Test Blu-ray / Bilitis, réalisé par David Hamilton

BILITIS réalisé par David Hamilton, disponible en Edition Collector Mediabook Blu-ray + CD de la bande originale et Edition Collector Mediabook DVD + CD de la bande originale depuis le 25 août 2021 chez LCJ Editions & Productions.

Acteurs : Patti D’Arbanville, Mona Kristensen, Gilles Kohler, Bernard Giraudeau, Mathieu Carrière, Irka Bochenko, Jacqueline Fontaine, Marie-Thérèse Caumont…

Scénario : Catherine Breillat, Jacques Nahum et Robert Boussinot, d’après Les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs

Photographie : Bernard Daillencourt

Musique : Francis Lai

Durée : 1h35

Date de sortie initiale : 1977

LE FILM

La découverte de l’amour et des plaisirs d’une jeune pensionnaire d’école privée, Bilitis, à travers l’objectif du photographe Lucas.

Trois ans après le triomphe international d’Emmanuelle de Just Jaeckin, le cinéma érotique voire pornographique remplit les salles. Bilitis est le premier long-métrage réalisé par le photographe britannique David Hamilton (1933-2016). Il s’agit en fait d’un roman-photo dont les clichés prendraient vie grâce à la magie du septième art, puisqu’on y retrouve le style éthéré qui a fait la renommée de l’artiste à travers le monde, avec des images ouatées, à l’instar d’un rêve éveillé ou de réminiscences. D’ailleurs la toute première séquence renvoie à cette idée en nous présentant celle qui sera le personnage principal du film et qui lui donne son titre, Bilitis, qui assise sur son lit paraît se remémorer un passé proche. Des flashs lui arrivent alors sous la forme de photographies, dont le format s’étend soudainement sur tout l’écran. Puis les images s’animent…Bilitis est un produit de son époque, le témoignage d’un temps révolu. Si certains et certaines ne manqueront pas de crier au scandale, puisque David Hamilton y montre longuement de jeunes adolescentes dans le plus simple appareil (dans le premier quart d’heure du moins), comme il l’a toujours fait, d’autres pourront sûrement apprécier ce catalogue d’images papier glacé, naïf à souhait, joliment mis en scène, dans lequel déambulent Bernard Giraudeau, Patti d’Arbanville dans le rôle-titre et surtout Mona Kristensen qui vole la vedette à ses deux partenaires par sa beauté troublante. Près de 45 ans après sa sortie sur les écrans, Bilitis demeure une vraie curiosité.

Âgée de dix-sept ans, Bilitis est élève dans un internat. Peu avant les vacances d’été, qu’elle passe chez son amie Melissa, qui est mariée, elle est tombée amoureuse d’un photographe, mais n’ose pas cependant faire le premier pas. Elle est témoin de la violence avec laquelle Pierre, le mari de Melissa, la force à des rapports sexuels. Toutes deux se réfugient alors dans une brève aventure saphique, à laquelle Melissa met fin par la suite. Bilitis se rend bien compte que ce n’est pas elle mais son amie qui a besoin du photographe et elle retourne à son internat sans avoir trouvé son véritable amour.

David Hamilton a déjà la quarantaine bien entamée quand il entreprend Bilitis. C’est en France, où il s’installe dans les années 1950, qu’il se fait connaître avec ses photos exposant des adolescentes dans des poses érotiques, ou tout du moins suggestives. Ancien styliste graphique, puis directeur artistique pour le magazine londonien Queen et pour les magasins parisiens du Printemps, il se lance dans la photographie professionnelle au milieu des années 1960. Le succès est fulgurant et il est ainsi très vite exposé dans le monde entier, même si la critique d’art fait la fine bouche. Outre son sujet récurrent, David Hamilton c’est aussi une griffe, une patte reconnaissable, celle du légendaire « flou hamiltonien ». C’est tout naturellement que le cinéma vient à lui, même s’il n’y connaît rien, mais il va être épaulé par Henri Colpi, monteur de renom (Le Mystère Picasso d’Henri-Georges Clouzot, Hiroshima mon amour et L’Année dernière à Marienbad d’Alain Resnais). Bilitis est le prolongement de ses travaux artistiques. Ce film évidemment érotique, mais « sage », est étonnamment plein de pudeur. Si la fin de vie de David Hamilton, les accusations de pédophilie et d’agressions sexuelles sur mineures (qui l’auraient conduit au suicide) viennent forcément entacher la vision de Bilitis en 2021, le film fonctionne car le réalisateur essaye par ce nouveau vecteur à retrouver ce qu’il cherchait à mettre en relief dans ses créations, ce basculement soudain, intemporel et universel, quand une jeune fille devient une jeune femme.

A travers une photographie « embuée » signée Bernard Daillencourt, David Hamilton tente d’illustrer l’indicible. Contre toute attente, Bilitis n’a rien de choquant, de vulgaire et de déplacé. Certes, le scénario de Catherine Breillat, Jacques Nahum et Robert Boussinot, d’après Les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs patine quelque peu sur 95 minutes, mais l’ensemble est élégant, les comédiens s’en sortent bien, même si le jeu de Patti d’Arbanville (25 ans au moment du tournage, alors que son personnage de nymphette est supposé en avoir 17) manque de naturel. Mais elle est toujours mise en valeur par le metteur en scène et le directeur de la photographie, ainsi que par la présence animale de Bernard Giraudeau (qui venait de tourner Le Gitan de José Giovanni) et celle très sensuelle de Mona Kristensen, épouse de David Hamilton, dans son unique apparition au cinéma.

Après le grand succès de Bilitis (1,4 millions d’entrées en mars 1977), dont la superbe composition de Francis Lai a également fait le tour du monde, le photographe réalisera encore quatre autres films, Laura, les ombres de l’été (1979), Tendres cousines (1980), Premiers désirs (1983) et le moyen-métrage Un été à Saint-Tropez (1983). Bilitis restera son opus le plus célèbre.

LE BLU-RAY

LCJ Editions & Productions frappe très fort avec cette superbe Edition Collector Mediabook Blu-ray + CD de la bande originale de Bilitis ! Un objet de collection qui renferme donc l’édition HD et le disque de la B.O. (11 titres), ainsi qu’un magnifique livret d’une soixantaine de pages, comprenant une présentation du film par Marc Toullec, de nombreux photogrammes et clichés pris sur le plateau du film. Le tout glissé dans un fourreau cartonné du plus bel effet. Le menu principal est animé et musical.

Le seul supplément vidéo de cette édition est une interview de Noël Véry, assistant chef opérateur sur Bilitis (18’20). Connu pour ses prouesses au steadycam sur Subway de Luc Besson, 3615 code Père Noël de René Manzor ou bien encore Kamikaze de Didier Grousset, Noël Véry évoque tout d’abord son parcours, avant d’en venir rapidement à l’aventure Bilitis. Il explique que c’est en raison de son travail avec Walerian Borowczyk sur Contes Immoraux (1973), dont les partis-pris esthétiques se rapprochaient de ceux de David Hamilton, qu’il a été engagé sur Bilitis, sur lequel il devait tout simplement s’adapter au style du photographe. Noël Véry explique que ce dernier, afin d’obtenir l’effet «flou artistique » sur ses photographies, plaçait son appareil au réfrigérateur et l’en sortait juste avant la séance. Mais comment obtenir cet effet de diffusion au cinéma ? Vous aurez donc l’explication avec une démonstration en direct, en parlant de trames et de diffuseurs. On apprend que Véry avait aussi essayé d’obtenir de la vapeur d’eau sur l’objectif en direct sur le plateau à l’aide d’une bouilloire, ce qui n’était pas du goût de l’ingénieur du son. Noël Véry parle ensuite des volontés artistiques de David Hamilton, des conditions de tournage (« merveilleuses et difficiles ») à Saint-Tropez, tout en indiquant que « Bilitis est représentatif d’une époque » et qu’il n’a pas voulu le revoir à l’occasion de cet entretien, afin d’en garder seulement les souvenirs du tournage.

L’Image et le son

LCJ Editions & Productions livre un master HD (1080i, AVC) de qualité. Les partis pris esthétiques vaporeux, spécifiques et chers à Davild Hamilton, trouvent en Blu-ray un nouvel écrin et se voient entièrement respectés. Point de réducteur de bruit à l’horizon, le grain est présent tout en étant discret, la photo ouatée est savamment restituée, la colorimétrie pastel retrouve un réel éclat et le piqué est probant, malgré l’omniprésence de plans flous, évidemment volontaires. Le format original 1.66 est conservé, la profondeur de champ fort appréciable. La Haute-Définition donne un sérieux coup de jeune à Bilitis, grâce à un encodage AVC solide et une propreté indéniable.

La piste française DTS-HD Master Audio 2.0 assure un très bon confort acoustique. L’espace phonique se révèle probant et les dialogues sont clairs, nets, tout comme la musique très bien délivrée de Francis Lai. Aucun souffle ne vient parasiter votre projection et l’ensemble reste propre. Les versions anglaise et allemande sont aussi proposées. En revanche, notons encore et toujours l’absence des sous-titres français destinés aux spectateurs sourds et malentendants…

Crédits images : © LCJ Editions & Productions / Captures Blu-ray: Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.