Test Blu-ray / Attention bandits !, réalisé par Claude Lelouch

ATTENTION BANDITS ! réalisé par Claude Lelouch, disponible en DVD et Blu-ray le 6 janvier 2022 chez Metropolitan Video.

Acteurs : Jean Yanne, Marie-Sophie L., Patrick Bruel, Corinne Marchand, Charles Gérard…

Scénario : Claude Lelouch & Patrick Uytterhoeven

Photographie : Jean-Yves Le Mener

Musique : Francis Lai

Durée : 1h49

Année de sortie : 1986

LE FILM

Receleur de son état, Simon Vérini se voit confier, par un jeune truand surnommé « Mozart », le butin d’un hold-up chez Cartier. Mais la transaction tourne mal : sa femme est tuée sous ses yeux et il est accusé du vol. Simon se retrouve en prison pour 10 ans, après avoir toutefois eu le temps de confier sa fille, Marie-Sophie, à un collège suisse. Lorsqu’il sort, il n’a qu’une idée en tête : se venger…

Quand il entame Attention bandits !, Claude Lelouch a déjà plus de 25 ans de carrière, un Oscar du meilleur film étranger, un autre du meilleur scénario original, une Palme d’or et un Golden Globe (pour Un homme et une femme), plusieurs sélections officielles au Festival de Cannes, et bien sûr moult succès au box-office, Vivre pour vivre (1967), Le Voyou (1970), L’Aventure c’est l’aventure (1972) et bien d’autres. Le réalisateur démarre les années 1980 par le triomphe des Uns et les autres, puis le résultat de ses opus suivants sont plus décevants. Edith et Marcel ne franchit pas la barre des 900.000 entrées, même chose pour Partir, revenir, mais c’est surtout Un homme et une femme : Vingt ans déjà qui se plante avec 469.000 entrées, un score dix fois moins performant que celui de son film le plus emblématique, qui sera plus ou moins renié par la suite. Un an plus tard, Claude Lelouch fait néanmoins son comeback sur les écrans avec Attention bandits !, un polar forcément insolite, qui ne ressemble qu’à son auteur, qui joue avec les codes du genre, mais digérés et révisés par le cinéaste, interprété par Jean Yanne, impérial, Patrick Bruel (entre Profs de Patrick Schulmann et La Maison assassinée de Georges Lautner) et la merveilleuse Marie-Sophie L.

Mozart et trois autres jeunes bandits ont réussi un casse chez Cartier à Paris. Il contacte Verini, afin qu’il écoule les bijoux. Ce dernier accepte, mais, alors qu’il allait partir pour Amsterdam, il reçoit un coup de fil d’un mystérieux personnage qui lui dit détenir sa femme en otage et lui propose de la libérer en échange de la valise des bijoux. Le gangster tue la femme de Verini pendant l’échange. Ne se sentant plus en sécurité, Verini place sa fille, Marie-Sophie, dans une pension de luxe en Suisse. À son retour en France, Verini est arrêté et condamné à dix ans de prison pour vol. Pendant son incarcération, il fait croire à sa fille qu’il est en déplacement pour affaires au Brésil avec son épouse et lui fait envoyer des cartes postales et des objets souvenirs. Au bout de quelques années, il lui avoue qu’il n’est pas au Brésil mais en prison, puis plus tard que sa mère est morte tragiquement. À sa sortie de prison, Verini n’a qu’une idée en tête : se venger. Il cherche le coupable et ne pense qu’à cela en se faisant aider par sa fille. Il pense d’abord à Mozart ou l’un de ses trois complices, mais n’a aucune preuve. C’est la femme du tueur aujourd’hui séparée de ce dernier qui finit par se confier à Verini. Verini emmène sa fille Marie-Sophie se recueillir dans son ancienne propriété où est enterrée sa femme en secret. Ils demandent donc l’autorisation d’aller et venir dans la propriété, ce qu’on les laisse faire, mais les maîtres des lieux, intrigués, se rendent ensuite sur le lieu de recueillement, déterrent le cadavre et préviennent la police. En Bourgogne, Verini, accompagné de sa fille et de son ami Tonton, retrouve les assassins de sa femme.

Attention bandits ! démarre comme un film bucolique, autour d’une partie de pêche entre Simon, le père, et sa fille Marie-Sophie, sa « princesse », à qui il apprend les rudiments du lancer. Nanouchka, l’épouse de Simon et la mère de Marie-Sophie n’est jamais très loin. Leur quotidien est soudainement bouleversé par l’arrivée inopinée du jeune Julien aka Mozart (il aurait fait son premier casse à l’âge de cinq ans), qui souhaite s’entretenir avec Simon. Nous sommes le 15 novembre 1976 et Jean Gabin vient de mourir. Les trois chaînes de télévision rendent hommage au « Vieux », ainsi que les journaux, tandis que sa voix résonne à la radio avec le légendaire Maintenant je sais. Ce que Simon ne sait pas encore, c’est que l’affaire, en apparence simple, qu’on vient de lui proposer, va lui arracher tout ce à quoi il tient le plus dans son existence. Et Claude Lelouch va plonger son audience dans celle-ci, en lui faisant franchir un pont temporel d’une dizaine d’années. Il se dégage d’Attention bandits ! une douceur, une tendresse, une sensibilité que l’on doit autant à l’interprétation intense du tandem Jean Yanne – Marie-Sophie L., qu’aux dialogues, souvent admirables écrits par Pierre Uytterhoeven, complice du metteur en scène depuis L’Amour avec des si (1964). Après une première partie située dans les années 1970, Claude Lelouch laisse défiler les années par l’intermédiaire d’une relation épistolaire entre un père et sa fille, séparés par l’univers carcéral, une passerelle légère et magnifique, où l’on voit Marie-Sophie grandir dans son pensionnat suisse, jusqu’à prendre les traits de Marie-Sophie L., et Simon se dégarnir à mesure que les murs de sa cellule s’étoffent de photos et de lettres.

Durant ces dix ans en prison, où Simon, ancien receleur de renom, a été envoyé pour un crime qu’il n’a pas commis, a eu le temps de réfléchir à sa vengeance. Mais pour citer le titre d’un film de Georges Lautner, est-ce bien raisonnable ? Car Simon pourrait enfin profiter des années qui lui reste auprès sa fille, avec laquelle il a déjà perdu trop de temps, ainsi que l’occasion de la voir devenir une jeune femme. Cependant le passé, surtout quand celui-ci a été lié à la criminalité, a toujours cette fâcheuse tendance à ressurgir. Mais, fascinée par la personnalité hors du commun de son père, Marie-Sophie va plonger dans le monde du banditisme et tomber amoureuse de Mozart, l’ancien jeune délinquant rencontré en 1976, peut-être responsable de la mort de Nanouchka, que le destin va remettre sur leur chemin.

Claude Lelouch s’amuse avec le polar, qu’il agrémente d’une délicatesse inattendue, à travers une histoire d’amour, celle d’un mari pour son épouse, qui a été assassinée, celle d’un père pour sa fille. Le polar reprend le dessus dans une dernière partie vraiment bien troussée, durant laquelle Mikhaïl Gorbatchev doit assister à une représentation à l’Opéra de Paris en compagnie de François Mitterand. Cette rencontre (juste une toile de fond), va entraîner un épisode romanesque, qui ne fonctionnerait sans doute pas chez un autre réalisateur, mais la pilule passe bien ici, d’autant plus que Patrick Bruel, au coeur de cet évènement dans le film, s’avère impeccable et attachant dans la peau du voyou amoureux.

Avec ses couleurs automnales, sa mise en scène collée au plus près des visages des comédiens, Attention bandits ! se révèle être un très bon cru, qu’on déguste du début à la fin, qui laisse de beaux souvenirs après la projection, liés en particulier à la grâce et au magnifique regard de Marie-Sophie L., alors épouse et muse de Claude Lelouch, qui de son côté atteint toujours, ou tout du moins souvent les sommets quand il revient à une certaine sobriété, aussi bien sur le fond que sur la forme.

LE BLU-RAY

La première apparition en DVD d’Attention bandits ! Remonte à 2002 chez TF1 Studio. Puis, le film de Claude Lelouch revenait quatre ans plus tard chez Lancaster, avant de connaître une nouvelle vie chez Marco Polo Production en 2014. Janvier 2022, Attention bandits ! est à nouveau présenté en DVD et pour la première fois en Haute-Définition chez Metropolitan Vidéo. Le menu principal est fixe et musical.

L’interactivité de cette édition Blu-ray se résume à la bande-annonce.

L’Image et le son

Attendu par les fans de Claude Lelouch, Attention bandits s’offre enfin à nous en Haute définition (1080p), dans une nouvelle copie entièrement restaurée. Parfois sensiblement ouatée, l’élégante photo signée Jean-Yves Le Mener (L’Opération Corned Beef, Itinéraire d’un enfant gâté, Les Visiteurs, La Vengeance d’une blonde) n’a jamais été aussi belle à l’écran. Cette édition renforce les contrastes et l’homogénéité n’est jamais prise en défaut. Le codec AVC consolide l’ensemble, l’image est stable, entièrement débarrassée de scories diverses et variées, les scènes en extérieur affichent une luminosité inédite, tout comme un relief inattendu, un piqué souvent pointu et des couleurs automnales clinquantes. N’oublions pas les séquences aux éclairages tamisés, superbement rendues. Hormis quelques saccades notables et de légères pertes de la définition, revoir Attention bandits dans de telles conditions ravit les pupilles !

Ce mixage DTS-HD Master Audio Mono 2.0 instaure un confort acoustique total. Les dialogues sont ici délivrés avec ardeur et clarté, la propreté est de mise, les effets riches et les silences denses, sans aucun souffle. La composition de Francis Lai jouit également d’un écrin phonique somptueux. En revanche, point de sous-titres français destinés au public sourd et malentendants, mais des sous-titres anglais…

Crédits images : © Metropolitan FilmExport / Les Films 13 / TF1 Films production / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.