Test Blu-ray / Marvin ou la belle éducation, réalisé par Anne Fontaine

MARVIN OU LA BELLE ÉDUCATION réalisé par Anne Fontaine, disponible en DVD et Blu-ray le 27 mars 2018 chez TF1 Studios

Acteurs :  Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne, Catherine Salée, Jules Porier, Catherine Mouchet, Charles Berling, Isabelle Huppert…

ScénarioAnne Fontaine, Pierre Trividic

Photographie : Yves Angelo

Durée : 1h54

Année de sortie : 2017

LE FILM

Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père, la résignation de sa mère. Il a fui l’intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l’exposait tout ce qui faisait de lui un garçon « différent ». Envers et contre tout, il s’est quand même trouvé des alliés. D’abord, Madeleine Clément, la principale du collège qui lui a fait découvrir le théâtre, et dont il empruntera le nom pour symbole de son salut. Et puis Abel Pinto, le modèle bienveillant qui l’encouragera à raconter sur scène toute son histoire. Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour créer ce spectacle qui, au-delà du succès, achèvera de le transformer.

Marvin ou la nouvelle éducation est le septième long métrage en dix ans réalisé par Anne Fontaine. Après avoir fait tourner deux blondes solaires, Naomi Watts et Robin Wright dans Perfect Mothers (2013), puis la magnifique Gemma Arterton qui faisait tourner la tête à Fabrice Luchini dans Gemma Bovery (2014), et Lou de la Laâge dans son premier drame historique (Les Innocentes, 2017), la réalisatrice éclectique s’inspire du roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis. Dans ce livre, l’auteur évoquait son enfance difficile passée dans un village de Picardie. Victime d’humiliations et de la violence de son entourage en raison de ses « manières efféminées », l’écrivain avait su toucher un large public en 2014, y compris Anne Fontaine. Bouleversée par ce roman, la réalisatrice y a vu matière pour réinventer une partie de l’histoire et le destin du personnage principal. En s’emparant du livre original, Anne Fontaine livre néanmoins un film bancal, tour à tour attachant et agaçant, qui n’évite pas de nombreux clichés et moments gênants, même si l’interprétation du jeune comédien Finnegan Oldfield emporte tous les suffrages.

Élevé dans un milieu très populaire et violent, incompris tant par un père alcoolique et rustre que par une mère dépassée, le jeune Marvin Bijoux pâtit d’une différence qui le rend marginal et en fait le souffre-douleur de son frère et de ses camarades d’école. Grâce à la principale du collège, Marvin découvre le théâtre et finit par imposer son choix d’entrer au Conservatoire pour s’adonner à cette passion. Marvin fuit ainsi sa famille et son village des Vosges. En changeant d’identité et en devenant Martin Clément, grâce au théâtre, il va pouvoir s’assumer et s’épanouir. Devenu adulte, à Paris, ses rencontres avec un metteur en scène au parcours similaire, un homosexuel flambeur et la grande Isabelle Huppert, avec laquelle il se produit sur scène, vont l’aider à façonner son propre destin.

Si l’on sent le coup de coeur d’Anne Fontaine pour le roman, son adaptation (non officielle), et non pas transposition, donne constamment l’impression d’avoir le cul entre deux chaises. Entre la représentation souvent ridicule de la famille prolo, avec notamment un Grégory Gadebois, arborant fièrement slip et marcel tâché de binouse, et celle du parisianisme branchouille où les spectateurs semblent prendre du plaisir à aller voir un spectacle chiantissime et aux dialogues ineptes, mais interprété par Isabelle Huppert, Marvin ou la belle éducation a du mal à éveiller l’intérêt et finit par ennuyer à force de faire des allers-retours entre le passé et le présent.

On suit donc mollement le parcours de Marvin, de son enfance à sa découverte du théâtre dans quelques ateliers de son collège, jusqu’à son départ pour Paris et sa plongée dans le monde intellectuel évidemment peuplé d’artistes homosexuels mal dans leur peau (Vincent Macaigne), qui ont vécu le même itinéraire que lui. Les rencontres déterminantes se multiplient, avec un vieux-beau qui souhaite faire son éducation sexuelle (Charles Berling), jusqu’à celle avec Isabelle Huppert, qui joue ici son propre rôle, qui accepte d’interpréter à ses côtés la pièce de théâtre qui s’inspire de sa propre histoire.

Pour son quinzième film, Anne Fontaine n’y va pas avec le dos de la cuillère en ce qui concerne la représentation du désir d’émancipation sociale de son personnage principal. Elle s’en tire finalement mieux dans le portrait dressé de l’intelligentsia bobo-parisienne, que dans sa caricature des bouseux qui semble tout droit sortie d’un épisode des Ch’tis à Ouzouer-le-Marché. On se dit qu’à côté de cette famille, même les Tuche, avec lesquels la famille de Marvin partage l’amour des frites, passeraient pour la famille de Windsor. La sensibilité de la cinéaste surnage malgré tout, tout comme l’intense interprétation de Finnegan Oldfield (Les Cowboys, Nocturama), par ailleurs nommé aux César pour la meilleure révélation masculine, mais Marvin ou la belle éducation n’est clairement pas une réussite et met plus souvent mal à l’aise qu’il n’émeut.

LE BLU-RAY

Le test du Blu-ray de Marvin ou la belle éducation, disponible chez TF1 Vidéo, a été réalisé à partir d’un check-disc. Le menu principal est élégant, animé et musical.

Est-ce en raison de l’échec du film dans les salles ? Toujours est-il que cette édition Blu-ray ne propose aucun supplément !

L’Image et le son

Quelques petites pertes de la définition et un piqué manquant parfois de mordant nous empêchent d’attribuer la note maximale à cette édition HD. Néanmoins, ce master au format 1.66 (choix de la réalisatrice pour être au plus près des visages) demeure fort plaisant et n’a de cesse de flatter les yeux avec une superbe restitution de la colorimétrie, d’un léger grain et des gros plans des comédiens. Les contrastes sont denses, la gestion solide, et les partis pris esthétiques raffinés du chef opérateur Yves Angelo (Tous les matins du monde, Germinal, Ouvert la nuit) trouvent en Blu-ray un magnifique écrin.

Le mixage DTS-HD Master Audio 5.1 offre un bon confort acoustique en mettant à l’avant la musique du film. De ce point de vue-là, il n’y a rien à redire sur la spatialisation. Les ambiances naturelles sont en revanche un peu plus discrètes et finalement, l’ensemble de l’action se retrouve canalisé sur les enceintes frontales. Néanmoins, les dialogues sont solidement plantés sur la centrale. Une piste Audiodescription ainsi que les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles.

Crédits images : © Carole Bethuel / Mars Films / TF1 Studios / Captures Blu-ray: Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *