Test Blu-ray / 3 hommes et un couffin, réalisé par Coline Serreau

3 HOMMES ET UN COUFFIN réalisé par Coline Serreau, disponible en DVD et Blu-ray le 8 mars 2022 chez Tamasa Diffusion.

Acteurs : Roland Giraud, Michel Boujenah, André Dussollier, Dominique Lavanant, Philippine Leroy-Beaulieu, Annick Alane…

Scénario : Coline Serreau

Photographie : Jean-Yves Escoffier & Jean-Jacques Bouhon

Durée : 1h46

Date de sortie initiale : 1985

LE FILM

« Un copain déposera un colis et passera le reprendre plus tard ». Tel est le message laissé par Jacques, avant son départ pour le Japon, à ses deux compères Pierre et Michel avec lesquels il partage un luxueux appartement. Comme prévu, le colis arrive et à la stupéfaction générale, il s’agit d’un bébé… Adieu liberté et aventures sans lendemain.

Ce film a été un phénomène mondial. Plus de dix millions d’entrées en France, 2,5 millions en Allemagne, près de 35 millions en Union Soviétique, suivi d’un remake US – Trois hommes et un bébé Three Men and a Baby – deux ans plus tard réalisé par Leonard Nimoy, qui connaîtra lui-même une suite en 1990 intitulée Tels pères, telle fille 3 Men and a Little Lady, mise en scène par Emile Ardolino, avant qu’une séquelle du film original soit finalement mise en chantier en 2002, 18 ans après, qui ne connaîtra pas du tout (euphémisme) le même engouement. Tout le monde connaît 3 hommes et un couffin, le troisième long-métrage de Coline Serreau, le plus grand succès en France au box-office de l’année 1985, très loin devant Rambo 2 : la mission (5,9 millions d’entrées) et Les Spécialistes (5,3 millions d’entrées), mais aussi et surtout le plus gros hit des années 1980, qui apparaît aujourd’hui au 22è rang de tous les temps en termes d’entrées, entre Taxi 2 de Gérard Krawczyk et Les Canons de Navarone de J. Lee Thompson. Que reste-t-il de 3 hommes et un couffin presque quarante ans après sa sortie ? Un modèle de comédie, qui parvient à faire oublier son quasi-huis clos (le film se déroulant essentiellement dans l’appartement des trois personnages principaux) par le charisme, l’immense talent et l’alchimie de ses immenses comédiens, ainsi que ce parfait équilibre fragile entre le rire et l’émotion. Succession de dialogues entrés dans le langage courant et de scènes cultes, 3 hommes et un couffin est un chef d’oeuvre universel et intemporel.

Jacques (André Dussollier, entre L’Amour à mort et Mélo d’Alain Resnais), Pierre (Roland Giraud, qui venait d’interpréter Robespierre dans Liberté, Égalité, Choucroute de Jean Yanne) et Michel (Michel Boujenah, qui triomphait sur scène), trois célibataires, vivent ensemble dans un très grand appartement au centre de Paris. Un soir, lors d’une soirée organisée dans leur appartement, Jacques, steward de profession, accepte de servir de transitaire à un paquet qu’un ami va lui livrer le lendemain. Ayant à peine eu le temps de prévenir ses amis, il part en Extrême-Orient pour plusieurs semaines. Quand arrive le « paquet », il se trouve que c’est un bébé, apparemment la fille de Jacques, que sa mère, Sylvia, lui envoie sous prétexte que son travail l’empêche de s’occuper d’elle. Les deux amis, très attachés à leur vie sans contrainte de célibataires sans enfants, se trouvent contraints de s’en occuper avec beaucoup de réticence et, totalement inexpérimentés, se retrouvent vite débordés par le travail que nécessite un nourrisson, avec son lot de biberons, de couches et de nuits d’insomnie. Un matin, deux individus viennent réclamer le « paquet ». Soulagés, ils leur remettent le couffin, mais se rendent immédiatement compte que le « paquet » que les deux hommes attendaient était celui que la gardienne avait déposé quelques jours auparavant, qui se révèle contenir de la drogue. Pierre et Michel récupèrent in extremis la petite Marie mais doivent désormais rendre au plus vite la drogue à des trafiquants menaçants alors qu’ils se trouvent désormais sous la surveillance permanente de la police.

Les plus grands succès du cinéma français appartiennent au registre de la comédie. Bienvenue chez les Ch’tis, Intouchables, La Grande vadrouille, Astérix et Obélix: Mission Cléopatre, Les Visiteurs, Le Petit Monde de Don Camillo, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, Le Corniaud, Les Bronzés 3: Amis pour la vie, Taxi 2 et 3 hommes et un couffin donc, ont tous dépassé la barre des 10 millions d’entrées et cumulent plus de 150 millions de spectateurs. La comédie est le genre le plus populaire, qui s’adresse au plus grand nombre, qui permet d’aborder certains sujets difficiles grâce à l’humour. Dans 3 hommes et un couffin, le postulat est réellement dramatique, puisqu’une mère au bout du rouleau prend la déchirante décision de laisser son bébé sur le palier d’un homme qu’elle connaît finalement à peine, car elle n’arrive plus à s’en sortir. Le problème, c’est que le père de cet enfant, ainsi que ses deux colocataires sont eux-mêmes de grands gamins, des ados attardés plutôt, des adulescents comme on pourrait les qualifier en français bâtard. Passant leur temps à passer d’une nana à l’autre, à faire la fête, à boire des verres, Jacques, Pierre et Michel apparaissent comme trois frangins. Tout se passait bien dans leurs vies respectives, jusqu’à cette apparition soudaine d’un couffin. Alors que Jacques est à l’autre bout du monde en raison de son boulot de steward, Pierre et Michel assurent cette garde « forcée », en attendant le retour du papa, qui ignore encore tout de sa paternité.

3 hommes et un couffin est arrivé au bon moment en ce mois de septembre 1985, la rentrée du cinéma faisant d’ailleurs carton plein puisqu’au même moment P.R.O.F.S. de Patrick Schulmann remplissait aussi les salles avec 2,8 millions de spectateurs. Mais pour l’heure, les spectateurs allaient faire un triomphe au film de Coline Serreau, le bouche-à-oreille oeuvrant comme un véritable raz de marée, jusqu’aux César en 1986, où le film allait être récompensé par la compression du Meilleur Film, celle du Meilleur Scénario Original et celui du Meilleur Second Rôle pour Michel Boujenah. Depuis, 3 hommes et un couffin n’a jamais cessé d’être acclamé.

LE BLU-RAY

Voilà près de vingt ans que nous n’avions plus eu de nouvelles de 3 hommes et un couffin sur support physique. Il faut en effet remonter à janvier 2003 pour retrouver un DVD sorti à l’époque aux Editions Montparnasse. Nous sommes heureux de bénéficier enfin de ce grand classique du cinéma français en Haute-Définition. Nous devons ce revival à Tamasa Diffusion. La jaquette, glissée dans un boîtier classique de couleur blanche, reprend le légendaire visuel de l’affiche originale. Le menu principal est fixe sur la comptine Au clair de la Lune

Pour ce Blu-ray, point de nouveaux suppléments, Tamasa ayant repris les bonus tournés il y a vingt ans. Le module intitulé 3+1 (23’) croise les propos de Roland Giraud, Michel Boujenah, André Dussollier et Coline Serreau. Chacun revient sur la genèse du film, sur le casting (on apprend que Guy Bedos et Daniel Auteuil devaient tout d’abord faire partie du trio), sur l’alchimie entre les comédiens, les thèmes du film (« trois crétins qui deviennent intelligents », la « maternité des hommes »), les scènes cultes et bien évidemment sur les difficiles conditions de tournage, liées au bon vouloir des enfants sur le plateau. Ce segment se clôt sur l’évocation du triomphe mondial du film.

Coline Serreau fait son retour dans le supplément suivant, où durant six minutes, la réalisatrice aborde les changements survenus dans la société entre les hommes et les femmes, durant les années 1980. Elle y parle aussi de ses références, Frank Capra et Ernest Lubitsch, de l’humour comme « arme la plus puissante » comme contrepoint d’une situation tragique, puisque 3 hommes et un couffin traite avant tout d’une jeune mère qui abandonne son bébé à des quasi-inconnus. Enfin, Coline Serreau revient sur le succès phénoménal de 3 hommes et un couffin, ainsi que sur sa pérennité.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce originale.

L’Image et le son

Il serait difficile de faire mieux que ce Blu-ray (Encodage MPEG 4 / AVC – Format du film respecté 1.85, 1080p) qui respecte les volontés artistiques originales dont le grain original, tout en tirant intelligemment profit de l’opportunité HD. La clarté est fort appréciable, notamment sur les quelques séquences en extérieur, la propreté du master est irréprochable, ainsi que la stabilité, le relief, la gestion des contrastes et le piqué qui demeure agréable. Les nombreuses séquences tamisées (on se demande si les trois amis ouvrent souvent leurs rideaux) sont également excellemment conduites avec des noirs denses et des éclairages ambrés.

Le mixage DTS-HD Master Audio Stéréo instaure un réel confort acoustique. Les dialogues sont ici délivrés avec ardeur et clarté, la propreté est de mise, les effets riches et les silences denses, sans aucun souffle. L’éditeur oublie, et c’est regrettable, de joindre les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © Tamasa Diffusion / Flach Film – Soprofilms – TF1 Films Production / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.