Test Blu-ray / What Keeps You Alive, réalisé par Colin Minihan

WHAT KEEPS YOU ALIVE réalisé par Colin Minihan, disponible en DVD et Blu-ray le 3 novembre 2021 chez Blaq Out.

Acteurs : Hannah Emily Anderson, Brittany Allen, Martha MacIsaac & Joey Klein

Scénario : Colin Minihan

Photographie : David Schuurman

Musique : Brittany Allen

Durée : 1h35

Année de sortie : 2018

LE FILM

Pour leur premier anniversaire de mariage, Jackie emmène Jules dans le coin reculé où son père et elle allaient chasser, quand elle était petite. Personne à la ronde, à part la luxueuse demeure de son amie d’enfance de l’autre côté du lac. Toutes les conditions sont réunies pour un week-end idyllique en amoureuses. Pour une plongée dans l’horreur, aussi.

Né en 1985, le canadien Colin Minihan se fait remarquer en 2011 avec Grave Encounters, film d’horreur devenu culte qu’il réalise avec Stuart Ortiz, sous le nom des Vicious Brothers. Une suite sera vite mise en chantier suite au succès du premier épisode, que les deux complices écriront, mais pour laquelle ils confieront les manettes à John Poliquin. De son côté, Colin Minihan écrit et met en scène Extraterrestrial avec Michael Ironside et Brittany Allen, cette dernière, compagne du cinéaste, sera aussi à l’affiche de Bloody Sand en 2016. Avant de le retrouver aux commandes du remake-reboot d’Urban Legend, le réalisateur signe un petit bijou qui s’inscrit dans le registre du survival, What Keeps You Alive, projeté au Paris International Fantastic Film Festival en 2018. Afin de mieux l’apprécier, évitez tout d’abord la bande-annonce qui révèle beaucoup, pour ne pas dire trop d’éléments de l’histoire. Contentez-vous de lire le résumé ci-dessus ou le suivant si vous voulez en savoir un minimum, mais n’allez pas au-delà. Car What Keeps You Alive est une sacrée bonne surprise qui contient son lot d’émotions fortes, qui cueille le spectateur à plusieurs reprises et qui laisse un goût amer dans la bouche après la projection. Un opus très largement conseillé.

Pour fêter leur premier anniversaire de mariage, Jackie (Hannah Emily Anderson) emmène son épouse, Jules (Brittany Allen), dans la maison de campagne familiale, au bord d’un lac ou plus précisément dans un chalet isolé en pleine forêt où elle allait chasser avec son père quand elle était petite. Alors qu’elles veulent se reposer et se ressourcer, Jules est très vite troublée par leur voisine, Sarah (Martha MacIsaac), qui ne cesse d’appeler sa femme « Megan ». Perturbée, Jules se rend chez son amie d’enfance et son mari pour connaître les raisons de cette erreur. Dès lors, celle-ci lui confie le passé de sa compagne, traumatisée par la mort accidentelle d’une copine, Jenny, noyée dans un lac. Pourtant, selon Jackie, elle a changé de nom pour se reconstruire après avoir fait son coming-out. Quant à Jenny, elle ne l’a jamais évoquée à Jules qui tente de lui parler de ce décès.

Ce que l’on retient de What Keeps You Alive est l’excellence de l’interprétation, en particulier celle de Brittany Allen, vue dans la série The Boys et dans Jigsaw des frères Spierig. Également productrice et compositrice de la musique du film, la comédienne foudroie par son charisme et sa totale implication dans ce film de genre inattendu. Car, nous ne voulons rien dévoiler de l’histoire, si Colin Minihan commence par embarquer le spectateur dans un récit qui pourrait être celui d’une maison isolée et hantée dans laqulle un mauvais esprit viendrait perturber le séjour de nos deux héroïnes, le GROS choc arrive au bout de 25 minutes. Et là, si vous avez su ou pu détourner les yeux de la bande-annonce, What Keeps You Alive vous emmène là où vous vous y attendiez le moins. C’est aussi à ce moment que le personnage de Jackie, incarnée par la belle Hannah Emily Anderson (vue dans la série The Purge et X-Men: Dark Phoenix, dans lequel elle jouait la mère de la petite Jean Grey) se dessine pleinement. Difficile de parler du film de Colin Minihan sans divulguer ce qui s’ensuit, donc nous arrêterons là.

Sachez tout de même que le cadre de What Keeps You Alive est extrêmement soigné (on excusera une GoPro inutilement embarquée sur une rame, tout en saluant l’utilisation du plan-séquence), la photo très élégante, le rythme soutenu et la tension maintenue quasiment jusqu’à la dernière seconde. Dans la catégorie thriller macabre et teinté d’humour noir, c’est ultra-efficace, divertissant, inquiétant, prometteur et bien mieux que le surestimé et prétentieux Revenge de Coralie Fargeat, auquel on peut penser. Mais rien que pour son rebondissement imprévisible qui lui donne tout son intérêt, What Keeps You Alive vaut bien plus le détour et restera longtemps dans la mémoire des amateurs de séries B.

LE BLU-RAY

C’est chez Blaq Out dans la collection Shadowz, que sort le film de Colin Minihan, en DVD et en Blu-ray. Très beau visuel, par ailleurs repris pour le menu principal fixe et musical.

Aucun supplément malheureusement…

L’Image et le son

En revanche, faites confiance à Blaq Out pour assurer la sortie dans les bacs de ce DTV. En effet, si What Keeps You Alive n’a pas connu de sorties dans nos salles, il bénéficie tout de même d’une édition Blu-ray élégante. Cependant, si les contrastes affichent une densité impressionnante, le piqué n’est pas aussi ciselé sur les scènes sombres et certaines séquences apparaissent un peu douces avec des visages légèrement cireux. En dehors de cela, la profondeur de champ est fort appréciable (les scènes en forêt sont superbes), les détails se renforcent et abondent en extérieur jour, le cadre large est idéalement exploité et la colorimétrie froide est très bien rendue. La mise en scène brute entraîne quelques pertes inévitables de la définition mais l’ensemble demeure la plupart du temps probant et restitue avec classe les partis pris de la photographie signée David Schuurman.

Les pistes DTS-HD Master Audio 5.1 anglaise et française instaurent un confort acoustique dynamique, dense et percutant, même si les voix des comédiens auraient pu être un peu plus relevées sur la centrale en ce qui concerne la version originale. Le doublage français est impeccable. Dans les deux cas, le confort acoustique est largement assuré et souvent de même acabit avec une spatialisation musicale systématique. Quelques séquences sortent du lot et les scènes plus intimistes baignent dans un silence de marbre. L’éditeur joint les sous-titres français destinés aux spectateurs sourds et malentendants.

Crédits images : © Blaq Out / Tiberius Film / Digital Interference / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.