Films / Critique du film et chronique du DVD réalisées par Jérémy Joly / Captures DVD : Jérémy Joly pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.