Test DVD / Attention au départ !, réalisé par Benjamin Euvrard

ATTENTION AU DÉPART ! réalisé par Benjamin Euvrard, disponible en DVD le 18 décembre 2021 chez M6 Vidéo.

Acteurs : André Dussollier, Jérôme Commandeur, Jonathan Lambert, Nils Othenin-Girard, Charly de Witte, Léo Dussollier, Marie-Julie Baup, Ferdinand Leclère…

Scénario : Benjamin Euvrard, Charly De Witte, Benjamin Dumont & Ingrid Morley-Pegge

Photographie : Vincent Gallot

Musique : Matthieu Gonet

Durée : 1h29

Date de sortie initiale : 2021

LE FILM

Rater le train, c’est moche. Alors le voir partir avec vos enfants et ceux de vos amis dont vous avez la charge, c’est une autre histoire… Celle de la folle course-poursuite de Benjamin, papa poule un peu dépassé et Antoine, grand-père fantasque, qui doivent trouver une solution avant qu’on apprenne… qu’ils ont perdu les gosses ! Rattraper le train est leur seule chance de se rattraper…

Mal vendue, sortie face à Bac Nord et Baby Boss 2, la comédie Attention au départ ! s’est tapée un méchant bide dans les salles avec seulement 187.000 entrées. Un score on ne peut plus décevant pour ce genre de divertissement estival, même si la concurrence n’excuse pas tout. Le premier long-métrage de Benjamin Euvrard, créateur de la série Zap Story (2009), mais aussi scénariste, producteur et réalisateur de la série What Ze Teuf, première tweet série française diffusée à la télévision, manque de…bah de tout en fait. De rythme, d’intérêt, d’écriture, de mise en scène, de direction d’acteurs, d’humour aussi sans doute. Si l’ensemble est loin d’être antipathique, Attention au départ ! a du mal à maintenir le spectateur éveillé et parvient trop rarement à tirer profit de son postulat de départ, qui aurait pu donner quelques situations beaucoup plus cocasses. Demeure la fraîcheur absolue du magistral André Dussollier, qui s’amuse comme un gamin du haut de ses 75 ans. Il est incontestablement la raison d’être du film.

Benjamin, quadra débordé, est chargé d’accompagner son fils et un groupe d’enfants en vacances dans les Alpes. Tous les autres parents s’étant désistés comme accompagnateurs, la seule solution est qu’Antoine, grand-père de Basile, les accompagne, contre l’avis radical de sa fille qui sait à quel point il est incompétent et inconscient pour la garde de Basile. Sur le quai de la gare, le départ du train est annoncé avec du retard. Distraits par une vieille dame, Benjamin et Antoine montent dans un autre train, et le train des enfants démarre sans prévenir, emportant ceux-ci sans surveillance. Sans argent et avec un seul portable, Benjamin et Antoine récupèrent Maxime, un adolescent retardataire, nonchalant et rebelle. À la poursuite du premier train, ils se dirigent vers Beaune dans un second, mais rien ne fonctionne comme prévu. Le voyage se poursuit en improvisant selon les situations, en ambulance, en voiture volée ou en pédalo, et avec un passager supplémentaire qu’ils croient être le propriétaire du véhicule, et lui croyant être embarqué dans un enterrement de vie de garçon palpitant et à rebondissements. Pendant ce temps, les enfants, livrés à eux mêmes et totalement désinhibés, dévastent le train, poursuivis par un contrôleur sadique qui les harcèle.

Il y a de bonnes idées dans Attention au départ !, d’ailleurs le film a d’ores et déjà connu un remake ibérique, ¡A todo tren! Destino Asturias, de et avec le légendaire Santiago Segura (Le Jour de la bête, Perdita Durango), qui au passage a entraîné 1,5 millions d’espagnols dans son sillage, mais celles-ci sont chaque fois guère exploitées, ou trop paresseusement. En fait, le film est pour ainsi dire une succession de faux départs justement, car après une introduction malhabile, qui peine à planter ses personnages et à les rendre attachants, on pouvait s’attendre à ce que l’ensemble prenne plus de vitesse, ce qui ne sera jamais vraiment le cas. Jérôme Commandeur, acteur et humoriste pour lequel nous avons beaucoup de sympathie, fait pâle figure face à son partenaire. André Dussollier, l’oeil espiègle, est bondissant et prend visiblement un grand plaisir en s’octroyant cette petite récréation, entre deux films graves, l’exceptionnel Boîte noire de Yann Gozlan et le troublant Tout s’est bien passé de François Ozon. Attention au départ ! est comme qui dirait une « petite » vadrouille à travers la France, où les personnages devront redoubler d’imagination pour retrouver des gamins qu’ils ont « égaré » dans un train.

Attention au départ ! s’apparente à un enchaînement de sketchs inégaux. S’il n’y a rien à redire sur la prestation d’André Dussollier et si Jérôme Commandeur fait le job, le personnage interprété par Jonathan Lambert tape rapidement sur le système, ainsi que tout ce qui se déroule dans le train dans lequel ont embarqué les enfants. Le montage alterne les difficultés rencontrées par Antoine et Benjamin pour les rejoindre, voire pour les devancer, dans l’espoir de les intercepter le plus tôt possible, et les aventures des mioches qui comptent bien profiter de ce temps libre, de cette parenthèse qui leur a été accordée par accident. Du coup, le film peine à trouver un réel équilibre, surtout que la partie « enfants » est clairement redondante et l’on sent que les quatre (!) scénaristes, qui ont tous officié sur Zap Story et What the Teuf, raclent quelque peu les fonds de tiroir pour leur trouver quelques chose à faire. Le coup du gaz hilarant est par ailleurs la scène de trop et sort les spectateurs du film.

Néanmoins, de bonnes choses subsistent, à l’instar du personnage qui se greffe au tandem principal, le type habillé en smoking qui pense participer à un enterrement de vie de garçon, incarné par Léo Dussollier, fils d’André Dussollier donc, qui contre toute attente vole la vedette à chaque apparition. On notera la participation du jeune Nils Othenin-Girard, révélé en 2018 dans Simon et Théodore de Mikael Buch, vu depuis dans Venise n’est pas en Italie d’Ivan Calbérac et surtout Le Sens de la famille de Jean-Patrick Benes, dans lequel il était tordant, qui se démarque une fois de plus ici dans le rôle de Maxime, l’adolescent entraîné lui aussi dans les pérégrinations d’Antoine et Benjamin. Mention spéciale à la pétillante Marie-Julie Baup (Les Fantasmes, Jalouse, Au service de la France), qu’on adore retrouver de film en film. Au passage, il serait temps de lui confier un vrai premier rôle au cinéma. Autre point positif, la photographie chatoyante de Vincent Gallot (Le Petit Spirou, L’Incroyable histoire du facteur Cheval) est soignée et donne au film un côté carte postale pas déplaisant.

Malgré tout, on ne sait pas vraiment à qui s’adresse Attention au départ !, car les adultes pourront trouver le temps long, tandis que les adolescents auront du mal à s’identifier aux jeunes têtes blondes. On reste donc mitigés. Divertissant d’accord, mais maladroit et légèrement surannée, comme une comédie des années 1990 qui aurait été oubliée…

LE DVD

Privé d’une sortie HD, Attention au départ ! bénéficie tout de même d’une sortie en DVD chez M6 Vidéo. Le visuel de la jaquette diffère de celui de l’affiche d’exploitation, ce qui en rassurera certains. Le menu principal est animé et musical.

Nous ne trouvons que la bande-annonce en guise de supplément.

L’Image et le son

Pas de Blu-ray donc, mais un très beau DVD. Comédie estivale, Attention au départ ! jouit d’une photo saturée et ce master lumineux en met souvent plein les yeux. La colorimétrie est vive et bigarrée (les bleus sont étincelants), les scènes extérieures possèdent une clarté aveuglante ainsi qu’un relief qui flatte constamment la rétine et les détails abondent aux quatre coins du cadre 2.35. La définition est resplendissante, le piqué tranchant, les contrastes luxuriants et la profondeur de champ fort appréciable. Ce n’est pas de la HD d’accord, mais le résultat est là.

On sent que le réalisateur a voulu se faire plaisir car la bande-son d’Attention au départ ! est un petit juke-box qui mêle le Love Is All de Roger Glover and Guests, Atomic de Blondie, Les Dunes de Téléphone, You Just Gotta Have What It Takes de Frut… Tous ces tubes s’enchaînent et profitent d’une large ouverture des enceintes frontales et latérales, sans oublier le caisson de basses qui ponctue souvent la bande originale. Cette brillante spatialisation laisse également une belle place aux ambiances naturelles et les dialogues demeurent percutants sur la centrale. Outre ce mixage Dolby Digital 5.1, les sous-titres destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles, ainsi qu’une piste Stéréo et Audiodescription.

Crédits images : © M6 Vidéo / SND / Captures DVD : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.