Test Blu-ray / La Soupe aux choux, réalisé par Jean Girault

LA SOUPE AUX CHOUX réalisé par Jean Girault, disponible en DVD et Blu-ray depuis le 1er juillet 2014 chez Studiocanal

Acteurs : Louis de Funès, Jean Carmet, Jacques Villeret, Claude Gensac, Henri Genès, Christine Dejoux, Marco Perrin…

Scénario : Louis de Funès, Jean Halain d’après le roman de René Fallet

Photographie : Edmond Richard

Musique : Raymond Lefebvre

Durée : 1h38

Date de sortie initiale : 1981

LE FILM

Le Claude et le Bombé, deux vieux paysans du Bourbonnais portés sur la bouteille et la misanthropie, vivent dans un petit hameau, à la périphérie d’un village, retirés de la vie moderne. Le premier est veuf, et le second célibataire. Une nuit, ils font la connaissance d’un extra-terrestre qui atterrit dans le champ du Claude dit le Glaude. L’extra-terrestre surnommé la Denrée découvre la soupe aux choux qui mijote chez le veuf et en apporte sur sa planète…

Le Glaude : Eh ben si on peut plus péter sous les étoiles sans faire tomber un martien, il va nous en arriver des pleines brouettes !

Louis de Funès aura tourné moult films cultes, et disons-le chefs-d’oeuvre de la comédie au cours de sa très longue carrière. La Soupe aux choux se place au-dessus du lot puisque cette adaptation très fidèle du roman de René Fallet (paru en 1980) – parfois à la réplique près – faite par Jean Halain et Louis de Funès lui-même, demeure probablement la comédie de Fufu la plus aimée des enfants de 7… à 77 ans dirons-nous. Cela est dû sans doute à la confrontation du comédien avec un extra-terrestre qui glougloute (cultissime Jacques Villeret dans sa combi rouge et jaune poussin), aux effets spéciaux bon enfant, aux gras et mythiques concours de pets merveilleusement bruités.

Les plus grands se délectent encore et toujours de l’alchimie entre Jean Carmet et Louis de Funès, de l’aspect bande dessinée, de l’apparition de Claude Gensac dans le rôle de la Bredine, des dialogues tordants, de la mélodie entraînante folk électronique d’inspiration auvergnate réalisée au synthé par le grand Raymond Lefebvre et de la performance de Fufu, qui ose pour la première et unique fois de sa carrière (son avant-dernier film ici), faire preuve d’une sensibilité qu’il n’osait jusqu’alors exprimer à l’écran, pour refléter la solitude et la vieillesse de son personnage.

Derrière la caméra, Jean Girault fait le boulot habituel en tant que très bon technicien, totalement dévoué au service (aux caprices ?) de la star, et se permet même de soigner ses décors, le montage, la photo (Edmond Richard) et le rythme (vif) de son oeuvre.

Le Glaude : La soupe aux choux mon Blaise ça parfume jusqu’au trognon, ça fait du bien partout où qu’elle passe dans les boyaux. Ca tient au corps, ça vous fait même des gentillesses dans la tête. Tu veux qu’t’y dise : ça rend meilleur.

Si Louis de Funès paraît creusé et fatigué – il s’éteindra le 27 janvier 1983 à l’âge de 68 ans – sa popularité restera intacte jusqu’à son dernier film, Le Gendarme et les Gendarmettes. La Soupe aux choux, véritable OVNI cinématographique (!), immense succès public, attirera au final plus de 3 millions de spectateurs dans les salles françaises, avant de réaliser des records d’audience à chaque diffusion à la télévision.

LE BLU-RAY

La Soupe aux choux est disponible chez Studiocanal depuis 2014. Le menu principal est animé sur quelques séquences cultes du film.

A l’occasion de cette édition Blu-ray, l’éditeur livre un documentaire d’une petite demi-heure intitulé Louis de Funès : L’Homme orchestre. Bernard Seitz (producteur), Richard Balducci (créateur de la série Le Gendarme, scénariste et producteur), Mylène Demongeot (partenaire de Fufu dans la trilogie Fantômas), Bruna Giraldi (femme de Richard Balducci) et Edmond Richard (directeur de la photographie) interviennent pour évoquer la personnalité de Louis de Funès d’un côté, et plus précisément son travail sur La Soupe aux choux. Quelques photos de plateau (inédites) viennent illustrer tous ces propos, un peu mou il faut bien l’avouer, et les amateurs de Louis de Funès n’apprendront pas grand-chose au final par rapport à tout ce qui a pu être déjà évoqué ailleurs (son fort caractère, sa direction d’acteurs sur le plateau, sa collaboration avec le réalisateur Jean Girault), mais les quelques anecdotes sur le film qui nous intéresse valent le déplacement.

En revanche, les suppléments de l’édition DVD, dont une intervention de l’écrivain René Fallet dans l’émission Apostrophes, n’ont pas été repris ici.

L’Image et le son

La promotion HD (1080p, AVC) de La Soupe aux choux permet aux couleurs de retrouver une grande vivacité, une clarté évidente, ainsi qu’un nouveau relief. La propreté de la copie restaurée est indéniable, la texture argentique flatteuse et la définition fort appréciable. Le piqué ne cesse d’impressionner, y compris sur les séquences sombres et nocturnes. La gestion du grain est solide comme un roc et les visages des comédiens, souvent éclairés, ne manquent pas de détails, tout comme le cadre large d’ailleurs. Si l’on excepte volontiers quelques légers fourmillements et flous intempestifs sur les quelques plans à effets spéciaux, revoir La Soupe aux choux dans ces nouvelles conditions techniques est très agréable et donne un sérieux coup de jeune au film de Jean Girault. Examen réussi pour Studiocanal donc.

La piste française DTS-HD Master Audio Mono 2.0 de La Soupe aux choux est plutôt percutante. Aucun souffle n’est à déplorer, ni aucune saturation dans les aigus. Les dialogues sont vifs, toujours bien détachés, la musique de Raymond Lefebvre (Les Grandes vacances) est délivrée avec une belle ampleur. L’ensemble est aéré, fluide et dynamique. L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © Studiocanal / Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.