Test Blu-ray / Les Chemins de Katmandou, réalisé par André Cayatte

LES CHEMINS DE KATMANDOU réalisé par André Cayatte, disponible en DVD et Blu-ray depuis le 25 avril 2018 chez LCJ Editions

Acteurs : Serge Gainsbourg, Pascale Audret, Jane Birkin, Elsa Martinelli, Arlene Dahl, Renaud Verley…

Scénario : André Cayatte, René Barjavel

Photographie : Andréas Winding

Musique : Serge Gainsbourg

Durée : 1h35

Date de sortie initiale : 1969

LE FILM

Déçu par Mai 68, Olivier part pour les Indes réclamer à son père une pension de divorce jamais versée. Là-bas, il rencontre Jane, une jeune hippie droguée qu’il décide de « sauver ». Mais la découverte de la malhonnêteté de son père et la mort de Jane vont provoquer chez lui une prise de conscience qui donnera un nouveau sens à sa vie.

Auteur d’immenses succès populaires et critiques comme Le Passage du Rhin, Nous sommes tous des assassins, Le Miroir à deux faces, Marcel Truc alias André Cayatte (1909-1989), ancien avocat au Barreau de Toulouse, vient de connaître un nouveau triomphe au box-office avec Les Risques de métier, qui attire 3,5 millions de spectateurs en décembre 1967. Quelques mois après, mai 68 explose, les pavés sont lancés, les étudiants affrontent les C.R.S. et Charles de Gaulle démissionne en avril 1969. Préoccupé par les sujets de société, André Cayatte rencontre des jeunes d’à peine 20 ans et apprend que certains et certaines se sont littéralement perdus sur les chemins empruntés pour fuir la société qu’ils rejetaient en bloc. Notamment celles et ceux qui ont décidé de tout plaquer pour partir à Katmandou, qui se sont ensuite retrouvés sans un sou, démunis, incapables de prévenir un proche et qui ont trouvé refuge dans la drogue et la prostitution. C’est cette « face cachée » de mai 68 qui intéresse le réalisateur. En résulte une œuvre singulière au sein d’une filmographie très « française », mais finalement pas si éloignée des thèmes de prédilection d’un cinéaste et auteur avant tout humaniste. Les Chemins de Katmandou est une étonnante découverte, qui réunit entre autres Serge Gainsbourg et Jane Birkin juste après leur rencontre sur Slogan de Pierre Grimblat.

Olivier est un jeune homme qui a participé aux événements de mai 1968 et qui se retrouve, quand l’ordre est revenu, profondément déçu. Sa mère, Martine, est un mannequin qui cache son âge (et aussi l’existence de son fils) pour garder son travail. Séduite puis abandonnée, elle n’a jamais reçu du père de son fils la pension qu’il lui devait. Celle-ci s’élève aujourd’hui à 30 millions. Olivier décide d’aller la réclamer à son père qui organise des chasses pour milliardaires au Népal… Mais une fois là-bas, au lieu de travailler gratuitement au service des indigènes comme il l’a promis, il s’enfuit vers sa propre destination. Au contact de hippies, il découvre la drogue et l’amour libre au contact de Jane, durement droguée. Il va tout faire pour la sauver, au détriment de sa propre vie…

En toute honnêteté, on se demandait ce que venait faire André Cayatte aux manettes des Chemins de Katmandou. Mais dès les premières séquences, pendant le générique, on comprend immédiatement. En prise avec son présent et les sujets contemporains, le cinéaste s’intéresse à la jeune génération, celle qui a « failli renverser l’histoire et fait couler un sang rouge et noir » comme le chante Renaud dans Hexagone. Comme le monde entier, le réalisateur est témoin des manifestations, de l’opposition entre les étudiants et leurs parents, des thèmes qui seront à nouveau explorés dans son film suivant, Mourir d’aimer. Mais dans Les Chemins de Katmandou, André Cayatte dévoile l’envers du décor et l’univers de ceux qui ont pris un aller simple pour le Népal, uniquement guidés par leurs idéaux, dans l’espoir de découvrir le paradis sur Terre, loin d’une société dans laquelle ils ne se retrouvaient plus et où ils se pensaient incompris.

Un étrange prologue convoque la délicieuse et regrettée Elsa Martinelli (34 ans) et le grimaçant Renaud Verley (24 ans), qui interprètent une mère et son fils. Un décalage quelque peu insolite et auquel on ne croit pas une seconde, surtout quand le jeune homme se plaint sur les genoux de sa maman, mannequin qui se bat pour subsister dans un domaine où elle est déjà considérée comme la « vieille » du groupe. Les Chemins de Katmandou démarre réellement lorsque Olivier débarque au Népal. Et c’est enfin là que l’intention d’André Cayatte se dévoile.

Avec ses partis pris documentaires, le cinéaste plonge l’audience dans un pays bien éloigné de son image véhiculée par les hippies et autres chevelus-barbus à chemise fleurie. La population est pauvre, ravagée par la famine, la maladie est omniprésente, le climat est sec, étouffant, la poussière recouvre les chemins déserts qui mènent vers cet éden tant vanté. Après sa rencontre avec son père qui ne mène à rien ou à pas grand-chose, ce qui frustre déjà grandement ses projets, Olivier rencontre Jane et ses compagnons. Jane, c’est Jane Birkin, 22 ans, sublime, à se damner, celle que l’on suivrait à l’autre bout du monde les yeux fermés. D’ailleurs, c’est un peu ce qui arrive à Olivier qui tombe immédiatement amoureux de la belle anglaise. Cette dernière est encore sur son nuage. Mais cette euphorie est essentiellement chimique car Jane et ses compagnons sont tous camés jusqu’aux yeux. André Cayatte s’appuie sur de véritables rencontres et témoignages. Des propos recueillis par certains qui ont pu revenir de Katmandou, ou inspirés par d’autres qui n’ont pu en revenir, puis qui ont décédé dans l’anonymat le plus total. Le scénario coécrit par André Cayatte et René Barjavel, ce dernier en tirera d’ailleurs un roman, se dévoile par strate, par à-coups.

Outre ce sujet passionnant et inattendu, qui coule finalement de source dans le cinéma engagé de son auteur, André Cayatte impose une fois de plus son style derrière la caméra à travers une solide direction d’acteur et une sèche frontalité. La photographie d’Andréas Winding (Playtime de Jacques Tati, Le Trio infernal de Francis Girod) est très belle et retranscrit le côté enfer dissimulé dans le paradis espéré, et la musique de Serge Gainsbourg (excellent dans le rôle de l’affreux Ted, même si très peu présent à l’écran) est une fois plus aussi virtuose qu’entêtante. Seule fausse note, avoir confié le personnage principal à l’agaçant Renaud Verley, manquant singulièrement de charisme et auquel on ne parvient jamais à s’attacher. L’apparition d’Arlene Dahl (Deux rouquines dans la bagarre d’Allan Dwan) est étonnante au milieu de cette distribution, mais agit plutôt comme un mirage dans un paradis artificiel.

Les Chemins de Katmandou n’est certainement pas le film le plus célèbre d’André Cayatte, d’ailleurs son succès a été moindre avec « seulement » 1,6 million d’entrées là où les œuvres du cinéaste attiraient habituellement plus de 3 ou 4 millions de spectateurs, mais l’ensemble n’en demeure pas moins très intéressant et s’avère un vrai témoignage de l’après 68.

LE BLU-RAY

Les Chemins de Katmandou était disponible en DVD dans le catalogue de LCJ Editions depuis mars 2013. Cinq ans plus tard, l’éditeur propose le film d’André Cayatte dans une nouvelle édition DVD et surtout en Haute-Définition. La jaquette est très colorée et glissée dans un boîtier classique de couleur bleue. Le menu principal est animé et musical.

Le seul supplément disponible sur cette édition est un mini-reportage sur l’avant-première du film où l’on peut apercevoir rapidement Serge Gainsbourg, Jane Birkin et André Cayatte, avant de retrouver le réalisateur pour un petit entretien (3’). Ce dernier s’exprime sur les thèmes des Chemins de Katmandou, évoque la drogue et les véritables témoignages qui ont nourri le scénario.

L’interactivité se clôt sur les bandes-annonces des Chemins de Katmandou et de Mourir d’aimer.

L’Image et le son

Le master proposé ici est de belle qualité, d’une grande propreté (même si quelques points blancs et fils en bord de cadre subsistent) et surtout très lumineux. Les couleurs pastel sont éclatantes, le piqué agréable. Les scènes sombres s’accompagnent d’une texture argentique plus appuyée, parfois grumeleuse, entraînant une petite perte de la définition. Hormis cela, ce Blu-ray offre un confort de visionnage très confortable qui participe à la (re)découverte de cet opus oublié du grand André Cayatte.

La piste proposée est en PCM 2.0. S’il y a quelques craquements et parfois un manque d’intelligibilité en début de film, l’écoute s’avère par la suite très propre, dynamique, sans aucun souffle. Pas de sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © L.C.J. Editions & Productions / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.