Chronique du DVD / Moontrap (Péril sur la Lune), réalisé par Robert Dyke

moontrap-3

Péril sur la Lune (Moontrap)alisé par Robert Dyke, disponible en DVD le 18 octobre 2016 chez Rimini Editions

Acteurs : Walter Koenig, Bruce Campbell, Leigh Lombardi, Robert Kurcz, John J. Saunders, Reavis Graham

Scénario : Tex Ragsdale

Photographie : Peter Klein

Musique : Joseph LoDuca

Durée : 1h21 (version courte), 1h25 (version longue)

Date de sortie initiale : 1989

LE FILM

Lors d’une mission de routine, deux astronautes américains découvrent un étrange cocon dans l’épave d’un vaisseau spatial d’origine inconnue, ainsi que le corps d’un humanoïde qui serait mort depuis… 14 000 ans. Ils ramènent leur découverte sur Terre et sont renvoyés sur la lune, où la NASA espère découvrir l’explication de ces mystères.

moontrap-4Un alien, un ballon de rugby qui sonne creux

Moontrap (1989) est un nanar de l’espace ! Production Shapiro / Glickhenhaus complètement fauchée, aux maquettes jamais crédibles, aux décors hilarants, au montage catastrophique, nous sommes ici en plein divertissement bas de gamme, mais qui parvient tout de même à distraire ! L’affiche est pourtant prometteuse. Réunir Walter Koenig (Chekov de la série et des films Star Trek) et Bruce Campbell (Evil Dead, Mort sur le Grill, Maniac Cop) dans un film de science-fiction avec en fond une invasion de la Terre par des aliens, excusez du peu ! Mais il faut bien se rendre à l’évidence, Moontrap, également en France sous le titre Péril sur la Lune, est en fait un « narvet », à mi-chemin entre le nanar et le navet, mais comprenant plus de sang nanar. Cela fait donc peser Moontrap du bon côté de la balance puisqu’on ne s’ennuie pas devant cette suite de scènes mal reliées, surjouées avec un Walter Koenig qui disparaît sous le fond de teint et Bruce Campbell qui reste les yeux écarquillés à chaque apparition.

moontrap-9moontrap-6

Toutes les supposées punchlines tombent systématiquement à plat, tout comme les scènes d’action où les personnages affrontent des créatures venues d’ailleurs constituées d’un ballon de rugby, de morceaux de robots et de « pièces détachées » humaines. Ce qui nous vaut quelques fusillades sans consistance et forcément très amusantes. Outre l’interprétation neurasthénique, nous retiendrons également la superbe poitrine de la comédienne Leigh Lombardi, dévoilée dans une scène aussi gratuite qu’improbable dans un igloo-airbag. Si l’on pousse le bouchon, on peut y voir le film qui aura inspiré d’autres nanars comme Transformers 3 – La Face cachée de la Lune de Michael Bay et même Independence Day de Roland Emmerich. Certaines séquences se répondent, notamment celle de la présence de robots le 20 juillet 1969 pour le premier, et le gigantesque vaisseau-mère qui s’apprête à envahir la Terre pour le second.

moontrap-1moontrap-5

Moontrap est une œuvre qui s’amuse à faire l’aller-retour entre la série B et la série Z, qui essaye de faire fi de son manque de moyens en gardant la tête haute, ou plutôt celle des poupées en scaphandre sur la maquette du module lunaire. Il y a donc un côté attendrissant et désuet (on pense même à Planète interdite et à ses ersatz des années 1950) devant ce système D. Pour son premier long métrage en tant que réalisateur, Robert Dyke, responsable des miniatures sur Evil Dead 2 et des effets spéciaux de Bigfoot et les Henderson, fait visiblement le maximum avec ce qu’on a pu lui obtenir, autrement dit 3 millions de dollars. Moontrap n’a aucune autre prétention que divertir les spectateurs et il y parvient sans ennuyer. Mission accomplie ? Affirmatif !

moontrap-6

LE DVD

Jusqu’alors inédit en France, Moontrap est enfin disponible en DVD dans nos contrées. Dommage pour l’édition HD, disponible en import américain et allemand. Remercions tout de même Rimini Editions pour cette sortie française ! Le DVD repose dans un boîtier Amaray classique de couleur noire. Le menu principal est légèrement animé sur la musique du film. La jaquette est très réussie et attractive.

moontrapjaquette

Malheureusement, les suppléments semblent avoir été aspirés dans un trou noir. En revanche, l’éditeur propose la version longue du film (85’), plus longue de 4 minutes par rapport au montage connu des cinéphiles.

moontrap-11moontrap-10Des produits dérivés ? Non, des plans tirés du film

L’Image et le son

Aïe aïe aïe ! Bon alors, commençons par ce qui est positif. La copie est propre, même si divers points blancs font une apparition ici et là, mais le nettoyage est convaincant. Bon, ça c’était pour ce qui allait. Quant au reste…on ne sait pas d’où provient ce nouveau master (Haute-Définition annonce la jaquette), mais force est de constater qu’il paraît bien plus âgé que les 27 bougies du film ! L’image paraît sans cesse floue, la colorimétrie, certes singulière, bave et ne trouve jamais un équilibre convenable, les visages restent cireux et la définition demeure fort médiocre. Mais bon, il s’agit d’un nanar et cela rajoute un peu de piment à l’ensemble. Découvrir ce petit film dans ces conditions n’est finalement pas désagréable.

moontrap-8moontrap-7Walter Koenig appelle son agent

Seule la version courte du film est disponible en version française. Le doublage est parfois improbable et donc souvent tordant. Les voix sont parfois étriquées, grinçantes, de temps en temps à la limite de la saturation. La piste anglaise, présente sur les deux versions, s’avère plus « harmonieuse », même si l’ensemble manque d’homogénéité entre les dialogues, les effets et la musique. Les deux versions manquent de punch et il ne faut donc pas hésiter à monter le volume. Les sous-titres français ne sont pas imposés sur la piste anglaise.

moontrap-7

moontrap-5

Crédits images : © Rimini Editions / Captures : Franck Brissard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.