Test Blu-ray / 13 Minutes, réalisé par Lindsay Gossling

13 MINUTES réalisé par Lindsay Gossling, disponible en DVD et Blu-ray le 6 avril 2022 chez AB Vidéo.

Acteurs : Amy Smart, Thora Birch, Sofia Vassilieva, Anne Heche, Paz Vega, Peter Facinelli, Laura Spencer, Trace Adkins…

Scénario : Lindsay Gossling, d’après une histoire de Travis Farncombe

Photographie : Steve Mason

Musique : Ariel Marx

Durée : 1h48

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

Alors qu’une nouvelle journée ordinaire commence pour les habitants de la petite ville américaine de Siren, la nature en a décidé autrement. Les habitants n’ont que 13 minutes pour trouver un abri avant que la plus grande tornade jamais enregistrée ne ravage la ville. Ils vont devoir se battre pour protéger leurs proches et lutter pour leur vie. Livrées à elles-mêmes pour faire face à la catastrophe, quatre familles doivent surmonter leurs différences et trouver en elles la force de survivre.

Le film de tornades appartient au genre catastrophe et a su livrer moult séries B et Z, qui ont contribué à fleurir les bacs de DVD chez Cash Express ou Easy Cash. Si l’opus le plus célèbre reste bien évidemment Twister de Jan de Bont, l’un des plus grands succès de l’année 1996, on ne compte plus les ersatz qui ont essayé depuis de reprendre les mêmes ingrédients, sans y parvenir, mais il faut bien l’avouer sans les mêmes moyens financiers non plus. L’un des derniers à avoir tenté de retrouver cette essence demeure Hurricane (2018) de Rob Cohen, une vraie série Z, laide à regarder, mais qui contre toute attente divertissait sans mal avec ses FX ratés, son interprétation neurasthénique et ses scènes d’action invraisemblables. 13 Minutes de Lindsay Gossling n’est pas du tout à ranger dans cette catégorie. Loin des Sharknado, de F6 Twister (Au coeur de la tornade et Christmas Twister pour les connaisseurs) dans lequel Casper Van Dien affrontait la nature en colère, ou bien encore de Stone Impact avec ses effets spéciaux rigolos réalisés avec un Amstrad 6128+ à cartouche, sans oublier les trucs du style Twister Apocalypse, Twister II : Extreme Tornado, Black Storm, Final Storm, voici enfin un film intelligent avec un cyclone en toile de fond, un premier long-métrage prometteur. Venue du documentaire, elle impose une réelle sensibilité à travers les portraits croisés de cette poignée de personnages, les habitants d’une petite bourgade, qui va être complètement rasée par une colossale tornade. Après avoir présenté ses protagonistes et les enjeux durant 55 minutes, les éléments naturels se déchaînent et les conséquences seront forcément cataclysmiques. Ce qui est loin d’être le cas de ce 13 Minutes, dont la mise en scène délicate, la réussite des effets visuels et l’excellence du casting emportent facilement l’adhésion.

De nos jours, alors que l’arrivée d’une tornade d’un niveau s’annonce de plus en plus précisément au fil de la journée, les habitants de la petite ville de Minninnewah (ville de fiction) en Oklahoma réagissent plus ou moins efficacement ou inconsciemment. Le système d’alerte par sirène trop souvent utilisé a perdu de son efficacité, certains gagnent les abris, d’autres, moins prudent ou malchanceux, doivent affronter la tornade qui va détruire complètement la bourgade.

Certains trouveront sans doute le temps long, car même si quelques signes annonciateurs commencent à apparaître ici et là, l’orage qui se lève, divers éclairs, des cumulus dans le ciel bleu étincelant, le vent qui balaie les enseignes suspendues, l’essentiel de 13 Minutes repose pendant près d’une heure sur l’exposition de celles et de ceux dont le destin sera frappé par la tornade que l’on attend tous. Lindsay Gossling et son co-auteur Travis Farncombe parviennent à créer l’empathie nécessaire, à laquelle se raccrocher pour vivre plus intensément les événements dans lesquels ils se trouvent plongés. Pour cela, outre une qualité d’écriture évidente, 13 Minutes bénéficie d’une distribution composée d’acteurs excellemment dirigés, loin des habituels has-been cantonnés aux productions bas de gamme. On retrouve ainsi Laura Spencer (Jessica Warren de la série Bones, Emily Sweeney dans The Big Bang Theory), Amy Smart (vue dans la série Stargirl, ou se faisant prendre en levrette par Jason Statham dans Hyper tension), Thora Birch (American Beauty, Ghost World), Paz Vega (Lucia et le sexe, Parle avec elle, Spanglish), Anne Heche (Donnie Brasco, 6 jours, 7 nuits), Peter Facinelli (Nurse Jackie, la saga Twilight) et d’autres comédiens moins connus, mais tout aussi bons comme Sofia Vassilieva (Maddy), Yancey Arias (Carlos), Will Peltz(Luke) et Shaylee Mansfield, impressionnante dans le rôle de la petite Peyton.

A travers cette galerie de personnages, Lindsay Gossling et son co-auteur Travis Farncombe abordent les thèmes de l’homosexualité, du handicap, des travailleurs mexicains clandestins, de l’avortement, de la religion, de la monoparentalité, mais aussi de l’entraide qui s’organise une fois la catastrophe naturelle passée, de la façon dont les secours se mettent en place. Et cela fonctionne parfaitement, puisque nous avons pris le temps de « connaître » ces hommes et ces femmes que l’on retrouvera après le passage de la tornade. L’émotion du dernier acte n’est jamais forcée et s’avère finalement assez rare ou tout du moins souvent oubliée dans ce genre de production. Voilà donc un joli film doublé d’un spectacle réussi, un petit coup de coeur quoi.

LE BLU-RAY

C’est chez AB Vidéo que 13 Minutes débarque dans les bacs, en DVD et en Haute-Définition. Le visuel de la jaquette, glissée dans un boîtier classique de couleur bleue, est efficace et saura immédiatement taper dans l’oeil du spectateur en quête de film catastrophe. Le menu principal est animé et musical.

L’éditeur fournit cinq petits modules de trois minutes en moyenne, composé d’interviews de la réalisatrice Lindsay Gossling et de son coscénariste Travis Farncombe, qui reviennent sur l’histoire de 13 Minutes, la genèse du film, la création des personnages, les effets spéciaux, les thèmes abordés, les partis-pris et leurs intentions, les lieux et les conditions de tournage, ainsi que sur le casting.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce.

L’Image et le son

Le Blu-ray édité par AB Vidéo est au format 1080p. Le transfert est soigné et solide. Respectueuse des volontés artistiques originales concoctées par Steve Mason, la copie de 13 Minutes (Basic et Rollerball de John McTiernan) se révèle propre et tire agréablement partie de la HD avec des teintes froides et chaudes, une palette chromatique spécifique. Les contrastes sont bons sur les séquences diurnes, les arrière-plans détaillés, le relief plaisant, les noirs denses et les détails évidents. Les scènes sombres s’avèrent les moins définies avec un piqué plus émoussé.

En anglais comme en français, les pistes DTS-HD Master Audio 5.1 assurent le spectacle acoustique avec brio et un fracas assez jouissif. La langue de Molière est dynamique et riche, tout aussi immersive que la version originale. Dans les deux cas, la balance frontale en met plein les oreilles lors du passage de la tornade. Quelques scènes sortent du lot avec un usage probant des ambiances latérales et du caisson de basses. La musique profite également d’une belle délivrance, mettant toutes les enceintes à contribution. Vous vous retrouverez bel et bien au milieu de la grêle, de la pluie torrentielle et bien sûr dans l’oeil du cyclone. Le changement de langue est impossible à la volée et nécessite le retour au menu contextuel. Les sous-titres français sont imposés sur la version originale. Possibilité de visionner le film en Stéréo.

Crédits images : © AB Vidéo / IP Thirteen Minutes / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.