Test DVD / Mississippi Blues, réalisé par Bertrand Tavernier et Robert Parrish

MISSISSIPPI BLUES réalisé par Bertrand Tavernier et Robert Parrish, disponible en DVD depuis le 13 janvier 2012 chez Tamasa Diffusion.

Acteurs : Bertrand Tavernier, Robert Parrish, William Ferris…

Scénario : Bertrand Tavernier, Robert Parrish

Photographie : Pierre-William Glenn

Durée : 1h33

Date de sortie initiale : 1983

LE FILM

D’un long périple sur les routes du “Vieux Sud” américain, les cinéastes Bertrand Tavernier et Robert Parrish ont ramené une moisson d’images pittoresques, hommage sensible à un pays qui, au-delà de ses propres mythes, est resté fidèle à lui-même. Des lieux qui inspirèrent William Faulkner à ceux qui virent gronder la révolte noire dans les années 60, les deux voyageurs n’ont pas hésité à se mêler aux populations locales, dans les églises, les “bars à blues” ou ailleurs…

Le passé n’est pas mort. Il n’est même pas encore passé.

William Faulkner.

Plus que les Etats-Unis, Bertrand Tavernier a toujours été fasciné par l’histoire du Sud du pays. En 1983, il décide de s’y rendre pour réaliser un de ses rêves, faire un voyage de six semaines à travers l’état du Mississippi, bordé à l’ouest par la Louisiane et l’Arkansas, au nord par le Tennessee, à l’est par l’Alabama et au sud par le golfe du Mexique. Avec une équipe réduite, mais aussi avec l’aide du réalisateur-scénariste Robert Parrish, Bertrand Tavernier traverse les routes et part à la rencontre d’hommes et de femmes, d’étudiants et d’hommes d’église, d’afro-américains et de blancs, de chômeurs et d’hommes de pouvoir. En résulte le fabuleux portrait d’un pays figé dans ses traditions, gangrené par le racisme, la suprématie des WASP, rongée par le manque de travail et la pauvreté. Mississippi Blues est un fabuleux film-documentaire, à travers lequel la musique, omniprésente, prend également une place importante et devient une complainte pour résister et survivre.

Egalement connu sous le titre Pays d’octobre, dont il existe une version longue réalisée pour la télévision et coupée en quatre segments, Mississippi Blues (1983) est bien plus qu’un reportage du Sud des Etats-Unis. C’est avant tout une expérience humaine et musicale scellée par une amitié forgée dès les années 1960 entre deux hommes de cinéma : l’un français et et l’autre américain. « Il est des pays que l’on a déjà tellement exploré dans ses rêves, à travers des films et des livres, que s’y rendre tient tout à la fois du pèlerinage et de la découverte. Le Sud des États-Unis par exemple », murmure, en voix off, Bertrand Tavernier, à l’orée de cet émouvant voyage. Pays d’octobreMississippi Blues, entre ville et campagne, entre blues et gospel, est parcouru par l’amour inconsidéré du réalisateur pour ce pays, pour sa culture foisonnante, son melting-pot, ses paysages, son histoire, sa musique, sa littérature. L’ombre de William Faulkner plane tout du long sur le film, qui démarre d’ailleurs le long du Oxford Memorial Cemetery, où l’écrivain repose à jamais.

Tout est politique dans Mississippi Blues, puisque malgré la fin de la ségrégation, la lutte pour les droits civiques et l’intégration continue. Bertrand Tavernier suit son confrère et ami Robert Parrish, de vingt ans son aîné, s’extasie devant des bayous et décide de s’y attarder, tandis que le second rit en lui disant qu’ils ne sont pas prêts d’avancer s’il ne cesse de filmer la végétation humide et luxuriante. La caméra s’attarde dans les églises, durant les sermons, au cours des transes qui s’étirent, comme si Bertrand Tavernier attendait le moment où Dieu allait répondre aux pasteurs et à ses ouailles. Evidemment en vain. Mais le miracle est ailleurs, dans cette résistance des petits habitants à la peau noire, parqués dans des habitations de fortune, qui s’opposent à la violence et exorcisent leurs démons à travers quelques notes d’harmonica ou de guitare.

Mississippi Blues est une odyssée, où Robert Parrish (1916-1995), Oscar du meilleur montage en 1948 pour Sang et or Body and Soul de Robert Rossen, réalisateur de L’Enfer des tropiquesFire Down Below (1957), crédité en tant que co-réalisateur sert surtout de guide à Bertrand Tavernier et à son équipe, tout en se livrant sur son enfance. Une caméra capte de temps en temps la réaction du cinéaste français, souvent le sourire aux lèvres, tandis qu’il découvre des trésors perdus dans les coins reculés du pays de l’Oncle Sam ou lorsque français et américains se confrontent au baseball. Véritable road-movie, Mississippi Blues passe de bourgade en bourgade, et donc de chapitre en chapitre sur l’histoire américaine. Une séquence renvoie même au formidable documentaire de Werner Herzog, How Much Wood Would a Woodchuck Chuck (1976), qui se déroulait durant le 13e championnat du monde des commissaires-priseurs de vente de bétail, au sein d’une communauté Amish. A l’instar de Bertrand Tavernier, Werner Herzog y tournait son premier film sur le sol américain. Dans Mississippi Blues, on retrouve cette même fascination pour le langage, comme qui dirait une poésie du capitalisme, la langue de la propagande du système économique.

Bertrand Tavernier déambule dans un décor de cinéma à ciel ouvert, regarde ce qui l’entoure avec des yeux de gosse, mais son œuvre demeure avant tout un implacable constat politique et social. D’une richesse inouïe, Mississippi Blues se dévoile avant tout par sa beauté, par ses routes cabossées, ses boutiques alignées sur l’artère principale des patelins, puis les églises apparaissent et le film prend une autre tournure une fois que la caméra s’immisce dans les lieux de culte où religion et pouvoir sont souvent mêlés comme les racines des saules pleureurs qui jouxtent la rive du plus long fleuve des Etats-Unis. Bertrand Tavernier y reviendra un quart de siècle plus tard pour y tourner l’adaptation du roman et chef d’oeuvre de James Lee Burke, Dans la brume électriqueIn the Electric Mist. Un livre qui lui revenait de droit.

LE DVD

Mississippi Blues est disponible en DVD depuis janvier 2012 chez Tamasa Diffusion. Cette chronique s’inscrit dans le cadre de notre rubrique “Le DVD/Blu-ray du grenier”. Le disque repose dans un Digipack élégant. Le menu principal est fixe et musical.

Le premier supplément est un entretien avec William Ferris (6’30), réalisateur, consultant, photographe, animateur radio et universitaire américain. Spécialiste éminent de la culture du Sud des États-Unis, ayant publié de nombreux ouvrages sur le blues du Mississippi, William Ferris a participé à Mississippi Blues en co-produisant le film, mais aussi en guidant Bertrand Tavernier à travers les univers religieux et profanes du Mississippi. Il évoque ici ce film unique, témoignage sur le blues, ainsi que les thèmes abordés et ce qui a changé (ou pas) aux Etats-Unis depuis la réalisation de Pays d’octobre.

On retrouve William Ferris dans le bonus suivant, cette fois en compagnie de Bertrand Tavernier (20’35). Les deux hommes, amis et collaborateurs, s’expriment tour à tour (même si le second laisse surtout parler le premier) sur la genèse du film, les conditions de tournage, les intentions et les partis pris de Mississippi Blues.

Last but not least, Tamasa propose quelques extraits de la série Pays d’octobre (1h04). Bertrand Tavernier avait en effet monté une version plus longue de Mississippi Blues, intitulée Pays d’octobre, constituée de quatre épisodes. Il s’agit ici d’extraits de la première et de la quatrième partie, des images que l’on ne retrouve pas dans le montage cinéma. Ces extraits tournent surtout autour de William Faulkner, à travers des témoignages de ceux qui l’ont connu dans les dernières années de sa vie, ainsi que la visite de sa dernière demeure. Puis, les sujets du racisme et du langage sont évoqués plus frontalement à travers l’histoire de John Meredith, le premier étudiant noir-américain de l’université du Mississippi, jusqu’alors réservée aux étudiants blancs. L’équipe part à la rencontre d’étudiants afro-américains et blancs qui s’expriment sur cet évènement survenu vingt ans auparavant, et si cela a changé les mœurs de la ville.

L’éditeur joint également un livre de cinq pages, comprenant quelques propos de Robert Parrish, de Bertrand Tavernier, de Pierre-William Glenn, ainsi que le synopsis.

L’Image et le son

Le directeur de la photographie Pierre-William Glenn, indique que « Mississippi Blues devait retrouver les teintes douces, pastel, qui caractérisent cette région. Retrouver les couleurs qui transparaissaient dans la plupart des pages de Falkner et que l’on ne sent pas dans les films américains, peut-être parce qu’ils sont tournés à d’autres saison ». La copie présentée par Tamasa Diffusion fait d’abord peur avec son générique moucheté de poussière et de griffures, parasitée par divers fourmillements. Puis, tout cela s’améliore et se stabilise, avec une palette chromatique qui se dévoile subtilement, conformément aux partis pris originaux et aux volontés artistiques des auteurs. Certaines scories demeurent, ainsi que des points de raccord de montage, mais dans l’ensemble le master ne manque pas de qualités.

Une piste unique qui mixe à la fois quelques commentaires en français et la langue anglaise. Certains échanges sont plus couverts que d’autres, mais dans l’écoute reste fluide et les très nombreux passages musicaux n’occasionnent aucune saturation.

Crédits images : © Little Bear / Tamasa Diffusion / Captures DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.