Test Blu-ray / Nashville Lady, réalisé par Michael Apted

NASHVILLE LADY (Coal Miner’s Daughter) réalisé Michael Apted, disponible en DVD et Blu-ray le 5 juillet 2022 chez Rimini Editions.

Acteurs : Sissy Spacek, Tommy Lee Jones, Levon Helm, Phyllis Boyens, William Sanderson, Beverly D’Angelo, Bob Hannah, Ernest Tubb…

Scénario : Tom Rickman, d’après l’autobiographie de Loretta Lynn, écrite avec George Vecsey

Photographie : Ralf D. Bode

Durée : 2h

Date de sortie initiale : 1980

LE FILM

Née dans une famille de mineurs, au cœur d’un village du Kentucky, Loretta se marie à 13 ans avec Doolittle Lynn. Décelant chez elle un véritable talent de chanteuse, il lui offre une guitare et l’encourage à se produire sur scène. Elle deviendra l’une des plus grandes vedettes de la Country Music.

En France, nous sommes loin d’imaginer le succès de Loretta Lynn, de son vrai nom Noretta Webb, star de la musique country, interprète, autrice et compositrice, née en 1932 à Butcher Hollow dans le Kentucky. Aux États-Unis, tout le monde connaît sa biographie et pour cause, puisque les studios Hollywoodiens n’ont pas attendu sa disparition (ce serait toujours le cas sinon, puisqu’elle vient de fêter ses 90 ans cette année) pour s’emparer de son incroyable histoire et pour retracer son itinéraire à travers un biopic. C’est donc Universal qui met en route Nashville Lady, aka Coal Miner’s Daughter en version originale, titre repris d’une des plus célèbres chansons de Loretta Lynn. Sorti en mars 1980 sur le sol de l’Oncle Sam, Nashville Lady rapporte 67 millions de dollars, soit l’équivalent de près de 240 millions aujourd’hui. Un triomphe, un raz-de-marée, qui aura valu à sa comédienne Sissi Spacek l’Oscar de la meilleure actrice, le Golden Globe et le BAFTA. Chose amusante, c’est Loretta Lynn elle-même qui aura jeté son dévolu sur la légendaire interprète de Carrie pour jouer son rôle au cinéma, en découvrant son visage sur quelques photographies de comédiennes pressenties. Comédie-dramatique hagiographique classiquement, mais efficacement mise en scène par le britannique Michael Apted, Nashville Lady vaut essentiellement, voire entièrement pour la prestation hors normes de Sissy Spacek et de son partenaire Tommy Lee Jones, dont l’alchimie emporte tout sur son passage.

En 1945, Loretta Webb, 13 ans, est l’un des huit enfants de Ted Webb, un mineur de charbon de Van Lear, élevant une famille avec sa femme au milieu d’une extrême pauvreté à Butcher Hollow, Kentucky. Trois ans plus tard, Loretta épouse Oliver « Mooney » Lynn, 22 ans, devenant mère de quatre enfants à l’âge de 19 ans. La famille déménage dans le nord de l’État de Washington, où Doo travaille dans l’industrie forestière. Loretta chante occasionnellement dans des honky-tonks locaux le week-end. Après un certain temps, elle fait une apparition occasionnelle à la radio locale. Au moment où Loretta atteint l’âge de 25 ans, Norm Burley, le propriétaire de Zero Records, une petite maison de disques canadienne, entend Loretta chanter lors d’une de ses premières apparitions à la radio. Burley donne au couple l’argent nécessaire pour se rendre à Los Angeles pour établir une cassette de démonstration à partir de laquelle son premier single, « I’m a Honky Tonk Girl », est réalisé. Après être rentré chez eux après les sessions, Doo suggère que lui et Loretta partent en tournée promotionnelle pour faire eux-mêmes la promo de leur disque. Doo s’occupe personnellement de la photo publicitaire et passe de nombreuses nuits à écrire des lettres aux promoteurs de spectacles et aux disc-jockeys radio partout dans le Sud. Les deux se lancent dans une vaste tournée promotionnelle des stations de radio. En route, et à l’insu du couple, le premier single de Loretta atteint les charts. La machine est lancée.

Vous ne connaissiez pas Loretta Lynn ? L’interprète de You Ain’t Woman Enough (To Take My Man), Don’t Come Home A-Drinkin (With Lovin’ on Your Mind), One’s on the Way, Fist City et donc de Coal Miner’s Daughter n’aura plus de secrets pour vous, car tandis que de l’autre côté de l’Atlantique les spectateurs allaient découvrir ou revoir le film, Nashville Lady n’attirera que 50.000 spectateurs curieux dans les salles françaises. Impossible d’évaluer le phénomène, à part en listant les multiples récompenses qui ont couronné la reine Sissy Spacek. Il s’agit du premier film américain de l’anglais Michael Apted (1941-2021), remarqué dès son premier long-métrage The Triple Echo (1972), puis Stardust (1973), suite du film That’ll Be the Day, Le Piège infernalThe Squeeze (1977) et surtout Agatha (1979), basé sur un événement de la vie d’Agatha Christie, avec Dustin Hoffman, Vanessa Redgrave et Timothy Dalton. Le futur réalisateur de Gorilles dans la brume Gorillas in the Mist : The Story of Dian Fossey (1988), Cœur de tonnerre Thunderheart (1992), Blink (1994), Nell (1994), du 19e opus de la saga James Bond Le Monde ne suffit pas The World Is Not Enough et du troisième chapitre de la franchise Le Monde de Narnia, L’Odyssée du Passeur d’Aurore (2010) démontrait tout son savoir-faire technique dans Nashville Lady. Solidement emballé, ce biopic respecte proprement un cahier des charges déjà bien établi et qui ne sera que rarement chamboulé au cinéma, et peut compter aussi sur une superbe reconstitution à la « comme si vous y étiez », avec entre autres des décors très riches, ainsi qu’un autre atout de taille, la magnifique photographie de Ralf D. Bode (Les Accusés de Jonathan Kaplan, La Fièvre du Samedi Soir de John Badham, Pulsions de Brian De Palma).

Magie du cinéma, on croit à Sissy Spacek dans la peau de Loretta Webb, qui pousse d’ailleurs elle-même la chansonnette, aussi bien sur scène qu’en mère de quatre enfants, ou lorsqu’elle l’incarne à l’âge de treize ans, quand elle épouse Doolittle Lynn. Ce dernier offre à Tommy Lee Jones l’un de ses premiers grands rôles (il sera lui aussi nommé aux Golden Globes), juste après Les Yeux de Laura Mars de Irvin Kershner. En jouant un personnage tout d’abord fort peu aimable (un soldat fraîchement démobilisé et qui semble seulement attiré par les – très jeunes – filles), voire foncièrement ambigu, le comédien lui apporte progressivement une fragilité et une sensibilité insoupçonnées, à mesure que Doolittle se rend compte du « monstre » qu’il a créé, puisque c’est lui qui avait déniché chez Loretta un talent caché et tout fait pour qu’elle soit remarquée.

Nashville Lady dresse le portrait, bien balisé, sans surprises, mais avec énergie, authenticité, émotion et élégance, de celle qui allait devenir une véritable icône et un symbole de l’éternel American Dream.

LE COMBO BLU-RAY + DVD

En creusant un petit peu comme nous aimons le faire, nous découvrons que Nashville Lady avait déjà bénéficié d’une sortie française en DVD il y a une vingtaine d’années chez Universal Pictures. Rimini Editions reprend le flambeau et à cette occasion a su concocté un superbe Combo Blu-ray + DVD, magnifiquement illustré, qui prend la forme d’un Digipack à deux volets, glissé dans un fourreau cartonné. Le menu principal est animé et musical.

Le premier supplément est un entretien entre Michael Apted et Loretta Lynn (13’30), enregistré au Coal Miner’s Daughter Museum, où sont entreposés et exposés les accessoires, les costumes, les décors et même le bus de la tournée vus dans Nashville Lady. Les deux intervenants s’expriment sur la genèse du film, l’adaptation de l’autobiographie de la chanteuse, le casting, la préparation de Sissy Spacek (qui aura suivi Loretta Lynn en tournée pendant un an, à raison de deux concerts par soir), la fidélité du long-métrage quant aux faits réels (raison pour laquelle, l’artiste avoue ne plus pouvoir regarder le film aujourd’hui), le triomphe de Coal Miner’s Daughter au cinéma et sa pérennité.

Michael Apted se retrouve ensuite face à Tommy Lee Jones (9’). Les deux hommes se remémorent leur découverte du scénario, leur collaboration, le travail de Sissy Spacek et leur rencontre avec le véritable Doolittle Lynn. Le comédien déclare que Nashville Lady demeure une étape dans sa carrière, puisqu’il s’agissait du premier film à gros budget dont il était la vedette. En revenant aussi sur son rôle et sur sa préparation, Tommy Lee Jones ajoute qu’il s’est beaucoup amusé en créant ce personnage, tout en essayant bien sûr de restituer la personnalité du mari de Loretta.

Le dernier supplément est un agréable commentaire audio, présenté en version originale sous-titrée en français, de Michael Apted et de Sissy Spacek. Deux heures au cours desquelles les deux complices partagent leurs très nombreux souvenirs liés à la genèse, à la production, au tournage et à la sortie triomphe de Nashville Lady, film qui a énormément compté dans leurs carrières respectives. Enregistré visiblement vers 2003-2004, ce commentaire revient aussi sur les conditions de prises de vue des diverses chansons (enregistrées en live par Sissy Spacek elle-même), avec des habitants du cru et donc des acteurs non-professionnels, qui se sont prêtés au jeu, en apportant l’authenticité recherchée par le cinéaste. Le casting, les lieux de tournage, les décors naturels, la photographie et d’autres sujets sont aussi abordés au cours de l’exercice.

L’Image et le son

Que dire si ce n’est que nous nous trouvons devant une remarquable restauration du film de Michael Apted. On oublie rapidement les deux ou plans plus flous ou grumeleux, car dès la première séquence, le master HD de Nashville Lady en met plein la vue et permet d’apprécier la superbe photographie (nommée à l’Oscar) du chef opérateur Ralf D. Bode, ainsi que les extraordinaires paysages naturels du Kentucky et de la Virginie. Le piqué est constamment ciselé, la texture du grain toujours palpable, la luminosité chronique et les détails omniprésents aux quatre coins du cadre. Les contrastes affichent également une solidité à toutes épreuves sur les scènes nocturnes et diurnes, le relief est indéniable, la colorimétrie est chatoyante et la profondeur de champ impressionnante.

Comme pour l’image, le confort acoustique est aussi présent, notamment à travers le remixage anglais DTS HD Master Audio 5.1, assez bluffant sur les scènes de concert, mais également dans les séquences plus calmes. En fait, toutes les scènes en extérieur peuvent compter sur une balance équilibrée des frontales comme des latérales, avec des effets qui environnent doucement, mais sûrement le spectateur. Les effets annexes sont présents et dynamiques. L’usage du caisson de basses reste limité ceci dit. Forcément, avec sa piste Mono Dual 2.0, la version française paraît plus cheap, mais n’en demeure pas moins dynamique et bénéficie d’un bon doublage avec à la barre la talentueuse Claudine Chatel (qui a souvent doublé Susan Sarandon, Helen Mirren, Barbra Streisand). Les sous-titres français ne sont pas imposés et signalons aussi au passage que les chansons – une fois n’est pas coutume – sont aussi sous-titrées en français.

Crédits images : © Rimini Editions / Universal Pictures / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.