Test Blu-ray / À feu et à sang, réalisé par Budd Boetticher

À FEU ET À SANG (The Cimarron Kid) réalisé par Budd Boetticher, disponible en Édition Limitée Blu-ray + DVD le 20 août 2018 chez Sidonis Calysta

Acteurs : Audie Murphy, Beverly Tyler, James Best, Yvette Duguay, John Hudson, Leif Erickson…

Scénario : Louis Stevens

Photographie : Charles P. Boyle

Durée : 1h25

Année de sortie : 1952

LE FILM

Accusé à tort d’avoir braqué un train avec ses anciens amis les Dalton, Bill Doolin alias “The Cimarron Kid”, décide de rejoindre le gang et de devenir pour de bon un bandit. Mais il est trahi par un des membres et devient fugitif…

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le destin incroyable du comédien Audie Murphy (1925-1971), qu’ils se réfèrent à notre critique du formidable Une balle signée X réalisé par Jack Arnold, publiée sur le blog fin juin 2018. Le film qui nous intéresse aujourd’hui est À feu et à sangThe Cimarron Kid de Budd Boetticher (1916-2001). Après son retour du front, Audie Murphy est très vite courtisé par Hollywood et tourne son premier film dès 1948. En 1950, il signe un contrat avec les studios Universal pour lesquels il s’engage pour une durée de sept ans. Le Kid du TexasThe Kid from Texas de Kurt Neumann inaugure une longue lignée de westerns dont il sera la tête d’affiche. Mis en scène en 1951, À feu et à sang fait donc partie des premiers films du comédien. Rétrospectivement, c’est aussi l’un des westerns dans lesquels Audie Murphy apparaît le plus à l’aise et attachant, sans doute en raison de ses traits encore juvéniles. Une innocence qui sied à son personnage, pris entre son désir de rédemption et sa fidèle amitié pour ses anciens complices, le célèbre gang des Dalton.

De son vrai nom William Doolin, le hors-la-loi Cimarron Kid, vient d’être relâché pour bonne conduite et décide de se ranger. Suite à un quiproquo, il est accusé à tort d’avoir prêté main-forte aux quatre frères Dalton dans l’attaque du train qui devait l’emmener loin de tout. Pourchassé par les autorités, dont un détective coriace attaché à la société ferroviaire, il n’a pas d’autre choix que de rejoindre son ancien gang et d’en devenir l’un des principaux membres. Trahi, le Kid envisage alors de mettre fin à sa carrière de desperado et de fuir en Amérique du Sud en compagnie de la fille d’un fermier. Mais pour partir, il a besoin d’argent. La seule manière rapide de s’en procurer : un ultime hold-up.

Dans À feu et à sang, Audie Murphy ne traîne pas encore ce regard à la fois mélancolique et affûté qui contrastait alors avec son visage poupin. Ici, même si William Doolin a déjà participé à de nombreux délits, le personnage est d’emblée empathique et l’on se demande ce qui a pu le pousser à s’acoquiner aux frères Dalton. Un manque d’amour et d’affection se dégage alors de ce jeune type qui au départ souhaite absolument saisir la chance qui lui est offerte, celle de refaire sa vie loin des mauvaises fréquentations et de la violence de l’Ouest américain. Mais probablement né sous une mauvaise étoile, le sort s’acharne sur William, qui se retrouve mêlé à un hold-up commis par ses anciens complices.

Sous ses airs de petit western réalisé à la chaîne, À feu et à sang se révèle bien plus riche qu’il ne paraît. D’autant plus que le film a sacrément de la gueule avec un très beau Technicolor, des acteurs très bien dirigés par Budd Boetticher (Sept hommes à abattre, Le Déserteur de Fort Alamo), loin d’être un manchot derrière la caméra et qui ponctue son film de deux ou trois grands moments. C’est le cas du double hold-up et de la confrontation qui s’ensuit, mais aussi de l’affrontement central autour d’une rotonde ferroviaire, jusqu’au dénouement qui n’oublie jamais la psychologie des protagonistes.

Avec ses rebondissements bien amenés, son rythme nerveux, la beauté de la photographie et celle de ses actrices (qui ont des choses à défendre contrairement aux clichés de l’époque), sa rigueur formelle et l’émotion qui affleure dans les moments inattendus, The Cimarron Kid est donc une série B à placer au-dessus du panier dans l’étonnante carrière d’Audie Murphy. Budd Boetticher lui offrira d’ailleurs son dernier rôle au cinéma dans Qui tire le premier ?A Time for Dying (1969), juste avant que le comédien trouve la mort dans un accident d’avion en 1971.

LE BLU-RAY

Le test du Blu-ray d’À feu et à sang, disponible chez Sidonis Calysta, a été réalisé à partir d’un check-disc. Le menu principal est animé et musical. Le film de Budd Boetticher avait déjà bénéficié d’une édition DVD en 2007, qui comprenait une intervention de Bertrand Tavernier, reprise dans la réédition 2010. Chose étrange, nous ne retrouvons pas cette présentation sur cette édition HD !

Toutefois, l’éditeur joint un documentaire intitulé Les années Arruza (56’, 1996). Célèbre pour ses westerns d’anthologie, le cinéaste américain Budd Boetticher voulait primitivement affronter le taureau dans l’arène. De cette passion jamais apaisée est née son amitié pour le torero mexicain Carlos Arruza, alors rival de Manolete. De 1958 à 1967, Boetticher, alors au sommet de sa gloire, s’efforça de consacrer un film à la carrière de son ami. L’un des tournages les plus longs de l’histoire du cinéma. De nombreux obstacles l’empêchèrent de l’achever : financements ajournés, grèves inopportunes, séjour en prison puis en hôpital psychiatrique. Rien ne fut épargné à Boetticher, pas même de voir compromise son amitié pour un homme qui devait mourir tragiquement avant la fin du tournage, ainsi que sa propre carrière, sa vie de couple avec Debra Paget. Au milieu des années 90, retiré de tout, le cinéaste racontait sa passion, son amitié et son calvaire. Un documentaire étonnant et passionnant réalisé par Emilio Maillé et récompensé par le Fipa d’or au Festival de Biarritz.

L’Image et le son

Le master présenté a été restauré. La copie est stable et propre, malgré des points blancs encore visibles, mais cela reste anecdotique. Les partis pris esthétiques sont respectés, la texture argentique bien gérée. L’ensemble se tient avec notamment de très belles couleurs et des contrastes soignés y compris sur les séquences peu éclairées. La clarté est de mise et les détails ne manquent pas, surtout sur les paysages traversés par les personnages.

Que votre choix se porte sur la version originale (avec sous-titres français imposés) ou la version française, la restauration est également fort satisfaisante. Aucun souffle constaté sur les deux pistes, l’écoute est frontale et riche, dynamique et vive. Les effets annexes sont plus conséquents sur la version originale que sur la piste française, moins précise, plus étouffée, mais le confort acoustique est assuré sur les deux options. Le changement de langue est verrouillé à la volée.

Crédits images : © Universal Pictures / Sidonis Calysta Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *