Test Blu-ray / Le Retour du Grand Blond, réalisé par Yves Robert

LE RETOUR DU GRAND BLOND réalisé par Yves Robert, disponible en Blu-ray depuis le 4 juin 2014 chez Gaumont

Acteurs : Pierre Richard, Mireille Darc, Bernard Blier, Jean Rochefort, Jean Carmet, Michel Duchaussoy, Colette Castel, Paul Le Person…

Scénario : Yves Robert, Francis Veber

Photographie : René Mathelin

Musique : Vladimir Cosma

Durée : 1h21

Date de sortie initiale : 1974

LE FILM

Le capitaine Cambrai est certain que le colonel Toulouse a utilisé le maladroit François Perrin pour se débarrasser de Milan, son collègue. Cambrai va alors tout mettre en oeuvre pour rassembler des preuves démontrant que « Le Grand Blond » n’est pas un agent secret, mais bien un pauvre malchanceux s’étant retrouvé dans des situations au mauvais endroit, au mauvais moment… Toulouse prend donc à présent pour cible le pauvre violoniste.

Fort du succès du Grand Blond avec une chaussure noire, son plus gros hit au box-office depuis le triomphe de La Guerre des boutons en 1962, Yves Robert enchaîne avec Salut l’artiste, qui ne rencontre pas son public. Désireuse de renflouer ses caisses, la Gaumont lui commande une suite au Grand Blond qui devra sortir pour les fêtes de Noël 1974. Le cinéaste et son coscénariste-dialoguiste Francis Veber s’attellent à la tâche, une gageure puisque le premier épisode n’appelait pas forcément une séquelle. Pourtant, les deux collaborateurs parviennent à reprendre le train en marche en écrivant la suite immédiate au premier film, trois mois plus tard précisément.

Le Retour Du Grand Blond est un film que l’on redécouvre. Moins connue que Le Grand Blond avec une Chaussure Noire, cette suite apparaît aujourd’hui comme étant plus complexe dans sa structure, dans son écriture et ses péripéties. Evidemment on rit encore souvent aux incidents que Pierre Richard provoque malgré lui ou ce qu’il entraîne dans son sillage. Le monstre de la comédie française forme avec la belle Mireille Darc un couple très complice, et les deux acteurs ont l’air de vraiment s’amuser dans les sublimes décors de Rio de Janeiro. Cependant, Le Retour du Grand Blond, comme pour le premier film, se penche encore plus sur le contexte politique et les forces internes de l’armée française en constante opposition. Les services secrets n’hésitant pas à se servir d’innocents pour régler leurs différends.

Jean Rochefort et son complice Paul Le Person sont évidemment de retour et s’en donnent à coeur joie dans l’ironie, dans l’humour noir et jouent habilement de cette aura de mystère qui les rend dangereux. Yves Robert réunit une distribution prestigieuse comme Jean Bouise (Le Grand bouc), Jean Carmet qui reprend son rôle de Maurice avec son bonnet en laine bleue et Michel Duchaussoy dans le rôle plus complexe qu’il en a l’air du Capitaine Cambrai. Le scénario de Francis Veber est d’une précision d’orfèvre, la musique de Vladimir Cosma toujours aussi belle, les dialogues ciselés, le montage vif et les parodies de James Bond abondent dans la deuxième partie quand François Perrin doit jouer à l’agent secret. Les scènes finales dans la salle de concert sont jubilatoires et orchestrées (au sens propre comme au figuré) de main de maître par Yves Robert.

LE BLU-RAY

Le Retour du Grand Blond est disponible chez Gaumont. Le menu principal est étonnamment peu recherché, fixe et muet. On peut même dire que c’est très décevant, surtout quand on se rappelle le soin apporté au menu principal, ainsi qu’au packaging de l’édition DVD !

Gaumont reprend les documentaires rétrospectifs intitulés Vladimir Cosma – Pierre Richard, l’accord parfait (46’) et François & Christine – dans le blond des yeux (16’), réalisés en 2005 pour la sortie des deux Grand Blond en DVD.

Comme son titre l’indique, le premier module s’articule autour de la fructueuse collaboration entre le compositeur et le comédien. Plus d’une quinzaine de fois, Vladimir Cosma aura mis en musique les films interprétés et/ou réalisés par Pierre Richard. Il aura su capter avec sa musique l’essence même du personnage créé par le Grand Blond, du Distrait jusqu’aux Fugitifs. Ce documentaire passionnant donne évidemment la parole à Vladimir Cosma, qui nous interprète quelques thèmes facilement reconnaissables au piano (Les Malheurs d’Alfred, Le Distrait, Le Grand Blond avec une chaussure noire), au producteur d’albums de musiques de films Stéphane Lerouge, à la productrice Danièle Delorme, au réalisateur Yves Robert (via des images d’archives), au scénariste-dialoguiste Francis Veber, ainsi qu’à Pierre Richard. Richement illustré, ce segment dresse une biographie (l’enfance, les débuts, l’arrivée en France, la rencontre déterminante avec Michel Legrand) très réussie d’un de nos plus grands compositeurs de musiques de films, tout en abordant de manière concise son processus créatif.

Le deuxième documentaire est une rencontre entre Pierre Richard et Mireille Darc, qui partagent de nombreuses anecdotes liées aux tournages du Grand Blond avec une chaussure noire et Le Retour du Grand Blond. Cette fois encore, l’ensemble est très joliment illustré par des photos de plateau.

L’interactivité se clôt sur les bandes-annonces des deux opus, constituées de prises alternatives.

L’Image et le son

L’élévation HD est beaucoup plus frappante sur ce deuxième opus. Master au format respecté 1.66 et compression AVC. Un Blu-ray qui en met plein les yeux dès les premiers plans. La restauration est étincelante, les contrastes d’une indéniable densité, la copie est propre et lumineuse. Les détails étonnent souvent par leur précision, les gros plans sont détaillés à souhait, les couleurs retrouvent un éclat inespéré, le relief des séquences diurnes est inédit (voir les scènes à Rio) et le piqué demeure acéré. La définition flanche légèrement durant le générique, mais cela reste anecdotique. Un superbe lifting qui rend caduc le master SD (déjà restauré HD à l’époque) édité il y a plus de dix ans.

Le mixage DTS-HD Master Audio Mono instaure un confort acoustique total. Les dialogues sont ici délivrés avec ardeur et clarté, la propreté est de mise, les effets riches et les silences denses, sans aucun souffle. La composition de Vladimir Cosma jouit également d’un écrin phonique somptueux. L’éditeur joint les sous-titres anglais et français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © Gaumont / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.