Test DVD / Divorce Club, réalisé par Michaël Youn

DIVORCE CLUB réalisé par Michaël Youn, disponible en DVD le 2 décembre 2020 chez M6 Vidéo.

Acteurs : Arnaud Ducret, François-Xavier Demaison, Caroline Anglade, Audrey Fleurot, Michaël Youn, Charlotte Gabris, Youssef Hajdi, Benjamin Biolay…

Scénario : Matt Alexander, Michaël Youn, Claude Zidi Jr., Cyrille Droux & Marie-Pierre Huster

Photographie : Stéphane Le Parc

Durée : 1h48

Date de sortie initiale : 2020

LE FILM

Après 5 ans de mariage, Ben est toujours aussi éperdument amoureux. Jusqu’au jour où il découvre en public que sa femme le trompe : humilié et plaqué dans la foulée ! Abattu et lâché par ses proches, Ben peine à remonter la pente jusqu’à ce qu’il croise le chemin de Patrick, un ancien ami lui aussi divorcé qui lui propose d’emménager chez lui. Patrick, au contraire de Ben, entend bien profiter de son célibat retrouvé et de tous les plaisirs auxquels il avait renoncé durant son mariage. Bientôt rejoints par d’autres divorcés, les fêtards quarantenaires ébauchent les premières règles du ” Divorce Club “…

Après les beaux succès dans les salles de Fatal (1.2 million de spectateurs en 2010 ) et de Vive la France (1,1 million d’entrées), pour lequel il avait disposé d’un budget confortable de 15 millions d’euros, le troisième long-métrage de Michaël Youn en tant que réalisateur se faisait attendre. Sept ans séparent Divorce Club de son deuxième film, mais force est de constater que l’humour de l’ancien trublion du PAF n’a pas changé. Sa troisième mise en scène témoigne de son incroyable énergie et de son sens du gag largement influencé par les comiques anglo-saxons. Mais Michaël Youn s’affranchit de cette référence pour signer une comédie bien de chez nous, une sorte de mélange de hamburger nappé de beaujolais en fait, avec une touche de pudding, bref un gloubi-boulga qui mixe à la fois l’humour américain, franchouillard et british, avec une rare décontraction et surtout avec une belle réussite.

Continuer la lecture de « Test DVD / Divorce Club, réalisé par Michaël Youn »