Test Blu-ray / Mandico – Box 2 – Hormona et vanités

MANDICO – BOX 2 – HORMONA ET VANITÉS réalisé par Bertrand Mandico, disponible en combo Blu-ray+DVD le 11 février 2020 chez Malavida Films.

Acteurs : Elina Löwensohn, Nathalie Richard…

Scénario : Bertrand Mandico, Elina Löwensohn

Durée du programme : 1h50

Année de sortie : 2013-2016

LE PROGRAMME

Un peu plus de deux ans après la sortie dans les bacs de Mandico In The Box, qui rassemblait près de quinze ans de ses foisonnantes créations, le prolifique réalisateur Bertrand Mandico (né en 1971) est une fois de plus à l’honneur chez Malavida Films, qui donne une suite à cette exceptionnelle édition limitée avec un deuxième « Box », sobrement intitulé Mandico – Box 2 et sous-titré Hormona et vanités. C’est une invitation au voyage, une expérience, immense quand on décide lâcher prise, ou qui peut également rebuter si le spectateur ne parvient pas d’emblée à trouver une accroche suffisante. Mais pour celles et ceux qui accepteront de se laisser porter, le cinéma de Bertrand Mandico ne ressemble à aucun autre, à part peut-être à celui de David Lynch avec lequel il partage ce goût unique pour l’étrange, la vaporeux, l’inclassable. L’audience perd alors ses repères et plonge dans un univers inconnu, aux teintes souvent rosées, chaque court-métrage agissant comme une séance d’hypnose. L’ancien diplômé de l’école de cinéma d’animation des Gobelins possède une griffe aujourd’hui reconnaissable et inimitable, internationalement reconnue. Au-delà de ses films très organiques et surréalistes, il y a aussi ses innombrables collaborations avec la comédienne américaine d’origine roumaine Elina Löwensohn, vue dans La Liste de Schindler (1993) de Steven Spielberg, La Sagesse des crocodiles (2000) de Po-Chih Leong aux côtés de Jude Law, ou bien encore Laissez bronzer les cadavres ! de Hélène Cattet et Bruno Forzani qui marquent cet univers insolite et radical, très largement récompensé dans les festivals de cinéma du monde entier.

La première partie du DVD et du Blu-ray est consacré au programme Hormona, sorti en salle en 2015 et regroupant :

Notre-Dame des hormones (30′ – 2014) : Deux actrices (Elina Löwensohn et Nathalie Richard) passent un week-end dans une maison de campagne afin de répéter une pièce de théâtre. Lors d’une promenade dans les bois, l’une d’entre elles déterre une chose étrange. Une créature sans orifices, sans membres, de la taille d’un phoque. Une masse de chair et de peau, couverte de poils, qui respire bruyamment. Cette créature devient un objet de convoitise pour les deux femmes. Les rapports entre les deux actrices s’enveniment. Les deux femmes sont prêtes à tout pour posséder la chose. Cet enjeu débouche sur une succession de situations où se mêlent burlesque et violence. Les deux actrices sont loin de se douter qu’elles ont déterré Notre-Dame des hormones.

Prehistoric Cabaret (9’30 – 2013) : À Arnarstapi (Islande), lors d’un numéro de cabaret, une maîtresse de cérémonie (Elina Löwensohn) nous propose un voyage au centre de ses organes (via une coloscopie en fait…) à l’aide d’une étrange caméra pour aller à la rencontre l’être originel. Au cours du voyage, le public entre en transe pour atteindre l’extase. Prix du meilleur court-métrage au Festival de San-Francisco.

Y a-t-il une vierge encore vivante ? (31’, 2015) : Selon une légende anglaise, Jeanne d’Arc (Elina Löwensohn) n’est pas morte au bûcher. On lui brûla les yeux et elle fut déflorée par un étalon anglais. Elle fut ensuite condamnée à errer sur les champs de bataille, tel un charognard, à l’affût de la vie, à la recherche de vierges encore vivantes.

La seconde section intitulée Vanité regroupe d’autres courts-métrages et essais expérimentaux.

Depressive Cop (12’ – 2016) : Sur une île écossaise, un policier dépressif enquête sur la disparition d’une fille. La mère éplorée tient pour responsables de la disparition les habitants de l’île. Mère et fille sont en fait la même personne.

Souvenirs d’un montreur de seins (8’ – 2014) : Un montreur de seins (Elina Löwensohn) nous raconte sa vie…

Féminisme, rafale et politique (9’30 – 2016) : Une actrice confrontée à ses démons intérieurs.

L’Ile aux Robes (3’) : Haïku visuel où il est question de nature morte et vivante, de fantôme et de lumière révélatrice.

Petite fille timide (1’) : Bande-annonce du festival du film de fesses.

Apprivoisé (5’) : Le cinéaste Bertrand Mandico signe ici son tout premier clip pour Calypso Valois, qui dévoile son nouveau single Apprivoisé. Nicolas Maury et Christophe Bier sont au générique.

LE COMBO BLU-RAY/DVD

Que voilà un bel objet ! La «  Mandico – Box 2 » Hormona et vanités prend la forme d’un Digipack à trois volets, comprenant le Blu-ray disposé à gauche, le DVD à droite, ainsi qu’un livret de 12 pages (textes de Pacôme Thiellement, Blutch, notes, 126 recommandations pour être un cinéaste incohérent – mais sincère, filmographies) mis au centre. Le tout est glissé dans un surétui cartonné au visuel aussi élégant qu’intrigant. Edition limitée.

Aucun supplément…ou presque, puisque nous avons découvert un bonus caché de deux minutes, dont voici un aperçu…à vous de jouer !

L’Image et le son

Les conditions de prises de vue, le format, le grain, le piqué, varient souvent d’un film à l’autre, mais principalement, l’édition HD est de haute tenue et respecte les partis pris uniques de Bertrand Mandico. L’éclairage spécifique aurait pu donner du fil à retordre à la définition, il n’en est rien, ou cela est très rare. Entre couleurs bariolées et N&B, entre contrastes légers ou au contraire très affirmés, le confort de visionnage est bel et bien présent.

Rien à signaler du côté du son, ample, dynamique, parfois feutré ou couvert (cela est toujours volontaire), avec des sous-titres français incrustés sur l’image sur certains films. Comme pour l’image, ces divers mixages participent à la plongée expérimentale sur chaque oeuvre.

Crédits images : © Ecce Films / Malavida Films / Captures Blu-ray et DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.