Test Blu-ray (édition Rimini Editions) / Avanti !, réalisé par Billy Wilder

AVANTI ! réalisé par Billy Wilder, disponible en DVD et Blu-ray le 17 mars 2020 chez Rimini Editions.

Acteurs : Jack Lemmon, Juliet Mills, Clive Revill, Edward Andrews, Gianfranco Barra, Franco Angrisano, Pippo Franco…

Scénario : Billy Wilder, I.A.L. Diamond

Photographie : Luigi Kuveiller

Musique : Carlo Rustichelli

Durée : 2h15

Date de sortie initiale : 1972

LE FILM

Riche homme d’affaires américain, Wendell Armbruster III débarque sur l’île d’Ischia, en Italie, pour y récupérer la dépouille de son père. Il découvre que celui-ci avait une maîtresse, qu’il retrouvait chaque été depuis dix ans, et dont la fille Pamela loge dans le même hôtel que lui. Wendell souhaite à tout prix éviter le scandale que provoquerait une telle révélation.

Considéré à juste titre comme l’un des plus grands réalisateurs du cinéma américain, Billy Wilder excelle dans la comédie, utilisant un ton moraliste et caricatural. Il n’hésite pas à insérer des sujets audacieux, qu’il traite avec légèreté. Il signe des chefs d’œuvre tels que Sept ans de réflexion, Certains l’aiment chaud, La Garçonnière, Un, deux, trois, Irma la Douce, Embrasse-moi idiot ou encore La Grande Combine.

En 1972, Billy Wilder réalise Avanti !, l’adaptation d’une pièce de Samuel A. Taylor, jouée quatre ans plus tôt. A cette occasion, il retrouve son acteur fétiche, Jack Lemmon, qu’il dirigera dans sept films. Ce dernier incarne un personnage peu appréciable, un millionnaire du nom de Wendell Armbruster Jr., souvent colérique et qui méprise toutes les personnes pouvant croiser son chemin. Il faudra attendre que le charme de Pamela Piggott, jouée par Juliet Mills, apparaisse pour rendre Wendell Armbruster plus attachant.

Tout oppose ces deux personnages, que ce soit le milieu social ou la vision de la vie. Rien ne pouvait envisager leur rencontre. Pourtant, ils se retrouvent dans une situation cocasse. Le père de l’un et la mère de l’autre ont eu une liaison amoureuse secrète avant de décéder tous les deux dans un accident de voiture. Les enfants des amants vivent le deuil différemment. Pour le riche homme d’affaires, il ne s’agit que d’une tonne de paperasserie à régler le plus rapidement possible, tandis que pour Pamela Piggott, c’est une épreuve à surmonter.

La scène de la morgue montre tout le talent de Billy Wilder, mélangeant les genres de la comédie et du drame. Touchante quand le millionnaire, qui nous montrait jusqu’ici un cœur de pierre, laisse apparaître pendant un instant ses émotions face à la dépouille de son père, mais aussi comique grâce au personnage du coroner, joué par Pippo Franco. Ce protagoniste possède dans les poches de sa veste tout ce qu’un bureau peut contenir, tamponne les documents à un rythme effréné et ne se laisse pas intimider face à un Jack Lemmon trop impatient.

Billy Wilder nous propose un voyage en Italie, sur une petite île du nom d’Ischia, où a eu lieu l’accident. Ces paysages, superbement mis en valeur par les plans et la photographie, vous donneront sans aucun doute envie de visiter l’île. La bande originale, parfois entraînante, parfois plus douce dans des scènes plus tendres, reflète parfaitement l’Italie. C’est dans ce lieu poétique que nos deux personnages principaux vont petit à petit tomber amoureux et le film prendre des allures de comédie romantique.

La scène de la baignade en tenue d’Adam et Ève est d’une grande beauté. Billy Wilder ose montrer le corps vieillissant de Jack Lemmon et les formes de la ravissante Juliet Mills, bien qu’elle interprète le rôle d’une femme soi-disant en surpoids. Cette séquence est touchante, puisqu’elle montre le rapprochement amoureux entre deux êtres. Mais une fois de plus, une petite touche comique vient s’ajouter, Jack Lemmon est drôle dans la peau de ce personnage qui se montre très pudique face à une femme nue, à l’aise sur un rocher, allant jusqu’à interpeller des hommes sur un bateau. Wendell Armbuster, étant marié, Billy Wilder revient sur le thème de l’adultère, qu’il avait déjà traité dans Sept ans de réflexion.

Par la suite, nos deux protagonistes vivent des péripéties loufoques. Par exemple, les corps des défunts se sont volatilisés, volés par une famille mafieuse, avec des « gueules » hors du commun, qui demande une rançon. Avanti ! a étonnement un récit très étiré. Billy Wilder a pourtant démontré plus d’une fois sa maîtrise du rythme au fil de sa carrière, mais semble ici plus en dents de scie. Malgré tout, Avanti ! garde une certaine fraîcheur, avec des répliques savoureuses. Une partie du film se déroule dans un hôtel, la mise en scène devient théâtrale, les portes claquent. Les seconds rôles sont intéressants, comme le maître d’hôtel, joué par Clive Revill, entièrement dévoué à Wendell Armbuster ou encore ce voyeur, joué par Gianfranco Barra, qui prend des photos compromettantes afin de faire du chantage.

Lors de sa sortie dans les salles, Avanti ! a eu un succès très moyen. Billy Wilder devait réaliser par la suite trois autres films avant de mettre un terme à sa carrière. Bien que celui-ci ne soit pas le meilleur de sa filmographie, Avanti ! mérite d’être réévalué et redécouvert. La magie des films de Billy Wilder continue d’opérer, malgré le temps qui passe.

LE BLU-RAY

Le DVD et le Blu-ray du film Avanti ! sont disponibles chez Rimini Editions, huit ans après une première édition HD française chez Filmedia. Le visuel de la jaquette est soigné. On retrouve le même style original que les éditions précédentes des films de Billy Wilder : un mélange entre dessin et montage photos sur un fond de couleur unie. Le menu principal est musical et animé sur des extraits, le visuel de la jaquette est également présent.

A travers une interview (15′), l’acteur Pippo Franco, qui joue le rôle du coroner, nous livre plusieurs anecdotes : comment il est arrivé sur ce film, la façon dont Billy Wilder l’a dirigé, la conception de son personnage, sa relation avec Jack Lemmon et Juliet Mills sur le tournage ou encore l’importance de ce rôle sur la suite de sa carrière. L’acteur parlant italien, l’interview est sous-titrée en français et entrecoupée par des extraits du film.

Mathieu Macheret (critique cinéma pour Le Monde) et Frédéric Mercier (critique cinéma pour Transfuge) conversent autour du film (28′), comme sur les autres titres de Billy Wilder édités par Rimini Editions. A deux, ils analysent la carrière du maître et abordent Avanti !, ainsi que la musique, les acteurs, le rythme, le décor, les personnages ou encore le scénario. Leurs propos se complètent. Cette conversation est entrecoupée par des extraits du film.

A l’intérieur du boîtier se trouve un livret (24 pages), rédigé par Marc Toullec, intitulé Et la tendresse ? Bordel !. Se documentant à partir de plusieurs ouvrages, l’auteur revient sur la carrière de Billy Wilder, le style de ses films, la création et l’évolution du scénario du film Avanti !, le choix des acteurs, les choix artistiques, les influences, la collaboration avec le compositeur de la bande originale et le directeur artistique ainsi que les explications sur l’échec du film à sa sortie. Le texte cite des témoignages du réalisateur Billy Wilder, du scénariste I. A. L. Diamond et de l’actrice Juliet Mills. Le livret comporte des photos de tournage, des affiches et images extraites du film.

L’interactivité se clôt sur le film annonce.

L’image et le son

Le film n’ayant pas loin de cinquante ans, l’image HD reste remarquable. Elle nous permet de profiter agréablement des beaux paysages italiens. Le travail sur les couleurs est soigné. Malgré tout, de légères imperfections sont visibles, des poussières sont présentes tout le long du film. Cela peut créer un certain charme nostalgique pour certains mais aussi décevoir d’autres spectateurs qui aiment la perfection.

Le Dual Mono DTS-HD permet une immersion sonore plaisante. Dans la version française, Jack Lemmon est doublé par Michel Roux, célèbre acteur de théâtre de boulevard et est une grande figure du doublage. Il a prêté sa voix à Peter Sellers, Cary Grant, Frank Sinatra, Jerry Lewis et Tony Curtis. Sa voix colle parfaitement au personnage de Jack Lemmon et le doublage est d’une grande clarté. Sinon, pour les amateurs de la version originale en anglais, elle est aussi évidemment disponible. L’éditeur joint également des sous-titres français, non imposés sur la version originale.

Crédits images : © Rimini Editions / MGM / Critique et chronique du Blu-ray : Jérémy Joly / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.