Test Blu-ray / L’Été prochain, réalisé par Nadine Trintignant

L’ÉTÉ PROCHAIN réalisé par Nadine Trintignant, disponible en DVD et Blu-ray depuis le 16 juin 2021 chez LCJ Editions & Productions.

Acteurs : Philippe Noiret, Claudia Cardinale, Fanny Ardant, Jean-Louis Trintignant, Marie Trintignant, Jérôme Anger, Pierre-Loup Rajot, Judith Godrèche…

Scénario : Nadine Trintignant

Photographie : William Lubtchansky

Musique : Philippe Sarde

Durée : 1h50

Date de sortie initiale : 1985

LE FILM

Jeanne et Édouard Séverin partagent avec leurs six enfants un chalet dans les Alpes du Sud. Dino, une de leurs filles, décoratrice de profession, a pour compagnon un dramaturge, Paul, qui traverse une crise d’inspiration, qu’il ne résiste pas à lui faire partager et dont la jalousie maladive est de surcroît bien difficile à supporter. Quant à Sidonie, le couple qu’elle forme avec Jude, comme elle un brillant jeune pianiste, présente toutes les apparences d’une association harmonieuse et heureuse. Pour sa part, Édouard semble ne pas douter qu’il est un mari idéal et un père irréprochable. Il a pourtant de nombreuses aventures.

Regardez un peu cette affiche : Philippe Noiret, Claudia Cardinale, Jean-Louis Trintignant, Fanny Ardant, Marie Trintignant, ainsi que Christian et Serge Marquand. Ils sont tous réunis pour le septième long-métrage écrit et réalisé par Nadine Trintignant, qui fait donc tourner son époux, sa fille et ses deux frères pour un film forcément très personnel, L’Été prochain. Cinq ans après Premier voyage, la cinéaste faisait son retour au cinéma après avoir signé un documentaire sur le compositeur et homme politique grec Míkis Theodorákis (Z de Costa-Gavras, Zorba le grec de Michael Cacoyannis, Serpico de Sidney Lumet), en s’entourant une fois de plus des siens. L’Été prochain est avec Ça n’arrive qu’aux autres (1971) l’un des plus grands succès de Nadine Trintignant. Certes, cette comédie-dramatique n’a pas cassé la baraque au box-office à sa sortie avec 368.000 spectateurs en janvier 1985, où elle devait faire face à Train d’enfer de Roger Hanin, À nous les garçons de Michel Lang et même le Kaos des frères Taviani, mais a su tirer son épingle du jeu grâce à son fabuleux casting. Aujourd’hui, L’Été prochain demeure complètement méconnu, mais vaut assurément qu’on s’y attarde, rien pour admirer ses fabuleux comédiens, tous visiblement ravis de se donner la réplique.

Dino (Fanny Ardant) a trente ans. Elle a la passion mais aussi l’exigence de sa génération. Jeanne (Claudia Cardinale) a quarante ans. Chez elle, le bon sens, la bonté naturelle l’emportent sur le reste. Elle tentera bien de quitter Édouard (Philippe Noiret), un mari fantasque, mais reviendra dès qu’il aura besoin d’elle. Sidonie (Marie Trintignant) a vingt ans. Elle a la chance de rencontrer l’homme de ses rêves les plus fous. Vingt ans, trente ans, quarante ans. L’amour vécu différemment. Le temps qui passe pour des couples qui sont pères, frères, soeurs et dont les vies s’emmêlent et se démêlent. Et puis, d’un coup, l’horreur… l’accident… Édouard a une attaque. Les vieux enfants déroutés se retrouvent au chevet de papa, réunis, comme avant. Et, quand Édouard guérit, ils réintégreront leur propre vie, enrichis d’une expérience nouvelle : la rencontre avec la mort possible.

L’Été prochain démarre par une présentation des personnages principaux dans leur quotidien, quelques instantanés de vie capturés au ralenti, dont un magnifique avec Jean-Louis Trintignant et Fanny Ardant, au lit, faisant l’amour et riant sous les draps. Puis tirée, poussée, hissée, Jeanne, la mère de famille merveilleusement incarnée par Claudia Cardinale (la même année que le superbe Un homme amoureux de Diane Kurys) parvient in extremis en salle d’accouchement pour mettre au monde son petit dernier. Celle-ci mènerait une vie plutôt épanouie dans son chalet montagnard au milieu de ses cinq enfants, si elle ne venait pas de découvrir le caractère quelque peu volage de son mari Édouard. Malgré l’amour qu’il porte à son épouse, il ne peut s’empêcher de se « réchauffer » auprès de filles plus jeunes comme il le dit, surtout lors de ses déplacements professionnels. Parfois, Édouard reçoit la visite d’une fille d’un premier lit, Dino, accompagnée de son ami, Paul, de vingt ans son aîné. Dino exige de Paul un amour sans restriction ni concession. Il s’ensuit de nombreuses querelles qui défont peu à peu le couple. L’aînée des enfants de Jeanne et Édouard, Sidonie, une musicienne talentueuse, trouve dans son mariage avec Jude (Jérôme Anger), un pianiste virtuose, un équilibre que, par ailleurs, ses difficultés à affronter le public lui interdisent.

A travers cette famille, Nadine Trintignant raconte la vie trois couples, trois générations distinctes, trois façons de voir le monde, des impératifs divers, en amour surtout. Dans L’Été prochain, à la beauté lumineuse et éclatante de Fanny Ardant s’oppose celle plus grave et triste de Marie Trintignant. Les deux comédiennes sont exceptionnelles ici, pleines de feu, élégantes, érotiques, à fleur de peau, passionnées, des femmes qu’on a envie de prendre dans nos bras, de protéger, de combler, de faire rire, de rassurer, tout en sachant qu’elles feront de même pour nous en retour. Les hommes du film, surtout celui campé par l’impérial Philippe Noiret (juste après Les Ripoux), sont montrés comme des êtres incertains, non pas immatures, mais comme de grands enfants qui ne savent pas forcément ce qu’ils veulent, qui hésitent, qui se mettent à faire des choses qu’ils savent inappropriées, mais qu’ils ne peuvent pas s’empêcher de faire. Nadine Trintignant ne les juge pas, elle ne le fait d’ailleurs pour personne, elle les montre comme ils sont, dans leurs contradictions, dans leurs espoirs, dans leur peine aussi puisqu’ils sont obligés de faire avec, de vivre avec. L’amour est au centre de L’Été prochain, celui qui consolide le noyau familial, celui que l’on a perdu, mais qui est toujours bel et bien présent, celui qui naît aussi, celui qui aurait pu donner quelque chose de beau, mais qui a été interrompu pour une raison quelconque.

S’il ne révolutionne évidemment pas le genre, L’Été prochain est un film choral savoureux, une radiographie pertinente de la cellule familiale, que Nadine Trintignant dédie d’ailleurs à ses parents, et qui saura toucher les spectateurs de classes sociales diverses, d’hier et d’aujourd’hui, grâce à son ton doux-amer, sa sensibilité de chaque instant et bien sûr par le charme et l’immense talent de ses interprètes.

LE BLU-RAY

L’Été prochain a rejoint le catalogue de LCJ Editions & Productions en juin 2021. Le film de Nadine Trintignant est disponible en DVD et en Blu-ray. L’édition HD se présente sous la forme d’un boîtier classique de couleur bleue. Le visuel de la jaquette reprend celui de l’affiche originale d’exploitation. Le menu principal est animé et musical.

Pas de supplément…

L’Image et le son

L’Été prochain nous parvient en Haute-Définition. La copie est propre, immaculée même, les contrastes très élégants font honneur à la belle photo de l’immense chef opérateur William Lubtchansky (Noroît de Jacques Rivette, La Femme d’à côté de François Truffaut, Frankenstein 90 de Alain Jessua, Les Amants réguliers de Philippe Garrel), marquée par des couleurs chatoyantes. Le grain original est heureusement respecté, le cadre offre son lot conséquent de détails ciselés, la stabilité est de mise. En dehors de quelques sensibles pertes de la définition, ce Blu-ray s’avère solide et permet de redécouvrir L’Été prochain dans des conditions très satisfaisantes.

La piste française DTS-HD Master Audio Mono 2.0 est plutôt percutante. Aucun souffle n’est à déplorer, ni aucune saturation dans les aigus. Les dialogues sont vifs, toujours bien détachés, la musique de Philippe sarde est délivrée avec une belle ampleur. L’ensemble est aéré, fluide et dynamique. En revanche, notons l’absence de sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © LCJ Editions & Productions / Studiocanal – Tf1 Films Production / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.