Test Blu-ray / Very Bad Dads 2 (Daddy’s Home 2), réalisé par Sean Anders

VERY BAD DADS 2 (Daddy’s Home 2) réalisé par Sean Anders, disponible en DVD et Blu-ray le 3 avril 2018 chez Paramount Pictures

Acteurs :  Will Ferrell, Mark Wahlberg, Mel Gibson, John Lithgow, Linda Cardellini, Alessandra Ambrosio, Scarlett Estevez, Owen Vaccaro, Didi Costine…

ScénarioSean Anders, John Morris

Photographie : Julio Macat

Musique : Michael Andrews

Durée : 1h40

Année de sortie : 2017

LE FILM

Dusty et Brad unissent leurs forces pour donner le meilleur Noël possible aux enfants. Mais un jour, leurs propres pères débarquent, un gros macho et un hyper-émotif, et les vacances se transforment en véritable chaos.

Mark Wahlberg et Will Ferrell, troisième ! Après les succès colossaux – aux Etats-Unis du moins – de Very Bad CopsThe Other Guys (2010) et de Daddy’s Home, intitulé chez nous Very Bad Dads en 2015, le duo est de retour pour une suite toujours réalisée par Sean Anders, auteur des Miller, une famille en herbe, Dumb & Dumber De, mais aussi metteur en scène des navrants Crazy Dad et Comment tuer son boss 2. Ce second épisode qui ne s’imposait pas, mais qui avait explosé le box-office avec plus de 150 millions de dollars de recette chez l’Oncle Sam, parvient à être meilleur que le premier film. Comme pour Very Bad Dads, cette suite n’a pas connu d’exploitation dans les salles françaises, malgré son nouveau carton aux Etats-Unis, même si moins conséquent.

Produit par Adam McKay, le complice de Will Ferrell, à qui l’on doit quelques-uns des plus beaux fleurons en matière de comédie US (La Légende de Ron Burgundy, présentateur vedette, Ricky Bobby : roi du circuit, Frangins malgré eux), Very Bad Dads 2 a surtout l’excellente idée de donner un papa aux deux têtes d’affiche. Et non des moindres puisque le paternel de Will Ferrell est interprété par le grand (par la taille et le talent) John Lithgow, tandis que celui de Mark Wahlberg est incarné Mel Gibson en personne. Autant dire que les deux comédiens leur volent la vedette et s’amusent à donner leur propre vision de l’éducation des enfants. Cela n’empêche pas Will Ferrell d’ajouter quelques futures séquences d’anthologie à son palmarès déjà bien garni, tandis que Mark Wahlberg peine encore et toujours à se montrer crédible dans le registre de la comédie.

Si Very Bad Dads fatiguait parfois avec son côté gnangnan qui prônait les bonnes valeurs de la famille américaine typique avec ses bons sentiments dégoulinants, cette suite se révèle moins ronflante. Certes, le duo principal est quelque peu déséquilibré par le charisme de bulot et la paresse de Mark Wahlberg face au naturel confondant de Will Ferrell (quel génie), capable de déclencher les rires en un seul regard ou une seule moue, mais il est ici savamment épaulé par John Lithgow et Mel Gibson. Le premier était le choix rêvé pour interpréter le père de Will Ferrell. Du haut de leur mètre 90, il faut les voir se faire un câlin et un bisou sur la bouche, devant une assistance médusée par tant de sentiments et de complicité. Les chiens ne font pas des chats.

Face à eux le duo Wahlberg-Gibson jouent les machos et les durs à cuire, dont la carapace va progressivement craquer au contact de leurs camarades débordant d’amour. A ce titre, cela fait du bien de voir Mel Gibson (« Oh mon Dieu ! On dirait qu’il a été taillé dans le roc de Gibraltar » dit Will Ferrell lors de sa première apparition) revenir à la comédie. Monstre de charisme, bad-ass, la soixantaine lui va comme un gant et le comédien ne manque certainement pas d’humour. Même chose pour le colosse John Cena, décidément très bon dans le second degré. On pourra juste regretter que la charmante Linda Cardellini (Sylvia Rosen de la série Mad Men) soit un peu plus effacée que dans le film précédent.

Plus drôle (la séquence des guirlandes happées par la broyeuse est à se rouler par terre, la scène au cinéma), légère et fun, mieux rythmée, bref beaucoup mieux que Very Bad Dads, cette suite est donc une excellente surprise. Un troisième épisode est en pourparlers. Liam Neeson, qui fait une « apparition » dans ce second volet, pourrait rejoindre la meute. Pour l’instant, rien n’est officialisé.

LE BLU-RAY

Le test du Blu-ray de Very Bad Dads 2, disponible chez Paramount Pictures, a été réalisé à partir d’un check-disc. Le menu principal est fixe et musical.

L’éditeur divise les suppléments afin de donner plus de volume à la section des bonus, mais nous ne sommes pas dupes. Les quatre premières featurettes promotionnelles, Comment faire une suite (5’), Qui est de retour ? (7’), Co-papas : Will & Mark (6’30) et Les Nouveaux papas : Mel & John (7’30) donnent la parole à toute l’équipe du film (acteurs, réalisateur, scénariste, producteurs), chacun y allant de son petit laïus sur les joies de se retrouver pour une suite qu’ils n’avaient pas envisagée (« mais qui est plus drôle que le premier » et pour une fois c’est vrai), l’évolution des personnages, tandis que les images de tournage prouvent que tout le monde s’est amusé sur le plateau.

Un court module de deux minutes se focalise sur l’apparition surprise de Chesley « Sully » Sullenberger, oui, le héros américain qui avait réussi à poser en urgence l’avion 1549 US Airways sur le fleuve Hudson ! Immortalisé par Clint Eastwood dans l’excellent film qui porte son nom, Sully intervient rapidement pour faire un clin d’oeil (et sans sa moustache) très sympathique à la fin de Very Bad Dads 2.

Quelques séquences coupées, étendues ou alternatives (11’) sont également au programme. Elles prolongeaient notamment les histoires interminables de Don (John Lithgow), ainsi que les conseils des papas à Dylan (Owen Vaccaro) sur la vie sentimentale.

L’interactivité se clôt sur un bêtisier (4’).

L’Image et le son

Les comédies aussi ont souvent besoin d’être soignées en Blu-ray. Tout d’abord, c’est la clarté, le relief des séquences diurnes et en extérieur qui impressionnent et flattent la rétine, le tout marqué par des couleurs lumineuses et chatoyantes. Le piqué est vigoureusement acéré, les noirs denses, les détails abondent aux quatre coins du cadre et les contrastes affichent une très belle densité. Seules les scènes en basse lumière témoignent d’un sensible fléchissement de la définition. En dehors de cela, c’est très plaisant et élégant.

Very Bad Dads 2 st une comédie qui repose sur les situations cocasses et les dialogues. Il n’est donc pas étonnant que les mixages anglais Dolby Atmos et français Dolby Digital 5.1 fassent la part belle aux enceintes frontales et à la centrale d’où émergent les voix des comédiens et les effets annexes. Dans les deux cas, la spatialisation est essentiellement musicale et, sans surprise, la version originale l’emporte sur son homologue de par son ampleur, son relief et sa dynamique. De même, les ambiances se révèlent plus riches, harmonieuses et naturelles sur la piste anglaise, à l’instar de la scène des guirlandes avalées par la machine infernale. Jacques Frantz double évidemment Mel Gibson.

Crédits images : © Paramount Pictures / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *