Test Blu-ray / Joyeux bordel !, réalisé par Josh Gordon et Will Speck

JOYEUX BORDEL ! (Office Christmas Party) réalisé par Josh Gordon et Will Speck, disponible en DVD (version cinéma) et Blu-ray (version cinéma et version longue non censurée) le 21 avril 2017 chez Metropolitan Vidéo

Acteurs : Jason Bateman, Olivia Munn, Jennifer Aniston, T.J. Miller, Kate McKinnon, Courtney B. Vance, Jillian Bell

Scénario : Justin Malen, Laura Solon, Dan Mazer

Photographie : Jeff Cutter

Musique : Theodore Shapiro

Durée : 1h46 (version cinéma) / 1h51 (version longue non censurée)

Date de sortie initiale : 2016

LE FILM

Carole, patronne de la société Zenotek, n’en peut plus des frasques de Clay, son jeune frère. Celui-ci, qui ne pense qu’à faire la fête, n’est visiblement pas armé pour les affaires. Le chiffre d’affaires est catastrophique, à un point tel que Carole veut fermer la branche dont s’occupe son cadet. Elle lui lance un ultimatum : soit son équipe et lui trouvent le moyen de signer un contrat de plusieurs millions de dollars avec un gros client, soit ils se retrouvent sans emploi. Clay relève le défi. Il invite le client à une fête de Noël. Mais le tout-Chicago se retrouve dans le bâtiment et Clay et ses amis vont vite être dépassés…

Josh Gordon et Will Speck sont les réalisateurs du déjà culte Les Rois du patin, leur premier long métrage sorti en 2007, gros succès au box-office américain. En 2010, les compères ont remis le couvert pour le sous-estimé Une famille très moderne, interprété par le couple Jennifer Aniston – Jason Bateman. Pour leur nouveau film en commun, Josh Gordon et Will Speck ont cette fois misé sur une comédie chorale, Joyeux bordel !Office Christmas Party.

Pour la cinquième fois, Jason Bateman et Jennifer Aniston se donnent la réplique après La Rupture, Une famille très moderne et les deux opus de Comment tuer son boss ?. Si le premier a le rôle principal, la seconde fait plutôt une participation. Le reste du casting est à l’avenant puisque nous retrouvons également le déchaîné T.J. Miller, vu dans Cloverfield et Deadpool, mais aussi la divine Olivia Munn, la sexy Jamie Chung, l’hilarante Vanessa Bayer (Crazy Amy), l’allumé Rob Corddry (No Pain No Gain, Sex Tape) et la géniale Kate McKinnon. Cette dernière, humoriste très connue aux Etats-Unis, notamment pour sa participation à la mythique émission Saturday Night Live, pour laquelle elle a notamment été récompensée par un Emmy Awards du second rôle féminin dans une comédie, vole la vedette à chaque apparition dans le rôle de de Mary, la RH vieille-fille au pull col roulé et à la démarche manche à balai. Génie comique vue dans le reboot-remake de Ghostbusters et Les Cerveaux, elle déclenche systématiquement les fous-rires.

Une fois n’est pas coutume, le titre français de Office Christmas Party est très bien trouvé et nullement trompeur. A la tête de l’entreprise familiale basée à Chicago, Carole (Jennifer Aniston, excellente en boss peau de vache) menace de fermer la branche dirigée par son frère fêtard Clay (T.J. Miller) et son équipe de bras-cassés qui pensent plus à s’éclater qu’à faire des bénéfices. Il n’en fallait pas plus à ce dernier pour qu’il leur fixe une ultime mission : organiser dans les bureaux une soirée de Noël totalement épique et hors-norme afin d’impressionner un de leurs plus gros clients convoités et signer un contrat qui pourrait sauver leur boulot. Mais cela va très vite dégénérer. Voilà le pitch.

Amis de la comédie américaine déjantée, Joyeux bordel ! est fait pour vous ! S’il ne révolutionne en rien le genre, le film de Josh Gordon et Will Speck porté par un casting frappadingue offre de savoureux moments de déconnade. Certes, cela ne va jamais aussi loin qu’un Projet X, mais Joyeux bordel ! contient ce petit truc grinçant sur le travail quotidien et les relations professionnelles qui empêche le film de tomber dans le tout-venant. De plus, certains gags sont vraiment bien trouvés et l’alchimie des acteurs est évidente.

Malgré un dernier acte qui part un peu dans tous les sens avec une pseudo-intrigue d’argent convoité, d’enlèvement, de logiciel informatique révolutionnaire, de poursuite en voiture, Joyeux Bordel ! s’avère un divertissement réussi, bien réalisé et mené à cent à l’heure, gentiment vulgaire et potache, toujours généreux, poilant et soucieux d’offrir aux spectateurs un interlude où ils pourront oublier les soucis du quotidien. Mission accomplie donc pour ce film qu’on aura plaisir à revoir durant les fêtes de fin d’année où il pourrait devenir comme un rituel.

LE BLU-RAY

La version longue non censurée de Joyeux bordel !est uniquement disponible en Blu-ray. Le test de l’édition HD a été effectué sur un check-disc. Le menu principal est soigné, élégant, animé sur fond d’animations et musical.

Tout d’abord, dommage que l’éditeur ne propose pas le commentaire audio de Josh Gordon et de Will Speck avec les sous-titres français. Ce supplément, uniquement dispo sur la version cinéma, ne sera destiné qu’aux plus anglophiles de nos lecteurs.

Ensuite, l’essentiel de cette interactivité repose sur les scènes inédites (9’), les scènes coupées et allongées (3’) et les scènes coupées additionnelles (8’).

La première section renferme les différentes improvisations des comédiens et des répliques alternatives. La seconde propose notamment une fin alternative plus romantique. La dernière cumule les scènes rajoutées dans le montage dit non censuré.

N’oublions pas le making of (12) traditionnel, composé des propos de toute l’équipe (acteurs, réalisateurs, producteurs) et d’images hilarantes de tournage où l’on peut voir que les comédiens se faisaient rire eux-mêmes sur le plateau durant les prises.

L’Image et le son

L’éditeur frôle la perfection avec ce master Haute Définition où la seule petite faiblesse provient d’un certain manque d’éclat de la palette colorimétrique. En dehors de cela, la profondeur de champ demeure insondable, les blancs brillants et les gros plans, tout comme les superbes panoramas sur Chicago, bénéficient d’un piqué pointu au relief impressionnant. Une fois n’est pas coutume, ce sont surtout les nombreuses séquences nocturnes qui apparaissent les plus fluides avec de belles ambiances tamisées, des noirs denses et une restitution des textures plus appliquées. C’est ce qu’on appelle un transfert élégant.

Si vous ne voulez pas vous faire arrêter pour tapage nocturne, veillez à ce que vos voisins soient partis en vacances pour profiter de l’incroyable piste anglaise DTS-HD Master Audio 7.1 qui explose littéralement les enceintes et le caisson de basses. C’est avec ce mixage que vous vous rendrez compte si votre installation tient le choc. Certes, la bande originale ne brille pas par sa finesse, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ambiance est survoltée. La première partie du film, dite calme, se concentre essentiellement sur les frontales et la délivrance des dialogues sur la centrale. Sur le papier, la piste française doit se « contenter » d’une piste DTS-HD Master Audio 5.1, qui n’en demeure pas moins explosive sur les séquences de fiesta et la poursuite finale. L’éditeur joint également une piste Audiodescription, ainsi que les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : ©  Amblin Partners, Bluegrass Films, DreamWorks, Reliance Entertainment / Captures du Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.