Test Blu-ray / Kickboxer, réalisé par Mark DiSalle & David Worth

KICKBOXER réalisé par Mark DiSalle & David Worth, disponible en DVD et Combo Blu-ray + DVD le 4 juin 2019 chez ESC Editions

Acteurs : Jean-Claude Van Damme, Dennis Alexio, Dennis Chan, Michel Qissi, Haskell V. Anderson III, Rochelle Ashana, Ka Ting Lee, Richard Foo, Ricky Liu…

Scénario : Glenn A. Bruce d’après une histoire originale de Jean-Claude Van Damme et Mark DiSalle

Photographie : Jon Kranhouse

Musique : Paul Hertzog

Durée : 1h37

Année de sortie : 1989

LE FILM

Kurt Sloane souhaite venger son frère Eric, paralysé à vie par le terrifiant Tong Po lors d’un combat de kickboxing. Le souci, c’est que Kurt ne sait pas se battre. Il lui faudra apprendre les rudiments de ce sport auprès du vieux sage Xian Chow.

JCVD Begins ! Né en Belgique en octobre 1960, Jean-Claude Van Varenberg devient un champion national d’arts martiaux et de bodybuilding au début des années 1980. Attiré par le rêve américain, il part aux Etats-Unis en 1982 pour devenir une star de cinéma. Entre deux boulots, il parvient à démontrer ses talents sportifs et acrobatiques aux célèbres producteurs de la Cannon, Yoram Globus et Menahem Golan. Impressionnés, ils misent un film sur celui qui sera désormais célèbre sous le nom de Van Damme. Le film en question est Bloodsport, un triomphe inattendu qui rapporte 40 fois sa mise, soit 65 millions pour 1,5 million de dollars de budget. La carrière de JCVD est lancée.

C’est ainsi l’occasion pour Black Eagle – L’Arme absolue, tourné en même temps que Bloodsport, de surfer sur le succès de ce dernier. Alors second rôle, JCVD est mis à l’avant-plan sur l’affiche, alors que les producteurs misaient au départ sur la vedette Shô Kosugi, spécialisé dans les personnages de ninja pour les films produits par la Cannon dans des oeuvres aux titres explicites : L’implacable ninja (1981), Ninja III (1984) et American Ninja (1985). Si Shô Kosugi a du mal à lever la jambe, JCVD, quasi-mutique, lui vole la vedette en homme de main russe indestructible, prénommé Andreï. Pourtant, il paraît vraiment peu concerné par ce qui se passe, semblant ailleurs, manifestement en trouvant le temps long. Ce qui ne l’empêche pas de faire son petit numéro, comme le lancé de couteau en faisant le grand écart entre deux barils, sous le regard impressionné de quelques marins bourrus. Tout d’abord machine à tuer, son personnage va peu à peu s’adoucir et « s’humaniser » au contact d’une jeune femme qui en pince pour ses pectoraux, derrière lesquels il y a avant tout un coeur qui bas. C’est beau. Mal filmés, les combats – chorégraphiés n’importe comment – ne ressemblent à rien et les séquences d’action sont ridicules à souhait. Black Eagle – L’Arme absolue est une vraie série Z, amusante malgré ses innombrables défauts et le jeu outré de tous les comédiens. Une curiosité. Alors qu’il vient d’enchaîner avec l’inénarrable Cyborg d’Albert Pyun, JCVD est bien décidé à écrire sa légende et écrit pour cela l’histoire de Kickboxer avec Mark DiSalle (en s’inspirant pas mal de Rocky IV c’est vrai), qui co-réalisera le film avec David Worth. Trente ans plus tard, ce film demeure un des plus connus et emblématique du comédien. Culte, souvent parodié (de Hot Shots 2 de Jim Abrahams à Pattaya de Franck Gastambide), Kickboxer possède un charme inaltérable et a largement contribué à faire de Jean-Claude Van Damme une star de cinéma, a movie star.

Eric Sloane (Dennis Alexio avec sa moustache) dit l’« Éliminateur », champion du monde du kick-boxing dans son pays, voyage avec son frère Kurt en Thaïlande, pays dont est issu le noble art, pour y affronter leur champion : Tong Pô, incarné par Michel Qissi, dont le personnage est passé à la postérité. Malgré les avertissements de son frère, Eric décide d’affronter son adversaire. Mais cela se passe mal, Eric est battu sauvagement et reçoit un terrible coup au dos alors qu’il est déjà au sol et hors de combat. Avec l’aide de Winston Taylor, un compatriote américain, Kurt amène Eric à l’hôpital dans l’espoir que celui-ci soit rétabli, mais le médecin lui annonce qu’Eric a la moelle épinière sectionnée et restera définitivement paraplégique. Bouleversé de chagrin et de colère, Kurt souhaite se venger en affrontant Tong Pô. Pour ce faire, Winston lui conseille d’apprendre le muay-thaï auprès de Xian Chow, un ancien maître (« Prêt à te protéger ? ») vivant en ermite loin de tout. Pendant son entraînement, Kurt apprendra que Tong Pô est un dangereux criminel qui a la mainmise sur tout le village dont est originaire Mylee, la jeune nièce de Xian dont Kurt tombe amoureux, et fait payer les habitants en échange de sa protection.

Quand on pense à Kickboxer, la séquence qui vient immédiatement en tête est celle où les combattants trempent leurs gants traditionnels de chanvre dans de la résine et du verre pilé. Puis le combat à l’ancienne qui s’ensuit avec des bons coups de poing et de tatane dans la tronche avec les bruitages « Pam-Pif-Paf » au diapason et les cris de JCVD tous muscles tendus. Beaucoup plus crédible dans ses prouesses physiques que dans les scènes dramatiques, Van Damme continue d’apprendre le métier d’acteur ou « l’acting » et même si ce n’est pas encore ça, les séquences d’action s’avèrent de mieux en mieux chorégraphiées (par JCVD lui-même), découpées et rythmées. Toutes les scènes d’entraînement – tournées dans les magnifiques décors naturels de la Thaïlande – sont anthologiques, tout comme celle de la danse éméchée avec le célèbre déhanché du belge aware. Bref, Kickboxer est un putain de bon film devant lequel le spectateur nourri au bon grain (argentique), à la VHS et aux multi-(re)diffusions passera toujours un excellent moment.

Une valeur sûre qui sera suivie par quatre suites (dont deux réalisées par Albert Pyun), puis par un remake-suite-reboot Kickboxer : Vengeance de John Stockwell (2016) puis sa suite Kickboxer : Retaliation (2017). Mais c’est une autre (et mauvaise) histoire.

LE BLU-RAY

Kickboxer était l’un des titres prévus par ESC Distribution depuis au moins trois ans. L’un des meilleurs films avec Jean-Claude Van Damme est enfin disponible en Haute-Définition !! Cette édition collector limitée se compose du DVD, du Blu-ray et d’un poster ! Le menu principal est bien kitsch, animé et musical.

En ce qui concerne les suppléments, on déchante rapidement…L’auteur de ces mots avait été mis au courant de cette sortie en 2016 et l’on pouvait donc s’attendre à des bonus conséquents…et surtout intéressants. Malheureusement, le résultat est décevant et sent la précipitation.

On sauve l’interview de Jean-Claude Van Damme (17’) enregistrée dans une salle de sport, en dépit d’une captation de son médiocre. Si le plaisir est toujours évident d’écouter les souvenirs de JCVD, on ne peut pas s’empêcher de regretter que les propos partent dans tous les sens, le tout peu aidé par un montage approximatif. L’ami Jean-Claude revient sur son enfance, sur son parcours, sur sa découverte de la Thaïlande quand il avait 18 ans. Heureusement, JCVD en vient à Kickboxer, même si on a surtout l’impression que le comédien s’attarde plus sur Bloodsport – Tous les coups sont permis. Il évoque également son amitié avec Michel Qissi (Tong Po), qu’il a réussi à imposer aux producteurs en le grimant comme ce sera le cas dans le film. Enfin, Van Damme parle de son prochain et dernier film d’arts martiaux, The Tower, qu’il interprétera et réalisera en 2020.

L’éditeur a eu l’excellente idée d’aller à la rencontre d’Hélène Merrick (21’). Charmante, simple, spontanée et passionnée, la « Fille de Starfix » partage ses souvenirs et anecdotes sur Jean-Claude Van Damme, qu’elle a soutenu dès son premier long métrage en vedette, Bloodsport – Tous les coups sont permis et qui est depuis devenue l’une des amie du comédien. Si vous avez déjà lu son livre Dans leurs gros bras (Ecrituriales), que nous vous conseillons grandement, alors les propos tenus ici par la journaliste (leur rencontre pour Ciné News, l’ascension de Van Damme) ne seront pas inédits pour vous, mais passer un petit moment en compagnie d’Hélène Merrick ne se refuse pas. Dommage toutefois que la forme laisse franchement à désirer avec des transitions redondantes, montées maladroitement comme un documentaire amateur.

Quant au reste…Certes André Zeitoun, instructeur de muay-thaï au Studio Punch by Team Zeitoun depuis 1990, est attachant et enjoué à l’idée de parler de Kickboxer, mais n’y avait-il pas d’autres interlocuteurs ? D’autant plus qu’André Zeitoun apparaît dans deux modules. Durant le premier (8’), le sportif fait une démonstration des techniques de combat. Il y a plus d’infos à glaner dans le second segment (21’), André Zeitoun évoque sa rencontre avec JCVD en 2000 au cours d’une compétition à Las Vegas, avant d’en venir plus précisément à sa découverte de Kickboxer à sa sortie en 1989. C’est ici la parole donnée à un fan et professionnel du muay-thaï, mais ce supplément risque une fois de plus de décevoir ceux qui attendaient une interactivité digne de ce nom.

L’Image et le son

Bon…pas de miracle en ce qui concerne l’élévation HD sur ce titre, même si nous pouvions espérer le contraire. Ce qui choque tout d’abord, c’est de se retrouver devant une copie au grain original bien trop lissé, voire inexistant. Le teint des comédiens apparaît bien cireux (ou rougeâtre) et l’ensemble possède un côté artificiel souvent peu ragoûtant. L’ensemble est stable, rien à redire là-dessus. En revanche, des points, des rayures, des traits bleus, des tâches noires apparaissent ici et là. Les détails sont appréciables sur toutes les scènes d’entraînement, le piqué, les contrastes et la clarté sont aléatoires mais plus nets sur les séquences diurnes. Les noirs manquent de concision et finalement, la séquence de baston finale s’en sort le mieux avec sa photo plus ambrée. Au final, ce master HD est décevant…

La version originale bénéficie d’une option DTS-HD Master Audio 5.1 complètement anecdotique et déplacée car tous les effets latéraux (bruitages, acclamations de la foule) apparaissent bien élevés et donc artificiels. Cette 5.1 profite essentiellement à la spatialisation musicale. Privilégiez donc la Stéréo anglaise, nettement plus dynamique et naturelle, même si la version française, avec laquelle la majorité des spectateurs ont grandi, reste la plus agréable pour visionner et apprécier Kickboxer.

Crédits images : © LionsGate / ESC Editions / ESC Distribution / Captures Blu-ray : Franck Brissard pour Homepopcorn.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.