Test Blu-ray / Milla, réalisé par Shannon Murphy

MILLA (Babyteeth) réalisé par Shannon Murphy, disponible en Combo Blu-ray + DVD depuis le 31 décembre 2021 chez Extralucid Films.

Acteurs : Eliza Scanlen, Michelle Lotters, Toby Wallace, Sora Wakaki, Renee Billing, Zack Grech, Georgina Symes, Essie Davis, Ben Mendelsohn…

Scénario : Rita Kalnejais, d’après sa pièce de théâtre

Photographie : Andrew Commis

Musique : Amanda Brown

Durée : 1h58

Année de sortie : 2019

LE FILM

Milla n’est pas une adolescente comme les autres et quand elle tombe amoureuse pour la première fois, c’est toute sa vie et celle de son entourage qui s’en retrouvent bouleversées.

Au début de l’été 2021, les panneaux publicitaires plantés dans les gares et ceux qui fleurissent dans la rue, ont mis en valeur cette affiche de cinéma sur laquelle une jeune fille aux cheveux bleus, les pieds dans l’eau azur d’une piscine, le regard aussi clair levé vers le ciel, arborait un sourire énigmatique, entre le bonheur et la résignation. 30.000 spectateurs français seront allés à la rencontre de Milla, découvrir ce que dissimulait ce beau visage. Milla ou Babyteeth en version originale, est le premier long-métrage de l’australienne Shannon Murphy, après quelques épisodes de séries télévisées et une poignée de courts-métrages réalisés depuis une dizaine d’années. Un vrai coup de maître, tiré de la pièce à succès Babyteeth de Rita Kalnejais, produit par Jan Chapman (La Leçon de piano, Holy Smoke, Mister Babadook), entièrement tourné à Sydney, avec un budget modeste, mais un casting en or. Shannon Murphy confie le rôle principal à Eliza Scanlen (née en 1999), la grande révélation de la poisseuse série HBO Sharp Objects du regretté Jean-Marc Vallée, dans laquelle elle affrontait Amy Adams et Patricia Clarkson. Déjà vue dans Les Filles du docteur March Little Women de Greta Gerwig, où elle interprétait le rôle de Beth, elle crève l’écran dans Milla, au même titre que son partenaire Toby Wallace, récompensé pour sa prestation par le Prix Marcello-Mastroianni du meilleur espoir à la Mostra de Venise en 2019. Merveilleux film, lumineux et solaire, optimiste, bouleversant, mais aussi contre toute attente parcouru par de petites touches d’humour, jamais pathos, Milla est un vrai coup de coeur.

Milla Finlay est une lycéenne de 16 ans, récemment diagnostiquée d’un cancer. Un jour, en rentrant des cours, elle rencontre Moses, 23 ans, sur le quai d’une station de métro, où il lui demande presque immédiatement de l’argent. Milla a rapidement le béguin pour Moses et le présente même à ses parents : Anna, une musicienne, et Henry, un psychiatre. Les deux sont mal à l’aise avec Moses en raison de la différence d’âge entre lui et leur fille, mais acceptent finalement la situation en raison de la maladie de Milla. Un peu plus tard, Anna se réveille la nuit et découvre Moses en train de dérober des médicaments. Milla et Henry se réveillent et sont alertés de la situation, mais alors qu’Henry veut appeler la police, Milla plaide pour la clémence, ce qu’Anna permet, remarquant à quel point Milla est plus heureuse avec Moses. Le lendemain, Anna avertit Moses de rester loin de sa fille. Mais il continue de lui rendre visite au lycée. Moses l’emmène à une fête. Ils passent plus tard la nuit ensemble sur un toit, où il abandonne Milla, sans explication. Ses parents, désemparés, finissent par retrouver Milla affaiblie et l’emmènent à l’hôpital.

Carton plein pour Milla qui a reçu pas moins de neuf AACTA Awards en 2020, l’équivalent australien des Oscars. Un raz-de-marée qui a conquis tout le pays et consacré entre autres la réalisatrice, ses deux jeunes comédiens, ainsi que l’immense Ben Mendelsohn, qui rappelons-le est l’un des plus grands acteurs du monde, ainsi que l’excellente Essie Davis (Matrix Reloaded, Matrix Revolutions, la série Miss Fisher enquête). On ressort aussi ému qu’apaisé de Milla, l’esprit marqué par un kaléidoscope d’images, de gros plans, de couleurs éclatantes et estivales, les sens en éveil. Milla est le récit d’une vie condensée en l’espace de quelques jours et en 120 minutes à l’écran. Se sachant condamnée, Milla, avant de mourir, connaîtra ses premiers émois, tombera même amoureuse et vivra son premier rapport sexuel avec un jeune délinquant au coeur tendre, qui à travers cette relation apprendra pour la première de sa vie à aimer et à être aimé en retour. De leur côté, les parents de Milla, qui essayent tant bien que mal d’aller de l’avant, en étant quelque peu aidé par des antidépresseurs, se retrouvent confrontés à un pré-deuil et vont tout faire pour aider Milla, leur fille unique, à profiter de ce que le reste de sa vie éphémère a de mieux à lui offrir, même s’ils ne s’attendaient pas à l’arrivée inopinée d’un garçon comme Moses.

Shannon Murphy s’est immédiatement reconnue dans le refus du sentimentalisme dont faisait preuve Rita Kalnejais dans son histoire. Cette chronique, littéralement découpée en chapitres qui montrent ainsi le rapide passage du temps, ainsi que le résumé de la journée, s’inspire du côté brut, authentique et heurté d’Une femme sous influence de John Cassavetes, en collant souvent au plus près des visages de ses personnages, en attrapant sur le vif quelques gestes esquissés, parfois avortés et retenus, mais réels, avec une caméra qui semble constamment en lévitation. Eliza Scanley foudroie par son charisme de poupée de porcelaine aux yeux d’émeraude, qui s’ébrèche petit à petit, qui sait qu’elle est sur le point de se briser définitivement, mais qui compte bien saisir le bonheur que ses derniers jours veulent bien lui apporter.

Milla est un récit initiatique impressionnant, hypersensible, poétique, suprêmement élégant, captivant, enivrant, sans doute l’un des plus beaux portraits d’adolescents qu’on ait vus depuis un bail et auquel on repensera assurément pendant très longtemps.

LE COMBO BLU-RAY + DVD

La collection Extramonde s’étoffe encore et toujours chez Extralucid Films, dont voici le numéro 9, Milla de Shannon Murphy. Les deux disques reposent dans un boîtier Amaray classique de couleur blanche, la jaquette arborant le visuel de l’affiche australienne, ainsi que son titre original Babyteeth. L’ensemble est glissé dans un surétui cartonné qui reprend le magnifique visuel français. Le menu principal est animé et musical.

Pour nous présenter Milla, Extralucid Films s’est tourné vers Margherita Gera, journaliste aux Fiches du Cinéma. Durant cette intervention de 6 minutes, nous tirerons quelques informations sur la réalisatrice, le casting, l’adaptation de la pièce de théâtre de Rita Kalnejais. Puis, Margherita Gera analyse les thèmes du film (« comment aimer quand n’a rien à perdre ? »), dissèque la psychologie des personnages, compare certains partis-pris de Shannon Murphy à ceux de Xavier Dolan, notamment en ce qui concerne l’utilisation de la musique, avant de conclure en disant que « Milla transmet une grande énergie vitale, malgré son sujet sur la mort ».

C’est ensuite un grand plaisir de découvrir Shannon Murphy elle-même, au cours d’un entretien réalisé en visioconférence (16’). En dépit d’une qualité technique moyenne, la réalisatrice revient sur la genèse de Milla, la pièce de théâtre de Rita Kalnejais (qui est également la scénariste du film), ainsi que sur son propre parcours (elle a été metteuse en scène de théâtre pendant dix ans). Les thèmes de Milla, l’humour du film, ses références (Breaking the Waves de Lars von Trier, Gaspar Noé, Wong Kar-wai, Harmony Korine…), les conditions de tournage, le casting, la musique, la sélection de Milla au Festival de Venise, ainsi que sa propre récompense au Festival de Cannes où elle s’est vu remettre le Prix Jeunes Talents de Women in Motion, Shannon Murphy aborde tous ses sujets avec une passion contagieuse.

S’ensuit un rapide making of de près de quatre minutes, compilant des images de tournage et des interviews de l’équipe du film.

Nous adorons découvrir des courts-métrages en bonus sur les DVD et Blu-ray. Merci à Extralucid Films pour ces deux petites pépites réalisées par Shannon Murphy, Kharisma (2014-13’) et Eaglehawk (2016-20’35). Dans le premier, une jeune fille qui rêve de se produire sur scène, découvre qu’elle possède un don particulier, hérité de sa mère…

Eaglehawk joue avec certains codes du genre. Dans une forêt reculée, une actrice en herbe exerce ses talents pour effrayer des volontaires, à la recherche de sensations fortes.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce et une galerie de photos.

L’Image et le son

Extralucid Films nous a concocté un superbe Blu-ray de Milla. La colorimétrie chatoyante est habilement restituée, la clarté est de mise, le cadre large très bien exploité. La définition demeure solide tout du long, y compris sur les gros plans parfois capturés de façon rapide, l’ensemble est lumineux, le piqué vif et cette édition HD permet de (re)voir le film de Shannon Murphy dans d’excellentes qualités techniques.

Les mixages anglais et français DTS-HD Master Audio 5.1 proposent une plongée intimiste dans l’histoire de Milla, en usant avec parcimonie des ambiances latérales et une délivrance saisissante des dialogues sur la centrale. La musique jouit d’une jolie spatialisation, quelques effets naturels sont mis en valeur. Les sous-titres français ne sont pas imposés.

Crédits images : © Extralucid Films / Memento Distribution / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.