Test DVD / L’Audition, réalisé par Ina Weisse

L’AUDITION (Das Vorspiel) réalisé par Ina Weisse, disponible en DVD le 26 octobre 2020 chez Doriane Films.

Acteurs : Nina Hoss, Simon Abkarian, Jens Albinus, Ilja Monti, Serafin Mishiev, Winnie Böwe, Sophie Rois, Thomas Thieme…

Scénario : Ina Weisse & Daphne Charizani

Photographie : Judith Kaufmann

Durée : 1h34

Date de diffusion : 2019

LE FILM

Anna Bronsky est professeure de violon au Conservatoire. Contre l’avis de ses collègues, elle impose l’admission d’un élève, en qui elle voit un grand talent. Avec beaucoup d’implication, elle prépare Alexander à l’examen de fin d’année et néglige de ce fait son jeune fils Jonas, lui aussi élève violoniste et passionné de hockey sur glace. Elle s’éloigne de son mari, si aimant à son égard, le luthier français Philippe Bronsky. A l’approche de l’audition, Anna pousse Alexander vers des performances de plus en plus exceptionnelles. Le jour décisif, un accident se produit, lourd de conséquences…

Il y a des acteurs et des actrices qui fascinent dès qu’ils apparaissent à l’écran, qui subjuguent, qui laissent sans voix, même quand justement nous ne les entendons pas, juste par leur présence physique, leur charisme, leur regard, leurs expressions. C’est le cas de l’exceptionnelle Nina Hoss, née à Stuttgart en 1975, muse du réalisateur Christian Petzold avec lequel elle a déjà tourné à six reprises depuis 2001, du téléfilm Dangereuses rencontresToter Mann à Phoenix (2014), en passant par L’Ombre de l’enfantWolfsburg (2003), Yella (2007, Ours d’argent de la meilleure actrice à la Berlinale), Jerichow (2008) et bien sûr l’extraordinaire Barbara (2012). Comme sa compatriote Hanna Schygulla avant elle, Nina Hoss hypnotise le spectateur de son talent gigantesque, aussi bien sur scène que sur le grand écran. Dans L’AuditionDas Vorspiel, le deuxième long-métrage de la réalisatrice (et actrice) Ina Weisse (Der Architekt, 2008), la comédienne est à nouveau épatante dans un rôle foncièrement ambigu, dans lequel elle s’impose et marquera autant l’esprit des cinéphiles que dans Gold (2013) de Thomas Arslan et dernièrement dans Retour à MontaukRückkehr nach Montauk (2017) de Volker Schlöndorff. Si certains penseront inévitablement à l’explosif Whiplash (2014) de Damien Chazelle, L’Audition se rapproche surtout du cinéma de Michael Haneke, de La Pianiste bien sûr, mais en trouvant sa propre singularité, avec une émotion à fleur de peau doublée d’un malaise palpable, qui s’installe et se développe jusqu’à la dernière seconde. Pour son impressionnante prestation, Nina Hoss s’est vue décerner le Prix de la meilleure actrice au Festival International du film de San Sebastián.

Anna (Nina Hoss) soutient Alexander (Ilja Monti) à l’examen d’entrée annuel au conservatoire de musique, car elle perçoit en lui un grand talent. Anna enseigne le violon dans une école de musique, son mari Philippe (Simon Abkarian) est luthier et leur fils Jonas, dix ans, prend des cours de violon. À l’école, Anna consacre beaucoup d’énergie et d’attention à préparer Alexander pour sa prochaine audition, afin de prouver, à ceux qui s’opposaient à son avis, qu’elle avait raison. Bientôt, Anna passe plus de temps avec son élève qu’avec Jonas, ce qui met les deux garçons en rivalité. Parallèlement, Anna entame une liaison avec son collègue Christian (Jens Albinus), qui l’encourage à rejoindre un quatuor. Parce qu’elle échoue lors de leur concert, la pression augmente. Le jour de l’examen, les événements prennent une tournure tragique.

Tout est dans le ressenti, dans les silences, dans le visage fermé de Nina Hoss, dont le personnage semble prêt à exploser à n’importe quel moment. Certains éléments de son passé se dévoilent, notamment en ce qui concerne son éducation, stricte, responsable de son perfectionnisme et de son autorité, de son manque de confiance en elle également, puisqu’Anna n’a quasiment pas joué pour elle, en dehors des cours qu’elle donne, pour son plaisir, en admettant que cela lui soit déjà arrivé. Anna n’a peut-être pas choisi cet instrument, il lui a sans doute été imposé quand elle était enfant, ce qu’elle a reproduit avec Jonas, qui prend des cours dans le même conservatoire. Ce dernier n’a pas le niveau d’Alexander, alors quand le jeune prodige en devenir vient un soir au domicile d’Anna, en la présence de Jonas, la tension monte.

L’Audition est un film sur des parents qui ont créé un monstre, qui à son tour a voulu en créer un. Si ce n’est pas par le sang que cela a pu se concrétiser, comme Jonas, bon violoniste, mais dont le niveau reste banal, Anna voit en Alexander de quoi concrétiser son projet et ses méthodes d’apprentissage deviennent de plus en plus brutales, violentes et troublantes. Son mari français Philippe (ce qui donne l’occasion à Nina Hoss de s’exprimer dans la langue de Molière avec un accent élégant) comprend ce qui est en train de se dérouler sous son toit, notamment que sa femme, ayant échoué comme musicienne de concert, projette ce sentiment d’infériorité sur son élève, dans la mesure où il devra compenser son sentiment d’échec à elle. Aidée par des médicaments, minutieuse, scrupuleuse, trop exigeante envers elle-même sur sa manière de jouer, Anna n’est plus assez libre pour jouer, à vivre ce qui est sa plus grande passion. Paralysée par ce dilemme dans son travail et aussi dans sa vie personnelle, Anna arrive au point de rupture.

Das Vorspiel est un complexe et impitoyable thriller dramatique, qui emmène le spectateur là où il s’y attendait le moins, qui bouscule son audience en jouant avec l’empathie difficile pour son personnage principal, à la fois attachante et repoussante, captivante et agaçante, mais toujours étrangement séduisante malgré sa froideur. C’est là toute la virtuosité de Nina Hoss, qui affiche encore une éblouissante et magistrale performance à son palmarès.

LE DVD

Près d’un an après son passage dans les salles françaises, L’Audition d’Ina Weisse apparaissait en DVD dans les bacs chez Doriane Films. L’éditeur propose un Slim Digipack qui reprend le visuel de l’affiche d’exploitation. Le menu principal est animé et musical.

En guise de supplément, vous trouverez une interview croisée de la réalisatrice Ina Weisse et de la comédienne Nina Hoss (15’). Les deux femmes et collaboratrices, reviennent sur l’histoire du film, sur la psychologie et l’évolution des personnages, sur le travail de la directrice de la photographie Judith Kaufmann et sur les choix des morceaux classiques entendus dans L’Audition.

L’Image et le son

Pas d’édition HD pour L’Audition. En revanche, Doriane Films livre un remarquable master Standard. Les couleurs, oscillant entre la chaleur des intérieurs du domicile d’Anna et la fraîcheur de la salle de répétition, de la photo signée Judith Kaufmann (D’une vie à l’autre) sont admirablement restituées, le piqué est acéré, les détails abondants et les contrastes tranchants. La luminosité des scènes diurnes flatte constamment la rétine, le relief est omniprésent.

Seule la version originale allemande/française est disponible sur ce DVD. Le mixage Dolby Digital 5.1 restitue admirablement les dialogues, spatialise et délivre des ambiances naturelles. Quelques petites basses soulignent allègrement l’ensemble et les silences olympiens donnent le frisson.

Crédits images : © Doriane Films / Les Films du Losange / Captures DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.