Test Blu-ray / Kickboxer : Vengeance, réalisé par John Stockwell

KICKBOXER : VENGEANCE réalisé par John Stockwell, disponible en DVD et Blu-ray le 25 janvier 2017 chez M6 Vidéo

Acteurs :  Alain Moussi, Jean-Claude Van Damme, Gina Carano, Dave Bautista, Darren Shahlavi, Georges St. Pierre, Sam Medina, Patrick Kearns…

Scénario :  Jim McGrath, Dimitri Logothetis

Photographie : Mateo Londono

Musique : Adam Dorn

Durée : 1h29

Année de sortie : 2016

LE FILM

Kurt Sloan est bien décidé à venger la mort de son frère Eric, tué par un champion de boxe thaïlandaise. Pour cela, il est entraîné par un maître en arts martiaux.

Kickboxer : Vengeance est le remake du film éponyme de Mark DiSalle, sorti en 1989, qui avait largement contribué à faire de Jean-Claude Van Damme une star de cinéma, a movie star. C’est aussi le sixième film de la série qui comprend notamment deux épisodes mis en scène par Albert Pyun. Alors donc, reboot ? Remake ? Suite ? En fait c’est un peu tout cela à la fois. Quoi qu’il en soit, ce nouvel opus réalisé par John Stockwell, habituellement cantonné aux films de belles nanas qui font du surf ou de la plongée sous-marine (Blue Crush, Bleu d’enfer), n’arrive pas à la cheville de l’original. Pourtant le casting est prometteur puisque Dave Bautista (pratiquant de combat libre et catcheur américain et Drax dans le MCU) est annoncé dans le rôle mythique de Tong Po, tandis que Jean-Claude Van Damme lui-même, himself, interprète ici l’entraîneur de Kurt Sloane, personnage qu’il interprétait alors dans le premier Kickboxer et qui prend ici les traits d’Alain Moussi. Acteur et cascadeur canadien spécialisé dans les arts martiaux, notamment le Ju-jitsu, ce dernier obtient donc la tête d’affiche de ce remake. S’il n’y a rien à redire sur ses capacités physiques, Alain Moussi manque cruellement de charisme et de crédibilité dans les scènes « dramatiques ». Ah oui, Gina Carano, combattante MMA (elle est donc bien assurée) qui avait commencé sa carrière sportive par le muay thaï, fait aussi une petite apparition.

Eric et Kurt Sloane sont les descendants d’une famille connue de Venice championne d’arts martiaux. Mais Kurt a toujours été dans l’ombre de son frère plus âgé. Eric (dernière apparition à l’écran de Darren Shahlavi, vu dans la série Arrow, mort à l’âge prématuré de 42 ans) accepte, malgré les réticences de son frère, une grosse somme pour combattre en Thaïlande un certain Tong Po, champion de Muay-thaï. Après un affrontement très violent, Eric est tué devant les yeux de son frère. Kurt s’engage alors sur le chemin de la vengeance. Il s’entraîne avec le mentor de son frère, Durand, pour un combat revanche contre Tong Po. Même si Durand croit que l’entraînement de Kurt est impossible, il découvrira assez vite que Kurt a une force intérieure qui pourrait bien lui permettre de battre Tong Po…

Voilà, c’est à peu près peu ou prou la même chose que le tout premier Kickboxer, sans le charme ni la fraîcheur. Franchement, cet opus sous-titré « Vengeance » vaut essentiellement pour JCVD qui accède donc ici au rôle de maître Yoda qui prend sous son aile son jeune Padawan, dont il perçoit la Force et surtout la colère qui l’anime et qui pourrait le faire baculer du côté obscur. La mise en scène est lourdingue, peu aidée par un montage qui ne met jamais en valeur les exploits sportifs et les bastons. Les séquences d’entraînement sont amusantes, d’autant plus que Van Damme, toujours en très grande forme, semble lui-même prendre du bon temps. Il bouffe d’ailleurs l’écran à chaque apparition. Alain Moussi fait pâle figure avec ses deux expressions au compteur, la première quand il boude comme un gros bébé pour montrer qu’il est triste, la seconde pour montrer qu’il est toujours vénère, même quand son rival est en train de le massacrer.

Certaines séquences sont dignes d’un vrai nanar, comme cet affrontement sur le dos d’un éléphant. L’enchaînement parkinsonien des scènes essaye de nous duper, mais le pachyderme réalisé en carton-pâte ne peut pas se rater. Du nawak rigolo. De son côté, Dave Bautista, bouc peint au pochoir, a peu à faire pour s’imposer et campe un Tong Po qui aurait fait s’enfuir Michel Qissi qui campait le personnage dans le film original. Autre élément qui ne va pas, JCVD qui clame ses dialogues dans la langue de Shakespeare avec son célèbre accent est parfois redoublé en postsynchro avec une voix totalement différente pour certaines répliques ! Et dommage que Gina Carano se contente de jouer avec ses sourcils plutôt qu’avec ses gambettes musclées !

Kickboxer: Vengeance est un petit film d’action sympathique, entre le navet et le nanar, qui passe le temps sans ennuyer. La version 1989 peut néanmoins être rassurée, puisque ce n’est pas ce remake qui lui fera de l’ombre ! Il n’y a qu’à voir le clin d’oeil à la célèbre danse de JCVD dans Kickboxer pour se rendre compte à quel point Alain Moussi manque de naturel devant la caméra. L’équipe sera pourtant réunie à nouveau dans Kickboxer : L’Héritage, réalisé cette fois par Dimitri Logothetis, alors scénariste sur Kickboxer : Vengeance.

LE BLU-RAY

Kickboxer : Vengeance est disponible en DVD et Blu-ray chez AB Vidéo. Le visuel se focalise uniquement sur le dos tatoué de David Bautista. Le menu principal est animé et musical.

En plus de la bande-annonce à voir en français ou en anglais, mais également en Stéréo ou en 5.1, l’éditeur propose un petit making of (6’30) composé de rapides images de tournage et de propos d’intervenants divers, les acteurs surtout, mais dont les noms n’apparaissent pas à l’écran. Evidemment, l’ensemble se focalise sur les scènes de bastons et autour du film original, même si l’un des producteurs indique « notre film est déjà aussi culte que le premier et il ne faut absolument pas le manquer ! ».

L’Image et le son

Tourné en numérique, Kickboxer : L’Héritage n’est guère aidé par ce master HD platounet qui peine à donner un relief aux décors ou un piqué digne de ce nom, d’autant plus que les partis-pris esthétiques ne sont guère reluisants. Si la clarté est agréable, quelques flous sporadiques subsistent, les incrustations (la séquence des éléphants) sont laides et la définition chancelle quelque peu. Demeure la propreté de l’image, mais bon, il n’y a rien d’étonnant non plus puisque le film a été réalisé en 2016.

Les mixages français et anglais DTS-HD Master Audio 5.1 créent un espace d’écoute suffisamment plaisant en faisant la part belle à la musique. Quelques basses percutantes et acclamations mettent à mal le caisson et les enceintes latérales sans se forcer mais avec une efficacité chronique. Le doublage français est assez marrant et ajoute du piment au jeu d’Alain Moussi. Les sous-titres français sont imposés et le changement de langue impossible pendant le visionnage nécessite le recours au menu contextuel. Les deux langues sont également proposées en Stéréo de fort bon acabit.

Crédits images : ©  Acme Kick LLC All Rights reserved / AB Vidéo / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *