Test Blu-ray / La Mafia fait la loi, réalisé par Damiano Damiani

LA MAFIA FAIT LA LOI (Il Giorno della civetta) réalisé par Damiano Damiani, disponible en combo Blu-ray/DVD le 26 juin 2019 chez Studiocanal

Acteurs : Claudia Cardinale, Franco Nero, Lee J. Cobb, Tano Cimarosa, Nehemiah Persoff, Ennio Balbo, Ugo D’Alessio, Fred Coplan…

Scénario : Ugo Pirro, Damiano Damiani d’après le roman de Leonardo Sciascia

Photographie : Tonino Delli Colli

Musique : Giovanni Fusco

Durée : 1h49

Date de sortie initiale : 1968

LE FILM

À peine arrivé dans une petite ville de Sicile, le capitaine Bellodi est chargé de mener une enquête sur l’assassinat d’un entrepreneur local en froid avec la mafia. Seule une femme, témoin du meurtre, est susceptible de l’aider.

Du silence et des ombres.

C’est dans le virage d’une route de campagne sicilienne, que le film s’ouvre. C’est quasiment un décor et une situation de western. Un lieu fort, bercé par le chant des cigales. En bord de chaussée, une présence se cache entre les arbres et les champs de chicorée, un fusil de chasse à la main. Pas de cheval à l’horizon de cette route sinueuse, sinon un camion transportant des sacs de ciment. Deux coups de feu sont tirés, le véhicule s’arrête dans la montée puis recule, agonise en dansant, avant de s’emboutir dans le talus. On voit un homme en tomber, blessé, il réussit à courir jusqu’au pont faisant la liaison entre la route montante et celle descendante, puis appelle à l’aide avant d’être abattu de deux coups de feu supplémentaires. Aux alentours, rien ou presque : Y a-t-il des yeux dans la vieille ferme en pierres, érigée sur la colline rocailleuse qui surplombe ce virage de la mort ? Il y a dans cette ouverture tout, sur un mode silencieux, de ce que sera La Mafia fait la loi – Il Giorno della civeta : Une science du cadre, un superbe sens de l’espace, une violence tranchante, le tout accompagné d’une lumière et d’une empreinte musicale déjà moins brutale, plus hétéroclite.

L’enquête de police se porte vite sur cette maison et donc vers l’interrogatoire de la femme qui l’habite, puisque son mari a disparu depuis cette nuit-là – Elle dira aux policiers qu’il est parti avant l’aube, de façon à ne pas porter sur lui les soupçons de meurtrier. La détermination et la lucidité du nouveau capitaine des carabiniers lui permettent de comprendre que l’homme assassiné, Colasberna, était gérant d’une entreprise de construction qui avait refusé de confier son chantier à une entreprise concurrente, protégée par la mafia, ce qui oriente ses recherches vers des zones mafieuses dirigées par un ponte local, secondé par ses sbires, qui semblent régner sur la ville depuis la nuit des temps, comme en témoigne leur silence (par peur des représailles), mais aussi le respect et le dévouement – et l’indifférence face aux cadavres qu’il égrène, à l’image de celui laissé sur le bas-côté au début du film – que porte chacun des habitants pour Don Damiano, lors de chacune de ses apparitions. Un autre capitaine fermerait probablement les yeux sur ces affaires louches – et c’était sans doute le cas avec le précédent – mais pas le capitaine Bellodi, incarné sobrement par un Franco Nero méconnaissable depuis qu’il est sorti du Django, de Sergio Corbucci.

Il ne s’agit plus d’homme à abattre – ils sont pour ainsi dire déjà morts – mais de salir la réputation de la femme du témoin gênant. Puisque son mari est porté disparu, l’idée est de maquiller ce règlement de comptes en crime passionnel, en lui mettant sur le dos le crime et la fuite, tout en faisant endosser à Colasberna, la victime, le rôle de l’amant exécuté. Claudia Cardinale au sommet de son art et de sa beauté, avant de jouer Angelica dans l’opéra génial de Sergio Leone, Il était une fois dans l’Ouest, incarne Rosa Nicolosi, femme dans un monde d’hommes, là aussi, ballottée entre les carabiniers et la mafia, son envie de s’en remettre à l’intégrité du capitaine qui semble le seul à pouvoir faire éclater la vérité sur la disparition de son mari, et sa soumission envers le parrain qui impose la loi du silence. L’autre gueule du film, puisqu’il en faut une belle pour affronter Franco Nero et manipuler Claudia Cardinale, ce sera Lee J. Cobb, qui incarne donc Don Damiano, et que l’on connaît notamment pour avoir été l’un des jurés du premier chef d’œuvre de Sidney Lumet, Douze hommes en colère. Le casting est donc parfait. D’autant que Serge Reggiani s’y greffe en incarnant un petit indicateur sur la sellette. Et les seconds rôles, mafieux pour la plupart, ne sont pas en reste.

Le titre du film italien n’a évidemment rien à voir avec celui choisi pour son exploitation française. Il giorno della civetta, autrement dit Le jour de la chouette convoque une atmosphère plus énigmatique, doublé d’une évocation avant l’heure aux gialli de la trilogie animale de Dario Argento. Ce titre italien est surtout celui du roman de Leonardo Sciascia dont il est l’adaptation. Il s’agit par ailleurs de la première incursion de Damiano Damiani dans le genre de la mafia Sicilienne, avant d’en reprendre notamment les codes plus tard dans Seule contre la mafia (1970) qui révéla Ornella Muti, mais encore avec Confession d’un commissaire de police au procureur de la République (1971), Perché si uccide un magistrato (1974) ainsi qu’avec la première saison de La priovra, mini-série des années 80. La réalisation de Damiani est hybride, très précise dans ce qu’elle documente du milieu mafieux, très douce dans sa façon de saisir la vie sur cette place du village, et du même coup relativement sobre dans ses mouvements de caméra. Mais parfois elle se déchaîne, se nourrit de fiction, d’extravagance, jusque dans les jeux des comédiens parfois exubérants, parfois recroquevillés, et use du gros plan sur des visages monstrueux pour saisir la dimension grotesque des sbires de Don Damiano ou bien s’enferme dans le commissariat pour assister aux nombreux interrogatoires – tout en petites manipulations et mensonges de protection – menés par le capitaine.

Il faut un peu de temps pour apprécier pleinement la grande idée qui parcourt le film visant à saisir l’affrontement passif, un face-à-face tout en jeu de dupes, entre le chef de la mafia locale et le nouveau capitaine : En effet, dans ce village de Sicile, les fenêtres du commissariat donnent sur la terrasse du parrain, sorte de petit balcon de la terreur. Et chacun s’observe à la jumelle. Il y a des fenêtres, des embrasures et des portes partout dans La Mafia fait la loi. Et quand l’un rêve de détruire à la loyal cette organisation criminelle tentaculaire, l’autre le toise d’une étrange admiration. Et devant ce jeu de regards se dresse la place d’un village de la province de Palerme, sorte de petit théâtre antique qui vit sans jamais vraiment exister sinon dans le sillage de ces deux maîtres d’œuvre, qui préfèrent ce combat à la régulière aux petits coups-bas orchestrés par ceux qui gravitent autour d’eux. La séquence de l’attentat évité restera l’un des sommets du film d’autant qu’elle ouvre le credo entonné par le parrain, qui considère qu’il y a non pas des flics et des voyous, mais des hommes et des « cancaneurs », et que selon lui, le capitaine Bellodi fait partie de la première catégorie. Avec La Mafia fait la loi, précurseur du « mafia movie », Damiani joue davantage le rôle de cinéaste militant en ce sens qu’il observe la mafia avec un œil de cinéma en tant qu’instrument social, dans la mesure où ce qui l’intéresse, outre cet affrontement, c’est le monde que cette mafia régie. Et si ses personnages sont écrasés par ce pouvoir, ils ne sont au contraire jamais rabaissés par la caméra du cinéaste, qui fait de Rosa l’incarnation de cette rébellion. C’est une femme de tête à l’image de sa grande maison, qui semble s’ériger seule contre le monde : Cette maison qui se cache mais qui voit tout.

En laissant le meurtrier dans l’ombre, le film nous fait croire qu’il jouera au petit jeu des devinettes, du traditionnel whodunit, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’épier les hommes de main qui gravitent autour du parrain local. Dispositif qui se révèle rapidement être un leurre, une fausse piste pour qu’on ressente le poids du crime au travers de cette société repliée sur elle-même et tout entière gangrenée par le pouvoir de la Cosa nostra, la complexité de ce monde retranché derrière l’omerta. D’ailleurs, si le film s’ouvre sur une exécution sur une route isolée, il se ferme sur la découverte d’un cadavre sur le point d’être englouti sous la construction d’une route. Puis s’en va sur une note légère – La satisfaction des petits mafieux de voir que le nouveau capitaine semble bien moins gênant que le précédent se heurte aux regrets de Don Damiano de ne plus voir un homme de valeur se dresser contre lui – autant qu’elle est cruelle : On ne sait pas ce qu’il advient du Capitaine Bellodi, qui était l’ancien carabinier de Parme et qui sera dorénavant, autre part, l’ancien carabinier de Palerme, « le petit prétentieux qui voulait savoir la vérité » et tenta en vain de renverser la mafia. Et on ne sait pas non plus ce qu’est devenu Socolosi. Les meurtriers et les cadavres emportent avec eux le secret des faits, et une simple lettre anonyme rapportera la frustration des uns et la satisfaction des autres. Le dernier regard de Claudia Cardinale est l’un des trucs les plus indomptables qui soit.

LE DIGIPACK

Le numéro 13 de la collection Make My Day !, dirigée par Jean-Baptiste Thoret, est arrivé avec La Mafia fait la loi. Même principe que pour les autres titres déjà chroniqués sur Homepopcorn.fr, l’objet prend la forme d’un Digipack à deux volets, un pour le DVD, l’autre pour le Blu-ray, glissé dans un surtéui cartonné. Le menu principal est simple, légèrement animé et musical.

Les suppléments de cette édition :

Une préface passionnante signée Jean-Baptiste Thoret (9’), qui peut servir d’introduction au film et comme parfaite entrée dans la filmographie d’un cinéaste nettement plus confidentiel que certains de ses confrères, autant qu’elle peut s’apprécier après le visionnage tant on peut y déceler les germes d’une analyse à approfondir.

De la même manière, il faut se pencher sur les quarante minutes d’entretien avec Vito Zagarrio, critique érudit, qui n’hésite pas à replacer ce film et la filmographie de Damiani au sein de la production italienne, pour en révéler l’importance aussi fondamentale qu’un Pétri, un Rosi, un Germi. Voilà qui donne envie de tout (re)découvrir !

L’Image et le son

Studiocanal nous gratifie d’un master HD (1080p, AVC) impressionnant, présenté dans son format original 1.85 (16/9, compatible 4/3). La propreté de la copie est indéniable, la restauration ne fait aucun doute, les contrastes sont beaux, le cadre fourmille de détails, et le piqué est joliment acéré. Le grain est très bien géré, l’ensemble stable, les couleurs concoctées par Tonino Delli Colli (Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’Ouest) sont agréables pour les mirettes, souvent rutilantes. Le charme opère et l’on (re)découvre La Mafia fait la loi avec ses partis pris esthétiques originaux.

Le film de Damiano Damiani est présenté seulement en version originale. Propre et dynamique, le mixage italien DTS HD Master Audio Mono 2.0 ne fait pas d’esbroufe et restitue parfaitement les dialogues, laissant une belle place aux ambiances naturelles, ainsi qu’à la musique de Giovanni Fusco.

Crédits images : © Studiocanal / Panfa Film / Critique du film et interactivité : Grégory Lescard, Partie technique et Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.