Test DVD / Le Rocher du diable, réalisé par William Cameron Menzies

LE ROCHER DU DIABLE (Drums in the Deep South) réalisé par William Cameron Menzies, disponible en DVD le 3 décembre 2019 chez Artus Films

Acteurs : James Craig, Barbara Payton, Guy Madison, Barton MacLane, Robert Osterloh, Tom Fadden, Robert Easton, Louis Jean Heydt…

Scénario : Philip Yordan, Sidney Harmon, Hollister Noble

Photographie : Lionel Lindon

Musique : Dimitri Tiomkin

Durée : 1h23

Date de sortie initiale : 1951

LE FILM

Durant la Guerre de sécession, deux amis de promotion à West Point, les majors Clayburn et Denning, se retrouvent dans les camps opposés. Clayburn qui se bat pour le Sud prend possession d’un pic rocheux d’où ses hommes pourront stopper un train d’approvisionnement nordiste défendu par le major Denning. Jadis amoureuse des deux hommes, Kathie Summers va tenter d’éviter l’affrontement des deux ex-amis.

Voilà un petit western très intéressant. D’une part pour sa mise en scène élégante et inspirée, d’autre part pour son cadre étonnant, puisque l’action se déroule essentiellement au pied de la Devils Tower, monolithe naturel situé dans le Nord-Est du Wyoming aux Etats-Unis, rendu célèbre par Rencontres du troisième type de Steven Spielberg. Cette « tour du diable » de 386 mètres de haut est un personnage à part entière dans Le Rocher du diableDrums in the Deep South, réalisé en 1951 par William Cameron Menzies (1896-1957). Une petite curiosité à laquelle les cinéphiles voudront bien accorder 80 minutes.

Deux amis de promotion à West Point se retrouvent dans les camps opposés au moment de la guerre de Sécession, le major Clay Clayburn côté sudiste et le major Will Denning côté nordiste ; de plus, ils sont rivaux en amour auprès de Kathy Summers. Clay et un groupe de soldats prennent position au « Rocher du diable », où leur mission est de stopper un train d’approvisionnement nordiste…

Le réalisateur est essentiellement connu pour avoir officié en tant que directeur artistique et décorateur sur quelques films aussi prestigieux que leurs metteurs en scène comme Raoul Walsh à cinq reprises (y compris pour Le Voleur de Bagdad), Victor Fleming (Autant en emporte le vent, également réalisateur de seconde équipe), ou bien encore Allan Dwan (Robin des Bois, Le Masque de fer). William Cameron Menzies passe à la mise en scène dès le début des années 1930 et l’on retiendra notamment le formidable Things to come, connu en France sous le titre La Vie future, ou bien encore Les Mondes futurs, une adaptation du roman du célèbre écrivain de science-fiction H.G. Wells, écrit et publié en 1933. Un film méconnu, troublant, ahurissant, prophétique et souvent prodigieux, une fresque doublée d’une réflexion politique sur la société sous la forme d’un pamphlet virulent. Le film valait également pour ses effets spéciaux sidérants, mais aussi pour ses décors incroyables conçus par William Cameron Menzies lui-même. C’est d’ailleurs ce qui fait la même réussite du Rocher du diable où l’on retrouve la même qualité de mise en scène, des décors, des maquettes qui apportent une vraie originalité à ce drame de guerre et western.

Du point de vue des acteurs, Guy Madison tire son épingle du jeu avec son charisme lisse, mais suintant et ambigu, qui sera ensuite excellemment exploité dans l’univers du western, par George Sherman dans Le Shérif d’El Solito (1957) et le formidable La Vengeance de l’indien (1956), sans oublier La Charge des Tuniques bleues (1955) d’Anthony Mann et le film noir On ne joue pas avec le crime 5 Against the House (1955) de Phil Karlson. L’adversaire du personnage joué par Guy Madison est James Craig, comédien prolifique, même si moins célèbre, dont on se souviendra surtout dans l’étonnant Tous les biens de la terreAll That Money Can Buy (1941) de William Dieterle. Entre les deux hommes, s’immisce la belle Barbara Payton, étoile filante d’Hollywood, qui n’aura tourné qu’une quinzaine de longs métrage en six années de carrière, dont Le TraquenardTrapped (1949) de Richard Fleischer et Fort InvincibleOnly the Valiant de Gordon Douglas, aux côtés de Gregory Peck. Une carrière rattrapée par des problèmes d’alcool et de drogue. Barbara Payton meurt prématurément en 1967 d’insuffisance hépatique à l’âge de 39 ans.

Immense scénariste, Philip Yordan, auteur de Dillinger, l’ennemi public n°1, La maison des étrangers, et juste avant les sublimes Johnny Guitare, La Lance brisée et L’Homme de la plaine, aidé par son confrère Sidney Harmon, futur producteur de La Chevauchée des bannis et de La Bataille des Ardennes, concoctent une formidable petite série B qui mélange habilement les genres et qui tient en haleine du début à la fin. Le cinéaste William Cameron Menzies exploite à merveille ce récit riche en rebondissements, en émotions et en scènes d’action, ainsi que par ses fabuleux décors.

LE DVD

Quatrième et dernier titre de la dernière vague « Les Classiques » éditée par Artus Films en décembre 2019, Le Rocher du diable dispose d’une édition en DVD. Belle jaquette glissée dans un boîtier Amaray. Le menu principal est fixe et musical.

Aucun supplément.

L’Image et le son

Le master est présenté ici au format 1.37 – 4/3 respecté. Le Rocher du diable est tombé dans le domaine public, en version couleur, plus précisément en Supercinecolor. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que les teintes semblent être passées et repassées à la machine, essorées dans tous les sens, puisque le résultat final est plus que médiocre. Les détails sont pour ainsi dire inexistants, la compression déséquilibrée, la gestion des contrastes complètement aléatoire, tandis que l’étalonnage, aux fraises, tend à varier au cours d’une même séquence. Seule la propreté est à peu près convenable. Il s’agit de la seule édition disponible en France à ce jour.

Seule la version originale est proposée ici. Une piste anglaise Dolby Digital 1.0 au souffle présent, mais limité, qui délivre ses dialogues avec ardeur, tout comme la partition du grand Dimitri Tiomkin. Les sous-titres français ne sont pas imposés.

Crédits images : © Artus Films / Captures DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.